Version classiqueVersion mobile

Argos

 | 
Marcel Piérart
, 
Gilles Touchais

D’un empire à l’autre (330-1212)

Texte intégral

La Nouvelle Rome chrétienne

1En 324, Constantin, qui venait de battre son rival Licinius et de rétablir l’unité de l’empire, mettant fin à une crise du pouvoir qui avait duré 20 ans, choisit Byzance pour capitale. Le 11 mai 330, une Nouvelle Rome fut fondée sur le site de l’ancienne colonie de Mégare. Elle porterait le nom du vainqueur. Constantin donnait ainsi un poids accru à la partie orientale de l’empire, la plus urbanisée, la plus prospère, la plus christianisée aussi. En agissant ainsi, il préparait la naissance de l’Empire byzantin et la victoire de la religion chrétienne, à laquelle il se convertit. Le 28 octobre 312, il avait remporté contre Maxence la victoire du Pont Milvius grâce à l’emblème du Christ qu’il avait fait mettre sur les boucliers de ses soldats et, en 313, il avait fait proclamer avec Licinius un édit accordant aux chrétiens et à tous les autres la liberté de pratiquer la religion qu’ils préféraient. Les chrétiens purent se montrer au grand jour et les successeurs de Constantin, suivant son exemple, embrassèrent la foi chrétienne.

2Après la fondation de Constantinople, Argos continua de faire partie de la province (eparchia) d’Achaïe, dont la capitale était Corinthe, où siégeait le gouverneur, qui avait rang de proconsul. Des épigrammes vantant la probité des gouverneurs Phosphorios, Proklianos et Kallipinos ont été découvertes à Argos dans les ruines d’un portique érigé au ive siècle à l’est de l’agora, ou à proximité de celle-ci.

Les derniers feux du paganisme

3L’édit de 313 ne marquait pas la fin du paganisme : Constantinople elle-même fut fondée dans le respect des rites païens. Les mesures de Constance interdisant les sacrifices nocturnes (352) et ordonnant la fermeture des temples (354), la réaction brève mais violente de Julien l’Apostat (361-364) furent suivis par l’édit de Valentinien (364), qui ouvrit une période de tolérance relative : les cultes nocturnes étaient interdits sous peine de mort, mais c’est un païen, Vettius Agorius Praetextatus, qui était préfet du prétoire. Dans l’émouvant poème qu’elle fit graver sur sa tombe en 384, sa femme, Aconia Fabia Paulina, rappelle qu’il l’a initiée aux mystères de Dionysos à Lerne.

4Les fouilles ont révélé des traces d’activités attribuables aux païens à proximité immédiate du secteur de la salle hypostyle (SH). Une porte monumentale marquant l’entrée de l’agora vers le nord n’est pas antérieure au milieu du ive siècle (ET). C’est également de la première moitié ou du milieu du ive siècle que date le foyer monumental (F) entouré d’un enclos qui remployait une partie des bornes du vieil hérôon des « Sept contre Thèbes ». Il était constitué d’une fosse de quelque 6,50 × 2,60 m, qui fut découverte encore pleine des cendres et des bûches calcinées du dernier feu qui y avait été allumé. Il est tentant de voir là l’une des dernières manifestations du paganisme, pieusement entretenu par des intellectuels appartenant aux couches aisées de la population, qui avaient d’ailleurs partie liée avec les familles païennes les plus en vue de Rome. Le grand-père de Symmaque, Phosphorios, Prétextat et sa femme, le rhéteur Libanios s’intéressèrent aux cultes d’Argos, où les rites perpétués en l’honneur de Déméter et de Dionysos à Lerne demeuraient réputés. Mais ils ne formaient sans doute déjà plus qu’une minorité.

L’édit de Théodose (392) et le sac d’Alaric (396)

5À la fin du siècle, les édits de l’empereur Théodose (392) ordonnant la fermeture des temples païens marquaient la victoire définitive du christianisme. Celle-ci fut facilitée par les destructions violentes causées par les Goths d’Alaric. Selon l’historien *Zosime, « Corinthe en premier lieu fut aussitôt prise de force, ainsi que les petites villes qui en sont voisines, et ensuite Argos et tous les territoires qui sont situés entre cette ville et Lacédémone » (V 6, 4). Les Goths s’attaquaient aussi bien aux chrétiens qu’aux païens, mais les dégâts qu’ils causèrent aux sanctuaires des dieux allaient faciliter la tâche de ceux qui entendaient mettre un terme aux anciennes pratiques. La fouille indique que l’Aphrodision a cessé de fonctionner comme sanctuaire à ce moment-là et d’autres indices matériels repérables sur l’agora vont dans le même sens.

