Version classiqueVersion mobile

Argos

 | 
Marcel Piérart
, 
Gilles Touchais

La domination de Rome (~201-330)

Texte intégral

Rome entre en guerre contre Philippe V de Macédoine

1Lorsqu’en ~201, des ambassadeurs de Rhodes et de Pergame vinrent demander au Sénat de Rome la reprise des hostilités contre Philippe V de Macédoine, personne, sans doute, n’avait pris conscience qu’on venait d’enclencher un engrenage qui allait, en un demi-siècle, faire passer la Grèce entière sous la domination romaine et, en trois fois autant, tout l’Orient méditerranéen. Les historiens discuteront encore longtemps des causes qui poussèrent Rome, à peine sortie d’une guerre épuisante avec Carthage, à reprendre les armes dans une région pour laquelle elle n’avait jusqu’alors guère montré d’intérêt. Le désœuvrement de troupes fraîchement démobilisées, l’ambition de jeunes aristocrates pressés de se couvrir de gloire, l’appât du butin permettaient de donner corps à une volonté impérialiste qui ne demandait qu’à se concrétiser. En ~200, le Sénat de Rome, après avoir beaucoup hésité, déclara la guerre à Philippe.

Argos choisit le camp de Philippe, qui la donne à Nabis

2Occupés par leur guerre contre Nabis de Sparte, les Achéens observèrent une neutralité d’autant plus opportune que les opérations commencèrent par s’enliser, jusqu’à ce qu’on envoie, en ~198, le jeune consul T. Q. Flamininus, porteur d’une politique nouvelle, le philhellénisme romain. Vers la fin de l’été, les Achéens, réunis en assemblée à Sicyone, furent sommés de choisir entre Philippe et Rome. Ils choisirent le camp des Romains, sauf Megalopolis, Dymé et Argos, dont les délégués quittèrent la séance. La Confédération était sur le point d’éclater. Cependant que les Romains et leurs alliés commençaient le siège de Corinthe, Argos ouvrait ses portes à une garnison macédonienne.

3Philippe avait de nombreux amis à Argos, où il avait séjourné au cours d’opérations militaires et dont il avait présidé les Concours Néméens en ~209. Son fils Persée, qu’il avait eu d’une femme argienne (il passait pour les aimer beaucoup), reçut le nom du célèbre héros argien. Mais le choix des Argiens n’était pas le bon. Contraint de se rapprocher de Nabis, Philippe lui céda Argos « en prêt, jusqu’à la victoire » (Tite-Live, XXVII 30, 9). Nabis accepta Argos, mais préféra passer dans le camp des Romains.

4Honoré comme roi dans les inscriptions, mais se comportant en tyran despotique et sanguinaire, Nabis semble avoir voulu reprendre, en la radicalisant, la politique de Cléomène III : elle visait à restaurer la grandeur passée de la cité grâce à une réforme de ses cadres sociaux. Alors que Cléomène n’avait pas cherché à exporter son programme, Nabis introduisit une véritable révolution à Argos. Il bénéficiait probablement d’appuis locaux. Sa femme, Apia, appartenait, semble-t-il, à la famille des tyrans du iiie siècle. Tite-Live rapporte qu’il ne s’est pas contenté de terroriser les possédants par des mauvais traitements, des confiscations et des amendes, mais qu’il a fait voter un vrai programme révolutionnaire, comprenant l’abolition des dettes et la redistribution des terres. Peut-être le compléta-t-on par l’affranchissement d’esclaves. Le problème de la terre dut être lancinant à Argos, comme dans beaucoup d’autres cités : vers la fin de l’époque hellénistique, un personnage est honoré pour avoir mis fin à des empiètements sur les terres sacrées et publiques, qui purent à nouveau être adjugées conformément à la loi, ce qui permit d’accroître les revenus de l’État.

Flamininus libère Argos

5Philippe, battu à Cynoscéphales en juin ~197, fut contraint à la paix. Comme ce serait encore le cas par la suite, une commission sénatoriale de dix membres fut envoyée en Grèce pour seconder le magistrat romain. Au printemps ~196, dans les Concours Isthmiques, devant une assemblée enthousiaste, T. Q. Flamininus taisait proclamer par le héraut la liberté des cités grecques qui étaient au pouvoir de Philippe.

6Durement opprimée par le roi de Sparte, Argos constituait une atteinte trop visible à l’image que Flamininus voulait donner du philhellénisme romain. On déclara donc la guerre à Nabis. Ce dernier avait besoin de troupes : 2000 Argiens prirent le chemin de Sparte. Un décret de la communauté de Mycènes voté une fois la paix revenue remercie Protimos de Gortyne (Crète) d’avoir pris soin à Lacédémone des éphèbes du village emmenés par le tyran.

7Nabis dut rendre Argos en ~195. La cité libérée réintégra la Confédération achéenne. Flamininus présida, vers la fin de l’automne, les Concours Néméens dont on avait dû différer le déroulement à cause de la guerre. Après les souffrances qu’ils avaient connues, l’enthousiasme des Argiens libérés fut tel qu’ils votèrent à Flamininus des honneurs exceptionnels : des concours furent créés qui portaient son nom (Titeia). On les célébrait encore un siècle plus tard.

