Version classiqueVersion mobile

Argos

 | 
Marcel Piérart
, 
Gilles Touchais

Les ambitions des rois (~338-~201)

Texte intégral

La « ligue de Corinthe » et l’occupation du territoire de Sparte

1Après la bataille de Chéronée en ~338, où fut défaite la coalition des cités grecques regroupées autour de Thèbes et d’Athènes contre le roi de Macédoine, Philippe II reçut la reddition d’Athènes, de Corinthe et des autres cités du Péloponnèse qui s’étaient coalisées contre lui. Plus tard, avec l’aide des habitants d’Élis, il envahit le territoire de Sparte, que ses troupes ravagèrent et occupèrent. Les voisins de Sparte avaient eu la prudence de ne pas prendre position dans le conflit. Philippe prétendait réconcilier les Grecs. Il les réunit à Corinthe en une Ligue dont il reçut la présidence. Celle-ci fut invitée à arbitrer les conflits territoriaux qui opposaient les cités entre elles. C’est ainsi qu’fArgos rentra en possession des territoires que les Lacédémoniens lui avaient pris.

Argos rentre en possession de la Thyréatide

2De nombreux historiens pensent que les Argiens, les Arcadiens et les Messéniens, qui avaient tous des prétentions territoriales à faire valoir, prirent part à l’invasion de la Laconie. Mais la chronologie des événements n’est pas assurée. Le témoignage allégué à l’appui de l’accueil triomphal qu’aurait reçu Philippe II à Argos concerne en fait Philippe V de Macédoine. Les Argiens eux-mêmes prétendirent d’ailleurs plus tard que la Thyréatide leur fut rendue à la suite d’un arbitrage. Le prestige des Lacédémoniens était encore si grand, la crainte qu’ils inspiraient à leurs voisins si intense qu’on peut penser que si les Argiens avaient reconquis leurs terres les armes à la main, fût-ce avec l’appui de Philippe, ils s’en seraient vantés comme d’un triomphe. Une inscription concernant précisément Argos montre comment les différends territoriaux furent réglés à ce moment. La cité y est chargée par la Ligue des Hellènes d’arbitrer un conflit entre Mélos et Kimolos concernant des îlots que chacune revendiquait. Sparte n’étant pas membre de la Ligue, elle fut jugée par contumace, peut-être directement par le conseil des Hellènes. La présence des troupes macédoniennes sur son territoire ne lui laissa pas le choix : elle dut évacuer les territoires rendus à ses voisins.

  • 1 Carte p. 4 I

3Sur l’étendue même des territoires reconquis, les historiens ne s’accordent pas. On affirme souvent que les Argiens reçurent, en plus de la Thyréatide, toute la côte jusqu’à Zarax1. Mais vers ~275, le petit port de Tyros, situé au nord de Zarax, appartient aux Laconiens. Les Argiens n’obtinrent sans doute la Cynourie que plus tard, comme une récompense de leur fidélité à Antigonos Gonatas.

4Cet événement eut des conséquences importantes pour l’histoire sociale et politique de la cité. Les restes d’une nécropole fouillée à Helléniko, l’ancienne Eua, prouvent que les Argiens sont bel et bien rentrés en possession de leur territoire. À quelque distance de là, un petit temple a été érigé dans un sanctuaire consacré au héros médecin Polemokratès. Son nom apparaît dans une inscription qui pourrait bien décrire le tracé des nouvelles frontières.

Réorganisation du corps civique

5Cet accroissement territorial a probablement eu des répercussions sur l’organisation du corps civique. Depuis la réforme démocratique du ve siècle, les citoyens étaient répartis dans des subdivisions gentilices, quatre tribus subdivisées en douze phratries. Après Chéronée, un nouvel élément apparaît dans le nom des citoyens : il s’agit de la mention, au nominatif, d’un lieu de résidence (par exemple Asina, Elaiôn, Hysea Anô, Koila, Lyrkeion, Mykana, Zarax). Il est probable qu’à côté de l’organisation *gentilice de la population, qui demeure inchangée, a été introduite une subdivision de la population fondée sur une base territoriale. Une inscription datant de cette époque prévoit l’enregistrement d’un nouveau citoyen, Alexandras de Sicyone, « sur les stèles érigées dans le sanctuaire d’Apollon Lykeios où sont inscrits les noms des autres citoyens dans la tribu (phylé), la phratrie (phatra) et la pentékostys de son choix » (SEG, 30, 359). L’hypothèse qui vient le plus naturellement à l’esprit consiste à reconnaître un « phatronyme » dans l’élément qui se présente, dès le ve siècle, sous la forme d’un adjectif patronymique avec un suffixe en -idas, ou comme un ethnique en -eus, et la pentékostys, dans l’élément apposé au nominatif. Vers le milieu du iiie siècle, l’identité complète du citoyen comprenait donc quatre éléments : le nom, le nom du père au génitif, le « phatronyme » et la pentékostys. Par exemple : Orthagoras, fils de Pythilas, Kleodaidas, Sticheleion. Mais un des décrets de Mycènes, dont le nom apparaît ailleurs dans cette position, la désigne comme une kôma (village). Si l’on n’identifie pas le nouvel élément du nom du citoyen à la pentékostys, il reste à expliquer pourquoi la kôma n’est pas mentionnée dans le décret pour Alexandros de Sicyone. Quoi qu’il en soit, les raisons mêmes de cette réforme n’apparaissent pas clairement.