6Un puits de l’agora, dont l’occlusion date du début du ve siècle, contient peut-être des traces des violences qui ont accompagné la destruction des derniers sanctuaires. Il contenait des statues dont le visage avait été sauvagement détruit et une plaque ayant appartenu à la dédicace, par l’empereur Hadrien, de la restauration d’un sanctuaire d’Héra. Elle avait été brisée exprès en petits morceaux : on observe encore, à l’arrière, l’impact des deux coups de masse qui l’ont cassée. Est-ce un hasard si c’est la plaque qui contenait le nom d’Héra ? Profitant des dégâts importants causés lors de l’invasion d’Alaric en 396, les habitants, acquis au christianisme, ont dû achever de ruiner les sanctuaires païens qui restaient encore debout en 395.

Puits paléochrétien
Ce puits fait d’éléments de terre cuite préfabriqués fut creusé à proximité de l’édifice C à la fin de l’Antiquité. On en date l’occlusion des premières années du ve siècle. Il contenait plusieurs fragments de statues parfois très mutilées ainsi que les restes de la dédicace d’un sanctuaire qui y ont peut-être été jetés par les chrétiens cherchant à appliquer l’édit de Théodose (392) après le passage des Goths d’Alaric (396).

Transformation du paysage urbain

7Il s’en faut de beaucoup cependant que les faits qu’on vient d’évoquer suffisent à eux seuls à rendre compte des transformations considérables que subit vers la fin de l’Antiquité le paysage urbain d’Argos. Elles sont perceptibles dès le début du ive siècle et relèvent aussi bien de l’évolution des institutions de la cité, qui fait perdre progressivement à l’agora son rôle de centre civique (plan p. 84). Les temples ne sont pas les seuls à perdre leur fonction initiale : l’odéon a subi une transformation comparable. Sur l’agora, des installations dont la destination reste obscure sont faites dans les ruines de la salle hypostyle (SH), tandis qu’un aqueduc, empruntant le stylobate nord du grand portique (P), traversait la place de part en part pour alimenter le quartier qui se développe au sud-est de la ville.

Mosaïque des saisons : l’hiver
Trouvée à 4 km d’Argos, à Aghios Taxiarchis, dans des thermes du début du ve siècle, elle faisait partie d’un ensemble représentant les quatre saisons. La mosaïque, qui rappelle les pavements de la maison du fauconnier, est de qualité supérieure.

8L’appauvrissement relatif de la zone où florissaient naguère les espaces publics et où l’on n’hésita pas à installer de petites maisons privées dans les ruines d’anciens bâtiments publics, n’est pas le signe du déclin de la ville, dont bien des signes prouvent le dynamisme. Les bains se multiplient. Des maisons privées au décor luxueux sont érigées en divers points de la cité. Ainsi la « maison du quadrige », érigée peut-être dès le ive siècle, sur les ruines d’un bâtiment classique, ou celle « du fauconnier », dont les mosaïques datent des environs de 500. Des traces d’activités édilitaires sont perceptibles : entretien du réseau des égouts et des canalisations, décor de certains espaces publics. La destruction d’un grand nombre de monuments classiques servit aussi au pavage des rues les plus importantes de la cité, dont, grâce à la multiplication des fouilles, on voit se dessiner le réseau. Les plus importantes d’entre elles desservaient le quartier qui se développa à cette époque au sud-est de la ville et dans lequel on a vu le centre administratif et ecclésiastique de l’époque paléochrétienne.

Mosaïque du fauconnier
Provenant d’une villa bâtie au nord de l’agora vers le début du ve siècle. Elle comprenait une salle à manger ornée d’un thiase dionysiaque et un atrium (cour Intérieure) orné de scènes de chasses et d’un calendrier.

