Version classiqueVersion mobile

Alexandrie des Ptolémées

 | 
André Bernand

La ville marchande

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’entrepôt de la terre habitée

La vocation commerciale d’Alexandrie a été sobrement mais clairement définie par Strabon: « Le principal avantage que présente la ville, remarque-t-il, c’est d’être le lieu de toute l’Egypte placé également bien pour le commerce de la mer, à cause de la bonté de son port, et pour le commerce intérieur, parce que le fleuve y transporte facilement toutes les marchandises et les rassemble en ce lieu, devenu le plus grand marché (emporion) de la terre habitée1. »

En une simple phrase, Strabon définit la philosophie, si l’on peut dire, qui présida à la création d’Alexandrie. Sa situation la vouait à utiliser la mer comme lieu de passage d’un pays à l’autre. Le terme grec de pontos pour désigner la mer convient mieux que celui de pélagos si l’on veut mentionner la « mer d’Égypte », mer difficile, mais servant de « pont » entre les pays. Le besoin de disposer d’un relais pour les échanges commerciaux avec les pays grecs, phéniciens ou cyrénéens avait été ressen...

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search