Version classiqueVersion mobile

Argos

 | 
Marcel Piérart
, 
Gilles Touchais

Naissance d’une ville moderne (1821-1975)

Texte intégral

Une ville insurgée

  • 1 Carte p. 41

1La révolution qui éclate au printemps de 1821 et qui aboutira, neuf ans plus tard, à l’indépendance de la Grèce, laisse des traces profondes à Argos. Située dans une zone stratégique1, point de passage obligé entre Tripoli, où est concentre le gros des forces ottomanes, et l’isthme de Corinthe, par où elles reçoivent leurs renforts terrestres, la ville est directement impliquée dans les opérations militaires et détruite à trois reprises : en 1821 par les troupes de Kehaya Bey, en 1822 par celles de Dramali Pacha – écrasées quelques jours plus tard au sortir de la plaine, dans le défilé de Dervenakia (fig. p. 104) – et en 1825 par l’armée égyptienne d’Ibrahim Pacha. Quelques années plus tard, au moment où la Grèce, libérée avec l’aide des puissances européennes, se prépare à accueillir à Nauplie le prince Othon de Bavière, que celles-ci lui ont choisi pour roi, Argos est le théâtre d’un dernier épisode sanglant : une rixe éclate entre des soldats du corps expéditionnaire français – dépêchés de Nauplie à la demande du gouvernement constitutionnel de la Grèce pour parer à d’éventuels désordres – et des irréguliers hostiles au gouvernement, qui se sont rassemblés à Argos pour faire pression sur le roi dès son arrivée ; la rixe tourne vite à l’affrontement armé et les Français, perdant tout sang froid, massacrent plusieurs centaines d’Argiens.

La bataille de Dervenakia
Le 6 août 1822, l’armée grecque, commandée par Colocotronis, défit les troupes de Dramali Pacha au défilé de Dervenakia. Ce grand moment de la Guerre d’indépendance est représenté, de façon plus ou moins cohérente, sur un tableau peint en 1836 d’après un croquis de Makriyannis : la forteresse de la Larisa domine la composition ; à ses pieds, à droite, la ville d’Argos ; sur son flanc gauche, les restes du rempart le long de l’arête sud de la colline ; au fond à gauche, l’Acrocorinthe ; au premier plan, Lerne ; à l’extrême droite, Nauplie et le fort Palamède. (Musée historique national d’Athènes.)

  • 2 Monastère Plan II, I
  • 3 École mutuelle Plan II, II
  • 4 Caserne Plan II, C 5
  • 5 Théâtre Plan I, 3

2Mais Argos prend aussi une part active au processus politique à la faveur duquel les structures du jeune État se mettent progressivement en place. C’est en effet à Argos que se réunit, en décembre 1821, la première Assemblée législative, qui décidera finalement de siéger à Épidaure. C’est à Argos qu’est transféré, l’année suivante, le siège du gouvernement révolutionnaire d’abord établi à Corinthe, et c’est dans le monastère2 accroché au flanc de la Larisa qu’est alors installé le premier atelier monétaire de la Grèce insurgée. C’est « à Argos, comme étant l’une des villes les plus importantes et les plus saines du Péloponnèse » qu’est instituée en 1824, par décret de l’Assemblée, la première « école d’enseignement mutuel »3 avec mission de servir d’« école centrale de la Nation » (elle disparaîtra l’année suivante dans l’incendie de la ville) et c’est à Argos encore que le « bienfaiteur national » Varvakis prévoit de fonder la première université grecque, dans les locaux de l’ex-bazar turc, dont on fera finalement une caserne4. Enfin dans les dernières années de la révolution Argos accueille encore deux sessions de l’Assemblée législative : la quatrième, qui se tient en juillet 1829, sous la présidence de Capodistria, dans le théâtre antique spécialement Théâtre5 aménagé pour la circonstance (voir encadré p. 103), et la cinquième qui se réunit, moins de deux mois après l’assassinat de ce dernier à Nauplie (septembre 1831), dans l’École mutuelle qu’il venait de fonder.

Plan de l’ancienne Argos et projet d’alignement pour la nouvelle ville
Ce plan d’aménagement, exécuté par R. de Borroczün sur l’ordre de Capodistria, n’a pas été suivi d’effet. On remarque au centre de la ville le grand bâtiment de la caserne avec, au sud et à l’ouest, un terrain libre légendé « Établissement pour la cavalerie ». À l’est de la caserne, l’église Saint-Nicolas (remplacée en 1865 par l’actuelle église Saint-Pierre) et, à proximité, le tribunal (actuelle mairie). À l’ouest de la ville, l’église Saint-Jean-Baptiste et, plus à l’ouest, sur le flanc de la Larisa, le monastère de la Vierge au Rocher. (Ministère hellénique de l’aménagement du territoire, de l’habitat et de l’environnement.)