Annexion de Cléonai. Argos devient présidente des Concours Néméens

  • 2 Carte p. 4 I

6Vers la même époque, Argos annexa Cléonai2. La date précise de l’absorption de la petite cité n’est pas connue. Cette question est liée à celle de la présidence des concours panhelléniques qui se déroulaient en l’honneur de Zeus dans la vallée voisine de Némée.

7Les décrets argiens de la fin du ive ou du début du iiie siècle octroient aux *proxènes le titre de *théarodoque de Zeus et d’Héra. Ils avaient donc la présidence des concours à cette époque. On a pensé qu’ils la possédaient déjà en ~460, mais que Cléonai avait pu les administrer pendant un certain temps. En ~323/2, un décret d’Athènes, où il est question du chef de la délégation athénienne aux Concours de Némée, paraît concerner un citoyen de Cléonai, Lapyris. Or, à la fin du ive siècle, Cléonai avait cessé d’être indépendante. Il est donc probable que les Argiens obtinrent en même temps la ville de Cléonai et la présidence des Concours Néméens, peu de temps après 322.

8La reprise des fouilles du site de Némée a révélé une activité intense dans le sanctuaire dans les années qui ont suivi la bataille de Chéronée. Le temple de Zeus, dont les ruines étaient connues depuis longtemps, plusieurs bâtiments situés à proximité immédiate, ainsi que le stade, mis au jour à 500 m environ au sud-ouest du sanctuaire, ont été construits à cette époque. Une telle activité n’est pas facile à expliquer.

9Si notre chronologie est la bonne, la construction du nouveau temple et sans doute d’autres travaux ont précédé la mainmise des Argiens sur le sanctuaire. La création, en ~338, d’une grande ligue panhellénique n’eut sans doute pas que des conséquences politiques et militaires. Le conseil (synedrion) de la Ligue des Hellènes devait se réunir chaque année dans un des grands sanctuaires panhelléniques. Un regain d’intérêt pour le sanctuaire de NéMée à ce moment ne serait donc pas inattendu.

Vases à vernis noir
Datant de la fin du iv-début du iiie siècle, ils proviennent des fosses liées à des travaux effectués aux remparts au début de l’époque hellénistique sur l’« Aspis ».

Après la mort d’Alexandre

10La mort d’Alexandre à Babylone en ~323 ouvrit une période d’insécurité pour toute la Grèce. Argos participa au mouvement d’insurrection qui souleva le monde grec à ce moment. L’élan des insurgés fut brisé à Lamia. Des régimes promacédoniens furent mis en place un peu partout. Mais les généraux d’Alexandre ne tardèrent pas à se disputer les dépouilles de son empire. Jusqu’à l’avènement de Philippe et d’Alexandre, le jeu politique se déroulait entre États comparables. Les cités les plus importantes exerçaient tour à tour leur hégémonie au sein de constellations fondamentalement instables. Philippe et Alexandre avaient été des princes autoritaires et, à l’occasion, cruels, mais ils se posaient en unificateurs et en pacificateurs du monde grec. Les luttes pour la succession d’Alexandre, d’abord, celles des rois après l’éclatement de son empire, ensuite, allaient obliger souvent les cités à choisir entre des adversaires dont les enjeux les dépassaient. Mais souvent aussi les luttes internes devaient interférer dans les décisions : les belligérants étaient sollicités de l’intérieur par les partis qui en attendaient le pouvoir.

