Version classiqueVersion mobile

Olympie

 | 
Philippe de Carbonnières

Des jeux pour les Dieux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Veux-tu chanter les Jeux, ô mon âme ? Ne cherche pas, au ciel désert quand le jour brille, un astre plus ardent que le Soleil, et n’espère pas célébrer une lice plus glorieuse qu’Olympie ! »
Pindare, Ière Olympique.

Le sport n’est pas né à Olympie, mais aucun nom au monde n’évoque plus immédiatement ce que ce mot contient de beauté, de dépassement, d’émulation, de dignité, de rassemblement, de foi. Certes, cela est en grande partie dû, de nos jours, à l’extraordinaire prestige des Jeux Olympiques modernes mais, dès l’Antiquité, ce nom et ce lieu, Olympie, exerçaient une fascination sans partage. Seule des quatre grandes fêtes panhelléniques, Delphes pouvait rivaliser avec la cité d’Élide ; au demeurant, le sanctuaire d’Apollon, s’il comportait les mêmes épreuves athlétiques, devait surtout sa gloire à la Pythie et à ses oracles, et les compétitions d’ordre lyrique y avaient plus d’importance qu’ailleurs.

Olympie est donc bien la terre du sport, comme spectacle et comme rite. Avant de...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search