Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Argos

 | 
Marcel Piérart
, 
Gilles Touchais

Entre Sparte et Athènes (vers ~495-~338)

Texte intégral

Le massacre de Sépeia

  • 1 Erasinos Plan I, 34 Carte p. 10

1À l’époque de la guerre d’Ionie (~499-494), à un moment où la prise de Milet par les Perses était prévisible, Cléomène de Sparte, sur la foi d’un oracle, dit-on, tenta de s’emparer d’Argos. D’après Hérodote, l’armée lacédémonienne, parvenue au bord du fleuve Erasinos1, renonça à le franchir car les sacrifices n’étaient pas favorables. Cléomène fit monter ses troupes sur des bateaux prêtés par Sicyone et Égine et débarqua entre Tirynthe et Nauplie. Au lieu-dit Sépeia, les Argiens furent enfermés par surprise dans le bois sacré d’Argos auquel Cléomène fit mettre le feu. Six mille hommes en âge de porter les armes périrent ainsi. Pour des raisons dont on discuta dès l’Antiquité, Cléomène ne s’empara pourtant pas de la ville d’Argos.

2Les conséquences de la défaite de Sépeia furent immenses. Comme les guerres médiques, l’événement donna lieu à toutes sortes de légendes dont la littérature ultérieure se fit largement l’écho. Des récits étiologiques se greffèrent sur l’événement. Dans l’immédiat, la cité d’Argos, nous dit Hérodote, « fut à tel point vidée d’hommes, que les esclaves (douloi) s’emparèrent de toute l’administration publique, occupèrent les magistratures et exercèrent le gouvernement, jusqu’au jour où les fils des citoyens tués atteignirent l’âge viril » (VI 83). Ces derniers auraient alors chassé les esclaves, qui se seraient emparés de Tirynthe, où ils se maintinrent un certain temps.

3Un autre courant, dans lequel nous trouvons Aristote et Plutarque, parle cependant de l’absorption par la cité d’Argos non pas d’esclaves, mais de *périèques, entendant vraisemblablement par là des hommes libres habitant des cités dominées par Argos. Le « gouvernement des esclaves », choquant pour les anciens, a donc donné lieu à un débat dès l’Antiquité. Les hésitations des historiens modernes lorsqu’ils tentent de rendre compte du phénomène ne font que refléter l’incertitude des sources.

4Les Argiens se servirent de leur affaiblissement comme prétexte pour ne pas participer aux guerres médiques, ce qui devait les mettre au ban des Grecs. Tirynthe et Mycènes, en dépit de leur faible importance, envoyèrent ensemble 400 hommes à Platées en ~479. Leur nom figure sur le trépied offert par les vainqueurs à Delphes. Pourtant, en ~487, lors d’un conflit entre Athènes et Égine, mille volontaires argiens s’engagèrent sous la conduite d’Eurybatès pour porter secours aux habitants de l’île. La plupart auraient péri. On ne surestimera pas la valeur de ces chiffres. Mais pour que Tirynthe et Mycènes puissent conquérir leur indépendance, il fallait que la faiblesse de la « capitale » dans le premier quart du siècle fût réelle.

5Plusieurs indices permettent de penser qu’à la fin de l’époque archaïque, l’organisation de la population et du territoire d’Argos était hiérarchisée, d’une manière ou d’une autre, comme celle de Sparte. Comme à Sparte, le pouvoir semble avoir été entre les mains d’une classe de propriétaires terriens servant comme hoplites. Les autres bourgades de la plaine auraient été entre les mains de périèques, des hommes libres, mais privés de droits politiques proprement dits. Les sources mentionnent également des serfs appelés gymnétes (parce qu’ils servaient dans les troupes légères ?), comparables notamment aux *hilotes lacédémoniens. Une inscription découverte récemment dans le sanctuaire d’Apollon Maleatas à Épidaure, que l’écriture invite à attribuer au premier quart du ve siècle, a été exposée par un notable argien, Kallippos, demandant l’asile pour lui et ses serviteurs. On songe à Attius Clausus, le fondateur de la gens Claudia, quittant Inregillum en ~504 avec une grande foule de clients et recevant à Rome l’asile, la citoyenneté et des terres. Des affranchissements massifs d’hilotes eurent lieu, à l’occasion, à Sparte. On peut donc imaginer que les possédants argiens décimés à Sépeia ont préféré tabler sur ces serviteurs plutôt que sur les périèques. Mais cette décision fut à l’origine de troubles dont nos sources se feraient l’écho. Ce modèle hiérarchisé a fait place dans le second quart du siècle à un système démocratique, dont l’installation et le fonctionnement commencent à être mieux connus.

Le Péloponnèse oriental et l’Argolide

La reconquête de la plaine et la réforme démocratique

6Dans le second quart du siècle, Argos entreprit de reconquérir la plaine. Les bourgades qui s’étaient opposées à elle furent détruites, leurs terres confisquées. Les habitants de Tirynthe partirent fonder Halieis. Ceux de Mycènes furent dispersés dans le reste du Péloponnèse. Les nouvelles possessions constituèrent une terre publique et sacrée (hiera kai damosia chôra), divisée en parcelles (guai), dont l’exploitation fournissait des revenus appréciables aux sanctuaires, d’une part, et permettait d’alimenter les caisses de la Cité, de l’autre : celles des terres qui ne furent pas assignées aux dieux furent, semble-t-il, distribuées entre les tribus.

7La population fut répartie dans de nouvelles subdivisions. Nous ignorons quand une quatrième tribu, les Hyrnathioi, fut ajoutée aux trois tribus traditionnelles des Doriens (les Dymanes, les Hylleis et les Pamphylai). Son nom est lié à Hyrnéthô, une héroïne de la légende du retour des Héraclides. Elle apparaît pour la première fois dans une dédicace des iaromnamones de l’Héraion qu’on date maintenant de ~460-450. Il serait prudent d’abandonner l’hypothèse, sans cesse reprise par les historiens, que cette tribu aurait regroupé des éléments non doriens intégrés dans la cité peut-être dès l’époque de Pheidon. Nous connaissons maintenant tous les noms des subdivisions de cette tribu au ve siècle : on y trouve des Daiphontees (Daiphontès était le mari d’Hyrnéthô) et des Témenidai (Témenos était son père), qui tiennent leur nom de héros de la légende du retour des Héraclides.

8L’étude des noms de subdivisions connus et de la structure des institutions prouve qu’un système artificiel a été créé lors de l’installation du régime démocratique. Chacune des quatre tribus (phylai) a été divisée en douze sections sans doute appelées phratries (phatrai), recevant des noms liés à des héros des traditions locales. Plus tard, lors de la fondation de Megalopolis (~368), cette opération pourra être présentée comme une forme de synœcisme, pouvant servir de modèle à l’entreprise des Arcadiens.

La constitution démocratique

9On peut se faire une idée du fonctionnement de la démocratie argienne grâce aux inscriptions. Elles s’étalent sur plusieurs siècles et il faut faire la part des changements qui n’ont pu manquer de se produire, mais que nous connaissons très mal.

10Comme dans la constitution d’Athènes, le pouvoir était entre les mains d’un conseil (bôla), chargé de préparer les décisions du peuple et d’une assemblée plénière (aliaia teleia), qui se réunissait à des intervalles prescrits par la loi, mais qui pouvait être ajournée (ambolimos). Elle était présidée par le président du conseil en exercice (aréteuôn bôlas). À côté de ce conseil, il y en avait un autre, appelé les Quatre-Vingts. On le considère souvent comme un rouage aristocratique, parce que l’on pense à l’Aréopage d’Athènes : comme lui, il s’occupait de questions religieuses et de justice. Mais il paraît avoir compté quatre sections de 20 membres, une par tribu ([w]ikadeis).

Vue panoramique du centre de la ville classique
Sur cette photo prise en 1975, on distingue le théâtre hellénistique (1), le théâtre à gradins droits (2), l’Aphrodision (3), les thermes du théâtre (4), la fouille du terrain Granias (5), l’agora (6), la fouille de la place des Réfugiés (7).