11À la mort du régent Antipatros, Polyperchon, qui lui succéda comme « intendant des Rois », mit fin aux oligarchies que son prédécesseur avait mises en place en ~322. En ~318, il écrivit à Argos et aux autres cités de Grèce une lettre dans laquelle il leur rendait la liberté. Un décret trouvé en deux exemplaires, à Pallantion en Arcadie, et à Argos, rappelle le succès d’une ambassade argienne envoyée auprès de Polyperchon pour obtenir la libération de prisonniers de Pallantion. L’absorption de Cléonai par Argos pourrait avoir pris place à ce moment-là.

12Mais le concept de liberté des Hellènes ne cessait de perdre de son contenu. Argos allait devoir bientôt renoncer à nouveau à son autonomie. Les anciens généraux d’Alexandre, Cassandre, Antigonos, Ptolémée et Lysimaque se liguèrent contre Polyperchon. En ~316, Cassandre, qui venait d’installer Démétrios de Phalère à la tête d’Athènes, traversa le golfe Saronique et s’empara d’Épidaure et d’Argos, où il installa une garnison. Au retour d’une campagne en Arcadie, en ~315, Apollônidès, le commandant de la place, ferma les portes et les fenêtres du prytanée où s’étaient rassemblés 500 partisans de Polyperchon et de son fils et mit le feu au bâtiment.

Rempart polygonal
Vers la fin du ive siècle, grâce notamment aux fonds prêtés par les Rhodiens, les Argiens entreprirent de restaurer et de perfectionner leur système de fortifications. Sur l’« Aspis », un bastion fut aménagé et plusieurs sections du rempart reconstruites. Les murs sont en appareil polygonal régulier (formé de blocs présentant en général plus de quatre faces de joints, mais de taille analogue) et les tours, à pans coupés.

13Une inscription connue depuis longtemps a peut-être à voir avec les opérations de Cassandre dans le Péloponnèse en ~315. Il s’agit d’une liste de paiements, par des particuliers et des États, d’amendes infligées pour des actions commises en violation des Concours Néméens. Les États sont la Confédération des Arcadiens et la cité de Stymphale. Les paiements sont comptabilisés en statères d’or, ce qui n’est guère imaginable avant l’expédition d’Alexandre en Asie. Plusieurs des Argiens dont les noms sont repris dans l’inscription, comme magistrats ou comme garants des paiements, proviennent de Cléonai. L’inscription est donc postérieure à l’incorporation de celle-ci dans la cité d’Argos. Les amendes infligées furent très élevées. Celle qui frappait la Confédération arcadienne devait atteindre 100 talents. Les Arcadiens et Stymphale obtinrent d’échelonner les paiements. De telles amendes correspondent à une violation délibérée de la trêve sacrée proclamée pour les concours. Il est tentant de rapprocher ces informations d’un événement connu autrement : Diodore de Sicile nous apprend qu’au retour d’une expédition qui devait l’opposer aux Arcadiens et à Stymphale, en ~315, Cassandre présida la célébration des Concours à Némée.

14Une autre inscription concerne sans doute la garnison que Cassandre laissa à Argos pendant cette période. Elle contenait des listes de déserteurs (automoloi) datées par le secrétaire du collège des polémarques. Les noms des déserteurs sont souvent accompagnés de leur ethnique. Il y avait parmi eux des esclaves et même un Argien, Thiodamos Kolouris, ce qui prouve qu’il ne s’agissait pas de réfugiés. Qu’il s’agisse de mercenaires n’est pas douteux. La mention de polémarques dans l’intitulé des listes ne manque pas d’intérêt. À Argos, les magistrats militaires supérieurs sont des stratèges, un collège bien attesté depuis l’époque classique jusqu’à l’époque romaine et qui, à l’époque hellénistique, possédera des compétences militaires et politiques. Que les stratèges aient dû faire place à des polémarques pendant un temps permet de supposer que Cassandre a imposé à Argos un régime oligarchique qui ne cessa qu’avec sa domination.

Démétrios Poliorcète libère Argos et restaure la démocratie

15En ~307, Antigonos chargea son fils Démétrios de libérer les cités grecques. En ~303, après avoir échoué devant Rhodes, il délivra Argos, ainsi que Sicyone, Corinthe et d’autres cités du Péloponnèse. Les historiens rapportent comment il s’y prenait pour emporter les garnisons : en jouant de la surprise, de l’intimidation (on l’a nommé Poliorcète à cause des machines de guerre qu’il emmenait avec lui) ou de la corruption – il alla jusqu’à payer 100 talents pour obtenir le départ d’une garnison. Mais une inscription laisse entendre qu’une autre version circula à Argos même : c’est Apollon, la divinité tutélaire de la cité, qui, pendant la nuit, aurait chassé Pleistarchos, le frère de Cassandre et ses troupes. Un *thiase se réunissait tous les mois, le jour de la tête du dieu, pour commémorer le souvenir de cet exploit.