Réunion politique au théâtre d’Argos
En 1828 le gouvernement de Charles X décida de venir en aide aux Grecs insurgés en envoyant dans le Péloponnèse un corps expéditionnaire de 14000 hommes commandé par le général Maison. On lui adjoignit une commission scientifique divisée en plusieurs sections (sciences physiques, archéologie, architecture), sur le modèle de celle qui avait accompagné les années de Bonaparte en Égypte. L’expédition scientifique de Morée, qui séjourna en Grèce de mars à novembre 1829, nous a laissé de son passage à Argos un récit vibrant de ferveur philhellène (Expédition scientifique de Morée, vol. 2, Paris, 1833, p. 90) :
Lorsque nous arrivâmes dans cette ville, le 15 juillet 1829, nous apprîmes que le président de la Grèce, Capo-d’Istria, s’y trouvait, depuis quelque temps, pour l’ouverture de la session législative, qui devait avoir lieu peu de jours après. À cet effet, on déblayait, pour recevoir le public, les gradins du théâtre antique, et l’on construisait au bas une salle d’assemblée dans laquelle d’autres gradins étaient réservés pour les députés. Cette salle s’ouvrait de tous côtés, afin de permettre aux spectateurs, placés dans le théâtre, de voir et d’entendre toutes les délibérations de l’assemblée. Parmi les députés qui étaient à Argos pour cette solennité, on distinguait Nikétas, Miolis, Colocotroni, Grivas et Piétro Bey. Certes : c’était un beau spectacle que de voir, après tant de siècles de despotisme et de servitude, la Grèce, délivrée de ses chaînes et protégée par les plus grandes puissances de l’Europe, réunir dans l’antique théâtre d’Argos, sous la présidence d’un habile diplomate, Grec lui-même, les hommes qui s’étaient immortalisés par leur bravoure dans une guerre d’extermination, et qui allaient donner à leur pays des lois constitutionnelles, premier bienfait de cette grande régénération...

L’urbanisme de Capodistria

3Les descriptions faites par les voyageurs qui passent à Argos pendant ou juste après la révolution permettent de mesurer l’étendue des destructions : la ville n’est plus qu’un champ de ruines. La reconstruction, aussitôt entreprise, culmine avec la mise en place de l’administration de Capodistria. Élu Gouverneur de la Grèce indépendante en janvier 1828, celui-ci se rend en Argolide trois mois plus tard et constate que « la ville d’Argos a fait des progrès notables et satisfaisants dans sa restauration. Pour peu que ses habitants suivent un plan régulier, en rétablissant leurs maisons, Argos deviendra, par sa position et par le mouvement du commerce et de l’agriculture dont elle est le centre, une belle ville du département. »

La caserne
Fondée par Capodistria au lendemain de l’Indépendance, la caserne, qui pouvait abriter trois à quatre escadrons de cavalerie, s’élève au centre de la ville, à l’emplacement d’un ancien bazar turc. Son aile principale, visible sur plusieurs dessins du xixe siècle, a été démolie entre les deux guerres. Au cours des dernières décennies l’édifice, menacé par la spéculation immobilière, est devenu le symbole de la lutte pour la sauvegarde du patrimoine ; ¡I est aujourd’hui classé monument historique.

4L’un des premiers soucis du Gouverneur, alors même que le nouvel État indépendant n’était pas encore officiellement constitué, fut en effet de planifier le développement des villes selon des principes d’urbanisme modernes. Il chargea donc des ingénieurs grecs et étrangers d’élaborer des plans directeurs pour un grand nombre de villes. Un premier plan d’Argos fut commandé en 1828 à l’ingénieur grec St. Voulgaris ; De Vaux, capitaine du génie suisse, en dressa un second l’année suivante, et l’ingénieur allemand R. de Borroczün un troisième en 1831. Ces deux derniers plans, qui ont été retrouvés, sont des documents d’une importance capitale non seulement pour l’histoire d’Argos – ils contiennent un relevé complet de tous les bâtiments existants – mais aussi pour celle de l’urbanisme en Grèce. Le plan de 1831 (p. 105) demeura d’ailleurs, au prix de modifications successives, le cadre qui devait régir l’évolution urbaine d’Argos jusqu’à nos jours.

5Ce plan confirme que la vieille ville, au tissu lâche et irrégulier, s’étendait au pied des collines de la Larisa et du Prophète Élie ; que les deux artères principales existantes, partant de la place centrale, se dirigeaient l’une vers le nord (actuelle rue Korinthou),l’autre vers le col de la Deiras (actuelle rue Tsokri).Le « projet d’alignement pour la nouvelle ville » respecte ces éléments et prévoit une extension de la zone urbaine au sud et au sud-est, avec un mail, un grand parc, des quartiers neufs au tracé parfaitement géométrique et un fossé pour canaliser les eaux du Xérias.

Édifices publics et maisons bourgeoises

  • 6 Caserne Plan II, C 5
  • 7 Kallerghion Plan II, 8
  • 8 Mairie, École mutuell Plan II, 10, II
  • 9 Carte p. 10

6C’est à cette époque que sont érigés, au centre de la ville, les premiers bâtiments publics, d’un aspect parfois imposant mais d’une architecture toujours très sobre : la Caserne6 de la cavalerie, composée de quatre ailes – dont trois ont survécu – entourant une vaste cour centrale ; le Palais du gouverneur, plus connu sous le nom de *Kallerghion7, qui constitue l’aile ancienne du musée actuel ; le bâtiment des Tribunaux et de la Démogérontie qui, remanié en 1889, est aujourd’hui le siège de la mairie8 ; l’École mutuelle, qui abrite toujours plusieurs classes primaires. D’autres édifices publics sont construits à l’extérieur de la ville, notamment l’École d’agriculture de Tirynthe – actuelle prison agricole – qui introduisit en Grèce la culture de la pomme de terre, et, un peu plus tard, les Haras de Néa Kios, qui fonctionneront pendant près d’un siècle9.

