Version classiqueVersion mobile

Argos

 | 
Marcel Piérart
, 
Gilles Touchais

Entre l’Orient et l’Occident (1212-1821)

Texte intégral

Des chevaliers francs...

  • 1 Carte p. 9

1Après la conquête franque Argos fait donc partie, en principe, de la principauté de Morée, dont la capitale1, Andreville (Andravida), est située à l’extrémité nord-ouest du Péloponnèse, là où arrivent les renforts de France et d’Italie. Mais en fait elle ne dépend d’aucune des douze baronnies découpées dans la principauté car toute la péninsule d’Argolide, que l’on appelle alors « la contrée du Damalet » ou Damala (l’antique Trézène), appartient en fiel aux ducs d’Athènes. Ils se la transmettront pendant plus d’un siècle et demi, confiant son administration à des gentilshommes qui résident à Xauplie, nouveau centre politique et religieux de l’Argolide.

  • 2 Carte p. 41

2Pendant toute cette période Argos, comme les autres villes conquises, conserve son organisation communale car les Francs ont fait des conventions par lesquelles ils reconnaissent les possessions et les coutumes des habitants. Il semble même que, dans cette région excentrée du Péloponnèse et relevant d’une autorité plus lointaine, la présence tranque soit moins marquée qu’ailleurs : plusieurs églises construites au xiiie siècle, comme celle de la Sainte Trinité à Kranidion2, ne portent pas la moindre trace d’influence latine. Mais si les Francs respectent les traditions architecturales des Grecs, ils ont souvent moins d’égards pour leur clergé.

  • 3 Kastro Plan II, A 4

3Les conquérants furent eux-mêmes des bâtisseurs et dès qu’ils contrôlèrent l’ensemble du pays, à partir du milieu du xiiie siècle, ils « commencèrent à faire fortresses et habitacions, qui chastel, qui maisons sur sa terre » (ibid., § 218). Cette activité est surtout illustrée, à Argos, par les transformations du kastro3. Nous ne possédons aucun texte qui nous renseigne sur ces travaux mais il semble bien que les tours carrées, assises pour la plupart sur le rempart antique, ainsi que les quatre grosses tours rondes – dont la partie supérieure fut remaniée plus tard pour l’usage de l’artillerie – datent des xiiie-xive siècles.

4Pour le reste, nous ne savons rien de précis sur la ville à cette époque – sinon peut-être que c’est une agglomération étendue, comme le suggère la célèbre comparaison avec « une tente déployée dans la plaine » (Chronique de Morée, v. 1525-1526) – car les chroniques n’y font jamais que de brèves allusions ; quant à la documentation archéologique, elle se réduit à quelques monnaies. Tout paraît donc indiquer qu’Argos occupe, au sein de la Morée franque, une place secondaire. Le transfert du siège archiépiscopal à Nauplie consacre d’ailleurs la prééminence de cette dernière, qui s’explique par la position géographique qu’elle occupe car « Malvesie [Monemvasie] et Naples [Nauplie] si estoient le maistre port devers Constantinople » (ibid, § 189).

... aux despotes de Mistra

  • 4 Carte p. 41

5Après la mort du dernier héritier des ducs d’Athènes, les seigneuries d’Argos et de Nauplie furent disputées entre Venise – à qui la fille de celui-ci, veuve d’un noble vénitien de l’illustre famille des Cornaro, les céda contre une rente – et les Byzantins qui, entre-temps avaient reconstitué une partie de leurs forces. Dès 1261, en effet, ils avaient repris Constantinople aux Latins et, l’année suivante, ils avaient obtenu la restitution des places fortes de Monemvasie, de Maïna (l’actuelle Tigani)4 et de Mistra contre la libération du prince de Morée qu’ils avaient fait prisonnier. Mistra devint la capitale d’un despotat grec, apanage du second fils de l’empereur de Byzance. C’est là que se concentrèrent peu à peu toutes les forces vives de l’empire. La colline, dominée par le château fort imprenable que les Francs y avaient bâti, se couvrit de palais, de monastères et d’églises aux fresques somptueuses. Foyer de l’hellénisme renaissant, Mistra fut aussi le camp retranché à partir duquel la dynastie des Paléologues entreprit la reconquête de la Morée.