Les églises paléochrétiennes

9Après le passage d’Alaric et la victoire définitive du christianisme, nous n’entendons pour ainsi dire plus parler d’Argos dans les textes. Nous ne savons pas quand Argos devint le siège d’un évêque : le premier à entrer dans l’histoire, Perigenès, a lutté contre l’hérésie des Séthiens, qui a existé du iie au ive siècle Les actes des conciles nous ont conservé quatre autres noms : Genethlios (448), Onesimos (451), Thalès (458), Jean (681).

10Nous ignorons où officiaient les premiers évêques. Une église de grandes dimensions, pavée de marbre et de mosaïques, a été partiellement mise au jour à l’ouest de l’actuelle église Saint-Constantin, dans le quartier sud-est d’Argos. Elle daterait de la seconde moitié du ve siècle. La richesse de sa décoration a fait penser qu’elle a pu servir de cathédrale paléochrétienne. Elle paraît avoir été détruite assez brutalement vers le milieu du vie siècle et a fait place à un cimetière. On a aussi assigné la fonction d’église épiscopale paléochrétienne à l’église érigée (au début du vie siècle ?) sur les ruines du sanctuaire d’Apollon Pythaeus, abandonné définitivement un siècle plus tôt. De cette église, il ne subsiste plus que quelques fragments d’architecture et, conservés sur une faible hauteur, des murs faits de moellons, de briques et de nombreux débris provenant des ruines du sanctuaire païen, dont le péribole fut réutilisé en partie. Son plan demeure heureusement lisible pour l’essentiel : elle avait la forme d’une basilique de 46,50 m de long sur 18,50 m de large, y compris le narthex. L’abside, semi-circulaire à l’intérieur, polygonale à cinq pans à l’extérieur, contenait un * synthronon en demi-cercle, entourant la chaire épiscopale. L’édifice comprenait encore un porche en forme d’atrium, de plan irrégulier à l’ouest et un baptistère circulaire au nord, communiquant avec trois pièces rectangulaires. La cuve était en briques plaquées de schiste ou de marbre. Accolé au nord, un bâtiment octogonal inscrit dans un carré de 5 m de côté devait être un martyrium : au centre, il contenait une tombe. Les monnaies du règne de Justinien (527-565) et de Justin II et Sophie (565-578) provenant du tombeau pourraient dater le culte. La basilique aurait été détruite vers 975. Quatre autres églises ont été repérées en ville : elles se trouvaient toutes à l’est de la cité.

La basilique paléochrétienne de l’« Aspis »
I. Abside et synthronon en demi-cercle entourant la chaire épiscopate. II. Baptistère. III. Narthex. IV. Porche en forme d’atrium. V. Martyrium. VI. Tombes paléochrétiennes.

11Les ruines de deux autres basiliques ont été retrouvées, l’une, à Alika, à la sortie d’Argos, au nord-est, l’autre, qui pourrait avoir été consacrée à Saint Paul, à Kephalari, près des sources de l’Erasinos. Elles semblent avoir été érigées au vie siècle.

Les cimetières chrétiens

12Plusieurs tombes ont été mises au jour autour de la basilique de l’« Aspis ». Des inhumations *ad sanctos eurent également lieu en ville. Mais les principaux cimetières se trouvaient à l’extérieur de la ville, au nord, au sud, où des tombes de l’époque romaine furent réutilisées, et au sud-est, le long de la route conduisant à la mer. Des inscriptions funéraires ont été retrouvées un peu partout. Certaines d’entre elles promettaient au violateur éventuel le sort de Judas ou « de ceux qui ont crié « Prends, prends, crucifie-le » (Jean XIX, 15). En l’absence de textes, il n’est pas facile de distinguer les tombes païennes de celles qui appartenaient aux chrétiens : ces derniers n’orientaient pas forcément leurs morts et recouraient volontiers à des pratiques païennes tolérées par l’Église, comme l’ensevelissement d’objets et les banquets funéraires.