Le général D. Tsokris (1796-1875)
Issu de l’une des plus vieilles familles argiennes, il s’illustra au cours de nombreuses batailles de la Guerre d’indépendance. Ami de Colocotronis et de Capodistria – qui, avant la construction du Kaiierghion, logeait chez lui lors de ses séjours argiens –, il exerça aussi des fonctions politiques pendant et après la révolution, notamment comme député de l’Argolide.

  • 10 Maison Perroukas Plan II, 4
  • 11 Maison Vlassis Plan II, 14
  • 12 Maison D. Tsokris Plan II, 2
  • 13 Maison Tricoupis Plan II, 13
  • 14 Maison Gordon Plan II, 3

7Pour l’architecture privée c’est aussi une période florissante. En l’espace de quelques années on voit se construire – ou se reconstruire – les résidences de maintes familles illustres, comme les Perroukas10 ou les Vlassis11, celles de grands notables, comme le général Tsokris12 ou le premier ministre Spyridon Tricoupis13, et celles de dignitaires étrangers comme les généraux *Gordon14 et *Church ou l’ambassadeur *Dawkins. Ces grosses demeures, qu’un officier français, les comparant à celles que « d’honnêtes bourgeois » se font construire « au pourtour du Bois de Boulogne », juge d’une « modeste mais élégante apparence », sont toutes en pierre et d’une architecture élaborée. Elles tranchent sur les constructions basses en brique crue de type traditionnel qui continueront pendant plus d’un siècle de former la majorité des habitations argiennes (fig. p. 111).

Maison G. Tsokris
De toutes les maisons construites juste après l’indépendance, celle de Georges Tsokris, frère du général, demeura intacte dans son cadre originel (cour avec citerne et petite orangeraie attenante) jusqu’à sa destruction « sauvage » en 1980. C’est à partir de ce moment que les pouvoirs publics prirent conscience de la nécessité de mettre en place une politique de sauvegarde du patrimoine architectural traditionnel.

Infanterie légère rouméliote près d’Argos
Copie d’une aquarelle de Kôllnberger (1838) exécutée en 1909 par Hans Hanke d’après un original conservé alors à Munich et aujourd’hui détruit. L’église à flanc de colline à gauche est sans doute le monastère de la Vierge au Rocher ; la colline de droite celle du Prophète Élie, malgré l’absence de chapelle au sommet. (Musée historique national d’Athènes.)

  • 15 Saint- Jean-Baptiste Plan II, 5

8Un seul édifice religieux peut être daté avec certitude de cette période, encore que le début de sa construction remonte à 1822 : c’est l’église Saint-Jean-Baptiste. Achevée grâce à l’aide financière de Capodistria, elle servit de cathédrale jusqu’à l’érection de l’église Saint-Pierre en 186515.

La résidence d’été du roi Othon

9Une fois reconstruite, Axgos, dont la physionomie commence à se transformer, redevient un centre commercial actif sans cesser de contrôler l’activité agricole de toute la région : face à Nauplie, centre administratif et capitale du nouvel État, elle devient vite la métropole économique de l’Argolide. Le roi Othon en fait sa résidence d’été car le climat y est plus sain qu’à Nauplie. Et lorsqu’il décide, en 1833-34, de déplacer la capitale du royaume, nombreux sont ceux qui le pressent de choisir Argos, car l’État y possède déjà de vastes terrains, plutôt qu’Athènes, où l’installation des services publics nécessiterait de gros investissements. Mais c’est Athènes qui fut finalement choisie.

  • 16 Erasinos Plan I, 34

10L’intérêt de la monarchie bavaroise pour Argos et sa région se manifesta entre autres par les travaux d’aménagement qu’elle entreprit aux abords de l’Erasinos16 et par l’installation d’une cartoucherie qui, malgré deux explosions meurtrières, devait y fonctionner jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Cette sollicitude royale pour leur ville n’empêcha pas les Argiens de prendre une part active à la chute des Bavarois puisqu’ils participèrent – en la personne du général Tsokris notamment – aux deux soulèvements de 1862 qui entraînèrent le départ d’Othon, bientôt suivi de l’intronisation d’un prince danois de la famille des Glücksburg, dont les descendants régnèrent jusqu’en 1967.

Argos et le château de la Larisa
Henri Belle, premier secrétaire de l’ambassade de France, visita Argos vers 1870. Auteur de ce dessin, il note : « Argos n’est qu’un grand village composé de maisons basses, mal bâties, entremêlées de jardins et de vergers où les orangers et les citronniers en fleurs, les églantines, les lauriers roses, les jasmins embaument l’air de leurs parfums. »

Prospérité économique et goût néo-classique

11La période qui va des environs de 1860 à la première Guerre mondiale correspond, dans l’ensemble de la Grèce, à de profonds changements dans la vie économique, sociale et politique. Dans les dernières années du xixe siècle la modernisation des infrastructures et la réorganisation complète de l’administration, menées par le gouvernement libéral de Charilaos Tricoupis – argien de naissance –, créent les conditions d’un décollage économique qui se traduit par un développement rapide du commerce et de l’industrie. Cela entraîne l’émergence d’une bourgeoisie semblable à celle des sociétés d’Europe occidentale, qu’elle s’efforce d’ailleurs d’imiter.