16Fidèle à la politique annoncée, Démétrios laissa la cité reprendre son régime traditionnel. Un nombre considérable d’inscriptions témoigne de l’activité diplomatique que les Argiens déployèrent à ce moment-là.

17À un moment donné vers la fin du ive siècle, Argos obtint de Rhodes, qui passait pour sa colonie, un prêt sans intérêt de 100 talents pour la réfection de ses fortifications et la reconstitution de sa cavalerie. Les fouilles ont prouvé que des travaux importants ont été effectués aux fortifications de la colline du Prophète Élie (« Aspis ») au début de l’époque hellénistique (fig. p. 63).

18Les Argiens resserrèrent leurs liens avec d’autres colonies. Un décret trouvé récemment à Némée confère des privilèges « à leurs parents » d’Aspendos, en Cilicie (SEG, 34, 282). Les habitants d’Aspendos obtinrent entre autres le droit de citoyenneté à Argos (*isopolitie) et l’accès en priorité devant l’assemblée, immédiatement après les Rhodiens, comme les habitants de Soloi, une autre colonie d’Argos en Cilicie, et ceux de Sériphos. Le renouvellement des liens de parenté avec ces cités n’était pas uniquement un moyen d’obtenir des avantages matériels. Argos, rentrée dans ses possessions historiques et maîtresse de prestigieux concours panhelléniques, pouvait proclamer à la face du monde grec qu’elle avait restauré son prestige d’autrefois.

Pyrrhos meurt en tentant de s’emparer d’Argos

19En ~272, Argos entra à nouveau dans la grande histoire le temps d’une bataille : le roi Pyrrhos d’Épire y perdit la vie dans un combat de rue en essayant de s’emparer de la cité. Né quatre ans après la mort d’Alexandre et, comme lui, comptant Achille parmi ses ancêtres, il fut mêlé aux luttes de ses successeurs. À l’appel de Tarente, il s’en vint en Italie et en Sicile, où il rêva d’accomplir les desseins d’Alexandre. Mais ses victoires – qui deviendront proverbiales – ne furent que des succès éphémères et, après avoir guerroyé dans la Péninsule pendant six ans (de ~280 à ~274), il ramena ses troupes en Épire. Obligé de nourrir son armée, il marcha aussitôt sur la Macédoine, qu’il comptait simplement razzier, mais dont, à sa grande surprise, il parvint à chasser Antigonos Gonatas, le fils de Démétrios Poliorcète, que sa victoire récente sur les Galates paraissait pourtant avoir installé définitivement et solidement en Macédoine. Antigonos ne réussit à sauver que Chalcis, Corinthe ainsi qu’une partie du Péloponnèse et c’est là que Pyrrhos le retrouva un an plus tard. À Sparte d’abord, où il comptait ramener Cléonymos, un aventurier de sang royal. Mais l’arrivée opportune des secours envoyés par Antigonos et celle du roi Areus, de retour de Crète avec ses troupes, l’obligèrent à se contenter de ravager le pays pour nourrir ses troupes. C’est alors qu’il reçut un appel d’Argos. Il y affrontera Gonatas. Venant de Sparte par la Cynourie, Pyrrhos pénétra dans la plaine d’Argos par le sud et établit son camp dans les environs de Nauplie, alors que les troupes d’Antigonos occupaient les hauteurs dominant la plaine au nord. Pyrrhos ne réussit pas à s’emparer de la ville. Refoulé de l’agora, il dut battre en retraite au milieu de la plus grande confusion. Il périt dans un combat de rue, tout près du tombeau de Likynmios, frappé à la tête, dit-on, par une tuile lancée d’un toit par une vieille femme. Le bruit courut parmi les Argiens qu’il s’agissait de la déesse Déméter en personne.

20L’impact de cet événement sur la vie de la cité fut considérable, puisqu’il a laissé dans les monuments des traces encore perceptibles à l’époque de Pausanias. Un mémorial en marbre blanc orné des éléphants qui avaient fait le renom du roi fut érigé au milieu de l’agora. Un sanctuaire fut consacré à Déméter avec la caution de l’oracle d’Apollon. Des armes prises à l’ennemi furent suspendues un peu partout dans les sanctuaires. Manifestement, le parti promacédonien sut exploiter habilement une victoire que les Argiens avaient remportée eux-mêmes.