11Au ve siècle, des magistrats sont connus sous le nom d’artytnai. Ils pourraient avoir correspondu aux archontes athéniens. D’autres magistrats apparaissent dans des textes financiers ou religieux : iaromnamones (qui jouent un rôle important à l’Héraion ; il y en avait un par tribu), iarothytai, hodelonomoi. Dans chaque tribu, certaines prérogatives financières paraissent avoir été aux mains d’un collège des Douze (sans doute un membre par phatra). La présidence était exercée au sein du collège selon un système de rotation mensuelle.

12Aristote, dans la Politique, a montré qu’il existait différents modèles de démocratie. Nous ne savons pas exactement où placer la constitution d’Argos entre celle de Mantinée (très conservatrice mais qui, d’après Thucydide, jouissait de la sympathie des Argiens) et celle d’Athènes, qui présente une forme très évoluée de gouvernement du peuple. Il est certain qu’elle ne reposait pas sur une égalité de la propriété foncière. Les inégalités entre les riches et les pauvres ne sont pas gommées après ~460 et les guai demeurent la propriété de l’État ou des dieux. Les citoyens étaient surtout des paysans servant dans l’armée comme hoplites. Beaucoup d’artisans ont pu être des métèques (pedawoikoi). Ils étaient aussi appelés, à l’occasion, à servir dans l’armée.

Organisation de l’armée

13De l’étendue de la population, en ville ou à la campagne, nous ne savons à peu près rien. Les seuls chiffres que nous possédions concernent les effectifs militaires. À une date que Diodore place en ~420, mais qui était sûrement antérieure de beaucoup, les Argiens ont créé un corps d’élite de 1 000 hoplites entretenus aux frais de l’État. Cela devait représenter une dépense considérable : vers la même époque, le coût d’un *clérouque athénien à Lesbos était évalué à 200 drachmes attiques. Le reste des Argiens était réparti dans les tribus, ce qui explique l’existence de 5 stratèges : il y en avait un par tribu, plus le stratège du régiment d’élite. On devait pouvoir recruter entre 6 000 et 7 000 hoplites, ce qui était loin d’être négligeable. Vers ~300, la cavalerie argienne comportait huit « escadrons », deux par tribu, commandés par des ilarchoi. Un régiment d’élite était placé sous le commandement d’un ilarchos epikktas. Le nombre de cavaliers (cinquante par « escadron » ?) était fixé par la loi.

Rapprochement d’Argos et d’Athènes. Les trêves de ~451

14On a beaucoup spéculé sur le rôle que Thémistocle aurait joué dans la réforme des institutions argiennes. *Ostracisé d’Athènes et séjournant dans le Péloponnèse, il se trouvait à Argos au moment où, vers ~465 (?), accusé de corruption dans sa patrie, il fut obligé de fuir en Épire et en Macédoine d’abord, en Asie Mineure ensuite. Quel qu’ait été son rôle, un événement imprévu allait entraîner le rapprochement d’Athènes et d’Argos. En ~464/3, un violent tremblement de terre survenu à Sparte durant la nuit fit de nombreuses victimes, déclenchant une révolte des hilotes dont Sparte ne vint à bout qu’en ~455. Appelés à la rescousse, les Athéniens envoyèrent un important contingent sous la conduite de Cimon. Les Spartiates n’ayant pas tardé à les renvoyer, car ils les soupçonnaient d’intelligence avec l’ennemi, les Athéniens rompirent officiellement l’alliance conclue lors des guerres médiques et se lièrent avec les Argiens, d’une part, les Thessaliens, de l’autre. Parmi les conséquences de ce bouleversement des alliances, il faut mentionner la bataille de Tanagra (~458), où périrent beaucoup d’Argiens. Ils reçurent une sépulture séparée à Athènes. D’importants fragments de l’inscription qui la surmontait ont été retrouvés. En ~451, deux trêves furent conclues séparément par Sparte : l’une de 5 ans avec Athènes, l’autre de 30 ans avec Argos. Elles laissèrent aux Argiens le champ libre pour des activités plus pacifiques : les revenus des terres attribuées aux dieux et aux tribus permettaient aux Argiens de reprendre le programme des constructions de l’Héraion et d’entamer d’importants travaux dans la ville même.

Le centre de la ville classique
De l’époque archaïque au Bas-Empire, le cœur de la ville se trouve au pied d’une projection de la Larisa (Prôn ou le « Promontoire »), Les gradins des théâtres classique et hellénistique sont taillés dans le flanc de la colline. L’agora se développe en contrebas, dans la plaine, au carrefour des routes qui relient à la ville les divers cantons du pays.

Moule représentant un vieillard
Sans doute un personnage de la comédie nouvelle. Dans le secteur du théâtre et celui de l’agora, des ateliers de coroplastes furent actifs à toutes les époques.

Désordre urbain
À l’époque hellénistique encore, Argos était loin de présenter l’aspect bien ordonné de ces villes tracées au cordeau dont Aristote attribuait le plan à l’architecte Hippodamos de Milet. Le récit coloré que Plut arque fait des derniers moments de Pyrrhos, que nous évoquons plus loin, donne une idée du désordre régnant dans l’agencement des rues et des quartiers (Vie de Pyrrhos, 32-33) :
Par une nuit noire, Pyrrhos s’approcha des remparts, et, ayant trouvé la porte appelée Diampérès ouverte pour lui par Aristéas, il y fit passer ses Gaulois qui s’emparèrent par surprise de l’agora. Mais la porte étant trop basse pour les éléphants, il fallut leur enlever leurs tours, puis replacer celles-ci dans l’obscurité et le tumulte, ce qui causa des retards. Alors les Argiens, s’étant aperçus de ce qui se passait, coururent à l’Aspis et aux fortifications. [...] Pyrrhos entra par la Kylarabis et ses troupes poussèrent de bruyants cris de guerre, mais comme ses Gaulois leur répondirent sans entrain ni hardiesse, il conjectura que c’était la voix de gens ébranlés et mal en point. Il se précipita d’autant plus vivement, pressant les cavaliers qui le précédaient ; ceux-ci avaient peine à se frayer un chemin à travers les profonds caniveaux dont la ville est pleine, et se trouvaient en grand danger. Aussi y avait-il beaucoup de confusion dans les actions et dans la transmission des ordres au cours de ce combat de nuit ; on s’égarait, on se dispersait dans les ruelles ; le commandement n’avait aucune efficacité à cause de l’obscurité, des cris indistincts et de l’espace resserré, si bien que de part et d’autre on attendait le jour sans rien faire d’utile [...]
Pyrrhos était déjà en retraite. Tant que l’agora lui fournit la place pour se retirer et combattre en se retournant, il se défendit contre ceux qui l’assaillaient ; mais une fois refoulé de l’agora dans la ruelle qui aboutissait à la porte, il se heurta à ceux qui venaient à son secours et s’avançaient en sens inverse. Il leur cria de rebrousser chemin ; mais les uns ne l’entendirent pas et les autres, tout prêts à obéir, en furent empêchés par ceux qui, passant la porte, se déversaient derrière eux. Et en effet, le plus grand des éléphants étant tombé en travers de cette porte et poussant des barrissements, fermait le passage à ceux qui se retiraient, tandis qu’un autre, nommé Nicon, un de ceux qui étaient entrés auparavant, cherchant à rejoindre son cornac qui était tombé par suite de ses blessures, se portait en sens contraire à ceux qui battaient en retraite et faisait choir à la fois amis et ennemis, qu’il bousculait pêle-mêle. Et ils tombaient les uns sur les autres, jusqu’à ce qu’enfin l’éléphant, ayant trouvé le cadavre, l’enleva avec sa trompe et, le chargeant sur ses deux défenses, se retourna comme enragé et se mit à renverser et à tuer tous ceux qui se trouvaient sur son chemin.
(Traduction Robert Flacelière, légèrement modifiée.)