Rome et la Confédération achéenne

8Pendant le demi-siècle qui suivit, Argos partagea le destin de la Confédération. La cité ne sortira plus guère de l’ombre pour nous. Lorsque Rome fut en guerre avec Persée, en ~170, deux commissaires, C. Popilius Laenas et Cn. Octavius furent envoyés en Grèce expliquer la politique romaine aux cités. On a retrouvé à Argos le décret voté à cette occasion en l’honneur du second. La gravure sur la pierre de tels textes n’est pas un geste gratuit. On peut imaginer que la ville restait reconnaissante aux Romains de la façon dont elle avait été libérée du joug de Nabis. Deux ans plus tard, Paul-Émile, vainqueur de Persée à Pydna, visita la ville lors du tour de Grèce qu’il fit avant de repartir pour Rome. Les partisans de Rome dans les cités obtinrent que leurs adversaires soient envoyés à Rome pour y être jugés. C’est ainsi que l’historien Polybe, dont le père, Lykortas, était un dignitaire de la ligue, prit le chemin de l’Italie avec un millier de compagnons. Nous ignorons combien d’Argiens il y avait parmi eux.

9Bien que le Sénat n’ait rien pu leur reprocher, les Achéens furent gardés en otages jusqu’en ~150. Peu de temps après leur retour, le Sénat, lassé des différends qui ne cessaient d’opposer les Grecs entre eux, décida de briser la Confédération achéenne : il exigea d’elle l’abandon non seulement de Sparte, qui venait de faire sécession, mais encore de Corinthe, d’Argos, d’Orchomène d’Arcadie et d’Héraclée Trachinienne. Les raisons du choix de ces cités ne sont pas claires. On espérait peut-être voir s’effondrer à court terme une confédération au territoire morcelé. La guerre ne put être évitée. Les Grecs furent battus près des Thermopyles, puis à Corinthe, que le consul L. Mummius mit à sac et rasa (~146).

Réformes imposées par Rome

10La Grèce fut réduite en province romaine et confiée au proconsul de Macédoine. La réorganisation à laquelle se livra L. Mummius avec l’aide d’une commission de dix sénateurs fut profonde et durable. Elle affecta aussi bien les institutions fédérales que celles des cités. Mais nos sources ne permettent pas d’en saisir tous les détails. Un document nouveau trouvé à Argos appartient à cette période. Il s’agit d’une série de lettres adressées aux cités achéennes par L. Mummius et par son successeur Q. Fabius Maximus concernant le renouvellement des privilèges accordés aux Technites dionysiaques de l’Isthme et de Némée, contraints de s’installer à Argos après la destruction de Corinthe.

Les thermes du théâtre
Le mur nord de la grande salle à abside est conservé sur toute sa hauteur. La salle était voûtée.

Les synèdres

11Les inscriptions postérieures à ~146 permettent d’entrevoir des changements importants dans les institutions politiques d’Argos. L’essentiel des responsabilités paraît désormais se trouver entre les mains d’un collège de synèdres, qui agissent de concert avec les magistrats pour proposer des décrets, s’occupent de questions financières, des relations extérieures. Ils ont un secrétaire, dont le nom sert à identifier les documents. Ils paraissent posséder toutes les prérogatives d’un conseil, mais dans un décret de la fin du iie siècle après J.-C, ils apparaissent aux côté du conseil (boulé). Des institutions semblables, attestées par des formules identiques, apparaissent à la même époque dans beaucoup d’autres cités du Péloponnèse, pour ne pas parler du reste de la Grèce. Cela ne saurait être l’effet du hasard et révèle sans doute une volonté commune. On pourrait être tenté d’y voir la griffe de la Confédération achéenne. Mais, à l’époque de son appartenance à la Confédération, Argos continuait d’avoir les mêmes magistratures qu’auparavant, comme on peut le voir par le décret pour Cn. Octavius. Il faut peut-être reconnaître dans l’institution des synèdres la marque de la commission sénatoriale, qui donna aux cités une constitution dont Polybe fut chargé d’expliquer à ses compatriotes les bienfaits. Les synèdres auraient formé un conseil restreint d’allure oligarchique, renouvelé périodiquement, qui se serait superposé à la boulé, voire même, peut-être, aurait pris sa place dans un premier temps. Il agissait de concert avec les magistrats, mais détenait en fait l’essentiel des pouvoirs. Le but de ces réformes n’était pas uniquement de remettre le pouvoir entre les mains des possédants : il permettait d’identifier clairement les responsables des décisions prises et ce n’est pas un hasard si, vers la même époque, se multiplient les listes énumérant les notables qui ont fait des propositions.

Aqueduc d’Hadrien
On en a conservé quelques vestiges, Ici, à l’endroit où il traversait le fleuve Charadros (Xérias).