L’amitié d’Antigonos Gonatas

21Deux factions luttaient pour le pouvoir en ~272. La défaite de Pyrrhos le donna à Aristippos, qui passait pour être l’ami d’Antigonos. Il doit être le fils de cet Aristomachos qui aida les Athéniens, en ~301 ou peu après, à rétablir leur autorité sur le Pirée et les Longs Murs. Il dut bien exercer quelque pouvoir personnel, peut-être dès ~272 : ses descendants, qui portaient alternativement les noms d’Aristomachos et d’Aristippos, sont les tyrans d’Argos dont Polybe nous a conservé le souvenir.

  • 3 Carte p. 4 I

22L’amitié des Argiens avec Antigonos fut durable. Elle leur procura le contrôle de la Cynourie, dont, déjà du temps d’Hérodote3, ils prétendaient avoir été dépossédés. Polybe mentionne Zarax, Glympeis et quelques autres bourgades parmi les possessions d’Argos en ~219. Une inscription du iiie siècle, sûrement antérieure à la destruction de Mantinée en ~222, confirme le fait que les Argiens étaient les maîtres de Zarax à ce moment. Nous ignorons à quel moment précis, entre ~275 et ~222, les Argiens sont entrés en possession de ces sites. Durant la guerre de Chrémonidès, qui opposa Sparte et Athènes au roi de Macédoine dans les années soixante, Argos dut rester fidèle à Amigonos. Le roi de Sparte Areus mourut à Corinthe, où les Macédoniens avaient une importante garnison. Peut-être les Argiens ont-ils profité des événements pour annexer la Cynourie.

23Les souverains hellénistiques n’apportaient pas que la guerre. Se posant en défenseurs de l’hellénisme, ils répandaient leurs bienfaits dans les cités par des distributions de blé ou d’autres produits indispensables, par des aides ponctuelles et des monuments. Argos, comme les autres cités grecques, sut solliciter leur aide avec succès. Elle ne se contenta pas de faire appel aux souverains de Macédoine : le nom des Ptolémées se lit, à l’occasion, dans les textes. Mais notre documentation à ce sujet demeure encore très pauvre.

Les travaux d’urbanisme

24Des constructions nouvelles et des travaux d’embellissement des monuments existants continuèrent à être exécutés (plan p. 48). Les textes nous donnent parfois des indications chronologiques à ce sujet (signatures de sculpteurs connus, dédicaces liées à des événements historiques, comme dans le cas de la victoire des Argiens sur Pyrrhos). Mais, dans l’état actuel des fouilles et des connaissances, le programme architectural de l’agora était, pour l’essentiel, achevé à la fin du ive siècle. D’autres travaux classiques ou hellénistiques ont meublé ce plan. Signalons le monument D, en bord de piste. Il s’agit d’une base monumentale de 3,65 × 2,10 m entourée de barrières, construite ou réaménagée à l’époque hellénistique (fig. p. 68). Ce monument devait avoir une grande importance aux yeux des Argiens, comme en témoignent les vestiges, au nord et au sud, de bases ayant servi à supporter des offrandes. À l’extrémité sud du terrain archéologique, un petit édifice prostyle (L), datant de la basse époque hellénistique et aligné sur le tracé de la rue qui mène au théâtre à gradins droits, paraît n’avoir eu qu’une fonction ornementale.

Le transfert à Argos des concours d’Héra et de Zeus

25Au début du iiie siècle, les Concours Néméens et les Concours en l’honneur d’Héra (Hekatomboia) furent transférés en ville. Jusqu’à la fin du ive siècle, les concours étaient nettement distincts et il semble qu’il y ait eu un agonothète des Concours Néméens et un agonothète des Hékatomboia. Après le transfert, la fonction sera confondue et les *hellanodices des Concours Néméens s’occupèrent aussi des Concours d’Héra, célébrés juste après les premiers. Ce n’était pas seulement par souci de simplification : les concours d’Héra, assimilés à ceux de Némée, mais sans jamais être confondus avec eux, gagnaient ainsi en prestige sur la scène internationale.