Le centre urbain

  • 2 Rempart Plan I, 7
  • 3 Aphrodision Plan I, 6

15Les contraintes naturelles ayant peu varié depuis l’Antiquité, on ne s’étonnera pas que le centre urbain ait déjà occupé à peu près le même territoire que la ville moderne (plan p. 45). La nécessité de fortifier les deux collines réclamait des travaux étendus. Plusieurs tronçons de la muraille ont été repérés sur les flancs des collines et2, dans la plaine, vers le sud. Il serait imprudent de prétendre tirer de la légende de la poétesse *Telesilla, dont un portrait se trouvait dans le sanctuaire d’Aphrodite3, la preuve que la ville était déjà fortifiée à l’époque de l’attaque de Cléomène. La poétesse, dit-on, prit la tête des femmes et des vieillards qui, du haut des murs, attendirent les Spartiates de pied ferme. Mais il est plus que probable qu’une enceinte existait déjà à ce moment. Au sommet de la Larisa, des fortifications, dont des restes, pris dans la forteresse médiévale, sont encore visibles, remontent au moins à l’époque classique. Dans l’état actuel des connaissances, il n’est pas possible d’en préciser la chronologie. Accentuant un mouvement amorcé beaucoup plus tôt, les nécropoles les plus importantes se sont développées hors les murs, au nord et au sud, sur le piémont, non loin de la route qui menait de Corinthe à Tégée.

16La répartition des habitats à l’intérieur des murs est encore mal connue. Il faudra attendre l’époque hellénistique et surtout l’époque romaine pour que les fouilles – d’urgence le plus souvent – nous laissent apercevoir l’organisation de quelques uns des quartiers. Le tracé de certaines rues fut rectifié alors, sans que ces efforts d’urbanisme effacent le désordre des origines.

  • 4 Deiras Plan II, B 3
  • 5 Rues Plan I, 9, 10 24, 25, 26

17On trouve des maisons d’époque archaïque et classique au nord, vers la Deiras4, mais surtout à l’est de la ligne formée par le nymphée de la Larisa et le théâtre à gradins droits. Elles ont dû se concentrer le long des rues5 qui reliaient Argos aux divers cantons du pays. À mesure qu’on s’approche du point où elles convergent, se multiplient les petits sanctuaires et se concentrent les ateliers, notamment les boutiques des *coroplastes. C’est là que, dès le vie siècle, l’agora a été installée dans l’espace défini par les rues de l’Héraion, la rue de Corinthe à Tégée et la rue conduisant de la Kylarabis à l’Aphrodision.

Portrait féminin
L’effigie, trouvée dans les thermes du théâtre, pourrait s’inspirer d’un modèle de Lysippe ou de son école. On a pensé, avec beaucoup de prudence, qu’elle représentait peut-être une poétesse.

L’agora à l’époque archaïque
Les niveaux préclassiques n’ont été atteints qu’en quelques points isolés : les traces d’un habitat du Géométrique Récent et de constructions archaïques subsistent sur une butte naturelle à l’endroit où s’élèvera le portique P. Leurs murs sont orientés selon les principales directions qui s’imposeront plus tard aux constructeurs.

Les grands travaux de l’agora

18Pour pouvoir l’orner de monuments, on commença par aménager un canal (EA) permettant de drainer la vaste zone inondable qui en occupait la plus grande partie (plan ci-dessus).

  • 6 Emplacement supposé du temple d'Apollon Plan I, 17

19Pausanias mentionne l’existence d’un grand nombre de monuments publics qui occupaient le centre d’Argos. Au milieu de l’agora se trouvait le sanctuaire d’Apollon Lykeios6. Les restes de son autel à triglyphes bas, du milieu du ve siècle, et des blocs provenant de l’entablement d’un portique qui faisait partie du sanctuaire ont été retrouvés dans des constructions de la fin de l’Antiquité, mais le temple lui-même n’a pas encore été découvert. Il faut sans doute en chercher l’emplacement vers le nord, d’où proviennent les vestiges les plus anciens de l’agora (plan ci-dessus).

L’agora aux époques classique et hellénistique
Le drainage de la zone à la fin de l’époque archaïque permet la mise en place d’un programme de construction dont la réalisation prendra deux siècles. Épousant la pente naturelle du terrain, les bâtiments dessinent deux angles droits décalés l’un par rapport à l’autre de 45° environ. La piste de course s’élancera dans l’ouverture ainsi ménagée à l’est.

La salle hypostyle

  • 1 Les mesures des monuments sont arrondies.
  • 7 Salle hypostyle Plan I, 13

20Le plus ancien monument mis au jour dans les fouilles est une salle carrée de 32,75m1 de côté dont la toiture était soutenue par 16 colonnes ioniques équidistantes reposant sur des bases carrées, d’où le nom de salle hypostyle (SH) que lui ont donné les fouilleurs7. Les travées, égales entre elles, avaient une longueur de 6,40 m. La façade, tournée vers l’est, était constituée d’un ordre dorique à 15 baies in antis. Plus petit que la salle du conseil de Sicyone, dont le plan est cependant très voisin, il devait avoir une fonction analogue : prytanée ou salle du conseil de la cité. Son érection, dans le deuxième quart du ve siècle, coïncide sans doute avec l’instauration de la démocratie à Argos.

Agora. Bâtiment (P)
La façade du monument, sur trois côtés, était ornée de portiques. Restitution de la façade nord.

Le grand bâtiment bordé de portiques

  • 8 Édifice P Plan I, 22

21À 26 m à l’est de la salle hypostyle, un grand monument habillé de portiques sur trois côtés (P) fut construit dans le troisième quart du ve siècle8. Sa façade nord, qui regardait vers le même espace que la salle hypostyle, se présente comme un portique long de 83,50 m et profond de 5,60 m, comptant 40 colonnes doriques. Le mur de fond de ce portique se composait d’un soubassement de calcaire, sur lequel on a supposé que s’élevait un mur de briques crues.

22Le portique faisait retour vers l’arrière à chacune de ses extrémités. Son aile orientale était formée d’un portique long de 23,35 m et large de 10,46 m, comptant 11 colonnes. L’angle sud-est de la branche orientale n’était pas droit, mais présentait une ouverture de 102° environ : le mur de fond devait épouser le tracé de la rue qui passait là. La toiture de l’aile était supportée en son milieu par quatre colonnes intérieures. Dans l’état actuel des fouilles, la longueur et l’agencement de l’aile occidentale du portique, qui demeure presque entièrement enfouie, ne peuvent être définis avec certitude. L’hypothèse la plus plausible est qu’elle était conçue sur le même plan que le portique nord.

23Ce stylobate en forme de pi cachait en fait un monument de structure complexe. Dans son plan d’origine, le bâtiment P comportait, au sud du portique ouvrant sur la place principale de l’agora, une cour intérieure longue et étroite (59 × 11 m), bordée au nord, au sud et, sans doute, à l’ouest, de colonnes reposant sur des bases isolées.

Les portiques nord et est et la piste de danse

  • 9 Portique K Plan I, 15

24Au carrefour des rues modernes Théatrou et Tripoléos, on a partiellement dégagé les vestiges d’un grand bâtiment encore énigmatique, sans doute un portique orienté est-nord-est/ouest-sud-ouest (K)9. On en possède probablement l’angle sud-ouest, ainsi que la base des fondations d’une colonnade. Il ne subsiste in situ de ce bâtiment en calcaire que l’assise de réglage et le premier degré, ainsi que quelques blocs du second degré et, peut-être, un bloc du troisième degré. Nous ne savons rien de l’ordonnancement intérieur originel de ce monument, qui a été arasé, recreusé et remblayé à la fin de l’époque hellénistique ou au début de l’époque impériale.