Dissolution et restauration de la Ligue achéenne

12Selon Pausanias, les Romains commencèrent par dissoudre la Confédération achéenne, puis, pris de remords, la restaurèrent. Ils rapportèrent aussi des décisions qu’ils avaient prises sur l’interdiction de posséder des biens dans plusieurs cités ou de contracter un mariage hors de sa cité. Un décret de Dymé, où le proconsul de ~144 dut s’occuper de troubles civils fomentés par des gens qui s’en prenaient à « la constitution rendue par les Romains aux Achéens » (SEG, 35, 391), prouve que l’intervention de Rome dans les institutions eut lieu aussitôt après la destruction de Corinthe. D’autre part, la nouvelle inscription d’Argos montre qu’une union (*syntélie) des cités continue à avoir vie aux yeux des Romains. Sans doute les pouvoirs politiques des institutions centrales ont-ils été supprimés, les Romains préférant traiter directement avec les cités. Pour le reste, ils ne s’opposèrent pas au maintien de la Confédération. Ils ne le firent pas non plus dans le cas des autres confédérations de Grèce continentale. L’idée, plausible en soi, que les Romains auraient accepté la reconstitution d’une confédération limitée au Péloponnèse du nord ne repose en fait que sur un document unique, une dédicace de soldats de cités achéennes à leur officier. Elle cadre mal avec le reste de nos sources. Il n’est guère imaginable non plus que la Confédération achéenne ait pu continuer à battre monnaie après ~146. Les monnaies à fleur de coin trouvées dans des trésors postérieurs à cette date, notamment en Italie, devaient faire partie du butin emporté ou avoir été thésaurisées. La Confédération réapparaîtra dans nos sources, dans la deuxième moitié du premier siècle av. J.-C, mais elle ne joue plus qu’un rôle limité.

Les Technites dionysiaques s’installent à Argos

13Argos ne semble pas avoir bénéficié de privilèges particuliers de la part des Romains. Mais elle profita de l’effacement de Corinthe. Strabon, qui décrit la Grèce de cette époque, note qu’elle est, après Sparte, la cité la plus importante du Péloponnèse. On a déjà parlé à deux reprises des Technites dionysiaques de l’Isthme et de Némée. Cette compagnie de comédiens et de musiciens, qui s’est créée, comme ses homologues d’Athènes et de Téos, dans le courant du iiie siècle, avait son siège à Corinthe, qui administrait les Concours Isthmiques. Après ~146, ce n’est pas à Sicyone, à qui échoit la présidence de ces concours, qu’ils s’installèrent, mais à Argos où, à la demande des Romains, ils reçurent un sanctuaire pour leurs réunions. Les Romains confirmèrent les privilèges que les Rois et les cités conféraient à ces compagnies d’acteurs : la libre circulation des biens et des personnes et l’exemption des taxes. Les inscriptions d’Argos de l’époque romaine nous ont livré des listes de technites. Elles nous montrent aussi la vie de l’association, ses magistrats, ses réunions, les cultes des bienfaiteurs qu’on y célébrait. Dans le courant du premier siècle av. J.-C, un conflit violent éclata à propos de Delphes entre la compagnie d’Athènes et celle de l’Isthme et de Némée. Il dut être arbitré par le Sénat de Rome. La compagnie d’Athènes l’emporta.

Trafiquants italiens

14On trouve aussi à la même époque des trafiquants italiens. Les deux dédicaces latines qu’ils nous ont laissées concernent le consul de ~69, C. Métellus, qui s’est emparé de la Crète, et son beau-frère, Q. Marcius Rex, consul en ~68 et chargé de réduire les pirates de Cilicie. Ce n’est pas un hasard. Argos, une ville de taille moyenne, entourée d’une plaine fertile donnant vers le sud sur un golfe tranquille, possédait une position-clé sur les routes du Péloponnèse. Par la mer, il était facile de gagner la Crète depuis le Golfe de Nauplie en naviguant d’île en île jusqu’à La Canée. Ces magistrats romains avaient fait d’Argos leur base et l’on trouve naturellement des commerçants italiens dans le sillage de leurs armées. Mais la présence de ces derniers paraît avoir été sans influence sur le commerce local. L’importance des voies maritimes pour le commerce explique que le problème de la piraterie ait été lancinant. Les *agoranomes d’Argos ont consacré une statue à Pompée le Grand, qui en a purgé la mer.

15Nous connaissons pour l’époque romaine d’autres associations professionnelles ou religieuses. Il n’est pas toujours facile de distinguer entre elles, car les associations professionnelles ont souvent un sanctuaire et un culte, tels ces forgerons auxquels on a volé la statue d’Héphaistos, leur patron. Mais les dernières décennies qui ont précédé l’Empire ne paraissent pas avoir été une période de grande activité économique en Grèce. Les guerres civiles, avec les armées qui déferlaient sur la Grèce et vivaient de ses ressources, détruisaient des villes, incendiaient des ports et se livraient au pillage, ne favorisaient pas le commerce.

L’empereur Hadrien (117-138)
Cette statue monumentale ornait le nymphée auquel aboutissait l’aqueduc offert par l’empereur à la ville (en 124/5?). Elle reproduisait un type héroïque Idéalisé dans lequel on a cru reconnaître le Diomède de Crésilas. Si l’hypothèse est exacte, les Argiens n’ont pas pu être Insensibles à ce rapprochement avec leur roi mythique, fondateur de sanctuaires et chef du contingent d’Argos à Troie, dont ¡I avait ramené le Palladium.

