Version classiqueVersion mobile

Argos

 | 
Marcel Piérart
, 
Gilles Touchais

La consolidation de l’État-cité (~viie-~vie siècles)

Texte intégral

Recul démographique ou bouleversements sociaux ?

1Le passage du viie au viie siècle est marqué par un changement net du mode de sépulture : les tombes à ciste et les pithoi ovoïdes de style géométrique ont été remplacés par des pithoi cylindriques de grande dimension servant à des sépultures multiples. Sous bénéfice d’inventaire – beaucoup de fouilles n’ont pas encore été publiées –, ce changement fut accompagné d’une diminution importante du nombre d’inhumations. On l’a expliquée par une chute brutale de la population liée, peut-être, à une sécheresse prolongée dont on aurait quelques indices (abandon de puits dans le quartier de la future agora et vers la Deiras). Mais d’autres explications, supposant que le droit à la sépulture était l’apanage des classes dirigeantes, verraient plutôt dans cette diminution l’indice de bouleversements sociaux. Si mal connu soit-il, en raison notamment des problèmes posés par la classification du matériel archéologique, le viie siècle a été une étape essentielle dans le développement de la cité et la constitution de son identité propre.

Tombe à ciste
D’époque géométrique, elle a été détruite par une tombe à pithos du ~viie siècle.

Les sanctuaires de l’« Aspis »
I. Citerne. II. Portique ouest. III. Édifice de l’oracle ( ?). IV. Autel et gradins droits du sanctuaire d’Apollon. V. Terrasse du sanctuaire d’Apollon (en pointillé, la basilique paléochrétienne). VI. Citerne et portique. VII. Édifice à tholos (temple d’Athéna Oxyderkès ?).

2On a beaucoup spéculé sur la naissance de la Cité grecque, comme s’il s’agissait d’un phénomène homogène dans le temps et dans l’espace. Une cité est d’abord la manière dont une communauté organise l’exploitation et la défense d’un territoire, ce qui implique une identité, des structures politiques et sociales, des rites et des traditions. Chaque cité s’efforce de vivre en autarcie. Pour se procurer les produits que son terroir ne lui apporte pas, elle doit produire des surplus. Deux voies lui sont offertes pour y parvenir : le commerce et la guerre. La poésie archaïque révèle une société capable de sentiments raffines, mais c’est une société guerrière, dans laquelle le pillage et la piraterie sont des actions normales. Les cités vont donc s’efforcer d’atteindre des frontières aisément défendables et de se faciliter, dans toute la mesure du possible, l’accès au territoire du voisin.

  • 1 Carte p. 10
  • 2 Carte p. 4 1

3Il est donc logique qu’Argos ait cherché à s’assurer la domination politique de l’ensemble de la plaine au centre de laquelle se dressait la ville. En plus des bourgs de la plaine proprement dite (Lyrkéion, Mycènes, Midéa, Tirynthe, Nauplie1, il était utile de posséder ou de dominer les plaines ou les vallées secondaires ouvrant l’accès aux régions voisines : Hysiai, à la tête d’une vallée fertile drainée par un torrent qui se jette dans la mer au sud de Lerne, la plaine fertile de la Thyréatide au sud. Des guerres sont nées de ces prétentions, lorsqu’elles se sont heurtées aux intérêts des cités voisines2.

4Les poèmes de Tyrtée de Sparte (viie siècle) exaltant le passé glorieux des Spartiates pour mieux enflammer leur patriotisme montrent bien l’utilité des mythes dans la prise de conscience par la cité de son identité propre. Ainsi, la guerre qui avait opposé Argos à Asiné à la fin du viiie siècle a été symbolisée par l’opposition entre Doriens et *Dryopes. Le corpus mythologique argien, qui a achevé de se fixer dans le courant du viie et du vie siècle, englobait toute la plaine, y compris Mycènes, Tirynthe et Nauplie.

Les sanctuaires

5L’identité culturelle est particulièrement perceptible dans les cultes et dans les arts, étroitement liés à la religion. À Argos même, dans l’état actuel des connaissances, les sanctuaires les plus anciens paraissent avoir été ceux des acropoles de la Larisa et de l’« Aspis ». Des structures à peine intelligibles ont été attribuées au temple d’Athéna Polias et à celui de Zeus Larisaios, que Pausanias a vu à demi ruiné au sommet de la Larisa. Un important dépôt votif, qui s’étend de ~750 à ~650 environ, appartient à Athéna plutôt qu’à Zeus. Mais on ne peut le mettre en relation avec aucune des structures dégagées. Signalons encore une inscription archaïque contenant une loi sacrée réglant l’usage de biens d’Athéna. L’état désespéré dans lequel se trouvent les raines de l’« Aspis » ne permet guère de reconstruire les phases les plus anciennes des constructions qui s’y trouvaient.