Inscription funéraire trouvée dans les ruines des thermes A
Selon une coutume répandue à l’époque paléochrétienne, les violateurs de la tombe appartenant au monastère sont menacés de l’anathème de Judas et des Juifs, ici désignés par une citation biblique : ce sont ceux qui ont crié « Prends, prends, crucifie-le ! »

Le rétrécissement du tissu urbain

13Vers le milieu du vie siècle, le mouvement d’expansion qui avait marqué la fin de l’Antiquité s’est arrêté. Certains quartiers furent abandonnés ; dans d’autres endroits, on se contenta de réparer les maisons plus anciennes. Les causes de cette régression ont fait l’objet de discussions entre les spécialistes. Argos est loin d’être la seule ville à avoir été affectée par ce phénomène, qui semble lié avant tout aux profondes transformations que subit la société protobyzantine. La concentration des richesses entre les mains de l’Église et de l’Empire devait entraîner le déclin des villes au profit des campagnes. Les catastrophes naturelles (les tremblements de terre de 522 ou 551, ou les pestes du vie siècle) ont pu accélérer un déclin devenu inéluctable.

Les incursions slaves et les « siècles obscurs »

  • 1 Thermes A Plan I, 12

14C’est donc une ville affaiblie qui fut la victime des incursions avaro-slaves de la fin du vie siècle (585 ?). L’existence de toponymes slaves dans la région d’Argos révèle sans aucun doute une occupation durable. Des traces de leur passage ont été observées à Tirynthe, où elle a duré quelque temps et dans les therme1 A d’Argos. Mais dans ce dernier cas, il pourrait s’agir de « squatters ». D’une manière générale, l’archéologie ne permet guère en l’état actuel de se faire une idée claire de l’habitat d’Argos du viie au ixe siècle. Des maisons, de la céramique importée, des ateliers ont été repérés au gré des fouilles, mais ces vestiges sont éparpillés.

Céramique dite slave
Vase appartenant à un type de céramique fruste non tournée, abondamment représenté en Europe centrale pendant le viie siècle. Il pourrait avoir été laissé par des habitants – slaves ou non – occupant en « squatters » les ruines des thermes du théâtre après les Invasions.

15Dans l’ensemble du Péloponnèse cette période de deux siècles, sur laquelle les sources historiques sont muettes ou obscures, apparaît comme une phase de profonde désorganisation économique et sociale, que l’analogie avec la situation créée après l’effondrement de la civilisation mycénienne fait souvent appeler « second Age Sombre » ou « siècles obscurs ». La monnaie ne circule plus, toute activité architecturale semble tarie, la production céramique elle-même marque une régression sensible. Le pays végète et ses habitants, auxquels se mêlent sans doute des groupes plus ou moins importants de Slaves peu à peu assimilés, sont livrés à eux-mêmes, « n’obéissant ni à l’empereur des Romains ni à personne », selon la formule souvent citée de la Chronique de Monemvasie.

Le renouveau des ixe-xie siècles

  • 2 Carte p. 41

16Au début du ixe siècle cependant la réforme administrative, qui étend au Péloponnèse le régime centralisateur des *thèmes, consacre la restauration de l’autorité byzantine sur cette terre éloignée de la capitale. L’Église, qui vient d’être ébranlée par la querelle iconoclaste et qui, désormais rattachée au Patriarcat de Constantinople, échappe définitivement à l’autorité de Rome, est elle aussi réorganisée ; la création de nouveaux évêchés, comme celui de Monemvasie, traduit à la fois l’accroissement du nombre des fidèles et le déplacement des populations urbaines vers la périphérie2.

  • 3 Monastère Plan II, I

17De cette renaissance, qui coïncide avec l’apogée de l’Empire byzantin sous la dynastie « macédonienne », témoigne la construction de nombreuses églises. À Argos, les ruines de l’une d’entre elles, plusieurs fois remaniée par la suite, sont visibles à l’intérieur de la forteresse de la Larisa, et la tradition veut que le *catholicon primitif du monastère3 de la Vierge au Rocher, sur le flanc est de la colline, ait été construit au xe siècle. C’est à cette époque que se place l’épiscopat de saint Pierre d’Argos, patron de la ville, resté célèbre par ses miracles et ses prédictions. L’histoire de sa vie, écrite par son disciple et successeur Constantin, fait allusion à des raids de pirates arabes, à des incursions de tribus barbares (sans doute des Bulgares) et à une terrible famine qui contraignit les habitants à manger « de l’herbe et des rats ». On peut donc penser que, même si, en Argolide comme ailleurs, la situation générale s’est améliorée, favorisant la reprise de l’activité architecturale et celle des échanges commerciaux – que trahit la réapparition des monnaies –, la région n’en demeure pas moins exposée à des fléaux ponctuels.