Nymphée de la Larisa
Parmi les dons qu’il fit à la ville d’Argos, l’empereur Hadrien offrit un aqueduc de 30 km qui aboutissait à cette fontaine monumentale construite sur les flancs de la Larisa dans l’axe d’une rue rectiligne dont plusieurs tronçons ont été retrouvés. La fontaine surplombait une terrasse plus ancienne en appareil polygonal identifiée traditionnellement (mais sans doute à tort) avec le Kritérion, lieu du jugement mythique de la fille de Danaos, qui, bravant l’ordre de son père, avait refusé de tuer son mari Lyncée.

Édifice tétragone (C)
Les grandes familles cherchaient à s’immortaliser en décorant la cité de monuments. Ce petit édifice fut érigé par un membre de la famille des Tiberii lulii et sa fille Claudia à proximité de la ligne de départ, qu’il mit définitivement hors d’usage. On ne sait pas si cette dernière fut rétablie à l’est du monument ou si la piste fut définitivement désaffectée.

Reprise des travaux publics

16La victoire d’Octave à Actium (~31) ramène la paix. Le nouveau maître de Rome prend le nom d’Auguste quatre ans plus tard. Sous son gouvernement, des signes de prospérité croissante apparaissent dans le Péloponnèse. Les colonies romaines fondées à Corinthe et Patras prennent leur essor et les anciennes cités comme Messène, Sparte ou Argos, qui possèdent d’importants terroirs, gérés par les grandes familles qui administrent aussi leur cité, retrouvent peu à peu un certain bien-être. À Argos, la reprise de constructions dans le secteur du théâtre et de l’agora en est la marque la plus tangible.

  • 1 Portique K Plan I, 15

17C’est vraisemblablement au début de l’Empire que le monument à colonnade qui bordait l’agora au nord (K) fut détruit, à l’exception de sa façade ouverte au sud, et remplacé par un imposant édifice qui en respecta scrupuleusement l’orientation1. Il abritait probablement depuis l’époque hellénistique des ateliers de nature diverse ou des boutiques. Le nouveau bâtiment semble avoir été destiné lui aussi, au moins dans un second temps, à des activités artisanales ou commerciales.

18Des travaux importants ont considérablement modifié l’aspect de l’édifice qui bordait l’agora au sud (P) dans le courant du premier siècle de notre ère. À l’intérieur du bâtiment, les structures classiques ont été détruites et remplacées par une cour rectangulaire de 35,70 × 17 m, avec des *stoas larges de ± 4,40 m, stylobate compris, dans laquelle on a proposé de reconnaître la palestre d’un des trois gymnases d’Argos, qui sont connus notamment par une inscription de l’époque d’Auguste trouvée dans le bâtiment. Ces travaux ont entraîné la rectification de l’angle sud-est du bâtiment et, probablement, des transformations de sa partie ouest, actuellement hors des limites de la fouille.

L’agora pendant le Haut-Empire
Le gymnase installé en P et la piste de course sont rénovés. Les bienfaiteurs peuplent l’agora de monuments décoratifs. La construction de grands aqueducs permettra d’orner l’espace public de fontaines qui apportent de la fraîcheur en été.

  • 2 Piste Plan I, 21

19Un réaménagement au moins partiel de la piste de course de l’agora (S) vers le milieu du premier siècle de notre ère va sans doute de pair avec l’érection de la palestre2. Mais les blocs de la ligne de départ pourraient appartenir à un état plus ancien. La ligne de départ était formée de blocs à rainures, dont cinq sont demeurés en place (fig. p. 52). Elle comptait seize couloirs de 0,965 m répartis en deux groupes séparés par un espace médian de 0, 22 m. La piste, de l’arête interne des blocs de départ à l’axe du repère des 300 pieds, trouvé en bordure du regard des égouts E, mesure 89 m. Sous sa forme achevée, elle ne fut sans doute pas en usage fort longtemps. Les travaux d’installation d’une canalisation ont entraîné le démontage d’une partie des blocs de la ligne de départ, à la place desquels on disposa, pour la protéger, des stèles inscrites posées face contre terre, où étaient gravés quelques-uns des plus beaux décrets de la haute époque hellénistique.

Le secteur du théâtre

  • 3 Édifice A Plan I, 12

20Devant le théâtre, le long d’une rue qui le reliait à l’agora, un grand bâtiment très bien conservé attirait déjà le regard des premiers voyageurs qui nous ont laissé des descriptions d’Argos3 (fig. p. 73). Érigé à l’extrême fin du premier siècle, il comprenait à l’ouest une salle à abside voûtée renfermant une crypte où l’on a retrouvé trois sarcophages, séparée par trois pièces disposées selon l’axe nord-sud, d’une cour bordée de colonnades. Sa destination fait l’objet de discussions. D’après le fouilleur, il s’agirait d’un temple consacré au culte de Sarapis-Asclépios.

  • 4 Odéon Plan I, 5

21Au début du iie siècle, un théâtre couvert ou odéon4 est érigé sur l’ancien lieu de réunion de l’assemblée. De plan rectangulaire, il sera transformé une première fois dans le dernier tiers du iie siècle. La mosaïque qui en ornait l’orchestra contenait des motifs rappelant les concours qui s’y déroulaient.