La forteresse de la Larisa
Du sommet de la Larisa le regard embrasse toute la plaine d’Argolide et la baie de Nauplie. Le kastro, construit à l’époque byzantine sur les restes de la citadelle antique et agrandi successivement par les Francs, les Vénitiens et les Turcs, fut utilisé pour la dernière fois au xixe siècle, pendant la Guerre d’indépendance.

Argos, place forte vénitienne...

6Si le despote de Mistra ne put arracher Nauplie aux Vénitiens, il réussit à s’emparer d’Argos par un coup de main, en 1388, avant même que ceux-ci n’aient pu s’installer dans leur nouvelle possession. Il fut cependant contraint de leur céder la ville au terme d’un conflit qui dura six ans. Le premier souci des Vénitiens fut d’y envoyer une garnison de « huit arbalétriers » et « six sergents » placée sous l’autorité du gouverneur de Nauplie. Mais soucieuse de se concilier la faveur des habitants, la République de Saint Marc enjoignit aux magistrats de rendre la justice en tenant le plus grand compte des coutumes locales.

  • 5 Carte p. 9

7L’intérêt d’Argos, aux yeux des Vénitiens, tenait surtout à sa position de place forte en arrière de Nauplie. La cité des Doges, déjà titulaire de privilèges commerciaux dans l’empire byzantin, avait en effet profité de la conquête franque pour s’établir dans le Péloponnèse de façon plus durable, prêtant en plusieurs occasions aux chevaliers le secours de sa flotte en échange de la cession de ports comme Coron (Coroné) ou Modon (Méthone)5. Elle s’était ainsi constitué peu à peu un véritable empire colonial englobant notamment les îles de Candie (la Crète) et de Nègrepont (l’Eubée). Or à partir du milieu du xive siècle ces possessions furent de plus en plus menacées par une redoutable puissance en pleine expansion : l’empire ottoman. C’est pour les défendre contre cette menace que Venise s’efforça alors d’occuper les meilleurs points d’appui maritimes autour du Péloponnèse.

  • 6 Rempart Plan I, 7

8La menace se concrétisa en 1397 lorsque, au lendemain de la victoire décisive qu’il avait remportée sur les chrétiens à Nicopolis, le sultan Bayazid Ier lança ses troupes contre le Péloponnèse. Sous la conduite de Yakoub Pacha celles-ci pénétrèrent dans Argos le 2 juin. Elles détruisirent la ville et ses remparts6, firent plusieurs milliers de prisonniers, mais repartirent presque aussitôt, appelées en renfort contre les hordes mongoles de Tamerlan qui, après avoir conquis la Perse, déferlaient alors vers l’Anatolie. L’étendard de Saint Marc flotta donc de nouveau sur Argos mais la ville était exsangue. Pour la repeupler le podestat de Nauplie fit venir des Albanais et dispensa d’impôt pour cinq ans ceux des habitants qui, ayant fui leurs maisons par crainte des Turcs, accepteraient d’y revenir.

9Place forte convoitée, Argos n’est cependant qu’une bourgade modeste : les archives vénitiennes nous apprennent qu’en 1443 on ne peut y trouver une résidence digne du représentant de la Sérénissime République, qui est contraint de se loger à Nauplie. C’est sur cette dernière, en effet, que se concentre l’intérêt des Vénitiens : ils renforcent les défenses de l’Acronauplie et entreprennent, au début du xvie siècle, la construction de la ville basse, qui ne cessera de croître aux dépens d’Argos jusque vers la fin du xviiie siècle.

... conquise par le Grand Turc

10Ce n’est que dix ans après avoir pris Constantinople et anéanti ce qui restait de l’Empire byzantin que les Turcs revinrent à Argos. Ils s’emparèrent de la ville sans coup férir, le 3 avril 1463, grâce à la trahison d’un clerc. Bien que les habitants n’aient pas combattu, ils furent presque tous déportés à Constantinople, dont la population avait été décimée par les massacres qui avaient accompagné la prise de la ville ; seuls « les ennemis qui se trouvaient dans les forts et ceux des Péloponnésiens qui s’étaient révoltés furent capturés et tués ». Redevenus maîtres de la place, les Turcs y installèrent à leur tour une importante garnison. Mais, comme dans le reste de la Morée, ils laissèrent à la démogérontie, c’est à dire au conseil des édiles locaux, la libre administration des affaires communales.