  • 4 Théâtre Plan I, 3

26La construction, dans le premier quart du iiie siècle, d’un théâtre4 taillé dans le flanc de la colline du Prôn paraît avoir été l’entreprise majeure de l’époque hellénistique. L’espace réservé aux gradins avait un rayon de plus de 77 m et pouvait accueillir 20 000 spectateurs. L’orchestra circulaire, de 13,30 m de rayon, le bâtiment de scène, présentant en façade une colonnade de 20 supports ioniques, offraient des similitudes avec le théâtre d’Épidaure, qui lui était antérieur de peu. Elles ne s’expliquent pas seulement par les modes architecturales : les deux cités ont toujours été concurrentes et toutes deux cherchaient à s’attirer un renom dépassant leurs frontières.

27Les Concours Néméens faisaient partie, avec ceux d’Olympie, de l’Isthme et de Delphes, des très prestigieux concours stéphanites de la « période » : l’athlète victorieux recevait une couronne de feuillage (olivier à Olympie, pin ou céleri à l’Isthme, laurier aux Pythia de Delphes, céleri à Némée). Celui qui avait remporté successivement la victoire dans chacune des épreuves était dit périodonique. Le programme était comparable à celui des concours en l’honneur d’Héra rebaptisé, à l’époque hellénistique, Héraia : il comportait des épreuves gymniques : course de vitesse, de fond, en armes ; boxe pancrace, lutte ; pentathlon (course, lutte, lancement du javelot, du disque et saut). Il y avait aussi des concours de hérauts. Des courses de chevaux, attelés ou montés, se déroulaient dans un hippodrome. À partir de l’époque hellénistique, des épreuves musicales et artistiques sont attestées à la fois dans les Némeia et les Héraia (flûte, cithare, acteurs tragiques et comiques). Elles accompagnaient l’essor dans le monde hellénistique des compagnies internationales d’acteurs et d’artistes (*technites dionysiaques). Nous les retrouverons.

Le théâtre hellénistique
Derrière le théâtre, qui est la construction la plus imposante de la période hellénistique, on aperçoit les thermes romains et l’odéon romain installé dans le théâtre classique à gradins droits. En arrière-plan, le stade moderne, près duquel se trouvait une des nécropoles de la ville ancienne.

L’essor des histoires locales

28Les enquêtes mythologiques et les histoires locales (Argolika) se multiplient dans la foulée d’Akousilaos et d’*Hellanikos. On explique volontiers ce phénomène par un besoin de compensation : cité réduite à un rôle mineur, Argos aurait cherché à se réfugier dans la gloire de son passé prestigieux, que les poètes avaient exalté. Un certain nombre des travaux que nous ne connaissons plus que de nom ou à travers de misérables fragments pourraient appartenir à l’époque où, restaurée dans sa gloire passée grâce à l’appui de Philippe de Macédoine, elle croit pouvoir jouer à nouveau un rôle à l’échelle hellénique. On connaît les noms de Damèn (Démétrios), qui vivait peut-être au ive siècle, Hagias et Derkylos, dont s’est inspiré Gallimaque, Deinias, Anaxicratès, Dionysios, Telesarchos, Sokratès et le poète Lykéas, dont Pausanias s’inspire beaucoup. Tous ne sont pas argiens, ni n’entrent nécessairement dans le siècle qu’on vient de définir. Mais ce fut sans doute le cas de l’un ou l’autre d’entre eux.

L’apogée de la cité

  • 5 Deiras Plan II, B3

29Vers le milieu du iiie siècle, Argos, qui a eu le bonheur d’embrasser à temps le parti du roi vainqueur en Grèce, a atteint l’apogée de son développement. Avec la Thyréatide et la Cynourie, au sud, le territoire de Cléonai avec la plaine de Némée, au nord, elle déborde largement de ses frontières naturelles. Un réseau de fortifications assure la défense du territoire. Les murailles de la ville ont été réparées et étendues. Elles ont montré leur efficacité : Pyrrhos avait dû bénéficier de complicités à l’intérieur pour pénétrer en ville et s’y trouver finalement pris au piège. Le programme architectural du centre politique est achevé, mais on continue à ériger des monuments pour l’embellir. À cela s’ajoute la présidence des Concours Néméens : leur annexion, puis leur récent transfert à Argos, ajoutent au prestige qu’apportaient déjà à la cité les concours en l’honneur d’Héra. Tous les deux ans, une foule considérable d’athlètes et de délégations venues du monde grec tout entier afflue dans la ville. L’immense théâtre dont les gradins ont été tailles dans les flancs même du Prôn et le stade, qu’on longe après avoir franchi la porte de la Deiras5 pour se rendre à Lyrkeion ou à Oinoé, sont là pour rappeler dans l’intervalle aux citoyens que leur ville est le siège d’un des concours de l’Ancienne Période. Des *théores d’Argos vont annoncer la trêve sacrée jusqu’en Asie et en Égypte – on possède un bon signé par un Roi Ptolémée accordant un subside à deux d’entre eux pour qu’ils aillent visiter les curiosités du Fayoum. Rentrés sains et saufs au pays, ils offrent en action de grâces à Zeus et à Héra, les divinités tutélaires des concours, une dédicace qui commémore leur exploit.