  • 10 Orchestra Plan I, 16

25Une *orchestra10 bordée par un banc formant un demi-cercle outrepassé (O) venait buter contre K : elle était constituée de degrés de calcaire (deux au nord, un seul au sud), formant *krépis vers l’intérieur et vers l’extérieur. L’assise supérieure servait de banc. D’un diamètre de 28 m, elle était occupée en son centre par une base composée de blocs de poros bien appareillés, de 3,20 m de largeur, sur laquelle subsistent quelques éléments d’un autel à triglyphes bas en calcaire daté de la 2e moitié du ve siècle av. J.-C. (fig. p. 50).

26Selon toute vraisemblance, la base de l’autel est antérieure à la construction du « théâtre » qui l’entoure. Installé probablement dans le courant de l’époque hellénistique, celui-ci permettait d’assister à l’évolution de chœurs en l’honneur d’une divinité encore anonyme, mais en laquelle il est évidemment tentant de reconnaître Apollon Lykeios.

  • 11 Portique G Plan I, 1

27Un sondage effectué à l’est de ces monuments a mis au jour les fondations d’un portique oblique par rapport au portique P et surélevé de deux mètres environ au-dessus de lui (G)11. Il s’agissait, comme l’ont prouvé des fouilles récentes, de l’angle sud-ouest d’un portique long d’environ 90 m, dont d’autres parties ont été repérées au nord et au sud de l’actuelle rue Théatrou.

Portique nord (K) et piste de danse (O)
Au pied du portique nord, dont il ne reste qu’une partie des trois degrés de la krépis, fut installée une piste de danse à laquelle, sans doute faute de place, on ne put donner la forme d’un cercle complet. Artémis, pour qui la poétesse Telesilla composa des hymnes, et Apollon, friand comme sa sœur de chœurs de jeunes gens, y furent vraisemblablement honorés.

Le grand égout collecteur

28On a vu que le grand collecteur EA avait permis, à la fin de l’époque archaïque, l’installation de l’agora sur le site archéologique exploré. D’importants travaux effectués à l’époque classique, sans doute dans le courant du ive siècle, en ont modifié profondément l’apparence et le tracé. Le canal unique EA a fait place à un égout (E) fait de trois canaux parallèles séparés par des murs de poros. Recouvert de dalles de calcaire, il s’articulait autour d’un bassin triangulaire à ciel ouvert. Au nord de celui-ci, les égouts conservent l’orientation du canal EA ; au sud, au contraire, ils contournent l’édifice P, dont ils longent la colonnade orientale, avant de s’infléchir assez brutalement vers l’ouest, où ils se déversent dans un bassin rectangulaire aménagé au sud du bâtiment P (EL), au pied d’un imposant mur de terrasse (L’). L’exutoire de ce bassin devait se trouver non loin de là.

Égouts
Contournant le grand portique (P), ils s’articulaient autour d’un bassin triangulaire à ciel ouvert sur lequel débouchaient trois canaux parallèles. Au nord, les dalles de calcaire semblent appartenir à la couverture originale des égouts, à l’époque classique. Au sud, les dalles ont fait place au ve siècle de notre ère à des voûtes en briques.

La piste de course et la place publique

  • 12 Piste Plan I, 21

29Il faut encore signaler des blocs ayant appartenu à la ligne de départ (S) d’une piste12 de course installée sur l’agora d’Argos (fig. p. 52). Des dispositifs semblables sont attestés, à haute époque, à Corinthe et à Athènes. Bien que la piste correspondante ne soit pas antérieure au premier siècle après J.-C, la construction d’une bordure de piste au passage des égouts est vraisemblablement plus ancienne que le sol romain. Le premier état de la piste de course de l’agora pourrait donc être contemporain de l’aménagement des égouts.

30L’ensemble de ces constructions affectait la forme d’un polygone irrégulier occupé par des bâtiments dessinant deux angles droits décalés l’un par rapport à l’autre de 45° environ. L’orientation des bâtiments situés au sud (SH, P) suit le quadrillage du tissu urbain à l’ouest. L’orientation du portique G, puis du portique (?) K, qui fait un angle droit avec lui, est celle du grand collecteur qui traverse l’agora.

31Le portique G donnait la limite nord-est de l’agora, qui n’épousait donc pas, tant s’en faut, la forme d’un quadrilatère régulier. Cette particularité se justifie par la topographie générale du site urbain. À l’époque archaïque et au début de l’époque classique, le canal à ciel ouvert EA, large de plus de quatre mètres et profond de 1,30 à 1,50 m, ne coupait pas en deux la place publique, mais en marquait la limite orientale. Les importants travaux de couverture de ce canal, au moment de la construction du triple égout E, ont permis l’extension de l’agora vers l’est. Dans sa partie nord, on la ferma par un portique parallèle au torrent canalisé et couvert, situé à quelques mètres seulement de celui-ci. Au sud du bassin triangulaire, au contraire, la couverture des égouts E permit l’aménagement de la piste de course, qui se prolongeait loin vers l’est.

Piste de course de l’agora
Apollon Lycien, à qui l’agora était consacrée, était le dieu des gymnases. L’un des gymnases de la ville était sur l’agora. Le premier aménagement de la piste qui traversait l’agora de part en part suppose la couverture des égouts, dans le courant du ive siècle av. J.-C. La ligne de départ dont les vestiges ont été retrouvés correspond au sol du début de l’époque romaine Impériale.

32Au sud de la piste de course, l’édifice P occupait une position centrale dans l’espace urbain. Si la colonnade nord du portique qui l’entoure était tournée vers la partie noble de l’agora, celle qu’il n’est pas téméraire d’identifier avec la « place Lycienne » de Sophocle (Électre, v. 7), son aile orientale regardait vers une place triangulaire. Devant l’aile ouest, on doit supposer l’existence d’une place large de 25 × 30 m environ. Elle s’étendait au pied d’une terrasse, dont une pierre d’angle a été retrouvée à l’aplomb de la façade de la salle hypostyle.

Le théâtre à gradins droits

33Grâce à ces aménagements, la cité d’Argos devient une vraie ville, dont les monuments publics attirent le regard. Les efforts des Argiens ne portèrent pas uniquement sur la place publique, mais s’étendirent au reste de la cité. À l’extrémité du Prôn (une projection de la Larisa vers le sud-est), juste au nord du sanctuaire d’Aphrodite, un théâtre à gradins droits, dont l’orchestra reposait sur une terrasse aménagée ou remodelée dans le troisième quart du ve siècle, a été identifié comme le lieu où se réunissaient l’assemblée (aliaia) et le tribunal des Argiens. Avec ses 37 gradins, il pouvait accueillir entre 2 300 et 2 500 personnes. Il servit aussi pour des représentations, avant la construction, au début de l’époque hellénistique, du grand théâtre à gradins courbes. C’est l’un des plus anciens théâtres connus en Grèce.

Aménagement des sanctuaires

  • 13 Temple K Plan I, 23
  • 14 Bâtiment classique Plan I, II

34Comme il était naturel, ce sont les sanctuaires qui reçurent le plus de soin. Il y en avait beaucoup à Argos : Pausanias en énumère une quarantaine. Les fouilles archéologiques en ont exhumé quelques-uns, comme la fondation d’un temple de 32, 50 ×18, 50, remontant au moins au ive siècle, à proximité de l’agora, vers le sud-est (temple K)13. Selon les fouilleurs, il comportait uniquement un pronaos et une cella, avec une colonnade en pi à l’intérieur de cette dernière, et une double rangée de colonnes en façade. Il daterait de ~300 environ (d’après les chapiteaux, mais le style des éléments architectoniques indiquerait plutôt le milieu du ve siècle), et paraît avoir succédé à des constructions plus anciennes. Au sud de la salle hypostyle, là où s’élèvera plus tard la « maison du quadrige », on a mis au jour les ruines d’un important bâtiment d’époque classique14, temple ou autel. Ces fondations sont anonymes. À l’est de la ville, un bloc de calcaire bleu, portant, en lettres classiques, la mention de Dionysos, provient d’un des sanctuaires de cette divinité.