  • 5 Théâtre Plan I, 3

22Le grand théâtre5 hellénistique fut entièrement réaménagé dans le second quart du iie siècle. On construisit un édifice scénique de type italique avec une estrade (pulpitum). Le front de scène était orné de niches alternativement rectangulaires et semi-circulaires. En plus des représentations dramatiques et musicales, le grand théâtre fut aussi aménagé pour des combats de gladiateurs.

La visite d’Hadrien à Argos

  • 6 Aqueduc Plan I, I
  • 7 Nymphée Plan I, 2

23Patrie mythique de Persée, d’Héraclès et de tant d’autres héros, la cité d’Argos ne pouvait manquer de s’attirer les faveurs de l’empereur philhellène, qui la visita lors de son premier grand voyage en Grèce, en 124/5, peut-être en décembre ou en janvier. Il déposa des offrandes précieuses dans le sanctuaire de l’Héraion, ajouta une épreuve de course aux Concours Néméens d’hiver, assuma les frais de restauration d’un sanctuaire d’Héra en ville et fit construire un aqueduc qui amenait en ville l’eau captée dans les montagnes, à 30 kilomètres de là (fig. p. 73). 6 L’aqueduc se terminait par une fontaine (fig. p. 76, en haut)7, où se dressait la statue de l’empereur, dans l’attitude d’un héros antique (Diomède ?) (fig. p. 75). De là, l’eau était ensuite distribuée en ville dans des fontaines ou des bains publics.

Nymphée circulaire
Érigé à la fin du ier siècle apr. J.-C. sur les ruines d’un monument dont il ne reste que les fondations, il comprenait une tholos octastyle d’où l’on pouvait accéder par un escalier à une crypte. Il fut transformé en fontaine à la fin du iie siècle.

Thermes
Lors de la transformation en thermes, les parties plus anciennes (A, B1, B2, B3) ont été conservées, mais l’intérieur de la cour a été aménagée pour recevoir les piscines froides (F) et chaudes (C1, C2, C3).

Constructions hydrauliques

  • 8 Fontaine C Plan I, 14
  • 9 Édifice R Plan I, 20
  • 10 Thermes A Plan I, 12

24Sur l’agora, une construction tétragone de 6,35 m de côté, ressemblant à un tombeau8, mais qui servait de fontaine (C), se composait d’un socle carré en blocage revêtu de briques, au-dessus duquel quatre piles d’angle en brique laissaient subsister une ouverture de 2,35 m de chaque côté (fig. p. 76, en bas). L’édifice était entièrement plaqué de marbre et entouré d’un bassin de marbre également. Des fragments de la dédicace, gravée sur le placage, permettent d’attribuer cette construction à une famille de Tiberii Iulii. Les indices recueillis dans la couche constitutive du sol correspondant au monument invitent à dater sa construction de la seconde moitié du iie siècle Un édifice9 rond (R) situé au centre de l’agora, sans doute lié au culte héröique de Danaos et de ses filles, les nymphes Danaïdes, fut transformé lui aussi en fontaine vers la même époque (fig. page ci-contre). Dans une ville chaude en été, la multiplication des monuments hydrauliques permettait aux bienfaiteurs de contribuer à l’embellissement de la ville tout en améliorant le confort de ses habitants. Gymnases et bains se développent et se multiplient. Des thermes sont installés dans le grand bâtiment (A)10 près du théâtre. L’ensemble s’étendait sur 84 m de long. Les trois pièces bordant la stoa ouest et la salle à abside furent conservées, mais l’intérieur de la cour reçut des installations somptueuses ornées de nombreuses statues : à un vestiaire, succédaient trois piscines froides et, plus à l’est, trois piscines chaudes (fig. p. 82). L’édifice fut complété par l’adjonction de palestres couvertes à l’ouest et flanqué à l’est d’un escalier monumental. Une partie de ces travaux fut exécutée sous Gordien III (238-244).

Aphrodite
Adaptation romaine de l’Aphrodite de Fréjus. L’original, particulièrement aimé dans l’Antiquité, aurait été créé à Athènes vers 420. La statue provient des thermes du théâtre, dont la collection impressionnante de marbres conservés donne une idée assez précise de ce qu’on pouvait s’attendre à trouver dans une ville de la Grèce à l’époque impériale.

Les grandes familles

25Tous ces monuments ont été offerts par des membres des familles riches, qui essayaient d’imiter la générosité de l’empereur en les finançant. Sur leur activité, nous possédons, en plus des monuments, le témoignage des inscriptions. L’un d’entre eux est honoré avec ses fils pour avoir amené l’eau d’en haut et pour avoir embelli de statues d’empereurs et de héros l’agora et les trois gymnases. En échange de leurs bienfaits, ils recevaient des honneurs prodigués par la cité. Au pied du monument R, le long de la piste de l’agora, ont été mis au jour les restes de la tombe d’un bienfaiteur de la cité, qui avait reçu l’honneur insigne d’être inhumé sur l’agora. Des feuilles d’or avaient été répandues sur le défunt (fig. page ci-contre). Un monument de marbre de plan carré (environ 6,20 × 6,20 m), base monumentale ou cénotaphe héroïque, se trouvait juste à côté de la tombe (M) : le bienfaiteur était assimilé aux héros fondateurs. Ces hommes appartenaient aux grandes familles qui se partageaient la richesse, le pouvoir et les honneurs. Leurs familles, qui n’hésitaient pas à se réclamer des héros mythiques les plus prestigieux, comme Persée et Héraclès, dont Argos était, d’après la légende, la patrie, n’ont pas tardé à recevoir la citoyenneté romaine. Elles conclurent entre elles des alliances et des mariages qui dépassèrent bientôt le cadre des cités et l’on peut suivre certaines d’entre elles sur deux ou trois siècles, dans leurs ramifications diverses, dans le Péloponnèse et à Athènes. Elles concentraient entre leurs mains les charges et les *liturgies.