  • 17 Maison Konstantopoulos Plan II, 12

12Bien qu’Argos conserve pendant toute cette période – et même beaucoup plus tard -son caractère de gros bourg rural semi-urbanisé, ce phénomène y est très sensible. La ville compte en effet, à cette époque, un certain nombre de riches commerçants, comme Konstantopoulos17, dont les activités dépassent largement les frontières de l’Argolide et même de la Grèce. Dans le secteur industriel, ce sont les filatures de coton – textile cultivé dans la plaine argienne – qui assurent la fortune d’un Diamantopoulos. À ceux-là s’ajoutent les notables des professions libérales, qui continuent souvent d’être des propriétaires terriens tout en fournissant les cadres de la nouvelle classe politique.

La maison Konstantopoulos
Construite en 1912 sur des plans de l’architecte allemand E. Ziller – l’un des grands urbanistes d’Athènes sous la monarchie bavaroise –, c’est sans conteste le plus bel édifice néoclassique d’Argos. Elle a conservé sa décoration Intérieure d’origine, exécutée par des artistes italiens. D’abord résidence privée, puis édifice public (hôpital, lycée), elle appartient aujourd’hui à la municipalité d’Argos.

13Cette évolution se reflète dans les activités de la ville : avec la première imprimerie apparaît le premier journal local, le Danaos, bientôt suivi par l’Agamemnon et bien d’autres, comme le Danaïs qui, fondé en 1910, demeure aujourd’hui l’un des principaux titres de la presse locale. Une multitude d’associations culturelles, sportives, musicales, philanthropiques, voient le jour, tandis que les nouveaux citadins se rencontrent, à partir de 1910, au grand café « Thivéos » qui ouvre ses portes sur la place Saint-Pierre et abrite les premières projections cinématographiques.

  • 18 Gare Plan II, F 6
  • 19 Marché Plan II, C 4
  • 20 Maison Kalliarchis Plan II, 15
  • 21 Maisons Konstantopoulos et Mystakopoulos Plan II, 12 et 9

14L’architecture de la ville reflète aussi cette évolution. Outre la mise en place des infrastructures comme l’aqueduc de l’Erasinos (1864), la gare du chemin de fer (1886)18, le marché19 municipal (1889) et le réseau électrique (1912), on voit se multiplier les grandes demeures de style néo-classique, ce style inspiré de l’architecture antique qui triomphe, depuis le milieu du xixe siècle, dans les capitales d’Europe occidentale comme à Athènes. Les maisons20 Kalliarchis, Konstantopoulos et Mystakopoulos21, bâties au centre d’Argos, en sont les plus beaux fleurons. Par la suite un certain nombre de constructions plus modestes empruntèrent, elles aussi, des éléments au style néo-classique qui ne cessa, jusque dans les années trente, de constituer l’unique référence en matière d’architecture urbaine.

Architecture néoclassique
La présence de pilastres, de chapiteaux corinthiens, de denticules et d’antéfixes sur la façade de cette maison aux dimensions modestes, dont le rez-de-chaussée abrite un magasin-atelier, montre que le style néoclassique n’était pas réservé aux édifices prestigieux.

Architecture rurale
Les maisons traditionnelles à caractère rural, semblables à celles que l’on trouve dans les villages et les bourgs de la campagne argienne, sont aujourd’hui encore nombreuses dans la ville elle-même. Le type le plus simple comporte un rez-de-chaussée très bas et un toit à deux pentes. Plus élaborée, la maison à étage est généralement pourvue d’une loggia en bois donnant sur le jardin.

Le malaise des campagnes et l’émigration

15Malgré ces changements la Grèce du début du xxe siècle demeurait un pays avant tout agricole, où l’industrie, organisée sur une petite échelle, offrait encore peu d’emplois. Or l’agriculture restait très arriérée ; les rendements étaient faibles et, dans le Péloponnèse, le morcellement des parcelles, obstacle au progrès technique, aggravait la situation des paysans. À cela s’ajouta l’une des conséquences les plus graves, pour la Grèce, de la grande récession mondiale : la chute brutale des cours du raisin sec, denrée qui constituait alors les trois quarts des exportations du pays et une proportion à peu près égale de la production argienne.

16Pour beaucoup de paysans le seul espoir était dans l’émigration. C’est ainsi qu’entre 1900 et 1915 un quart des Grecs qui avaient entre 15 et 40 ans quittèrent leur pays pour aller tenter leur chance aux États Unis ; presque tous y restèrent. Un certain nombre d’entre eux étaient originaires d’Argos où, durant toute cette période, deux bureaux concurrents offraient leurs services aux candidats à l’émigration. Une fois installés ceux-ci fondèrent des associations ; celle des Argiens d’Atlanta, comme celle des Argiens de l’Utah, reçut le nom de « Danaos ».