Base monumentale et petit temple tardif (D)
Sur les ruines d’une base entourée de barrières, qui avait supporté un groupe statuaire, a été construit, au Bas-Empire, un petit temple. L’un et l’autre monuments demeurent anonymes.

30Dotée d’un territoire vaste et fertile, où fleurissent un peu partout des communautés locales qui jouissent d’une certaine autonomie – Mycènes, Asiné, Eua de Thyréatide paraissent avoir connu une réelle prospérité au HP siècle –, Argos aurait pu espérer accomplir dans la paix l’idéal d’autarcie que prônait Aristote dans la Politique. Mais il n’est pas sûr que les nouvelles acquisitions territoriales et les remaniements des structures de la population dont elles furent l’occasion aient apaisé les troubles sociaux qui, au siècle précédent, avaient conduit au moins une fois à la guerre civile : des tensions sont perceptibles dès la fin du siècle et la présence, à la tête de l’État, d’une famille qui a la caution du roi de Macédoine fausse le jeu démocratique. D’ailleurs les temps ne sont plus au repli sur soi et ailleurs se préparent des décisions qui vont entraîner une modification considérable du paysage politique de la Grèce.

Entre la Confédération achéenne d’Aratos et la Sparte de Cléomène

31Vers le milieu du iiie siècle, le neveu d’Antigonos Gonatas, Alexandre, fils de Cratère, qui commandait les places de Corinthe et de Chalcis, se révolta contre son oncle. Il entra en guerre contre Athènes et Argos, toutes deux aux mains des partisans d’Antigonos. Mais les affaires ne tournèrent pas au profit des deux cités, qui furent obligées d’acheter la paix. Aristomachos d’Argos dut paver 50 talents.

32Peu de temps après, le jeune Aratos de Sicyone, fils de Kleinias, qui avait été chassé de Sicyone à la mort de son père et élevé à Argos, s’emparait de sa ville natale et la faisait adhérer à la Confédération achéenne. C’était une révolution, car, pour la première fois, on faisait entrer dans cette fédération de bourgades du nord du Péloponnèse un État-cité plus grand que chacun de ses membres traditionnels. Aratos, qui semble s’être d’abord tourné vers le roi de Macédoine, obtint d’Égypte l’aide financière qui lui permit de régler la question du rappel des bannis. Quelque temps plus tard, il réussit, grâce à un coup de force, à s’emparer de l’acropole de Corinthe et des deux ports de la cité, dont Antigonos avait pu reprendre possession à la mort d’Alexandre. Aussitôt Épidaure et Trézène adhéraient à la Confédération achéenne, dont Ptolémée fut proclamé stratège. Polybe insiste fortement sur le programme démocratique de la Confédération : « chasser les Macédoniens du Péloponnèse, renverser les gouvernements dictatoriaux, garantir à chaque cité la liberté fédérale et locale » (II 43, 8). Dans un premier temps, Argos résista victorieusement aux tentatives d’Aratos de l’incorporer dans la Confédération. Il ne réussit qu’à en arracher Cléonai, à qui il prétendit rendre la présidence des Concours Néméens, faisant vendre comme ennemis les Grecs qui se rendaient à Argos pour assister aux épreuves panhelléniques (~235). Les tyrans argiens Aristippos et Aristomachos demeurèrent fidèles à la Macédoine.

33En ~235, cependant, le tyran de Megalopolis, Lydiadas, abdiqua spontanément son pouvoir et fit entrer sa cité dans la Confédération qui l’élut stratège. Il apportait ainsi la preuve qu’il était possible de continuer la lutte pour le pouvoir politique dans un cadre institutionnel. La même année, à Sparte, le jeune roi Cléomène III succédait à son père Leónidas et, contre toute attente, reprenait la politique révolutionnaire d’Agis IV. Dans cette cité aristocratique fortement stratifiée socialement et politiquement, la propriété foncière s’était concentrée peu à peu entre les mains d’une oligarchie conservatrice. Pour restaurer la puissance et le prestige de la Sparte de jadis, il fallait abolir les dettes, redistribuer les terres, incorporer des membres des classes inférieures ou des périèques dans les cadres civiques. Ce programme, auquel d’aucuns rêvaient depuis plusieurs années déjà, ne pouvait manquer de séduire, à l’extérieur, les habitants de cités aux prises à des difficultés sociales comparables. Entre Sparte et les cités du Péloponnèse nord-oriental, pour la plupart membres de la Confédération achéenne, Argos se trouvait très isolée.