Les institutions municipales. Les concours

26Certaines des magistratures en place au cours des siècles précédents continuent à fonctionner. Nous ne les connaissons plus guère que par des inscriptions honorifiques, qui se bornent le plus souvent à les énumérer. Elles ne permettent guère de distinguer Argos des autres cités de l’époque. Les quatre tribus traditionnelles sont toujours attestées. Elles honorent souvent les magistrats les plus importants. Le conseil (boulé) existe à côté des synèdres et signe de nombreux décrets honorifiques. On trouve encore un Conseil des Anciens (gerousia). Dans plusieurs cités du Péloponnèse, de tels conseils sont connus dès l’époque hellénistique comme un rouage politique. À Éphèse, comme plus tard à Athènes, la gerousia s’occupait de l’administration de biens sacrés et de l’organisation de fêtes et de spectacles. C’est sans doute à cette deuxième catégorie qu’appartenait celle d’Argos. Ses privilèges furent confirmés, à l’époque d’Auguste, par Agrippa. Elle se réclamait de Danaos (le roi fondateur de la cité) et de sa fille Hypermnestre et, comme ce fut aussi le cas d’autres cités, elle avait un patron (prostates).

Feuilles d’or provenant de la tombe d’un bienfaiteur
Pour les bienfaiteurs de l’époque impériale, être enterré sur l’agora était un honneur Insigne. Ces feuilles d’or proviennent des vestiges d’une tombe monumentale qui se dressait au pied du nymphée circulaire le long de la piste de course. Elles étaient répandues sur le linceul qui enveloppait le défunt. Entre les dents du squelette, une pastille en or représentait une colombe.

27Parmi les magistrats, on trouve des responsables du marché (agoranomoi), de l’approvisionnement du blé (sitônai), des commandants des éphèbes, des magistrats du culte. Toutes ces fonctions pouvaient à l’occasion s’avérer coûteuses. Mais les charges les plus dispendieuses étaient celles de gymnasiarque et de président des concours (agônothetès), qui obligeaient à fournir l’huile des établissements de sport et des concours. Argos continuait d’organiser, à l’époque impériale, quatre grands concours internationaux : tous les deux ans avaient lieu en alternance les Héraia (appelés dans les listes de vainqueurs « le bouclier d’Argos ») et les Nemeia, les Kaisareia et les Nemeia. Des agonothètes sont honorés pour avoir, en plus de l’huile, offert des banquets à la population et même distribué de l’argent. Ils étaient entourés de toute une série de magistrats agonistiques : les dix hellanodices, les commissaires (eisagôgeis), les secrétaires et le xystarque, nommé par l’empereur, qui avait autorité sur les athlètes pendant le concours.

Les thermes du théâtre
Hypocaustes servant à chauffer l’eau des piscines chaudes. Les thermes du théâtre en comptaient trois. Des chaufferies, auxquelles on accédait par des souterrains, en desservaient les fours.

Les institutions provinciales

28D’autres fonctions s’exerçaient au sein des institutions provinciales et internationales dont Argos faisait partie. L’ancienne Confédération achéenne a survécu, et son magistrat suprême est toujours un stratège, mais ses prérogatives paraissent surtout religieuses. Plusieurs Argiens y occupèrent les postes en vue. Signalons à ce sujet la découverte, parmi les blocs réutilisés dans les thermes du théâtre (A), des fragments d’une inscription évoquant la carrière d’un notable argien, qui fut grand-prêtre du culte impérial au sein de la Ligue achéenne, laquelle se réunit à Argos à plusieurs reprises. La ligue a joué un rôle dans le culte impérial au niveau de la Grèce. On a d’ailleurs l’impression qu’en fait, sinon en droit, elle a même tendu à représenter l’ensemble de la Grèce à l’époque d’Hadrien. Argos en fut probablement le siège. Pourquoi, autrement, aurait-on fait afficher à Argos, à Athènes et dans les quatre grands sanctuaires panhelléniques une lettre que l’empereur lui a adressée à propos des honneurs qui lui sont attribués ? La fonction d’*helladarque, dont la création remonte à cette époque, et qui est plus d’une fois associée à la dignité de grand-prêtre à vie (lequel est donné aussi comme grand prêtre de la Grèce), ou à celle de stratège de la ligue, apparaît à un moment où la notion d’Hellas tend à coïncider avec celle d’Achate. Ainsi s’expliquerait le fait qu’elle puisse parler au nom des Hellènes.

