Version classiqueVersion mobile

Jean Rouch

 | 
Maxime Scheinfeigel

Préface

Michel Marie

Texte intégral

1Maxime Scheinfeigel est une « rouchienne » de la première heure.

2J’ai eu l’occasion de faire sa connaissance à son retour d’Afrique. Elle, elle y était vraiment allée, contrairement aux personnages du film d’Alain Tanner, un peu oublié aujourd’hui.

3Elle revenait de quelques années passées au Mali et s’apprêtait à inaugurer une carrière de chercheuse en esthétique et histoire du cinéma. Le cinéma africain venait de commencer. Son premier mémoire fut consacré à Borom Sarrett de Sembène Ousmane, puis elle étudia Cabascabo d’Oumara Ganda.

4Les collections de la Cinémathèque universitaire comprenaient une copie en 16 mm de Moi un noir. L’objet de la thèse était tout trouvé. Elle fut soutenue quelques années plus tard et le découpage du film publié, plan par plan et très détaillé, dans L’Avant Scène cinéma.

5Ce livre est à marquer d’une pierre blanche. En effet, c’est le premier livre entièrement consacré à un immense cinéaste, célèbre et méconnu, Jean Rouch. Il existe plusieurs numéros collectifs sur son œuvre, notamment deux CinémActions consécutifs, un volume collectif italien, quelques ouvrages en anglais ; mais pour la bibliographie française, aucun véritable livre. Maxime Scheinfeigel répare donc une anomalie de l’édition française et il est heureux que ce livre soit publié par les éditions du CNRS, organisme dont le cinéaste fut directeur de recherches pendant plusieurs décennies.

6Les films de Rouch sont mondialement célèbres, étudiés dans toutes les universités qui analysent le cinéma documentaire et son histoire. On travaille sur Moi un noir aux Etats-Unis, au Brésil, au Canada pour citer trois pays où j’ai eu l’occasion de le vérifier.

7Certes, Rouch est loin d’être inconnu en France. Mais il n’a jamais été vraiment identifié comme appartenant à la communauté des cinéastes professionnels. Il était un franc-tireur. Un ethnologue cinéaste. Il a toujours travaillé en format « substandard », le 16 mm. Il a fait des films avec deux ou trois personnes, parfois même seul. Il n’était pas un « vrai professionnel » du « cinéma-cinéma ».

8En tant qu’ethnologue, il était assez souvent considéré avec une condescendance ironique. Ses films étaient trop personnels, subjectifs, insuffisamment « scientifiques », parfois même complètement ratés, comme à certains égards et aux yeux de quelques critiques, Les Veuves de quinze ans ou Dionysos, ce dernier naufrage. Bref, Rouch était un farceur sympathique.

9Il est vrai que son attitude institutionnelle pouvait apporter des arguments à ses détracteurs, tant il manifestait une certaine désinvolture dans son magistère universitaire, ses directions de thèse ou ses participations fort peu académiques à de multiples jurys, et plus encore, dans certaines responsabilités un peu écrasantes comme la présidence de la Cinémathèque française. Mais c’est précisément sa désinvolture, son anarchisme intellectuel à la petite semaine qui font le prix de son cinéma. Car Jean Rouch est un très grand cinéaste français, peut-être avec Robert Bresson, celui qui a le plus marqué en profondeur toute l’histoire esthétique et formelle du cinéma français depuis 1945. C’est ce que ce livre démontre. Il y a un cinéma d’avant celui de Rouch et un cinéma d’après lui. Deux titres ont tout fait basculer : en 1954, Les Maîtres fous et en 1958, Moi un noir. Et je tiens Gare du nord comme le chef-d’œuvre des années 60.

10Le livre de Maxime Scheinfeigel décrit bien la trajectoire professionnelle de l’ingénieur des Ponts et Chaussées converti à l’anthropologie africaine en assistant pour la première fois à un rituel de possession. C’est Jean Cocteau qui découvre le ton particulier de ses premiers essais documentaires et introduit le jeune anthropologue dans les milieux du cinéma d’avant-garde par le premier festival de Biarritz.

11Maxime Scheinfeigel n’intègre pas directement Rouch dans l’école Nouvelle Vague. Rouch est, en effet, un peu à l’extérieur et au-delà. Ses films précèdent ceux de l’école des Cahiers du cinéma. Il n’a jamais vraiment cherché à construire une carrière de cinéaste professionnel produit par des producteurs de cinéma, même si Pierre Braunberger l’a soutenu tout au long de sa vie. Mais c’est justement cette extériorité institutionnelle qui a marqué Rohmer, Rivette et Godard.

12Rohmer dans son célèbre article Le Goût de la beauté prend La Pyramide humaine (avec Exodus !) comme étalon de la modernité cinématographique en 1961. Ce n’est pas rien. Plus tard, il sera fasciné par l’expérience de La Punition jusqu’à s’en inspirer lorsqu’il se lance dans l’aventure du Rayon vert. Godard a été dithyrambique dans ses appréciations de Moi un noir, où il évoque Rimbaud et Céline. Quant il entreprend Masculin féminin, c’est pour faire les poches de Rouch et donner sa propre version des Veuves de quinze de quinze ans. Car Rouch est d’abord un expérimentateur. Et les expériences auxquelles il se livre sont aux sources même de la démarche esthétique de la Nouvelle Vague. Jacques Rivette n’aurait jamais eu l’audace de se lancer dans la réalisation de ses longs feuilletons à rebondissements, à partir de L’Amour fou, Céline et Julie, et bien entendu Out One, Spectre s’il n’avait pas assisté à la Cinémathèque française et au Musée de l’homme aux projections mouvementées des épisodes successifs des Sigui que tourne Rouch entre 1967 et 1973.

13Rouch doit sa réputation internationale à Chronique d’un été, certes un film carrefour de l’histoire du cinéma documentaire et du cinéma tout court, mais dont le projet appartient d’abord à Edgar Morin. Il est assez atypique dans la filmographie rouchienne. Petit à Petit est certainement plus proche du cinéma qu’il entendait promouvoir, un cinéma d’anthropologie inversée, permettant aux Africains d’écrire leurs Lettres persanes en observant ironiquement les mœurs parisiennes. Maxime Scheinfeigel insiste à juste titre sur la bande de « copains », à la base même de la démarche créatrice du cinéaste. Il y a d’abord Rouch, mais son cinéma est autant celui d’Oumarou Ganda, de Damouré Zika, de Lam Ibrahima Dia, d’Illo Gaoudel et de Safi Faye et ce n’est pas un hasard si deux d’entre eux feront des films.

14Maxime Scheinfeigel entre dans le foisonnement des films de Rouch en privilégiant certains titres : La Chasse au lion à l’arc, Les Maîtres fous, Petit à petit, évidemment Moi un noir, mais aussi Gare du Nord, Tourou et Bitti et Dionysos. Ce sont en effet les jalons essentiels de l’œuvre. Mais il y a aussi une veine plus secrète, celle qui relie ces films à La Pyramide humaine, et à la Punition pour culminer avec Gare du Nord, le chef-d’œuvre incontesté.

15La connaissance de l’œuvre de ce cinéaste majeur n’en est qu’à ses premiers pas. Le chemin sera aussi long et tortueux qu’un sentier de brousse. Avec ce livre, nous sommes dans la bonne direction.

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search