  • 3 Aphrodision Plan I, 6

6Dans la ville proprement dite, on n’a mis au jour jusqu’à présent qu’un seul sanctuaire identifiable avec un des monuments que mentionne Pausanias. Il était consacré à Aphrodite3. Des offrandes enfouies au moment de l’érection du temple permettent de penser qu’il fut en activité dès la fin du viie siècle. Mais, s’il y eut des constructions à ce moment, il ne devait s’agir que d’un simple *oikos. Un premier temple, de dimensions modestes, a été érigé sur une terrasse aménagée dans la deuxième moitié du vie siècle.

7À Asiné, le temple d’Apollon Pythaeus, épargné lors de la destruction de la cité, resta en fonction. À Tirynthe, un dépôt associé à un autel a été en usage entre ~750 et ~650. Mais l’attribution du temple – s’il y en eut un – est discutée. Mycènes a fourni une métope sculptée vers ~630, qui est l’une des plus anciennes du genre. Un important sanctuaire – à ciel ouvert (?) – caractérisé par un dépôt constitué dès le viiie siècle a été mis au jour à Kourtaki, sur la route de l’Héraion.

8L’Héraion est le seul sanctuaire où d’importants travaux ont été faits (plan p. 34). Dans la première moitié du viie siècle, selon une chronologie encore admise récemment, un temple dont le stylobate a été partiellement conservé (I) fut construit sur l’imposante terrasse en appareil pseudo-cyclopéen. Il s’agirait, d’après Vitruve, du premier temple à avoir connu l’ordre dorique. Le portique nord (II) fut érigé dans la foulée. Le portique nord-est (III) et l’édifice nord-ouest (VIII) dateraient du milieu du vie siècle L’édifice ouest (VII) pourrait dater encore de la fin du vie siècle. La construction du temple périptère, qu’on aurait aujourd’hui tendance à abaisser, devait marquer la mainmise de la cité sur l’ensemble de la plaine.

Unification de la plaine et identité culturelle

  • 4 Carte p. 41

9Strabon dit que l’Héraion fut un sanctuaire commun d’Argos et de Mycènes. Il pensait à l’époque de la guerre de Troie, mais de nombreux historiens ont admis que cette affirmation valait aussi pour la période archaïque. Elle pose en fait la question de l’unification de la plaine argienne. La comparaison des alphabets de Corinthe, Phlionte4, Cléonai et Argos montre entre eux des différences affectant une demi-douzaine de lettres. On a mis au jour à Tirynthe une impressionnante série d’inscriptions en écriture serpentine (Schlangenschrift) datant des environs de ~600. Elles sont gravées dans un alphabet rigoureusement identique à celui qu’on utilisait, à l’époque archaïque, à Argos et à Mycènes. Même si ces textes nouveaux ne nous renseignent pas sur le statut politique de Tirynthe vers ~600, leur découverte n’est pas sans impact pour l’histoire de la région. L’analyse des mythes d’Argolide permet, on l’a vu, de conclure à l’identité culturelle des traditions de Mycènes, d’Argos et de Tirynthe. Leur diffusion devait correspondre à l’aire d’influence d’Argos à la fin de l’époque archaïque. En effet, les territoires dont nous savons sûrement qu’ils ont été annexés plus tard (Ornéai, Cléonai) présentaient d’autres systèmes légendaires. La carte de la diffusion des alphabets dans le Péloponnèse nord-oriental se superpose trait pour trait à celle des traditions mythiques. Grâce aux textes de Tirynthe, nous pouvons donc affirmer que l’unité culturelle de la plaine était réalisée dès ~600 environ. Compte tenu de la tendance générale en Grèce, à cette époque, à la différenciation et à la particularisation des formes et des styles, on n’échappe pas à la conclusion que cette identité culturelle est le reflet de l’unité politique du pays.

Le sanctuaire de l’Héraion
I. Temple archaïque. II. Portique nord. III. Portique nord-est. IV. Salle hypostyle. V. Temple classique. VI. Portique sud. VII. Édifice ouest. VIII. Édifice nord-ouest. IX. Thermes romains. X. Gymnase. XI. Gradins. (Le plan et la numérotation des bâtiments sont ceux de Ch. Waldstein.)

