Version classiqueVersion mobile

Alexandrie des Ptolémées

 | 
André Bernand

La vie de la ville

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour confronter la théorie à la pratique, nous allons suivre le plan de l’exposé d’Aristote, tel que nous l’avons donné au chapitre premier, afin d’examiner sur le terrain les applications qu’en firent Alexandre et ses successeurs.

Les ports d’Alexandrie

Il faut remarquer qu’ayant adopté l’opinion de son maître, contre celle de Platon, c’est-à-dire l’idée d’installer une ville au bord de la mer, Alexandre n’avait pas l’embarras du choix, le littoral égyptien n’offrant, en effet, guère de possibilités. Le site de Péluse, à l’est, était une région boueuse et surtout trop exposée aux attaques des envahisseurs venant de l’est, au premier rang desquels se comptaient les Perses. Plus à l’ouest, en bordure des lacs, il ne pouvait être question d’aménager un port, la bande de terre étant trop étroite et sans aucun abri. La rade où se développera Canope n’était protégée que des vents d’ouest, qui ne sont pas dominants, et la baie d’Aboukir était trop largement ouverte pour servir de refuge aux...

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search