Version classiqueVersion mobile

Lieu de neige et de genévriers

 | 
Pascale Dollfus

Préface

A.W. Macdonald

Texte intégral

1En 1943, si je ne me trompe, Luciano Petech qui allait s’imposer plus tard, comme le grand historien européen du Ladakh (en 1939, il avait déjà publié, à Calcutta, A study of the Chronicles of Ladakh) se morfondait, interné par les Britanniques, dans un camp de prisonniers politiques, situé au nord du Punjab. Afin de ne pas perdre son temps, il préparait une traduction du célèbre texte historique deb-ther snon-po, « Les Annales bleues ». Non loin de lui, permissionnaire du centre régimental des lOth Gurkha Rifles, qui se trouvait alors à Alhilal, dans la Kangra Valley, je suis parti à pied de Manali sur la route qui mène vers le Ladakh. En ces temps-là, les routes étaient moins bonnes qu’aujourd’hui et, faute de temps, j’ai dû rebrousser chemin après avoir atteint Kyelang. C’est de cette période que datent mes premières rencontres avec des gens de culture tibétaine. Ce doit être pour cette raison-là que Pascale Dollfus me demande d’écrire quelques lignes en préface de son livre : car elle connaît infiniment mieux que moi, d’expérience directe, le Ladakh et les Ladakhi. Beaucoup d’années plus tard, j’ai pu accéder à Leh, en partant de Srinagar. Même de nos jours, l’approche du Ladakh par cette route demeure spectaculaire. L’auteur d’un livre à succès, mi-travelogue mi-confessionnel, la décrit ainsi : “The journey itself is a rite of initiation. You pass from the lush valley of Kashmir up the long winding granité sides of the mountains to Zoji-la ; then, at the heart of the Karakorums, you pass again through ring after ring of mountains each more spectacular, tortured, brilliantly coloured than the last ; then finally, when you are half-frightened and exhausted by the raids so much magnificence makes on your wonder, you move, by slow degrees into the plateau of central Ladakh, edged and cradled by the Indus, and from that into the long fertile valley of Leh and its surrounding villages and monasteries. It is an éducation in wilderness, this journey, a progress into a bareness that at the last moment breaks into the flame of wheat-fields and prayer flags…” (A. Harvey, A Journey in Ladakh, Londres, Fontana Paperbacks, 1984 : 23). Cependant, le livre de Pascale Dollfus n’est nullement un travelogue. Elle y parle peu d’elle-même. Je crois donc utile d’affirmer qu’après de fortes études rondement menées, et après de longs voyages à pied à travers l’Himâlaya, elle nous a donné ici le premier livre résolument ethnologique sur le Ladakh. Ses recherches, entreprises depuis 1980, sous ma direction, au cours de séjours successifs d’une durée totale de plus de vingt-six mois, ont donné lieu dans un premier temps, à plusieurs travaux sur la maison et l’organisation de l’espace domestique. Elles ont par ailleurs permis une première approche de la religion et des croyances populaires, mettant en relief la présence d’influences venues de l’ouest (des hautes vallées du Pamir et de l’Hindu-Kush, d’Asie centrale et même d’Iran) et confirmant la co-existence perpétuelle de traditions bouddhiques et non-bouddhiques dans les pratiques et les croyances locales.

2Le livre que l’on va lire est l’analyse approfondie d’un village ladakhi, situé à quatre-vingt-cinq kilomètres de Leh, capitale de l’ancien royaume et aujourd’hui chef-lieu du district du Ladakh. L’auteur y a séjourné de nombreux mois dans la maison d’un instituteur, l’hiver dans la réserve à viande, l’été sur le toit-terrasse avec les membres de la famille (le maître de maison, sa femme et ses quatre enfants). Partageant le toit familial en l’absence du maître de maison, muté à plusieurs centaines de kilomètres de là, dans les plaines ventées du Chang-thang, c’est en tant que membre et émissaire de la maison qui l’abritait, qu’elle participa à la vie sociale et religieuse du village d’Hémis-shukpa-chan. Travaillant sans informateur privilégié, ni traducteur, c’est au jour le jour, au détour des conversations, qu’elle collecta les informations, qui recoupées avec d’autres histoires, s’étayèrent peu à peu pour former un ensemble cohérent.

3L’examen de ce village, et la confrontation des matériaux recueillis in situ avec les sources bibliographiques pertinentes existant dans le domaine himâlayen et tibétain ont permis à l’auteur de mettre en évidence ce qui fait la particularité de la société ladakhi au sein des autres communautés de langue tibétaine, à savoir : le succès de la politique d’assimilation menée jadis par le pouvoir royal et l’influence dominante du bouddhisme monastique. L’établissement très tôt d’un pouvoir centralisateur, détenteur de la terre et soutenant l’intérêt de certains groupes privilégiés, a favorisé au Ladakh l’éclosion d’une société « à maisons » résultant, pour reprendre les termes de Claude Lévi-Strauss « de la nécessité de donner à l’ordre social un fondement autre que généalogique, d’échapper à la réalité ou au mythe des « liens du sang » au profit de la résidence ».

4Cet ouvrage me plaît non seulement parce qu’il constitue une bonne monographie de village qui permet de mieux cerner l’identité ladakhi, mais aussi parce qu’il entr’ouvre la porte à une éventuelle sociologie comparative des sociétés himalayennes dans leur ensemble. Depuis 1965, date de la création de la première R.C.P. Népal du C.N.R.S., les études ethnologiques menées en France sur l’Himâlaya ont été centrées sur le Népal. L’un des mérites du livre de Pascale Dollfus sera de nous obliger à re-centrer nos réflexions sur ce vaste et complexe ensemble culturel qui s’étend du Kashmir jusqu’au Yunnan.

Auteur

Directeur de Recherche C.N.R.S.
Laboratoire d’ethnologie et de Sociologie comparative
Université de Paris X – Nanterre

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search