10Le haut archaïsme avait été marqué par des courants antagonistes dans le domaine de la plastique : un style d’inspiration cycladique, dont l’aveuglement de Polyphème, sur un cratère peint vers ~660, est un témoin éloquent (fig. p. 37), concurrença, sans réussir à le supplanter, le style argien traditionnel né dans le courant du siècle précédent : les *kouroi de Delphes, vers ~580, apparaissent ainsi comme l’aboutissement d’une tradition fermement implantée depuis l’époque géométrique (fig. p. 36). Les potiers locaux se sont effacés, comme en bien d’autres sites, devant les productions corinthiennes, mais les bronziers ont conservé leur savoir-faire et, sans doute, leur renom.

Koré archaïque
Figurine assise provenant d’un dépôt du sanctuaire d’Aphrodite.

Figurines archaïques en plomb
Une intéressante série de figurines miniatures en plomb moulé provient de dépôts de l’Aphrodision. Elle pourrait représenter la production d’un atelier local.

Fêtes et cultes

  • 5 Nauplie Plan I, 32
  • 6 Lerne Plan I, 35

11L’unification de la plaine a permis celle des cultes. De nombreuses fêtes religieuses ne sont plus guère pour nous que des noms : Agriania, en mémoire de la mort d’une des filles de *Proitos, Daulis, commémorant le combat fratricide des jumeaux Acrisios et Proitos, Karneia, en l’honneur d’Apollon (une fête que les Argiens avaient en commun avec leurs voisins), Hybristika en l’honneur d’Aphrodite, Tyrbé en l’honneur de Dionysos, Sthenia en l’honneur de Zeus. Elles comprenaient des processions, des sacrifices et des banquets publics. L’ancienneté des fêtes d’Héra est confirmée par la légende de Cleobis et Biton. Callimaque, dans l’Hymne V, décrit la procession rituelle du bain de Fallas Athéna dans l’Inachos. Sa statue – le *Palladion –, accompagnée du bouclier de Diomède, était conduite en cortège sur un char : le héros, à qui, selon Pindare, Athéna fit don de l’immortalité, était censé l’avoir ramenée de Troie. À Nauplie5, on baignait chaque année la statue d’Héra dans la source du Kanathos. La déesse, disait-on, y recouvrait sa virginité. À quelques kilomètres d’Argos, dans une région où le sol était détrempé par de nombreuses résurgences karstiques, le site occupé par les marais de Lerne6 était singulièrement propre à frapper les imaginations. Nul ne s’étonnera qu’on y ait vu la Porte des Enfers, ni que ce lieu ait été le théâtre de rites impliquant Déméter ou Dionysos. On y célébrait chaque année un rituel nocturne en l’honneur de Dionysos, au cours duquel on évoquait le dieu à coup de trompes dissimulées dans des thyrses. Les Lernaia, pour lesquels les Argiens se procuraient le feu nécessaire dans le sanctuaire d’Artémis Pyronia à Pheneos, étaient des mystères de Déméter. La région marécageuse qui borde la côte était le domaine de Poséidon. Au bord de la mer, à Genethlion, jaillissait une source d’eau douce provenant du *katavothre de Nestané en Arcadie. On y précipitait des chevaux tout harnachés en son honneur. Plutôt que dans les marais, Artémis était particulièrement vénérée sur les sommets des montagnes.

Les jumeaux d’Argos
Œuvre de Polymédès d’Argos, au début du vie siècle, ces kouroi de 2,20 m de haut en marbre de Paros sont les seuls représentants de la grande statuaire argienne archaïque. On les a longtemps considérés comme les héros Cléobis et Biton dont les Argiens avaient, dit Hérodote, dédié la statue dans le sanctuaire d’Apollon. Pour avoir tiré le char de leur mère, prêtresse d’Héra, au lieu des bœufs absents, dans la procession de la déesse, ils avaient reçu d’elle en récompense le sommeil éternel. Une théorie récente voudrait voir dans les statues les Dioscures, dont le culte était d’ailleurs populaire à Argos. (Musée de Delphes.)

L’aveuglement de Polyphème
Ce fragment de cratère protoargien, qui représente Ulysse et ses compagnons aveuglant le Cyclope, témoigne d’un changement radical dans le mode de représentation de la figure humaine, sans doute sous l’influence de modèles venus du domaine insulaire.