29Cette projection vers le haut laissait, sur le plan local, un vide. Une Confédération d’Arcadie est mentionnée par Pausanias, ainsi qu’une Confédération d’Argolide, dont faisaient partie de son temps les villes arcadiennes de Stymphale et d’Aléa.

L’amphictyonie de Delphes et le Panhellénion

30D’autres fonctions internationales s’offraient aux bienfaiteurs argiens. L’amphictyonie de Delphes regroupait des cités et des peuples grecs autour de Delphes. Les empereurs sont intervenus à plusieurs reprises pour en modifier la composition. Hadrien a envisagé d’en faire « une assemblée commune à tous les Grecs » (FD III 4, 302). La fonction d’helladarque des Amphictyons, créée dans la foulée, fut à l’occasion exercée par un Argien. C’est peut-être à la même époque que fut restauré pour Argos le droit de siéger dans l’amphictyonie (un siège que, d’après Pausanias, elle devait partager avec Corinthe, Sicyone et Mégare), ce qui permit à un Argien d’être agonothète des Concours Pythiques.

31Enfin le Panhellénion, créé par Hadrien en 131/2, la première institution politique et culturelle hellénique qui transcende le cadre des provinces romaines, dont le siège était à Athènes, eut aussi des magistrats argiens.

32La création du Panhellénion eut d’autres conséquences pour la vie culturelle argienne. Pour faire partie de cette association, une cité devait prouver ses origines grecques. Des cités comme Athènes, Sparte et Argos, qui pouvaient se vanter d’avoir les plus anciens et les plus prestigieux héros de la mythologie et qui passaient pour avoir fondé de nombreuses colonies, connurent un regain de prestige. Sans doute sous le règne d’Antonin ou de Marc-Aurèle, un rhéteur d’Aigeai de Cilicie, P. Anteius Antiochus, vint à Argos pour renouveler les liens de parenté qui existaient entre sa cité et Argos. Il fit des conférences pour expliquer aux Argiens les exploits de Persée dans sa propre région. Ceux-ci, ravis, décidèrent de graver sur une stèle le procès-verbal de la conférence et des décisions des autorités.

33Telle était à peu près la ville que Pausanias a pu voir. Il a visité la Grèce à l’époque des Antonins et rédigé vraisemblablement son ouvrage entre 155 et 180. Sa description d’Argos, où il s’attarde surtout sur les monuments qui en exaltent le passé prestigieux, ses mythes et ses légendes, est la seule que nous possédions pour l’Antiquité. Elle sert encore aujourd’hui de base aux travaux des archéologues. Mais son utilisation est des plus délicates, en raison des transformations profondes que subit la topographie de la ville après son passage.

Le Bas Empire

34Vers la fin du iie ou le début du iiie siècle après J.-C, des changements considérables sont intervenus dans l’organisation de la place publique (plan p. 84). Conformément à une tendance à la fermeture des espaces publics observée en plusieurs endroits, l’aile occidentale du bâtiment P a été démontée et remplacée par le prolongement, vers l’ouest, de la stoa nord, jusqu’au pied de la salle hypostyle (SII), dont les fondations ont été déchaussées. Le sol intérieur du portique se trouvant plus bas que celui de la place à l’extérieur, les colonnes étaient reliées entre elles par des barrières qui devaient contenir les terres. Ces transformations sont à mettre en rapport avec une extension du gymnase de l’agora.

L’agora pendant le Bas-Empire
Conformément à une tendance à la fermeture des espaces publics observée en plusieurs endroits, le bâtiment P est relié à la salle hypostyle.
Les monuments sont transformés profondément.
Le site ne perdra cependant son caractère de place publique qu’à la fin du ive siècle.

35En 267, des barbares appelés Hérules pénétrèrent en Grèce. Ils n’y demeurèrent que peu de temps, mais laissèrent des traces durables de leur passage. L’historien byzantin Georges *Syncelle raconte que, venant du nord-est, ils franchirent la Mer Noire, puis « brûlèrent et dévastèrent Athènes, Corinthe, Sparte, Argos et toute l’Achaïe » (p. 717). À Athènes, Corinthe et Sparte, des traces étendues des destructions qu’ils ont faites sont visibles. Pendant longtemps, on a été tenté de leur attribuer presque toutes les destructions tardives qui n’étaient pas datables autrement. Aujourd’hui, les archéologues sont plus nuancés. Qu’en fut-il à Argos ? Aucune trace matérielle de destructions sûrement attribuables aux Hérules n’a été observée à Argos. Mais il est certain que l’apparence de l’agora d’Argos changea considérablement à partir de la seconde moitié du iiie siècle.