L’église de Merbaka
Des quelques églises byzantines construites en Argolide au xiie siècle, c’est l’une des mieux conservées et la seule dont le registre décoratif demeure intact. Celui-ci combine des éléments céramoplastiques (briques taillées, bols vernissés) et des sculptures, dont certaines sont des remplois antiques. Le village de Merbaka (aujourd’hui Aghia Triada) doit son nom à Wilhelm von Meerbeke, archevêque latin de Corinthe qui y résida à la fin du xiiie siècle.

Églises et forteresses

18Le rattachement de l’évêché de Nauplie au siège épiscopal d’Argos, en 1166, et l’élévation de ce dernier au rang d’archevêché, en 1189, consacrent la prépondérance d’Argos au sein de l’Argolide. On voit alors se construire dans la plaine plusieurs églises, comme celle de la Dormidor » de la Vierge à Chonika, celle d’Aghia-Moni à Aria, celle de la Vierge à Merbaka), véritables joyaux de l’architecture byzantine. Les influences variées que l’on y décèle prouvent que l’Argolide est alors ouverte à des courants artistiques venus de diverses régions de l’Empire.

  • 4 Panaghia Plan II, 17
  • 5 Kastro Plan II, A 4
  • 6 Carte p. 41

19À Argos même, le seul édifice de cette époque qui ait survécu (au prix de remaniements ultérieurs) est l’église de la Panaghia4 au cimetière sud ; elle présente de grandes affinités avec les précédentes. Les maigres vestiges découverts au hasard des fouilles (murs, tombes, puits) suggèrent tout au plus certaines permanences entre la ville paléochrétienne et la ville byzantine. Quant au *kastro5 qui domine la ville, rien ne permet de dater avec précision sa construction. Dans la description du monde qu’il achève en 1154 pour le roi normand de Sicile, le géographe arabe Edrisi ne le mentionne pas explicitement mais le peu qu’il dit de la ville d’Argho (Argos), « lieu célèbre et beau paysage », suffit néanmoins à la ranger parmi les « seize ou environ » les plus « importantes et renommées » de « l’île de Belbonesh » (Péloponnèse), qui en compte en tout une cinquantaine ; or ces seize villes possèdent toutes « des châteaux » et aussi – ce qui, dans le cas d’Argos, n’aurait rien de surprenant – « des marchés permanents » (Géographie, 4e section, f° 150-151). La forteresse existe, en tout cas, dans les premières années du xiiie siècle, puisque le Livre de la Conquête, qui relate la conquête du Péloponnèse par les croisés, évoque « la cité et le chastel d’Argués » (§ 200), tandis que la Chronique de Morée, long poème en grec vulgaire qui célèbre les mêmes événements, fait d’Argos l’une des quatre forteresses les plus « puissantes et bien munies » du Péloponnèse avec Corinthe, Nauplie, et Monemvasie (v. 2084-2088)6. Bien que le kastro, sous sa forme actuelle, soit en grande partie le résultat de transformations ultérieures, il est très probable que la tour polygonale qui flanque le mur est de l’enceinte extérieure remonte à l’époque byzantine.

Des seigneurs de la guerre aux soldats du Christ

  • 7 Carte p. 9

20Dans la seconde moitié du xiie siècle l’Empire byzantin est affaibli par les premiers assauts des armées turques à l’est, par la pression des Hongrois et des Serbes au nord, par les incursions des Normands – qui pillent Corinthe en 1147 – autant que par l’impérialisme agressif des grandes cités marchandes d’Italie (Venise, Gênes, Pise) à l’ouest. Si, au prix de guerres coûteuses et épuisantes, les envahisseurs sont tous momentanément repoussés, les négociants vénitiens obtiennent très tôt de l’empereur un *chrysobulle leur accordant le privilège de libre commerce dans un certain nombre de villes, grands ports comme Nauplie ou marchés de redistribution vers l’intérieur comme Argos, où la céramique confirme l’existence de relations suivies avec l’Italie à partir du xiie siècle. Cet affaiblissement de l’autorité impériale pousse un certain nombre de grands propriétaires ambitieux à se constituer des principautés indépendantes, ouvrant ainsi la voie à une sorte de système féodal. Le plus célèbre de ces archontes est Léon Sgouros, héritier d’une puissante famille de Nauplie, qui tenta alors d’étendre son domaine bien au-delà des frontières de l’Argolide puisque, après s’être rendu maître d’Argos en 1202 et de Corinthe l’année suivante, il poussa ses armées jusque sous les remparts d’Athènes, qu’il ne réussit pas à prendre, puis jusqu’à Thèbes, qu’il détruisit en 1204, et à Larissa7. C’est dans ce climat d’anarchie que, la même année, les princes Francs et Latins, en route pour la quatrième croisade, s’emparèrent de Constantinople qu’ils mirent à feu et à sang.