Mobilier funéraire
Provenant d’une tombe à pithos du début du vie siècle av. J.-C. On a trouvé dans les tombes et dans les dépôts cultuels un très grand nombre de figurines en terre culte du même style, ne dépassant pas le plus souvent quelques centimètres et représentant des divinités ou des scènes de la vie quotidienne.

Le règne de Pheidon

12Les traditions anciennes sur Pheidon roi et tyran d’Argos tiennent en une ou deux pages, ce qui n’est pas exceptionnel pour l’époque archaïque, mais elles sont si contradictoires que les théories les plus diverses ont été élaborées et défendues au sujet de son époque, de son rôle et de son influence. À vrai dire, à peu près tout ce qu’on en sait figurait déjà dans l’unique mention qu’en faisait Hérodote, dans le troisième quart du ve siècle, dans le célèbre passage où il citait parmi les prétendants à la main d’Agaristé, la fille du tyran Clisthène de Sicyone, qui dut régner dans les premières décennies du vie siècle, « Leôkedès, fils de Pheidon, tyran d’Argos, de Pheidon qui avait donné leurs poids et mesures aux Péloponnésiens et qui s’était conduit, de tous les Grecs, avec le plus d’arrogance, en organisant en personne les Concours d’Olympie après en avoir chassé les *agonothètes d’Elis » (VI, 127). Ce qu’en ont dit, à notre connaissance, Aristote, *Ephore, Pausanias et quelques autres n’apporte pas grand-chose de neuf, si ce n’est qu’on l’a crédité aussi de l’invention de la monnaie. Toutes les dates que l’Antiquité nous a léguées proviennent de spéculations sur la position de Pheidon dans la liste des descendants de Témenos ou de son rôle aux côtés des *Pisates dans l’affaire d’Olympie. À l’époque d’Hérodote, on gardait donc le souvenir (enjolivé sans doute, s’il n’est point entièrement imaginaire) d’un roi ou d’un tyran argien qui exerça un moment sur une partie du Péloponnèse un ascendant qui devait marquer les esprits. On n’avait plus guère les moyens de le situer dans le temps.

L’opposition entre Sicyone et Argos

13Le souvenir des rivalités qui ont opposé Argos à sa voisine subsiste dans les récits qu’Hérodote a recueillis sur les entreprises de Clisthène de Sicyone, qui voulut, dit-on, expulser le héros Adraste de son pays, parce qu’il était argien. Les fouilles de l’agora d’Argos ont livré une série de bornes provenant d’un monument inscrit, qui pourrait remonter au milieu du vie siècle (fig. page ci-contre). Il avait la forme d’un double enclos. Il était dédié aux héros tombés à Thèbes, qu’Eschyle a immortalisés dans sa tragédie intitulée « Les Sept contre Thèbes ». Pausanias rapporte avoir vu sur l’agora d’Argos un groupe statuaire des Sept, flanqué des statues des Epigones. La date de l’inscription invite à reconnaître dans l’enclos un *hérôon antérieur au groupe sculpté. Il était consacré aux chefs de l’expédition. Eusèbe date la création des Concours Néméens de ~573. Or on sait que les Sept jouent un rôle de premier plan dans les mythes de fondation de ces concours. Une inscription du collège des damiourgoi, datant de la même époque, montre que plusieurs de ses membres, qui appartenaient sans nul doute à l’aristocratie locale, portaient des noms évoquant des souverains mythiques d’Argos : Sthenelas, Adrastos et, peut-être Aristomachos. Ils les avaient reçus dans la première moitié du siècle, à l’époque de la fondation des concours et des rivalités avec Clisthène de Sicyone.

L’opposition entre Sparte et Argos

14La découverte à Argos de la plus ancienne cuirasse en forme de cloche ne suffit pas à lui attribuer la paternité du combat hoplitique. Elle dut pourtant, comme les autres cités, adopter assez tôt la tactique de la phalange et l’idéologie qui la sous-tendait. On en retrouve la trace dans les récits des Anciens relatant les rivalités de Sparte et d’Argos. La « bataille des champions » où les combattants des deux côtés périrent glorieusement pour leur patrie en est la parfaite illustration. L’historiographie ancienne présentait généralement l’époque archaïque comme une période de conflit permanent entre Argos, alors au faîte de sa puissance, et Sparte. Pour beaucoup d’historiens modernes, cependant, un affrontement entre les deux cités est peu probable avant le milieu du vie siècle. Pourtant un poème, fragmentaire il est vrai, de Tyrtée, dans la deuxième moitié du viie siècle, paraît faire état de combats opposant Sparte aux Arcadiens et aux Argiens.