17Quant à ceux qui ne voulaient pas ou ne pouvaient pas quitter leur terre, ils tentèrent de s’organiser : à la faveur des réformes sociales engagées par le gouvernement libéral d’Élefthérios Vénizélos, ils se regroupèrent dans des coopératives agricoles. C’est à Argos que fut fondée en 1913 la première « Coopérative Économique d’Argolide », qui devait s’attaquer notamment au problème de l’irrigation de la plaine.

La fracture nationale et le drame de l’Asie Mineure

18Pendant la même période l’ascension des classes moyennes influa naturellement sur la structure politique du pays ; l’affrontement aux allures de guerre civile larvée qui opposa les partisans de la république, incarnée par Vénizélos, à ceux de la monarchie, reflète en grande partie l’opposition entre la nouvelle bourgeoisie libérale et la vieille classe dirigeante des propriétaires terriens. En Argolide où, comme dans l’ensemble du Péloponnèse, le régime de la petite et moyenne propriété était prédominant, les conservateurs l’emportaient largement. Aussi la foule vint-elle nombreuse à Argos, le 12 décembre 1916, à l’invitation du métropolite d’Argolide, jeter l’anathème sur Vénizélos et lapider fictivement ce « Juda » qui avait « trahi sa patrie et son Dieu ».

La rue Tsokri vers 1900
Cette rue, qui part du marché et se dirige vers le col de la Deiras, a toujours été l’une des artères les plus commerçantes de la ville. Le quartier de Gouva doit son nom (qui signifie « cuvette ») à la configuration originelle du terrain.

  • 22 Carte p. 9

19C’est dans le contexte de cette irréductible fracture nationale que se nouèrent les événements tragiques d’Asie Mineure, dont Argos fut doublement affectée. Les faits sont connus. La Grèce, qui avait obtenu en 1920 par le traité de Sèvres l’administration de Smyrne et de sa région (peuplées en majorité de Grecs)22 ne put résister au rêve expansionniste de la « Grande Idée » et entreprit deux ans plus tard, contre la jeune Turquie nationaliste de Mustafa Kémal, une expédition mal préparée qui se solda par un désastre ; l’armée grecque fut mise en déroute, la population chrétienne de Smyrne massacrée, la ville incendiée et, dans un chaos indescriptible, plus d’un million de Grecs durent fuir vers les îles voisines et la Grèce continentale : c’était la fin de 2500 ans d’hellénisme en Asie Mineure. Le traumatisme fut terrible. Il fallait des boucs émissaires ; on en trouva six, hauts responsables politiques et militaires, qui, au terme d’un procès contestable, furent condamnés à mort pour haute trahison et exécutés ; parmi eux se trouvait un grand notable d’origine argienne, Dimitrios Gounaris, ancien Premier ministre et membre du gouvernement qui avait lancé le pays dans l’aventure. Il fallait aussi – et cela fut beaucoup plus difficile – faire face aux énormes problèmes que causa l’afflux des réfugiés.

La construction du village de Néa Kios
Les réfugiés d’Asie Mineure reçurent des terrains lotis dans la zone marécageuse proche de l’embouchure de l’Inachos. Ceux que l’âpreté des conditions de vie ne rebuta pas y bâtirent eux-mêmes leurs maisons, à partir de 1926.

Jour de marché
Depuis des siècles, le marché d’Argos attire chaque semaine une foule bruyante et bigarrée de paysans, de citadins et de marchands ambulants. Il se tient sur la place située entre la caserne (juste en dehors de la photo à gauche) et le marché couvert (en haut à droite) construit en 1889 et récemment restauré. On voit sur cette photo, prise en 1945, qu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale la charrette est toujours l’unique véhicule utilisé.

Les réfugiés en Argolide

  • 23 Carte p. 9
  • 24 Carte p. 10

20L’Argolide accueillit plusieurs centaines de familles originaires pour la plupart de la région de Kios23, sur la côte sud de la Propontide, et les installa à quelques kilomètres d’Argos, dans les marais insalubres qui bordaient le littoral. Exposées à la malaria, à la faim et à l’hostilité latente des autochtones, elles y fondèrent le village de Néa Kios24, dont le nom rappelait la patrie perdue, et mirent en valeur les terres, cultivant le riz, élevant le ver à soie, pratiquant aussi la pêche. Là, comme dans le reste du pays, la contribution des réfugiés à la mise en culture des zones déshéritées fut décisive et transforma profondément le paysage rural.

  • 25 Kallerghion Plan II. 8
  • 26 Quartier des réfugiés Plan II, B 6

21Le paysage urbain fut lui aussi modifié par l’arrivée des réfugiés25. Car un certain nombre d’entre eux, d’abord hébergés au Kallerghion, furent ensuite logés dans des baraquements en tôle dressés à la lisière sud de l’agglomération, entre le théâtre antique et le cimetière de la Panaghia. Mais ce nouveau quartier26 (symkismos) ne se développa vraiment qu’avec l’arrivée, en 1936-37, d’une deuxième vague de réfugiés, venus cette fois de Russie méridionale ; ils appartenaient à la forte minorité grecque installée dans ces régions depuis plusieurs générations, et furent alors contraints de s’exiler parce qu’ils refusaient de prendre la nationalité soviétique. Les abris provisoires furent peu à peu remplacés par des maisons en dur, bâties autour d’une place qui borde la route de Tripoli et donne à cette extension de la ville vers le sud un début de structure urbaine.