  • 15 Plan II, B 3

35Sur le flanc sud-ouest de l’« Aspis », à mi-pente, s’élevait un complexe oraculaire consacré à Apollon Deiradiôtès, qui tirait son nom de l’endroit même où il se trouvait15. Dans plusieurs textes, le dieu est appelé Pythaeus (plan p. 32). Le fondateur mythique du sanctuaire, Pythaeus, passait pour un fils d’Apollon venu de Delphes. L’état délabré des ruines, le plus souvent réduites aux traces des fondations, là où le rocher a été entaillé pour les recevoir, rend conjectural tout effort de reconstruction de cet ensemble architectural. Le sanctuaire comprenait diverses constructions. Le temple a complètement disparu : seuls sont visibles les restes d’un autel monumental devant lequel des gradins ont été creusés dans le roc. Deux inscriptions viennent cependant remédier à cette lacune. La plus ancienne, qui pourrait dater des environs de ~340, concerne des travaux d’aménagement dans le sanctuaire. La deuxième, où apparaît le prêtre de Pythaeus, contient un oracle relatif aux Messéniens dont le consultant, l’*hiérophante Mnasistratos, a joué un rôle prééminent dans la restauration des mystères d’Andania, attestée par une très longue inscription datée précisément de ~92/1 avant J-C.

Temple classique d’Aphrodite
Restitution.

36Le personnel de l’oracle comprenait deux promanties (des interprètes de l’oracle) et deux secrétaires, qui sont accompagnés du prêtre de Pythaeus, qui les précède dans la liste des magistrats, d’un pyrophoros, personnage chargé de porter le feu à l’autel d’Apollon, et d’une femme, qui porte, elle aussi, le titre de promantis. On a reconnu en elle la prophétesse dont parle Pausanias. Elle rendait ses oracles de nuit, une fois par mois, après avoir goûté le sang d’une agnelle. L’inscription relative aux travaux contient des indications précieuses sur l’agencement du sanctuaire oraculaire au ive siècle : il comprenait un temple, qui a complètement disparu, une salle de consultation, avec un tronc pour les offrandes et, comme à Delphes, un *omphalos. Près du temple d’Apollon, s’élevait un autre temple consacré à Athéna Oxyderkès (« à la vue perçante »). On a cru le reconnaître dans les vestiges d’une tholos dont le plan se lit encore sur le sol. Ici aussi, sans doute, il a fallu attendre l’époque classique pour que soient entreprises des constructions d’une certaine ampleur.

  • 16 Aphrodision Plan I, 6

37En ville même, le temple d’Aphrodite16 fut reconstruit. Les fondations du temple archaïque furent comprises dans celles du temple classique, qui lui succéda vers le milieu du ve siècle. C’était un petit édifice de 13,40 × 6,20, ne comportant qu’un pronaos in antis et une cella.

38Le sanctuaire d’Apollon Pythaeus et celui d’Aphrodite se trouvaient tous deux tout près des murs de la ville. Ce fut probablement aussi le cas du sanctuaire d’Asclépios, qui devait avoir une position semblable à celui de Corinthe.

Le concours en l’honneur d’Héra

39Diodore de Sicile, énumérant les griefs des Argiens contre les habitants de Mycènes, signale qu’ils étaient en différend au sujet de l’Héraion. Vers ~475, un certain Balos, auteur d’une dédicace à l’Héraion, est obligé d’ajouter son ethnique, Argeios, comme s’il était à l’étranger. Mais, quelque dix ans plus tard, les Argiens ont manifestement repris en mains les fêtes et les concours en l’honneur d’Héra, auxquels ils ont cherché à donner un éclat tout particulier. Le concours changea plusieurs fois de nom au cours des siècles. Du ve au iiie siècle, les Héraia paraissent avoir été appelés Hekatomboia (le nom, banal en Grèce, désigne à l’origine un sacrifice de cent boeufs et nous savons qu’un grand sacrifice, suivi d’un banquet auquel participait la population entière, couronnait la procession qui conduisait la prêtresse d’Héra de la ville dans son sanctuaire). Après son transfert à Argos, dont on reparlera, il fut nommé Héraia. Les prix du concours étaient des ustensiles en bronze. Des *hydries, datées d’après leur style des années ~470-460, gravées un peu plus tard, portent une inscription rappelant qu’elles ont été reçues en prix dans les concours d’Héra. D’autres prix furent accordés : *lébès, trépieds, boucliers. À l’époque impériale, le bouclier (aspis) finit par donner son nom au concours en l’honneur d’Héra.

Skyphos classique à figures rouges
Trouvé dans les fouilles du sanctuaire d’Aphrodite. Le nom de la déesse, au génitif, marquant l’appartenance, se lit de part et d’autre de la tête du personnage représenté.

40Les concours les plus prestigieux dans l’Antiquité n’offraient pas d’autre récompense qu’une couronne de feuillage. Mais pour les Anciens, pétris de culture homérique, les prix d’Argos ne pouvaient manquer d’évoquer les présents qu’on réservait aux vainqueurs des concours décrits dans l’épopée.

41Les concours argiens comprenaient diverses épreuves. On connaît des courses de chevaux, montés et attelés, des courses à pied : dolichos (course de fond), hippios (demi-fond). À cela venaient s’ajouter les épreuves de pugilat et de pancrace. Jusqu’au transfert des concours néméens à Argos, ils durent se dérouler au pied du sanctuaire de l’Héraion.

Reprise des grands travaux de l’Héraion

42À partir de ~460, un programme de grands travaux est repris dans le sanctuaire (plan p. 34). Si la chronologie relative des constructions est désormais assurée, les dates absolues varient considérablement d’un auteur à l’autre. On accueillera donc avec prudence celles que nous donnons ici.

43Une terrasse soutenue au sud et à l’est par un mur en gradins fut aménagée au pied des édifices de l’époque archaïque (II, III, VIII). Dans le mur sud, un portique long de 46 m a été inséré (VI), dont la construction pourrait dater de ~460 environ. À l’extrémité est de la terrasse, un bâtiment comportant une colonnade en façade donnant sur l’ouest et dont la salle principale comportait trois rangées de 5 colonnes intérieures, a été construit avant l’édification du mur en gradins (IV). Il pouvait servir à des réunions. Il est possible que les quelque 160 mètres de gradins qui bordaient la terrasse vers le sud et vers l’est (XI) aient servi à recevoir des spectateurs venus assister aux diverses épreuves des concours.

44La terrasse était destinée avant tout à recevoir un temple, celui dont Pausanias a donné la description. Construit par l’architecte argien Eupolemos, il mesurait 39,50 × 20 m et comptait 6x12 colonnes. Le fronton est représentait la naissance de Zeus, l’ouest, la chute de Troie. Les métopes contenaient des scènes de la Gigantomachie et de l’Amazonomachie. Ces sculptures furent exécutées par plusieurs artistes. Polyclète exécuta la statue chryséléphantine, qui représentait Héra assise, tenant dans une main un sceptre et dans l’autre, une grenade. On a longtemps daté le temple de la fin du siècle, voire du siècle suivant, pour diverses raisons techniques, mais surtout parce qu’on faisait commencer sa construction après l’incendie de l’ancien temple, que relate Thucydide (~423). Mais les deux événements ne sont pas nécessairement liés entre eux. Des observations sur les sculptures des frontons conduiraient à ne pas les faire descendre après 415. Une telle datation concorde avec celle de Pline l’Ancien, qui situe l’acmé de Polyclète, déduite de la date à laquelle il a fabriqué la statue chrysélé phantine d’Héra, dans la 90e olympiade (~420).

Héraclès
Grande effigie acéphale d’Héraclès représenté dans la pose d’Hercule Farnèse, dont l’original remonterait à Lysippe, le sculpteur attitré d’Alexandre, qui appartenait à l’école d’Argos. Cette copie d’époque romaine, dont la hauteur actuelle est de 1,79 m au-dessus de la plinthe, faisait partie des nombreuses sculptures ornant les thermes du théâtre.

