Version classiqueVersion mobile

Alexandrie des Ptolémées

 | 
André Bernand

Une capitale « en marge »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Alexandrie près de l’Égypte

Les Anciens, tant Grecs que Latins, pour différencier Alexandrie d’Égypte des autres villes du même nom fondées par Alexandre le Grand l’appelèrent Alexándreia pròs Aigyptôi, ce qui devint à l’époque romaine Alexandrea ad Aegyptum. Ils soulignèrent ainsi une particularité peu ordinaire de cette capitale : elle n’est pas « en Égypte », mais « près de l’Égypte » ou si l’on préfère « en marge de l’Égypte », « aux confins de l’Égypte ».

Le terme même d’Égypte avait plusieurs acceptions, le nom désignant tout à la fois le Nil, le Delta du Nil et le pays tout entier. Il est masculin en grec ; Egyptos, éponyme de ces réalités géographiques, était le nom du héros mythologique, fils de Bélos et d’Anchinoé, qui par son père descendait directement de Poséidon et par sa mère, de Nilos, dieu du Nil. Le frère d’Egyptos se nommait Danaos. Bélos, qui régnait sur les pays africains, établit Danaos en Libye et donna l’Arabie à Egyptos. Ce dernier, qui avait cinquante fils, s...

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search