L’église Saint-Constantin, ancienne mosquée
Construite dans le quartier sud-est, sans doute vers la fin du xvie siècle, cette mosquée est le seul édifice ottoman conservé à Argos. En 1815, Pouqueville, consul de France à Jannina, note qu’elle est ombragée de cyprès et qu’elle aurait été bâtie sur les fondations du temple d’Aphrodite Nicéphore. On ne sait quand elle perdit son minaret, qui figure encore sur un dessin de cette époque. Utilisée comme bergerie par le général Tsokris après la Guerre d’indépendance, elle fut transformée en église en 1871.

11Pendant les deux siècles qui suivirent, l’Argolide fut le théâtre d’un conflit intermittent entre Turcs et Vénitiens. Les premiers tenaient Argos, qu’ils conservèrent pendant tout ce temps, les seconds Nauplie, qu’ils durent finalement céder à la Sublime Porte par un traité conclu en 1540.

12Chassés du Péloponnèse au milieu du xvie siècle alors que l’empire ottoman était à son apogée, les Vénitiens n’y revinrent que vers la fin du xviie, lorsque la puissance turque, après la débâcle de ses armées en Europe, commençait à décliner. Une expédition menée par Francesco Morosini parvint alors, avec l’aide de l’empire d’Autriche, à reconquérir la Morée. Argos fut reprise le 16 août 1686, sans qu’il y ait besoin d’y mettre le siège car les Turcs, éprouvés par une sévère défaite dans la plaine, s’étaient déjà repliés sur Corinthe : une fois encore la forteresse n’avait servi à rien.

Le témoignage des premiers voyageurs

  • 7 Kastro Plan II, A

13Les deux premières descriptions détaillées d’Argos que nous possédons, celle du voyageur turc Evliya Çelebi et celle du français de Monceaux, sont antérieures d’une vingtaine d’années à cet événement. Elles nous donnent donc un aperçu de la ville telle qu’elle était vers la fin de la première occupation turque7.

14La forteresse de la Larisa ne possède plus alors que quelques canons mais ses magasins sont garnis de vivres et de munitions. Son enceinte extérieure abrite une quinzaine de maisons et une petite mosquée. À l’extérieur de la forteresse se trouve un petit faubourg, qui sera abandonné à la fin du xviie siècle.

  • 8 Saint- Constantin Plan II, 16

15La ville basse comprend entre « trois cents » et « huit cents maisons grandes, toutes séparées les unes des autres et différentes. Chacun a construit dans la plaine où il lui plaisait. Ces maisons sont solides, en bon état, vastes comme des forteresses, avec une vigne, un verger, de l’eau. Elles sont couvertes de tuiles et ont une grande porte principale ». Il y a en tout onze quartiers, dont les plus florissants sont ceux de Sebekler et de Kyanya, deux grandes mosquées – « celle du marché », au centre de l’agglomération, et celle de Sebekler, qui est sans doute l’actuelle église Saint-Constantin8, dans le quartier sud-est –, dix mosquées de quartier, deux couvents de derviches, une école supérieure, deux écoles élémentaires, un bain, un caravansérail, vingt boutiques et pas moins de cinq cents fontaines.

16Les gravures de l’époque confirment cette image d’une bourgade aux maisons dispersées, sans plan d’urbanisme, avec beaucoup d’arbres. Argos est alors réputée pour la pureté de son air et de son eau ainsi que pour ses productions – les raisins surtout, dont il existe quarante variétés officiellement recensées. C’est pourquoi les notables de Nauplie y ont souvent leurs vignes.

Dans l’ombre de Nauplie

  • 9 Nauplie Plan I, 32

17Lorsque les Vénitiens eurent reconquis la Morée, ils la divisèrent en quatre provinces, placées chacune sous l’autorité d’un provéditeur et elles-mêmes subdivisées en un certain nombre de territorii (régions). La région d’Argos appartenait à la province de Romanie dont la capitale, Nauplie9, était aussi celle de toute la Morée ; c’est là que résidaient le Provéditeur général et le Commandant en chef des armées du Levant.

18L’importance stratégique de ce port et son statut de capitale expliquent l’intense activité architecturale que les Vénitiens y déployèrent. La citadelle Palamède, qui surplombe la ville de son imposante masse découpée, en est l’illustration la plus spectaculaire, mais les défenses de l’Acronauplie ne furent pas non plus négligées, comme l’atteste la construction du bastion de Grimani.