45Avec Polyclète, qui fut peut-être l’élève d’Agéladas, l’école de sculpteurs d’Argos atteint le faîte de sa réputation. Une évaluation de l’oeuvre de l’auteur du fameux canon serait hors de place ici. Même si de nombreux maillons de la chaîne font encore défaut, statuettes et miroirs de bronze, figurines de terre cuite attestent le caractère vivant d’une tradition qui mène des jumeaux de Delphes au Doryphore. Si la contribution d’Argos à la littérature grecque classique est faible – le *logographe *Akousilaos, la poétesse Telesilla ne nous ont presque rien laissé –, son apport à la sculpture la situe juste après Athènes.

Reprise des hostilités avec Sparte. La défaite de Mantinée

  • 17 Carte p. 41

46En ~421, après dix ans d’une guerre épuisante, Sparte et Athènes signèrent une trêve de 50 ans, la « paix de Nicias », confortée par une alliance défensive. À ce moment précis, la trêve de 30 ans conclue entre Argos et Sparte, qui avait été scrupuleusement respectée de part et d’autre, arrivait à échéance. Argos avait mis comme condition à son renouvellement la reddition de la Cynourie17. Les Argiens avaient des prétentions non seulement sur la Thyréatide, mais sur toute la région située au sud de leur territoire, ce que ne pouvaient accepter les Lacédémoniens. Ils avaient d’ailleurs installé les Éginètes dans la région au début de la guerre du Péloponnèse. Plusieurs alliés de Sparte, mécontents des conditions qui leur étaient faites dans le traité, refusèrent de signer la paix de Nicias. Les Corinthiens, qui étaient du nombre, entrèrent en pourparlers avec les Argiens. Ceux-ci prirent alors l’initiative d’une alliance à laquelle souscrivirent Mantinée, Élis, Corinthe et les Chalcidiens de la côte thrace. A-t-on fait miroiter aux Argiens que le moment était venu pour eux de recouvrer leur hégémonie d’autrefois ? Diodore de Sicile, qui suit Éphore, l’affirme explicitement et Thucydide fait plus que le laisser entendre. Mais ces rêves furent de courte durée. Tégée, dans le Péloponnèse, Mégare et la Béotie, en dehors, n’adhérèrent pas à l’alliance.

47Courtisée par Sparte, qui finit par accepter de signer un traité réservant le cas de la Thyréatide, ainsi que par Athènes – Alcibiade, débutant dans la carrière politique, se fit le champion du rapprochement entre les deux cités –, Argos tranche en faveur de cette dernière et conclut avec elle, Élis et Mantinée une alliance défensive de 100 ans, qui fut à l’origine d’une guerre avec Épidaure (~419), et de la bataille de Mantinée (~418). Les Lacédémoniens en furent les vainqueurs, malgré l’héroïsme du corps d’élite argien des Mille.

Troubles civils à Argos. Alliance avec Athènes

48La défaite obligea Argos à s’allier à Sparte. Les Lacédémoniens en profitèrent pour abattre le régime démocratique avec l’appui de 1 000 Argiens recrutés au nom de l’alliance toute fraîche. S’agissait-il des Mille ? Thucydide ne le dit pas, mais dès le ive siècle, la tradition, dans et hors d’Argos, le prétendra.

  • 18 Téménion Plan I, 33

49Dès ~417, cependant, la démocratie fut restaurée. Pour sceller la réconciliation entre les Argiens, une statue en marbre de Zeus Meilichios, commandée au sculpteur Polyclète, fut érigée sur l’agora. Avec l’aide d’Athènes, les Argiens entreprirent alors la construction de longs murs reliant la ville à son port du golfe de Nauplie, Téménion18. Les Lacédémoniens réussirent à arrêter la construction des murs, mais ils ne purent empêcher Argos de renouveler son alliance avec Athènes. C’est ainsi qu’un contingent de 500 Argiens participa à l’expédition désastreuse de Sicile. On montrait encore, du temps de Pausanias, le cénotaphe qui leur avait été érigé dans les parages du gymnase de *Kylarabis. En ~411, un autre contingent de 500 hommes participa aux opérations d’Ionie. On ne sait pas ce qu’il advint de l’alliance entre Athènes et Argos par la suite. Il est certain en tout cas que les Argiens n’envahirent pas l’Attique avec les autres Péloponnésiens après la défaite de ~405.

50Sans cesse en guerre avec les Spartiates, les Argiens lancèrent en ~414 un raid contre la Thyréatide, alors exploitée par les Éginètes. Ils réussirent à faire du butin pour 25 talents.

Dans le camp des ennemis de Sparte

51La victoire de Sparte sur Athènes ne fut pas accueillie favorablement par ses propres alliés, mécontents de la voir exercer l’hégémonie sur le monde grec. Des -395, grâce en partie à la force de persuasion de l’or perse, une coalition se noua en Grèce contre Sparte. Argos et Corinthe ne tardèrent pas à la rejoindre. La coalition fut battue à Némée en ~394 et à Coronée l’année suivante. Elle réussit cependant à se maintenir autour de Corinthe, qui allait donner son nom à la guerre. Dans ces circonstances, pour prévenir un retour de Corinthe dans l’alliance de Sparte, Argos annexa Corinthe à la faveur d’un changement de régime. Il est sans doute vain de spéculer sur la nature de l’accord de *sympolitie qui fut conclu à ce moment entre Argos et Corinthe (~392). Une garnison argienne occupa Corinthe et Argos obtint la présidence des Concours Isthmiques. Les Corinthiens partagèrent, d’une manière ou d’une autre, la citoyenneté des Argiens, mais Corinthe ne pouvait plus passer aux yeux des Grecs pour une cité autonome : la réticence des Argiens à accepter la paix du Roi, qui prévoyait l’autonomie des cités de Grèce, n’avait pas d’autre cause.

52La paix d’Antalcidas, ou paix du Roi (~386), mit fin à la guerre de Corinthe et consacra l’hégémonie de Sparte. Argos fut contrainte de renoncer à Corinthe et ne fit plus parler d’elle jusqu’à la défaite des Lacédémoniens à Leuctres (~371). On retrouve les Argiens aux côtés des Thébains lorsqu’ils envahirent, avec Élis, le territoire de Sparte en ~369. Au cours de la décennie pendant laquelle s’exerça l’hégémonie thébaine, ils prirent part à diverses opérations autour de Corinthe (~368), d’Épidaure (~368), en Arcadie (~367), en Achaïe (~366) et à Sicyone (~369 ?). Ils se heurtèrent à l’hostilité de Phlionte et, renouvelant le sacrilège légendaire de Pheidon, participèrent avec les Pisates à la célébration pirate des Concours Olympiques (~364). On les retrouve enfin, toujours aux côtés des Thébains, à la bataille de Mantinée (~362), à la suite de laquelle Sparte dut renoncer définitivement à la Messénie. L’importance du rôle que dut jouer Argos dans la reconstruction de Messène se devine à travers le travail de reconstitution de la mythologie et de l’histoire de Messène entrepris dès cette époque.

La neutralité impossible

  • 19 Cartes p. 10, 41

53On ne saurait trop insister sur l’importance des contraintes géographiques pour comprendre la politique argienne durant la période où le monde grec était dominé par Sparte et Athènes. Le trait dominant paraît avoir été la recherche de la neutralité, même si, avant ~451, les Argiens livrèrent quelques batailles dont la date précise et les enjeux nous échappent (contre les Lacédémoniens aux côtés des Tégéates, contre les Corinthiens). Les Argiens ne paraissent d’ailleurs pas avoir poussé l’esprit de conquête au-delà de la plaine et des défilés qui en assurent l’accès : Asiné19, Ornéai, Cléonai, annexées par les Argiens ou incorporées dans leur alliance, occupaient autant de vallées secondaires qui les protégeaient. L’alliance avec Mantinée, recherchée à plusieurs reprises, était aussi de nature à les rassurer. À l’occasion, ils purent ambitionner des conquêtes plus importantes : Épidaure (~419 et peut-être plus tard), Corinthe (~392-387), mais ce fut dans le cadre d’alliances plus vastes.