La place Saint-Pierre en 1956
Vue prise du nord-est. L’aspect aéré et semi-rural de l’agglomération est encore très accusé. On reconnaît dans l’angle inférieur gauche la mairie ; dans l’angle supérieur gauche la maison Konstantopoulos ; un peu plus à droite l’école mutuelle ; à l’extrême droite le Kallerghion (et juste à gauche de celui-ci les sondages préliminaires à la construction du musée) ; le long du côté ouest de la place l’ensemble constitué par l’hôtel des frères Saganas, la maison Mystakopoulos, le café « Thivéos » (avec son large velum de toile) et, juste à côté, formant l’angle, le célèbre « Yali kaféné » qui devait bientôt céder la place au premier immeuble à plusieurs étages.

Les années de guerre

22Entre-temps la Grèce était passée du régime démocratique, issu du référendum de 1924 (avec les voix des réfugiés), à une dictature royaliste instaurée par le général Métaxas en 1936. L’aspect fascisant de ce régime n’empêcha toutefois pas son fondateur de répondre par un « non » énergique – que la Grèce commémore chaque année par une fête nationale – à l’ultimatum que lui adressa Mussolini. C’est ainsi que, le 28 octobre 1940, la Grèce entra dans la Seconde Guerre mondiale, qui devait durer jusqu’en décembre 1944. Celle-ci fut bientôt suivie par une guerre civile de trois ans (1946-1949) opposant les forces communistes, issues de la Résistance, à l’armée régulière soutenue d’abord par l’Angleterre, puis par les États Unis, dans un contexte qui était déjà celui de la guerre froide.

Le premier immeuble d’Argos
Sur cette carte postale, postérieure d’une dizaine d’années a la photo de la page précédente, le nouveau bâtiment fait nettement figure de corps étranger. Des constructions de ce type, produits de ce que l’architecture moderne a de moins Imaginatif, commencèrent d’envahir, vers la même époque, toutes les villes de Grèce.

  • 27 Maison Konstantopoulos Plan II, 12
  • 28 Carte p. 10

23Argos traversa cette période d’affrontements sanglants sans y jouer un rôle majeur. La guerre mondiale y fut marquée, comme presque partout en Grèce, par les bombardements, par l’occupation italienne et allemande – les bureaux de la Kommandantur furent installés dans la maison Konstantopoulos27 –, par les coups de main des maquisards de l’E.A.M. (Front National de Libération) et par les représailles des nazis (incendies de villages comme Prosymna, Sterna, Lyrkeia, et exécutions sommaires)28, jusqu’à l’arrivée des troupes britanniques en janvier 1945. Pendant la guerre civile les principaux affrontements eurent lieu dans les villages environnants, la ville elle-même ne faisant l’objet que d’actions très limitées menées par l’« Armée démocratique ».

Le « miracle économique » grec

  • 29 Marché Plan II, C 4

24Si l’afflux des réfugiés avait fait grossir la population d’Argos, passée de 9 000 à 13 000 habitants entre 1920 et 1940, les dix années de guerre stoppèrent toute croissance démographique. Celle-ci reprit dans la décennie 1955-65, au cours de laquelle le chiffre de la population urbaine de la Grèce dépassa pour la première fois celui de la population rurale. À Argos l’explosion urbaine, qui se traduisit par une augmentation de 27 % de la population, fut surtout la conséquence des retombées économiques de l’irrigation de la plaine et de sa reconversion dans la monoculture des agrumes. C’est alors que l’Argolide prit l’aspect que nous lui connaissons aujourd’hui : au vert tendre des cultures maraîchères qui, en une cinquantaine d’années, avaient peu à peu remplacé la vigne et le tabac condamnés par la crise économique, succéda d’un coup, à perte de vue, le vert profond des orangers. Quant à la ville, centrée autour de la place du marché29, elle conservait encore un caractère rural très affirmé (fig. p. 114).

La « maison de Makriyannis »
Les constructions traditionnelles qui n’ont pas été victimes de la spéculation immobilière sont souvent asphyxiés par la ville moderne. C’est notamment le cas de la maison dans laquelle, semble-t-il, le général Makriyannis, héros de la Guerre d’indépendance, commença la rédaction de ses Mémoires. Située juste en face de l’église Saint-Jean-Baptiste et classée monument historique, elle est aujourd’hui cernée par des immeubles en béton de plusieurs étages.

  • 30 Place St-Pierre Plan II, D 5

25Étant donné l’absence de circuits bancaires et la quasi absence d’industries – à part quelques conserveries – capables d’absorber les énormes bénéfices dégagés par la production agricole, ceux-ci s’investirent dans le secteur foncier : c’est ainsi qu’en 1962 le premier immeuble de rapport30 (polykatikia) dressa, sur la place Saint-Pierre, ses trois étages de béton (fig. p. 115). Ce que la presse locale salua comme un « beau bâtiment moderne » ne resta pas longtemps une exception, surtout après que la dictature militaire (1967-74), qui avait fait de l’investissement immobilier l’une de ses priorités, eût décidé l’augmentation générale du coefficient de constructibilité.