L’extension du portique classique et la salle hypostyle

36Dans l’extension du portique, des murs divisaient l’espace en pièces qui communiquaient avec le portique. Certaines d’entre elles ont pu servir de boutiques. Vers la fin du iiie siècle, ces murs ont été rasés et une nouvelle distribution des pièces intervint. D’autres transformations ont eu lieu vers la même époque sur le reste de l’agora. Le bassin du monument C fut exhaussé à l’aide de blocs remployés. Sur les ruines d’un groupe statuaire important (D), un petit temple a été érigé et l’on s’est servi de pierres provenant du monument pour construire une base grossière pour la statue de culte (fig. p. 68). Le premier grand monument de l’agora classique à avoir été détruit pourrait bien avoir été la salle hypostyle (SH). Tous les sondages effectués à l’intérieur ou à proximité du monument conduisent à dater du milieu du ive siècle l’établissement d’un sol à un niveau inférieur au sol du monument classique ainsi que le démontage des murs dans la moitié nord de la salle.

Notes de fin

1 Portique K Plan I, 15

2 Piste Plan I, 21

3 Édifice A Plan I, 12

4 Odéon Plan I, 5

5 Théâtre Plan I, 3

6 Aqueduc Plan I, I

7 Nymphée Plan I, 2

8 Fontaine C Plan I, 14

9 Édifice R Plan I, 20

10 Thermes A Plan I, 12

Table des illustrations

Légende Les thermes du théâtreLe mur nord de la grande salle à abside est conservé sur toute sa hauteur. La salle était voûtée.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3862/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 801k
Légende Aqueduc d’HadrienOn en a conservé quelques vestiges, Ici, à l’endroit où il traversait le fleuve Charadros (Xérias).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3862/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 826k
Légende L’empereur Hadrien (117-138)Cette statue monumentale ornait le nymphée auquel aboutissait l’aqueduc offert par l’empereur à la ville (en 124/5?). Elle reproduisait un type héroïque Idéalisé dans lequel on a cru reconnaître le Diomède de Crésilas. Si l’hypothèse est exacte, les Argiens n’ont pas pu être Insensibles à ce rapprochement avec leur roi mythique, fondateur de sanctuaires et chef du contingent d’Argos à Troie, dont ¡I avait ramené le Palladium.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3862/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 869k
Légende Nymphée de la LarisaParmi les dons qu’il fit à la ville d’Argos, l’empereur Hadrien offrit un aqueduc de 30 km qui aboutissait à cette fontaine monumentale construite sur les flancs de la Larisa dans l’axe d’une rue rectiligne dont plusieurs tronçons ont été retrouvés. La fontaine surplombait une terrasse plus ancienne en appareil polygonal identifiée traditionnellement (mais sans doute à tort) avec le Kritérion, lieu du jugement mythique de la fille de Danaos, qui, bravant l’ordre de son père, avait refusé de tuer son mari Lyncée.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3862/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 726k
Légende Édifice tétragone (C)Les grandes familles cherchaient à s’immortaliser en décorant la cité de monuments. Ce petit édifice fut érigé par un membre de la famille des Tiberii lulii et sa fille Claudia à proximité de la ligne de départ, qu’il mit définitivement hors d’usage. On ne sait pas si cette dernière fut rétablie à l’est du monument ou si la piste fut définitivement désaffectée.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3862/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende L’agora pendant le Haut-EmpireLe gymnase installé en P et la piste de course sont rénovés. Les bienfaiteurs peuplent l’agora de monuments décoratifs. La construction de grands aqueducs permettra d’orner l’espace public de fontaines qui apportent de la fraîcheur en été.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3862/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 798k
Légende Nymphée circulaireÉrigé à la fin du ier siècle apr. J.-C. sur les ruines d’un monument dont il ne reste que les fondations, il comprenait une tholos octastyle d’où l’on pouvait accéder par un escalier à une crypte. Il fut transformé en fontaine à la fin du iie siècle.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3862/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende ThermesLors de la transformation en thermes, les parties plus anciennes (A, B1, B2, B3) ont été conservées, mais l’intérieur de la cour a été aménagée pour recevoir les piscines froides (F) et chaudes (C1, C2, C3).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3862/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende AphroditeAdaptation romaine de l’Aphrodite de Fréjus. L’original, particulièrement aimé dans l’Antiquité, aurait été créé à Athènes vers 420. La statue provient des thermes du théâtre, dont la collection impressionnante de marbres conservés donne une idée assez précise de ce qu’on pouvait s’attendre à trouver dans une ville de la Grèce à l’époque impériale.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3862/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3862/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Feuilles d’or provenant de la tombe d’un bienfaiteurPour les bienfaiteurs de l’époque impériale, être enterré sur l’agora était un honneur Insigne. Ces feuilles d’or proviennent des vestiges d’une tombe monumentale qui se dressait au pied du nymphée circulaire le long de la piste de course. Elles étaient répandues sur le linceul qui enveloppait le défunt. Entre les dents du squelette, une pastille en or représentait une colombe.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3862/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Les thermes du théâtreHypocaustes servant à chauffer l’eau des piscines chaudes. Les thermes du théâtre en comptaient trois. Des chaufferies, auxquelles on accédait par des souterrains, en desservaient les fours.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3862/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende L’agora pendant le Bas-EmpireConformément à une tendance à la fermeture des espaces publics observée en plusieurs endroits, le bâtiment P est relié à la salle hypostyle.Les monuments sont transformés profondément.Le site ne perdra cependant son caractère de place publique qu’à la fin du ive siècle.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3862/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 665k
Légende L’extension du portique classique et la salle hypostyle
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3862/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M

© CNRS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search