La nostalgie de la gloire perdue des Ancêtres

  • 20 Carte p. 41

54À une ou deux reprises, sous la pression de demandes extérieures, les Argiens, cédant à la nostalgie de leur antique gloire, se prirent à rêver d’hégémonie. En d’autres temps, ils se contentèrent d’exalter les héros du passé dans les monuments qu’ils érigèrent sur leur sol et dans les grands sanctuaires (à Delphes, le monument des Sept et le cheval de Troie au ve siècle, le monument des Rois au ive siècle). La question de l’hégémonie avait déjà joué un rôle lors des négociations préliminaires à la formation de la coalition contre Xerxès. Vers le milieu du ve siècle, à une date qu’il n’est pas facile de préciser, Argos intervint en Crète dans les relations entre les cités de Cnossos et de Tylissos. Les inscriptions qui nous l’apprennent ne sont pas faciles à interpréter. On a supposé que Tylissos était une cité dépendante d’Argos. On a pensé aussi à expliquer la présence d’Argos par une structure fédérale qui rendrait possible une intervention militaire de sa part. L’hypothèse qu’Argos aurait pu intervenir en raison de liens de parenté (fussent-ils légendaires) entre colonie et métropole n’est pas celle qui a eu le plus de succès. Pourtant, la publication récente de documents montrant l’importance que les Argiens accordaient à ces relations à la fin du ive siècle inviterait à ne pas l’écarter trop vite20.

55La lutte pour la Cynourie doit être replacée dans le double cadre des contraintes géographiques et de la fierté patriotique. Au sommet du Zavitza (le Parparos), les Lacédémoniens ont érigé une tour de guet d’où l’on pouvait embrasser du regard la presque totalité de la plaine d’Argos. Aussi longtemps que Sparte se contenta de faire de cette région une sorte de glacis, Argos pouvait se résigner à sa perte. Mais après l’installation des Éginètes dans la plaine de Thyréa, la pression devenait plus difficile à supporter. Il n’est donc pas étonnant que la question de la Cynourie revienne sur le tapis dès ~422. Incapables de faire droit à la seule vraie revendication des Argiens, les Spartiates les forcèrent à renoncer à la politique de neutralité vers laquelle ils inclinaient probablement d’instinct. L’hostilité d’Argos envers Sparte dictera son comportement pendant tout le ive siècle.

Attachement au régime démocratique

56Il ne faut donc pas surestimer, comme les modernes ont eu souvent tendance à le faire, l’amitié qui unit Argos et Athènes pendant l’époque classique. Elle est due avant tout au fait qu’ils ont eu presque tout le temps le même ennemi. Mais il n’est pas douteux que la nature des régimes que les deux cités connaissaient y a aussi contribué. Thucydide insiste à plusieurs reprises sur l’importance que jouait le régime politique en vigueur dans les cités pour le choix des alliances politiques. De fait, les Lacédémoniens, après la bataille de Mantinée, en ~418, n’imaginèrent pas d’autre solution que l’installation d’un régime oligarchique à Argos. La victoire de Sparte avait invité les adversaires du régime démocratique à se dévoiler. Évincés au bout de quelques mois à peine, ceux des oligarques qui purent s’enfuir trouvèrent refuge à Phlionte, qu’Argos attaqua régulièrement par la suite. Après la signature du nouveau pacte avec Athènes, 300 suspects furent déportés dans les îles. Les Athéniens devaient les livrer par la suite aux Argiens pour qu’ils les lassent périr (~414). D’autres purges eurent lieu. Ornéai, qui avait compté jusque là parmi les alliés d’Argos, fut détruite, parce que les Lacédémoniens y avaient installé leurs partisans. Lors de la révolution oligarchique d’Athènes, en ~411, les Argiens livrèrent à Alcibiade et aux démocrates installés à Samos des ambassadeurs des Quatre Cents qui s’étaient rendus dans le Péloponnèse. Échange de bons procédés !

Monument des Rois d’Argos
Plusieurs monuments offerts par les Argiens ornaient le sanctuaire de Delphes. Le cheval dourien (ou cheval de Troie) aurait été offert avec le butin de 25 talents provenant du raid des Argiens en Thyréatide en ~414. Pausanias rapportait la consécration des statues des Sept contre Thèbes et des épigones à une bataille d’Oinoé qui n’est pas connue autrement (milieu du ve siècle ?) Le groupe des Rois d’Argos, dédié après la victoire commune des Thébains et des Argiens contre les Lacédémoniens à Mantinée (~362) exaltait l’ascendance royale d’Héraclès, héros argien né à Thèbes.

Le skytalismos

57Il existait bel et bien un parti oligarchique à Argos, mais, comme à Athènes, il fut muselé la plupart du temps. On ne connaît qu’une autre tentative de coup d’État pendant toute l’époque classique. On la date de ~370 d’après Diodore de Sicile, mais cela est loin d’être sûr. Des citoyens fortunés avaient fomenté un coup d’État et fait appel à des mercenaires. Leur projet fut éventé. Excité par des démagogues, le peuple finit par étendre sa vengeance à toute la classe des possédants : plus de 1200 citoyens furent mis à mort. Même les démagogues qui avaient déclenché le processus ne furent pas épargnés. L’événement passa dans l’histoire sous le nom de skytalismos, à cause de la manière dont les victimes furent mises à mort.

58On voit habituellement dans le skytalismos une bastonnade (skytalé désigne la massue), mais le rapprochement qui a été fait avec le supplice de l’apotympanismos paraît plus judicieux. Ce dernier était à Athènes un supplice cruel et ignominieux, qui n’était pas sans rapport avec la crucifixion. Le condamné était attaché nu à un poteau jusqu’à ce que mort s’ensuive. Ce supplice était destiné avant tout aux vulgaires criminels. Ce serait donc le caractère atroce et infamant du procédé de mise à mort des condamnés, autant que leur nombre, qui aurait frappé les esprits. Un tel déchaînement dans l’horreur ne pouvait que passer pour impie : la tradition rapporte qu’en entendant la nouvelle du massacre, les Athéniens auraient ordonné des purifications. Plutôt qu’un massacre général, le skytalismos aurait donc été un mouvement comparable à la Terreur, avec des jugements populaires et des exécutions massives, et qui ne se serait apaisé qu’avec l’exécution de ceux qui l’avaient déclenché.

59Diodore de Sicile insiste sur le fait que les accusés étaient très riches. Plutôt qu’au commerce, ils devaient sans doute leur richesse à leurs biens fonciers. C’est à une couche sociale entière qu’on s’en est pris, avec une violence qui permet de supposer bien des rancoeurs ravalées. On peut imaginer que la constitution d’un fonds de terres publiques divisées en parcelles mises en location (mais selon quel système ?) n’avait pas résolu tous les problèmes. Elle assura la stabilité relative du régime démocratique, mais n’empêcha pas la constitution d’une aristocratie de possédants. Il est même possible que l’écart entre les riches et les pauvres n’ait pas cessé de se creuser.

Une économie essentiellement autarcique

60Nous ignorons presque tout de l’économie argienne. Elle était essentiellement agricole. Il est probable qu’elle a eu pour base la diversification des cultures (céréales et légumes, vigne, olivier et autres arbres). L’élevage a dû jouer aussi un rôle important. Argos était réputée pour ses chevaux. L’État argien a engagé des attelages dans les concours et les citoyens les plus fortunés entretenaient des écuries.

61Nous savons peu de choses de l’artisanat et du commerce. Pindare célébrait la qualité des armes qu’on y fabriquait. On devait faire venir le métal nécessaire d’ailleurs et les relations entre Argos et Chypre s’expliquent par là. Le marbre des sculptures de l’Héraion et d’autres monuments devait être importé. Il fallait donc bien que la cité dégageât des surplus à cet effet.