26Des centaines d’immeubles de ce type remplacèrent peu à peu, au cours des années 70, les humbles maisons en brique crue et même les élégantes demeures néo-classiques en pierre, qu’aucune législation ne protégeait. L’agglomération argienne, qui acquit alors un caractère véritablement urbain, gagna vers le sud, seul secteur où sa croissance n’était entravée par aucun obstacle, mais surtout elle se densifia, parfois jusqu’à la saturation. Car cette urbanisation ne fut pas concertée, elle s’opéra sans modification des infrastructures, dans une trame inadaptée, ce qui aggrava les problèmes d’assainissement, de circulation, de stationnement et de dégradation du patrimoine, auxquels la ville essaie aujourd’hui de faire face.

Le développement de la ville moderne
Ces deux photos prises depuis le même endroit, la première en 1938, la seconde en 1995, montrent les transformations subies par la ville depuis un demi-siècle. Les maisons basses à couverture de tuiles ont presque toutes été remplacées par des immeubles à plusieurs étages, tandis que la trame urbaine est demeurée la même.

Notes de fin

1 Carte p. 41

2 Monastère Plan II, I

3 École mutuelle Plan II, II

4 Caserne Plan II, C 5

5 Théâtre Plan I, 3

6 Caserne Plan II, C 5

7 Kallerghion Plan II, 8

8 Mairie, École mutuell Plan II, 10, II

9 Carte p. 10

10 Maison Perroukas Plan II, 4

11 Maison Vlassis Plan II, 14

12 Maison D. Tsokris Plan II, 2

13 Maison Tricoupis Plan II, 13

14 Maison Gordon Plan II, 3

15 Saint- Jean-Baptiste Plan II, 5

16 Erasinos Plan I, 34

17 Maison Konstantopoulos Plan II, 12

18 Gare Plan II, F 6

19 Marché Plan II, C 4

20 Maison Kalliarchis Plan II, 15

21 Maisons Konstantopoulos et Mystakopoulos Plan II, 12 et 9

22 Carte p. 9

23 Carte p. 9

24 Carte p. 10

25 Kallerghion Plan II. 8

26 Quartier des réfugiés Plan II, B 6

27 Maison Konstantopoulos Plan II, 12

28 Carte p. 10

29 Marché Plan II, C 4

30 Place St-Pierre Plan II, D 5

Table des illustrations

Légende La bataille de DervenakiaLe 6 août 1822, l’armée grecque, commandée par Colocotronis, défit les troupes de Dramali Pacha au défilé de Dervenakia. Ce grand moment de la Guerre d’indépendance est représenté, de façon plus ou moins cohérente, sur un tableau peint en 1836 d’après un croquis de Makriyannis : la forteresse de la Larisa domine la composition ; à ses pieds, à droite, la ville d’Argos ; sur son flanc gauche, les restes du rempart le long de l’arête sud de la colline ; au fond à gauche, l’Acrocorinthe ; au premier plan, Lerne ; à l’extrême droite, Nauplie et le fort Palamède. (Musée historique national d’Athènes.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3865/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Plan de l’ancienne Argos et projet d’alignement pour la nouvelle villeCe plan d’aménagement, exécuté par R. de Borroczün sur l’ordre de Capodistria, n’a pas été suivi d’effet. On remarque au centre de la ville le grand bâtiment de la caserne avec, au sud et à l’ouest, un terrain libre légendé « Établissement pour la cavalerie ». À l’est de la caserne, l’église Saint-Nicolas (remplacée en 1865 par l’actuelle église Saint-Pierre) et, à proximité, le tribunal (actuelle mairie). À l’ouest de la ville, l’église Saint-Jean-Baptiste et, plus à l’ouest, sur le flanc de la Larisa, le monastère de la Vierge au Rocher. (Ministère hellénique de l’aménagement du territoire, de l’habitat et de l’environnement.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3865/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende La caserneFondée par Capodistria au lendemain de l’Indépendance, la caserne, qui pouvait abriter trois à quatre escadrons de cavalerie, s’élève au centre de la ville, à l’emplacement d’un ancien bazar turc. Son aile principale, visible sur plusieurs dessins du xixe siècle, a été démolie entre les deux guerres. Au cours des dernières décennies l’édifice, menacé par la spéculation immobilière, est devenu le symbole de la lutte pour la sauvegarde du patrimoine ; ¡I est aujourd’hui classé monument historique.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3865/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Le général D. Tsokris (1796-1875)Issu de l’une des plus vieilles familles argiennes, il s’illustra au cours de nombreuses batailles de la Guerre d’indépendance. Ami de Colocotronis et de Capodistria – qui, avant la construction du Kaiierghion, logeait chez lui lors de ses séjours argiens –, il exerça aussi des fonctions politiques pendant et après la révolution, notamment comme député de l’Argolide.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3865/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Légende Maison G. TsokrisDe toutes les maisons construites juste après l’indépendance, celle de Georges Tsokris, frère du général, demeura intacte dans son cadre originel (cour avec citerne et petite orangeraie attenante) jusqu’à sa destruction « sauvage » en 1980. C’est à partir de ce moment que les pouvoirs publics prirent conscience de la nécessité de mettre en place une politique de sauvegarde du patrimoine architectural traditionnel.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3865/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 853k
Légende Infanterie légère rouméliote près d’ArgosCopie d’une aquarelle de Kôllnberger (1838) exécutée en 1909 par Hans Hanke d’après un original conservé alors à Munich et aujourd’hui détruit. L’église à flanc de colline à gauche est sans doute le monastère de la Vierge au Rocher ; la colline de droite celle du Prophète Élie, malgré l’absence de chapelle au sommet. (Musée historique national d’Athènes.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3865/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Argos et le château de la LarisaHenri Belle, premier secrétaire de l’ambassade de France, visita Argos vers 1870. Auteur de ce dessin, il note : « Argos n’est qu’un grand village composé de maisons basses, mal bâties, entremêlées de jardins et de vergers où les orangers et les citronniers en fleurs, les églantines, les lauriers roses, les jasmins embaument l’air de leurs parfums. »