19On cherche en vain à Argos les traces d’une telle activité : le retour des Vénitiens n’y a pas eu les mêmes effets, bien au contraire. En 1715 un interprète français qui accompagna l’armée ottomane en Morée note en effet que le château d’Argos est « ruiné » car, précise un officier qui faisait partie de la même expédition, les Vénitiens « n’ayant pas les moyens d’y mettre des gens de guerre, brisèrent avec des mines le mur du côté de la porte et l’abandonnèrent ». C’est à dire qu’ils préférèrent sacrifier Argos plutôt que de dégarnir les défenses de Nauplie : on ne saurait trouver meilleure preuve du rôle secondaire d’Argos au sein de la Romanie vénitienne.

  • 10 Caserne Plan II, C 5

20Mais si les Vénitiens négligèrent les défenses d’Argos, il semble qu’ils en améliorèrent l’urbanisme. Car là où les voyageurs n’avaient vu, en 1687, qu’un « gros village ruiné » s’étendait maintenant « une belle ville, avec de bonnes maisons et nombreuses » entourées de jardins maraîchers dont chacun possédait son puits. C’est à cette époque que fut construit, au centre de l’agglomération, l’hôpital des Frères de la Pitié, qui devait être transformé en bazar et en station de poste sous la seconde occupation turque, avant que Capodistria ne fasse construire à cet endroit la caserne de la cavalerie10. Les Vénitiens nous ont également laissé la première statistique fiable sur la région d’Argos ; on sait ainsi, grâce aux rapports des provéditeurs, qu’en 1691-92 elle comptait 30 villages habités et 6 détruits, avec une population de 6129 habitants correspondant à 1423 familles.

Un bourg rural sous le signe du croissant

21Si Venise avait réussi à reconquérir la Morée en trois ans, cette conquête l’avait épuisée ; elle ne put la conserver bien longtemps. Après des assauts répétés, les Turcs finirent par la reprendre : l’intermède vénitien avait duré moins de trente ans. Argos, laissée sans défense, fut investie par les troupes ottomanes le 28 juin 1715. Il n’y eut pas, cette fois, de destruction. La citadelle fut réparée ; à la place de la tour que les Vénitiens avaient fait sauter, les Turcs édifièrent un grand bastion carré habillé d’un talus. Pour eux Argos demeurait une place forte qui méritait d’être entretenue.

Argos au xviie siècle
Ce dessin de V. Coronelli, publié en 1687, est la plus ancienne vue d’Argos que nous possédions. Elle est prise de l’est. Malgré une certaine simplification (absence de l’« Aspis », rendu schématique de la Larisa et de la ville), deux traits sont bien indiqués : l’organisation en trois parties de la forteresse (enceinte extérieure, château central, donjon) et l’éparpillement de l’habitat. On ne sait si la mosquée est celle du quartier sud-est ou celle du centre de la ville, détruite pendant la révolution. Quant à la ligne sinueuse qui enserre la ville, au premier plan, bien que l’auteur du dessin lui ait donné l’aspect d’un rivage, elle fait inévitablement penser au lit du Xérias.

Cours et jardins
Les voyageurs qui passèrent à Argos à partir de la fin du xviie siècle furent tous frappés par l’aspect aéré de l’agglomération et l’abondance des jardins, qui lui confèrent un caractère campagnard encore sensible aujourd’hui dès que l’on s’éloigne du centre-ville.

22Quant à la ville elle-même, on entrevoit son évolution pendant le dernier siècle de l’occupation ottomane grâce à de nombreux récits de voyage, souvent accompagnés de dessins ou de gravures. C’est en effet une époque où les voyages se multiplient, pour des raisons scientifiques – l’archéologie moderne est en train de naître – ou politiques – c’est le début du philhellénisme en Europe – autant que par goût du pittoresque.

  • 11 Centre de la ville moderne Plan I, 27

23Ces divers témoignages nous dépeignent Argos comme une agglomération très étendue, dont le tissu urbain, longtemps très lâche, finit par s’organiser et se densifier : le « grand village épars » du xviiie siècle, bien peu différent de celui que les premiers voyageurs avaient vu cent ans plus tôt, se transforme au tout début du xixe en une petite ville animée et prospère, dont les rues « sont disposées avec plus de régularité qu’il n’est d’usage dans ce pays ». Le cœur de la cité s’est définitivement fixé au nord des ruines antiques11, à l’emplacement qu’il occupe encore aujourd’hui. Autour se répartissent les quatre quartiers (mahallas) qui constituent désormais l’agglomération argienne : au nord-ouest, bordant le pied de la colline du Prophète Élie, le quartier de Liépour qui, après l’installation d’Albanais au lendemain des troubles consécutifs à la guerre russo-turque de 1770, prend le nom d’Arvanitia ; au nord-est celui de Roméikos, dont la population est essentiellement grecque ; au sud-ouest celui de Békir Effendi ; au sud-est enfin, celui de Karamoutza où résident les notables turcs. La plupart des maisons sont modestes, sans étage, construites en brique crue et blanchies à la chaux. Seuls les quelques archontika (maisons de notables) possèdent un étage.