Argos dans la Confédération achéenne

34En ~229, Aristomachos se décida à faire entrer Argos dans la Confédération achéenne, dont il fut élu stratège. En ~227, Géomètre réforma les institutions de Sparte. En ~225, grâce à un coup d’audace, il réussit à s’emparer d’Argos pendant la célébration des Concours Néméens. Il y mit une garnison. Mais il ne réussit pas à conserver la place. L’année suivante, des Argiens, déçus de constater que Cléomène ne cherchait pas à appliquer à Argos son programme de réformes sociales, firent revenir les Achéens, qui rentrèrent en possession d’Argos avec l’aide du roi de Macédoine, Antigonos Doson. Aristomachos (que, sur la base des allusions de Polybe, les historiens soupçonnent d’avoir trahi la Confédération au profit de Cléomène en ~225) fut torturé et exécuté sans jugement. Après le départ d’Amigonos, des habitants d’Argos furent massacrés par des officiers macédoniens. Une alliance qui visait à restaurer la Ligue des Hellènes de Philippe II fut conclue entre la Macédoine et la Confédération achéenne en ~224. Aussi longtemps qu’elle devait durer, l’appartenance d’Argos à cette dernière ne posa pas de problème.

35Il n’est pas facile d’évaluer la portée des transformations imposées à la vie politique grecque par l’apparition des confédérations. Elles avaient des magistrats fédéraux, un conseil, une assemblée. Polybe insiste sur l’unité de la Confédération achéenne, qui possédait « la même législation, les mêmes poids et mesures, la même monnaie et aussi des magistrats, un conseil et des tribunaux communs » (II 37, 10), mais ailleurs il reconnaît qu’elle n’était pas exactement un État unitaire. Les cités conservaient leurs propres institutions (magistrats, assemblées, législation), elles continuaient à signer des accords entre elles ou à avoir des relations internationales. Les ambassadeurs des Rois ou ceux de Rome en faisaient le tour quand ils voulaient conclure une alliance ou faire la paix. Il faut donc se garder de tout excès de juridisme quand on étudie les institutions de l’Antiquité : la Confédération achéenne tenait à la fois de l’alliance militaire et de l’État centralisé. Visant, selon le mot de Polybe, à « garantir à chaque cité la liberté fédérale et locale », elle représentait un effort original pour répondre à la situation nouvelle créée par les royaumes hellénistiques. Mais l’arrivée des Romains sur la scène politique allait tout bouleverser, une fois de plus.

Notes de fin

1 Carte p. 4 I

2 Carte p. 4 I

3 Carte p. 4 I

4 Théâtre Plan I, 3

5 Deiras Plan II, B3

Table des illustrations

Légende Vases à vernis noirDatant de la fin du iv-début du iiie siècle, ils proviennent des fosses liées à des travaux effectués aux remparts au début de l’époque hellénistique sur l’« Aspis ».
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3861/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Rempart polygonalVers la fin du ive siècle, grâce notamment aux fonds prêtés par les Rhodiens, les Argiens entreprirent de restaurer et de perfectionner leur système de fortifications. Sur l’« Aspis », un bastion fut aménagé et plusieurs sections du rempart reconstruites. Les murs sont en appareil polygonal régulier (formé de blocs présentant en général plus de quatre faces de joints, mais de taille analogue) et les tours, à pans coupés.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3861/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Le théâtre hellénistiqueDerrière le théâtre, qui est la construction la plus imposante de la période hellénistique, on aperçoit les thermes romains et l’odéon romain installé dans le théâtre classique à gradins droits. En arrière-plan, le stade moderne, près duquel se trouvait une des nécropoles de la ville ancienne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3861/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Base monumentale et petit temple tardif (D)Sur les ruines d’une base entourée de barrières, qui avait supporté un groupe statuaire, a été construit, au Bas-Empire, un petit temple. L’un et l’autre monuments demeurent anonymes.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3861/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

© CNRS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search