62Au ve siècle, l’exploitation des revenus des biens publics et sacrés permit d’entreprendre de vastes programmes d’embellissement de la cité et de ses sanctuaires, grâce à une période de paix qui est sans doute l’une des plus longues qu’aient jamais connues les cités du Péloponnèse. Pour le ive siècle, le bilan est peut-être plus mitigé : Argos est souvent en guerre. Il serait vain cependant de spéculer, à partir de clichés d’orateurs, sur le déclin relatif d’Argos dans le temps qui précéda la mainmise de Philippe de Macédoine sur la Grèce.

63Les constructions de la ville et de l’Héraion ont donné aux entrepreneurs argiens un savoir-faire qu’ils ne tardèrent pas à exporter : on lit leurs noms dans les comptes de Delphes et d’Épidaure au ive siècle.

Alliance avec la Macédoine

64Nous n’entendons plus guère parler d’Argos au cours des deux décennies qui suivirent la bataille de Mantinée. Lorsqu’il rédigeait son Philippe en 346, où il suggérait une paix générale en Grèce, doublée d’une coalition hellénique dont Philippe prendrait la tête et qui porterait la guerre contre les barbares, Isocrate évoquait le triste sort des Argiens contraints à une guerre perpétuelle contre un ennemi plus fort qu’eux. Nous ignorons cependant quand Argos s’allia au roi de Macédoine. C’est chose faite quelque temps après : en ~343, Démosthène notait non sans amertume qu’en dépit de ses sympathies pour Athènes, Argos ne renoncerait pas à l’amitié de Philippe. Des liens privilégiés avaient existé depuis longtemps entre Argos et la dynastie des Argéades au pouvoir en Macédoine, qui se prétendait issue de la lignée de Témenos : Hérodote en parlait déjà. Thucydide, lorsqu’il évoque les relations entre Argos et la Macédoine, ne manque jamais de rappeler les origines argiennes de la famille royale. La découverte, dans la tombe royale de Vergina, d’un superbe trépied gagné aux concours d’Héra (vers 420, du temps de Perdiccas ?) confirme l’importance de ces relations. Reconnue comme pleinement grecque, la famille royale de Macédoine avait le droit de participer au concours. L’alliance d’Argos avec la Macédoine sera la plus fructueuse de toutes celles qu’elle aura conclues.

Notes

1 Les mesures des monuments sont arrondies.

Notes de fin

1 Erasinos Plan I, 34 Carte p. 10

2 Rempart Plan I, 7

3 Aphrodision Plan I, 6

4 Deiras Plan II, B 3

5 Rues Plan I, 9, 10 24, 25, 26

6 Emplacement supposé du temple d'Apollon Plan I, 17

7 Salle hypostyle Plan I, 13

8 Édifice P Plan I, 22

9 Portique K Plan I, 15

10 Orchestra Plan I, 16

11 Portique G Plan I, 1

12 Piste Plan I, 21

13 Temple K Plan I, 23

14 Bâtiment classique Plan I, II

15 Plan II, B 3

16 Aphrodision Plan I, 6

17 Carte p. 41

18 Téménion Plan I, 33

19 Cartes p. 10, 41

20 Carte p. 41

Table des illustrations

Légende Le Péloponnèse oriental et l’Argolide
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3860/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Légende Vue panoramique du centre de la ville classiqueSur cette photo prise en 1975, on distingue le théâtre hellénistique (1), le théâtre à gradins droits (2), l’Aphrodision (3), les thermes du théâtre (4), la fouille du terrain Granias (5), l’agora (6), la fouille de la place des Réfugiés (7).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3860/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Le centre de la ville classiqueDe l’époque archaïque au Bas-Empire, le cœur de la ville se trouve au pied d’une projection de la Larisa (Prôn ou le « Promontoire »), Les gradins des théâtres classique et hellénistique sont taillés dans le flanc de la colline. L’agora se développe en contrebas, dans la plaine, au carrefour des routes qui relient à la ville les divers cantons du pays.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3860/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Moule représentant un vieillardSans doute un personnage de la comédie nouvelle. Dans le secteur du théâtre et celui de l’agora, des ateliers de coroplastes furent actifs à toutes les époques.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3860/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Portrait fémininL’effigie, trouvée dans les thermes du théâtre, pourrait s’inspirer d’un modèle de Lysippe ou de son école. On a pensé, avec beaucoup de prudence, qu’elle représentait peut-être une poétesse.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3860/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Légende L’agora à l’époque archaïqueLes niveaux préclassiques n’ont été atteints qu’en quelques points isolés : les traces d’un habitat du Géométrique Récent et de constructions archaïques subsistent sur une butte naturelle à l’endroit où s’élèvera le portique P. Leurs murs sont orientés selon les principales directions qui s’imposeront plus tard aux constructeurs.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3860/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Légende L’agora aux époques classique et hellénistiqueLe drainage de la zone à la fin de l’époque archaïque permet la mise en place d’un programme de construction dont la réalisation prendra deux siècles. Épousant la pente naturelle du terrain, les bâtiments dessinent deux angles droits décalés l’un par rapport à l’autre de 45° environ. La piste de course s’élancera dans l’ouverture ainsi ménagée à l’est.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3860/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Légende Agora. Bâtiment (P)La façade du monument, sur trois côtés, était ornée de portiques. Restitution de la façade nord.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3860/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Portique nord (K) et piste de danse (O)Au pied du portique nord, dont il ne reste qu’une partie des trois degrés de la krépis, fut installée une piste de danse à laquelle, sans doute faute de place, on ne put donner la forme d’un cercle complet. Artémis, pour qui la poétesse Telesilla composa des hymnes, et Apollon, friand comme sa sœur de chœurs de jeunes gens, y furent vraisemblablement honorés.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3860/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Légende ÉgoutsContournant le grand portique (P), ils s’articulaient autour d’un bassin triangulaire à ciel ouvert sur lequel débouchaient trois canaux parallèles. Au nord, les dalles de calcaire semblent appartenir à la couverture originale des égouts, à l’époque classique. Au sud, les dalles ont fait place au ve siècle de notre ère à des voûtes en briques.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3860/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Piste de course de l’agoraApollon Lycien, à qui l’agora était consacrée, était le dieu des gymnases. L’un des gymnases de la ville était sur l’agora. Le premier aménagement de la piste qui traversait l’agora de part en part suppose la couverture des égouts, dans le courant du ive siècle av. J.-C. La ligne de départ dont les vestiges ont été retrouvés correspond au sol du début de l’époque romaine Impériale.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3860/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Temple classique d’AphroditeRestitution.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3860/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Skyphos classique à figures rougesTrouvé dans les fouilles du sanctuaire d’Aphrodite. Le nom de la déesse, au génitif, marquant l’appartenance, se lit de part et d’autre de la tête du personnage représenté.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3860/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Légende HéraclèsGrande effigie acéphale d’Héraclès représenté dans la pose d’Hercule Farnèse, dont l’original remonterait à Lysippe, le sculpteur attitré d’Alexandre, qui appartenait à l’école d’Argos. Cette copie d’époque romaine, dont la hauteur actuelle est de 1,79 m au-dessus de la plinthe, faisait partie des nombreuses sculptures ornant les thermes du théâtre.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3860/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Monument des Rois d’ArgosPlusieurs monuments offerts par les Argiens ornaient le sanctuaire de Delphes. Le cheval dourien (ou cheval de Troie) aurait été offert avec le butin de 25 talents provenant du raid des Argiens en Thyréatide en ~414. Pausanias rapportait la consécration des statues des Sept contre Thèbes et des épigones à une bataille d’Oinoé qui n’est pas connue autrement (milieu du ve siècle ?) Le groupe des Rois d’Argos, dédié après la victoire commune des Thébains et des Argiens contre les Lacédémoniens à Mantinée (~362) exaltait l’ascendance royale d’Héraclès, héros argien né à Thèbes.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3860/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

© CNRS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540