Version classiqueVersion mobile

Olympie

 | 
Philippe de Carbonnières

L’héritage d’Olympie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous l’avons vu, le dernier vainqueur olympique connu, le pugiliste Varazdatès, fut couronné en 369 ou 385. Déjà, depuis environ un siècle, les listes ne semblent plus être tenues aussi régulièrement, bien que les Jeux continuent de se dérouler. Les nombreuses destructions, dues à l’insécurité, aux tremblements de terre, au manque d’entretien, et la disparition progressive de son caractère religieux ont plongé Olympie dans une sorte de somnolence. La 293e olympiade, en 393, sera la dernière. Immédiatement après, un décret de Théodose Ier abolit les Jeux de l’Altis, comme les autres rassemblements panhelléniques. Seules, certaines cités d’Asie Mineure (en particulier Antioche où des concours se tiennent jusqu’en 510) prolongent de quelques décennies la survivance des agonismata. Les Jeux Olympiques, bien que leur lien avec le sacré ait beaucoup faibli depuis des siècles, étaient encore un symbole de la religiosité païenne suffisamment fort pour que les chrétiens s’emploient à les sup...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search