  • 12 Monastère Plan II, I

24Le peu que l’on sait sur les édifices publics ne concerne guère que les lieux de culte et les écoles. Outre les deux mosquées déjà mentionnées, la ville compte alors une trentaine d’églises, dont bien peu ont survécu jusqu’à nos jours12. Le monastère situé sur le flanc oriental de la Larisa abrite une école grecque, qui aurait été fondée en 1798 par l’une des plus illustres familles argiennes, les Perrouka ; on y enseigne l’écriture, le calcul, l’astronomie, la physique et la rhétorique. Le quartier turc possède une *médressé « entièrement faite de pierres cubiques et de marbre, et couverte de plomb. » Éduqués séparément, Chrétiens et Musulmans n’en unissent pas moins leurs efforts, en 1807, pour élever, à l’entrée nord-est de la ville, un puissant mur destiné à contenir les assauts d’un ennemi commun : le Xérias.

Commerçants, paysans et artisans

25La population d’Argos, estimée à 4000 habitants environ, est en majorité grecque. L’élément turc, assez faible au départ, tend à décliner, tandis que le nombre des Albanais augmente considérablement. Les Grecs les plus aisés sont des commerçants, mais c’est l’agriculture qui fait vivre la grande majorité des habitants d’Argos.

  • 13 Carte p. 41
  • 14 Carte p. 10

26Seuls les environs de la ville sont alors cultivés. Le blé, le coton, le tabac, la vigne et, dans les parties plus humides, le riz et le maïs constituent les principales productions ; les Argiens cultivent aussi l’olivier et le mûrier (pour la soie)13 et ils fournissent Tripoli en fruits et légumes. Dignes héritiers de leurs lointains ancêtres, ils élèvent les chevaux, et les Européens qui font étape à Argos sont frappés par le nombre de charretiers, de marchands de chevaux et d’*agoyates que l’on y trouve. Les seules installations industrielles qui retiennent leur attention sont des briqueteries et des ateliers de potier, situés en dehors de l’agglomération. Mais on sait qu’il y a aussi, dans le sud de la plaine, des moulins à eau, non seulement au village de Myli14, qui leur doit son nom, mais aussi à Képhalari et à Kivéri.

Argos en 1805
Le voyageur italien S. Pomardi a représenté la ville telle qu’on la découvrait en arrivant du nord-ouest par le ravin de la Deiras, avec la Larisa à droite et l’« Aspis » à gauche. On devine au fond de la ville à droite le minaret de la mosquée du quartier sud-est. On notera aussi l’évolution de l’urbanisme : des rues commencent à se dessiner, formées par l’alignement des maisons basses et allongées.

27À l’aube du xixe siècle Argos a donc toutes les apparences d’un gros bourg en plein essor. Elle le doit sans doute à son dynamisme et à la richesse de son terroir mais aussi au déclin relatif que connut Nauplie à partir de 1786. À cette date en effet les Turcs décidèrent de transférer la capitale du *pachalik de Morée à Tripolitza (l’actuelle Tripoli), position plus centrale d’où ils pensaient pouvoir mieux contrôler un pays qui, après le soulèvement avorté de 1770, commençait de s’agiter dangereusement.