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3865/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende La maison KonstantopoulosConstruite en 1912 sur des plans de l’architecte allemand E. Ziller – l’un des grands urbanistes d’Athènes sous la monarchie bavaroise –, c’est sans conteste le plus bel édifice néoclassique d’Argos. Elle a conservé sa décoration Intérieure d’origine, exécutée par des artistes italiens. D’abord résidence privée, puis édifice public (hôpital, lycée), elle appartient aujourd’hui à la municipalité d’Argos.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3865/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 649k
Légende Architecture néoclassiqueLa présence de pilastres, de chapiteaux corinthiens, de denticules et d’antéfixes sur la façade de cette maison aux dimensions modestes, dont le rez-de-chaussée abrite un magasin-atelier, montre que le style néoclassique n’était pas réservé aux édifices prestigieux.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3865/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Légende Architecture ruraleLes maisons traditionnelles à caractère rural, semblables à celles que l’on trouve dans les villages et les bourgs de la campagne argienne, sont aujourd’hui encore nombreuses dans la ville elle-même. Le type le plus simple comporte un rez-de-chaussée très bas et un toit à deux pentes. Plus élaborée, la maison à étage est généralement pourvue d’une loggia en bois donnant sur le jardin.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3865/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Légende La rue Tsokri vers 1900Cette rue, qui part du marché et se dirige vers le col de la Deiras, a toujours été l’une des artères les plus commerçantes de la ville. Le quartier de Gouva doit son nom (qui signifie « cuvette ») à la configuration originelle du terrain.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3865/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 567k
Légende La construction du village de Néa KiosLes réfugiés d’Asie Mineure reçurent des terrains lotis dans la zone marécageuse proche de l’embouchure de l’Inachos. Ceux que l’âpreté des conditions de vie ne rebuta pas y bâtirent eux-mêmes leurs maisons, à partir de 1926.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3865/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 889k
Légende Jour de marchéDepuis des siècles, le marché d’Argos attire chaque semaine une foule bruyante et bigarrée de paysans, de citadins et de marchands ambulants. Il se tient sur la place située entre la caserne (juste en dehors de la photo à gauche) et le marché couvert (en haut à droite) construit en 1889 et récemment restauré. On voit sur cette photo, prise en 1945, qu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale la charrette est toujours l’unique véhicule utilisé.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3865/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende La place Saint-Pierre en 1956Vue prise du nord-est. L’aspect aéré et semi-rural de l’agglomération est encore très accusé. On reconnaît dans l’angle inférieur gauche la mairie ; dans l’angle supérieur gauche la maison Konstantopoulos ; un peu plus à droite l’école mutuelle ; à l’extrême droite le Kallerghion (et juste à gauche de celui-ci les sondages préliminaires à la construction du musée) ; le long du côté ouest de la place l’ensemble constitué par l’hôtel des frères Saganas, la maison Mystakopoulos, le café « Thivéos » (avec son large velum de toile) et, juste à côté, formant l’angle, le célèbre « Yali kaféné » qui devait bientôt céder la place au premier immeuble à plusieurs étages.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3865/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende Le premier immeuble d’ArgosSur cette carte postale, postérieure d’une dizaine d’années a la photo de la page précédente, le nouveau bâtiment fait nettement figure de corps étranger. Des constructions de ce type, produits de ce que l’architecture moderne a de moins Imaginatif, commencèrent d’envahir, vers la même époque, toutes les villes de Grèce.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3865/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 846k
Légende La « maison de Makriyannis »Les constructions traditionnelles qui n’ont pas été victimes de la spéculation immobilière sont souvent asphyxiés par la ville moderne. C’est notamment le cas de la maison dans laquelle, semble-t-il, le général Makriyannis, héros de la Guerre d’indépendance, commença la rédaction de ses Mémoires. Située juste en face de l’église Saint-Jean-Baptiste et classée monument historique, elle est aujourd’hui cernée par des immeubles en béton de plusieurs étages.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3865/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Légende Le développement de la ville moderneCes deux photos prises depuis le même endroit, la première en 1938, la seconde en 1995, montrent les transformations subies par la ville depuis un demi-siècle. Les maisons basses à couverture de tuiles ont presque toutes été remplacées par des immeubles à plusieurs étages, tandis que la trame urbaine est demeurée la même.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3865/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M

© CNRS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search