Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contribution de la linguistique à l’histoire des peuples du Gabon

 | 
Patrick Mouguiama-Daouda

Préface

Jean-Marie Hombert

Texte intégral

1Le présent ouvrage porte la marque des grandes avancées scientifiques. Des avancées irréversibles et incontournables, a-t-on envie d’ajouter. Son auteur renouvelle non seulement les règles du jeu spécialisées de son champ disciplinaire propre – la linguistique comparative et historique – mais encore celles de toute recherche interdisciplinaire visant à reconstruire le passé des populations par un processus original de mise en concordance des données de la linguistique, de l’anthropologie, de l’archéologie et de la génétique des populations. Pour le plus grand bénéfice final de l’histoire des peuples dont la connaissance est trop souvent bornée par les premiers contacts coloniaux.

2Je voudrais donc féliciter au nom de ses futurs lecteurs – et je ne doute pas qu’ils seront nombreux dans l’immédiat et dans la durée – l’auteur de ce travail remarquable pour ces deux raisons qui sont essentiellement techniques, mais qui relèvent en réalité des fondements mêmes de la recherche scientifique. Je voudrais en préciser quelque peu les termes.

3S’appuyant sur la régularité des changements phonétiques du vocabulaire de base, les spécialistes des langues bantu ont depuis près d’un siècle proposé des reconstructions du lexique de la langue mère des quelques 500 langues bantu parlées aujourd’hui. La principale innovation de Patrick Mouguiama-Daouda réside dans la mise en œuvre du concept de « reconstruction virtuelle ». La méthodologie qu’il a développée lui permet, à partir de l’étude des champs lexicaux spécifiques (par exemple la faune et la flore) de reconstruire pour chacune des langues étudiées, la forme lexicale qu’auraient dû avoir ces termes s’ils existaient dans la proto-langue et si les évolutions phonétiques régulières, mises à jour par l’étude du vocabulaire courant, s’étaient appliquées. Deux cas de figure se présentent alors : soit par l’application des règles de correspondance on aboutit à un terme identique dans différentes langues-filles et, dans ce cas, on ajoute la racine reconstruite au lexique de la protolangue ; soit la convergence n’est pas possible, et on conclut alors en l’existence d’un emprunt. Toute la finesse de la recherche linguistique consiste dans ce dernier cas à retrouver les langues d’emprunt et les circonstances de la diffusion. Patient travail d’entomologiste !

4L’application de cette approche dans sa thèse de doctorat était tout à fait novatrice. Son travail sur le lexique des poissons dans les parlers du Gabon lui avait ainsi permis de reconstituer la mobilité et les trajets migratoires des sociétés humaines sur le territoire gabonais. Quel était le secret des inférences théoriques qui vont d’un lexique spécialisé de poissons jusqu’aux trajets historiques des hommes ? La réponse est dans les principes énoncés plus haut : si une langue emprunte à une autre ses noms de poissons, c’est qu’elle est arrivée après elle.

5On ne s’étonnera donc pas que le linguiste puisse déjà, à ce stade de l’entreprise, contester des hypothèses couramment admises au Gabon, depuis l’étymologie controversée du terme « Gabon » jusqu’à certaines « origines » énoncées par les peuples eux-mêmes. L’auteur n’a aucune peine à démontrer l’inanité des hypothétiques origines des Fang en Égypte, même si ce mythe d’inspiration missionnaire a servi pendant un siècle de mythe d’identification à tout un peuple. De même l’origine des Myènè au lac Tanganyika est, en suivant les résultats d’une reconstruction linguistique limpide, totalement sujette à caution. Et il en va ainsi, de peuple en peuple, de toutes les reconstructions proposées à travers les lexiques de base et les lexiques spécialisés. Sur ce dernier point, on voit que l’entreprise est prometteuse, car les lexiques abordés ici n’ont encore qu’une valeur prototypique. Après le lexique des poissons, on mesure l’apport à venir des reconstructions des lexiques spécialisés de la flore, de la faune, puis des activités humaines (pêche, chasse, forge, thérapeutique, etc.), jusqu’aux toponymes, aux anthroponymes, aux noms de lignages et aux noms de clans. Ainsi est mise en œuvre une grande dynamique de recherche qui, partant des méthodes de la linguistique comparative et historique, irradie progressivement toutes les sciences qui se sont lancées à l’assaut du même terrain ou de terrains comparables.

6C’est dans cette capacité fédératrice, sur le plan méthodologique et épistémologique, que réside à mon sens le deuxième intérêt de ce livre, et on pourrait dire sa vertu. Il donne à la pluridisciplinarité ses lettres de noblesse. Non pas en restant dans un flou artistique, mais en promouvant en chaque science associée, qu’il s’agisse d’anthropologie, d’archéologie ou de biologie, le meilleur de leurs résultats acquis et au plus fin de leurs démarches spécifiques. Le modèle est probant, quand on lit les exemples traités au Gabon sur les phénomènes de transformation ou de maintien des régimes de filiation, de la langue, des noms de clans. On devine d’emblée que d’autres traits de chaque culture peuvent ainsi être mis en chaîne, en correspondance ou en corrélation. Au total, en traitant chacune des sciences avec la même rigueur, Patrick Mouguiama-Daouda ressortit d’une démarche interdisciplinaire qui n’a guère de précédent dans la qualité des matériaux sollicités et la rigueur des procédures mises en œuvre.

7Il reste à se demander comment le présent ouvrage qui a établi ses fondements théoriques sur le terrain gabonais peut prétendre à une extension sur l’ensemble du domaine bantu, et même au-delà. Sur ce point, la réponse est claire. Sur le plan linguistique, le Gabon est proche du foyer d’origine des langues bantu, la vallée de la Bénoué reconnue comme la région de la plus grande diversité linguistique. Et je ne suis pas loin de penser que c’est également vrai sur le plan culturel. L’intérêt du développement des études sur ce terrain spécifique tient au fait que le domaine est aujourd’hui l’un des plus élaborés, après avoir été l’un des moins connus. Il devient un laboratoire permanent des nouvelles règles scientifiques et des résultats qui en découlent. C’est donc tout normalement l’intensification des collectes sur un même terrain qui garantit les meilleurs résultats et les meilleures généralisations. De même que les îles Galagapos sont devenues une sorte de laboratoire permanent de la biodiversité, de même le Gabon pourrait devenir un laboratoire privilégié de l’anthropodiversité, dans la mesure où toutes les disciplines qui en traitent y connaissent un développement simultané. L’auteur a pu et a su bénéficier de l’intensification des recherches et du développement de partenariats forts autant au Gabon qu’en France et dans le monde. Tous les résultats du présent ouvrage sont là pour le prouver. S’il s’agissait simplement d’une compilation de collectes locales, son intérêt ne serait sans doute qu’anecdotique. Mais les hypothèses et interprétations mises en œuvre par l’auteur couronnent pas moins de vingt ans de chantiers collectifs consacrés au terrain gabonais, et donnent leur pleine mesure à des résultats qui, au final, dépassent largement le cadre d’un pays et même de la discipline spécialisée qu’il entend illustrer.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540