21Ils y fondèrent l’Empire latin d’Orient et élurent à sa tête le comte de Flandre, qui prit le nom de Baudouin Ier. Puis ils se partagèrent les lambeaux de l’empire byzantin en y organisant, selon le modèle féodal, plusieurs principautés vassales. Argos appartenait à la principauté d’Achaïe (ou de Morée), qui échut aux chevaliers français Guillaume de Champlitte et Geoffroy de Villehardouin, neveu de l’historien. Le premier étant mort en 1209, c’est le second qui, ayant pris le titre de Prince de Morée, entreprit l’année suivante de « chevaucier par le pays et de conquester sur les Grex » (Livre de la Conquête, § 132). Après avoir obtenu la reddition de Corinthe, il s’empara de Nauplie et d’Argos en 1212 mais céda aussitôt ces deux villes à Othon de la Roche, duc d’Athènes, « pour la grant bonté et bonté compaignie que il lui tint au siège de Corinte » (ibid., § 200).

Notes de fin

1 Thermes A Plan I, 12

2 Carte p. 41

3 Monastère Plan II, I

4 Panaghia Plan II, 17

5 Kastro Plan II, A 4

6 Carte p. 41

7 Carte p. 9

Table des illustrations

Légende Puits paléochrétienCe puits fait d’éléments de terre cuite préfabriqués fut creusé à proximité de l’édifice C à la fin de l’Antiquité. On en date l’occlusion des premières années du ve siècle. Il contenait plusieurs fragments de statues parfois très mutilées ainsi que les restes de la dédicace d’un sanctuaire qui y ont peut-être été jetés par les chrétiens cherchant à appliquer l’édit de Théodose (392) après le passage des Goths d’Alaric (396).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3863/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 734k
Légende Mosaïque des saisons : l’hiverTrouvée à 4 km d’Argos, à Aghios Taxiarchis, dans des thermes du début du ve siècle, elle faisait partie d’un ensemble représentant les quatre saisons. La mosaïque, qui rappelle les pavements de la maison du fauconnier, est de qualité supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3863/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Mosaïque du fauconnierProvenant d’une villa bâtie au nord de l’agora vers le début du ve siècle. Elle comprenait une salle à manger ornée d’un thiase dionysiaque et un atrium (cour Intérieure) orné de scènes de chasses et d’un calendrier.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3863/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Légende La basilique paléochrétienne de l’« Aspis »I. Abside et synthronon en demi-cercle entourant la chaire épiscopate. II. Baptistère. III. Narthex. IV. Porche en forme d’atrium. V. Martyrium. VI. Tombes paléochrétiennes.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3863/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Inscription funéraire trouvée dans les ruines des thermes ASelon une coutume répandue à l’époque paléochrétienne, les violateurs de la tombe appartenant au monastère sont menacés de l’anathème de Judas et des Juifs, ici désignés par une citation biblique : ce sont ceux qui ont crié « Prends, prends, crucifie-le ! »
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3863/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Légende Céramique dite slaveVase appartenant à un type de céramique fruste non tournée, abondamment représenté en Europe centrale pendant le viie siècle. Il pourrait avoir été laissé par des habitants – slaves ou non – occupant en « squatters » les ruines des thermes du théâtre après les Invasions.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3863/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 662k
Légende L’église de MerbakaDes quelques églises byzantines construites en Argolide au xiie siècle, c’est l’une des mieux conservées et la seule dont le registre décoratif demeure intact. Celui-ci combine des éléments céramoplastiques (briques taillées, bols vernissés) et des sculptures, dont certaines sont des remplois antiques. Le village de Merbaka (aujourd’hui Aghia Triada) doit son nom à Wilhelm von Meerbeke, archevêque latin de Corinthe qui y résida à la fin du xiiie siècle.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3863/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M

© CNRS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search