  • 7 Carte p. 41

15Sparte a entrepris la conquête des territoires qui l’entouraient dès le viiie siècle. Selon Hérodote, la « bataille des champions », qui lui donna la Thyréatide7, a eu lieu Carte p. 41 à peu près vers le moment de la prise de Sardes, vers ~545. (D’après Pausanias, la bataille s’est déroulée à la fin du règne de Theopompos, à peu près deux générations avant la bataille d’Hysiai, qu’il datait de ~669/8). Les récits qu’Hérodote a recueillis sont entachés de légende, mais la mainmise de Sparte sur la région paraît assurée – elle a construit un réseau de routes pour la dominer – et la date qu’il propose est plausible.

Hérôon des Sept contre Thèbes
Borne provenant d’un enclos consacré vers le milieu du vie siècle à la mémoire des héros argiens tombés à Thèbes. C’est le plus ancien monument connu provenant de l’agora.

Notes de fin

1 Carte p. 10

2 Carte p. 4 1

3 Aphrodision Plan I, 6

4 Carte p. 41

5 Nauplie Plan I, 32

6 Lerne Plan I, 35

7 Carte p. 41

Table des illustrations

Légende Tombe à cisteD’époque géométrique, elle a été détruite par une tombe à pithos du ~viie siècle.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3859/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Les sanctuaires de l’« Aspis »I. Citerne. II. Portique ouest. III. Édifice de l’oracle ( ?). IV. Autel et gradins droits du sanctuaire d’Apollon. V. Terrasse du sanctuaire d’Apollon (en pointillé, la basilique paléochrétienne). VI. Citerne et portique. VII. Édifice à tholos (temple d’Athéna Oxyderkès ?).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3859/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Légende Le sanctuaire de l’HéraionI. Temple archaïque. II. Portique nord. III. Portique nord-est. IV. Salle hypostyle. V. Temple classique. VI. Portique sud. VII. Édifice ouest. VIII. Édifice nord-ouest. IX. Thermes romains. X. Gymnase. XI. Gradins. (Le plan et la numérotation des bâtiments sont ceux de Ch. Waldstein.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3859/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 714k
Légende Koré archaïqueFigurine assise provenant d’un dépôt du sanctuaire d’Aphrodite.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3859/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 807k
Légende Figurines archaïques en plombUne intéressante série de figurines miniatures en plomb moulé provient de dépôts de l’Aphrodision. Elle pourrait représenter la production d’un atelier local.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3859/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Légende Les jumeaux d’ArgosŒuvre de Polymédès d’Argos, au début du vie siècle, ces kouroi de 2,20 m de haut en marbre de Paros sont les seuls représentants de la grande statuaire argienne archaïque. On les a longtemps considérés comme les héros Cléobis et Biton dont les Argiens avaient, dit Hérodote, dédié la statue dans le sanctuaire d’Apollon. Pour avoir tiré le char de leur mère, prêtresse d’Héra, au lieu des bœufs absents, dans la procession de la déesse, ils avaient reçu d’elle en récompense le sommeil éternel. Une théorie récente voudrait voir dans les statues les Dioscures, dont le culte était d’ailleurs populaire à Argos. (Musée de Delphes.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3859/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende L’aveuglement de PolyphèmeCe fragment de cratère protoargien, qui représente Ulysse et ses compagnons aveuglant le Cyclope, témoigne d’un changement radical dans le mode de représentation de la figure humaine, sans doute sous l’influence de modèles venus du domaine insulaire.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3859/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Mobilier funéraireProvenant d’une tombe à pithos du début du vie siècle av. J.-C. On a trouvé dans les tombes et dans les dépôts cultuels un très grand nombre de figurines en terre culte du même style, ne dépassant pas le plus souvent quelques centimètres et représentant des divinités ou des scènes de la vie quotidienne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3859/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 842k
Légende Hérôon des Sept contre ThèbesBorne provenant d’un enclos consacré vers le milieu du vie siècle à la mémoire des héros argiens tombés à Thèbes. C’est le plus ancien monument connu provenant de l’agora.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3859/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

© CNRS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search