Les fouilles du Pacha
En septembre 1810, Louis-François Sébastien Fauvel, consul de France à Athènes mais aussi peintre et dessinateur, bien connu pour son goût des antiquités, écrit au géographe Barbié du Bocage qui lui a demandé des précisions sur la topographie d’Argos :
La ville est sur un terrain absolument plat ; on y voit en général peu de traces d’antiquité, à moins que de creuser, et c’est ce que vient de faire le pacha de Morée, qui à force de voir des voyageurs curieux, tant anglois que français, l’est devenu lui-même, autant du moins que peut l’être un musulman. Il est venu, en curieux, à Athènes, et y a resté 24 heures, s’étant détaché des troupes qu’il mène au camp du Grand Vizir, pour voir la ville. Je lui ai fait visite, et il m’a conté lui-même ses découvertes. Le hasard l’a fait fouiller dans de grandes mines qui sont assez près du théâtre d’Argos. Il y a trouvé 16 pièces, tant statues que bustes en marbre. Les statues sont moins que demi-nature, et il y en a de parfaitement conservées. Une de ces statues porte le nom d’ATTALOS, sculpteur d’Athènes dont parle Pausanias, et qui avait fait la statue d’Apollon Lycius à Argos. Il v a une Vénus avec son fils, un Aesculape.
Les « grandes ruines » sont évidemment les thermes du théâtre (voir p. 79). Une autre lettre du consul précise, à propos de ces trouvailles : le tout a été vendu 1 000 sequins vénitiens à un officier anglais qui accompagnait un Lord North ; ces statues, m’a dit cet officier, sont assez médiocres et mutilées, une des moins endommagées est un Esculape debout les jambes croisées l’une sur l’autre tenant un serpent [...] Les bustes paraissent représenter des Romains.

Plan II. La ville moderne (en gris sombre, extension de la zone urbaine).

Notes de fin

1 Carte p. 9

2 Carte p. 41

3 Kastro Plan II, A 4

4 Carte p. 41

5 Carte p. 9

6 Rempart Plan I, 7

7 Kastro Plan II, A

8 Saint- Constantin Plan II, 16

9 Nauplie Plan I, 32

10 Caserne Plan II, C 5

11 Centre de la ville moderne Plan I, 27

12 Monastère Plan II, I

13 Carte p. 41

14 Carte p. 10

Table des illustrations

Légende La forteresse de la LarisaDu sommet de la Larisa le regard embrasse toute la plaine d’Argolide et la baie de Nauplie. Le kastro, construit à l’époque byzantine sur les restes de la citadelle antique et agrandi successivement par les Francs, les Vénitiens et les Turcs, fut utilisé pour la dernière fois au xixe siècle, pendant la Guerre d’indépendance.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3864/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 775k
Légende L’église Saint-Constantin, ancienne mosquéeConstruite dans le quartier sud-est, sans doute vers la fin du xvie siècle, cette mosquée est le seul édifice ottoman conservé à Argos. En 1815, Pouqueville, consul de France à Jannina, note qu’elle est ombragée de cyprès et qu’elle aurait été bâtie sur les fondations du temple d’Aphrodite Nicéphore. On ne sait quand elle perdit son minaret, qui figure encore sur un dessin de cette époque. Utilisée comme bergerie par le général Tsokris après la Guerre d’indépendance, elle fut transformée en église en 1871.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3864/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Argos au xviie siècleCe dessin de V. Coronelli, publié en 1687, est la plus ancienne vue d’Argos que nous possédions. Elle est prise de l’est. Malgré une certaine simplification (absence de l’« Aspis », rendu schématique de la Larisa et de la ville), deux traits sont bien indiqués : l’organisation en trois parties de la forteresse (enceinte extérieure, château central, donjon) et l’éparpillement de l’habitat. On ne sait si la mosquée est celle du quartier sud-est ou celle du centre de la ville, détruite pendant la révolution. Quant à la ligne sinueuse qui enserre la ville, au premier plan, bien que l’auteur du dessin lui ait donné l’aspect d’un rivage, elle fait inévitablement penser au lit du Xérias.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3864/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Cours et jardinsLes voyageurs qui passèrent à Argos à partir de la fin du xviie siècle furent tous frappés par l’aspect aéré de l’agglomération et l’abondance des jardins, qui lui confèrent un caractère campagnard encore sensible aujourd’hui dès que l’on s’éloigne du centre-ville.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3864/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Légende Argos en 1805Le voyageur italien S. Pomardi a représenté la ville telle qu’on la découvrait en arrivant du nord-ouest par le ravin de la Deiras, avec la Larisa à droite et l’« Aspis » à gauche. On devine au fond de la ville à droite le minaret de la mosquée du quartier sud-est. On notera aussi l’évolution de l’urbanisme : des rues commencent à se dessiner, formées par l’alignement des maisons basses et allongées.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3864/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Plan II. La ville moderne (en gris sombre, extension de la zone urbaine).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3864/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© CNRS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search