Version classiqueVersion mobile

Lieu de neige et de genévriers

 | 
Pascale Dollfus

Avant-propos

Texte intégral

Carte 1. — Situation du village d’Hémis-shukpa-chan dans la callée de l’Indus.

1 Le présent travail sur l’organisation sociale et religieuse des Ladakhi bouddhistes est le résultat de vingt-six mois de terrain (de 1981 à 1986) au Ladakh, région de langue et de culture tibétaine, située au nord-ouest de la péninsule indienne. En choisissant Hémis-shukpa-chan, un village du Bas-Ladakh, comme terrain privilégié d’étude, mon but ne fut pas d’écrire une monographie, mais d’essayer de comprendre, à travers l’analyse approfondie d’un village privilégié, le système de relations qui articule les différents niveaux de la réalité sociale, et d’analyser sous un éclairage nouveau les notions de liens de sang et de liens de résidence dans cette partie du monde.

2Des premiers missionnaires qui le décrivirent au xviie siècle aux agences de tourisme qui aujourd’hui le « vendent », le Ladakh, royaume indépendant jusqu’en 1846, fut toujours considéré comme un appendice – occidental – du Tibet. D’où ses surnoms de « petit Tibet » ou « Tibet moyen », « Tibet occidental », « second Tibet » ou « Tibet des abricots ». Or, s’il est vrai que le bouddhisme tibétain, introduit au Ladakh dès la fin du Xème siècle sous l’impulsion de Rin-čhen bzaṅ-po, marqua de façon décisive la vie des habitants et continue de la marquer, dans quelle mesure cette « prédominance tibétaine » reconnue par tous, voyageurs, missionnaires, ethnologues, n’a-t-elle pas occulté d’autres influences. En effet, si l’étude de la répartition des traits et des faits culturels comporte un caractère didactique évident, elle est aussi réductrice car elle privilégie pour délimiter des aires culturelles un élément commun aux diverses sociétés tout en occultant leurs différences qui peuvent être tout aussi significatives. C’est pourquoi, il me semble intéressant de comparer les institutions sociales, les croyances et les rites, tels qu’ils se manifestent au Ladakh avec ce qu’il en est, ou en était, non seulement au Tibet et dans les enclaves tibétaines du Népal, mais aussi dans les contreforts montagneux de l’Hindu-Kush et du Pamir, les vallées du Karakorum ou même dans la Chine ancienne.

3Je tiens à remercier ici tous ceux qui ont rendu possible ce travail, et en premier lieu, T.T. Namgyal, sa femme et ses enfants, pour leur exceptionnelle hospitalité et leur grande compréhension à mon égard.

4Je remercie collectivement tous les Ladakhi qui m’ont adopté chez eux et ont accepté de répondre à mes questions et plus particulièrement Gelong Thubsdan Paldan, membre du « Cultural Academy » de Leh.

5 Je remercie aussi Alexander W. Macdonald et Philippe Sagant pour avoir inspiré et guidé ce travail, ainsi que tous ceux, qui à un moment ou à un autre m’ont assurée de leur concours : Véronique Bouillier, Luce Boulnois, Claire Dollfus, Samten Karmay, Marie Dominique Mouton, Gérard Toffin et Rohit Vohra.

6Enfin, je tiens à manifester ma reconnaissance à Eric de Dampierre, à Annie Lebeuf et au Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative de l’Université de Paris X – Nanterre, pour avoir soutenu mon projet et m’avoir permis d’obtenir une allocation de recherche (D.G.R.S. T) et une allocation « aire culturelle », qui ont rendu possible mes différents séjours au Ladakh.

Table des illustrations

Légende Carte 1. — Situation du village d’Hémis-shukpa-chan dans la callée de l’Indus.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/38819/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 191k

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search