Version classiqueVersion mobile

Argos

 | 
Marcel Piérart
, 
Gilles Touchais

De la fin des palais à la naissance de la cité (~xie-~viiie siècles)

Texte intégral

La fin de l’ordre palatial

  • 1 Deiras Plan II, B3
  • 2 Tirynthe Plan I, 30
  • 3 Carte p. 9

1La destruction des palais mycéniens, à la fin du xiiie siècle, sonne le glas du système palatial et consacre l’éclatement de la relative unité culturelle qui caractérisait le monde mycénien. Certes les traditions mycéniennes demeurent vivaces pendant près de deux siècles encore, comme en témoignent, à Argos, les nombreuses inhumations qui sont alors pratiquées, selon les mêmes rituels, dans la nécropole de la Deiras.1 Mais on voit apparaître, là comme ailleurs, des tendances nouvelles. C’est d’abord la résurgence de traditions anciennes étouffées pendant l’époque palatiale, comme celle d’enterrer les morts dans des cistes individuelles. C’est aussi l’affirmation de particularismes locaux, bien illustrée par le fait que les potiers argiens ignorent l’un des styles céramiques alors les plus en vogue à Mycènes, le style « dense », caractérisé par un décor peint qui tend à couvrir toute la surface du vase. C’est enfin l’apparition de bijoux en bronze de types nouveaux, longues épingles à bulbe et fibules en arc, qui semblent trahir des influences orientales et européennes. Que l’effondrement de l’ordre mycénien ait été provoqué, comme on l’a cru pendant longtemps, par l’invasion des Doriens, alliés, selon la légende, aux descendants d’Héraclès, ou qu’il soit l’aboutissement de processus plus complexes mettant en jeu des facteurs économiques, politiques ou sociaux, le fait est qu’il s’accompagne d’importants bouleversements démographiques, auxquels l’Argolide n’échappe pas. Tous les habitats de la plaine sont désertés, à l’exception de Tirynthe2, Mycènes et Argos, où une partie de la population se regroupe, tandis que l’autre émigre vers des régions-refuges comme l’Achaïe ou l’île de Céphalonie.3

L’émergence de la ville dorienne

2Au début du xie siècle cependant, la citadelle de Mycènes est détruite et celle de Tirynthe abandonnée. Bientôt l’agglomération argienne elle-même, sans cesser d’être habitée, connaît une occupation plus sporadique, qui reflète sans doute un certain fléchissement démographique. Les rares constructions submycéniennes retrouvées dans les fouilles sont localisées dans la partie centrale et méridionale de la ville moderne. Elles n’ont aucun lien direct avec l’habitat de la période précédente et leur équipement reflète l’appauvrissement qui, dans l’ensemble de la Grèce, caractérise cette brève phase de transition entre l’Age du Bronze et l’Âge du Fer. Cependant l’une d’entre elles, découverte lors de la construction du musée, abritait un four métallurgique (fig. p. 22) qui témoigne de la place qu’occupait déjà à Argos le travail du métal.

3Là, pas plus qu’ailleurs, la documentation archéologique, qu’elle provienne des tombes ou de l’habitat, ne permet de lier avec certitude à l’arrivée de nouveaux groupes humains les bouleversements démographiques ni les changements culturels observés. Il n’en demeure pas moins qu’à l’époque historique les habitants d’Argos – comme, du reste, ceux de la majeure partie du Péloponnèse – parlent un dialecte grec, le dorien, bien différent du mycénien qui était utilisé, au xiiie siècle, dans les mêmes régions, comme l’attestent les tablettes inscrites retrouvées dans les palais de Mycènes ou de Tirynthe. C’est donc bien entre le xiie et le ixe siècle, pendant cette période qu’il est convenu d’appeler les « Âges sombres », qu’Argos est devenue une ville dorienne. Mais nul ne saurait dire si ce changement s’est opéré de façon brusque ou graduelle, violente ou pacifique.

Four métallurgique
Trouvé lors des fouilles qui précédèrent la construction du musée, ce four, qui date de l’époque protogéométrique, fut sans doute utilisé pour la coupellation du plomb argentifère. Ce procédé, déjà connu des Mycéniens, consiste à isoler l’argent du plomb par oxydation.

Grand vase géométrique
Par ses dimensions inhabituelles (hauteur 1,05 m), son ornementation complexe et sa destination funéraire, cette *pyxide monumentale peut être rapprochée des grands vases du Dipylon d’Athènes. Le décor, à base de motifs géométriques et figuratifs, s’organise en bandes horizontales et en panneaux qui couvrent toute la surface du vase.

Expansion urbaine et activité artisanale

  • 4 Larisa Plan I, I
  • 5 Carte p. 9

4Quoi qu’il en soit, c’est à partir de la fin du xie siècle qu’Argos commence à s’imposer comme le centre vital de la plaine argienne. L’agglomération connaît alors un développement sans précédent. Son centre de gravité, après avoir longtemps oscillé, se fixe au pied de la Larisa4, où il demeurera jusqu’à la fin de l’Antiquité : c’est en effet aux abords de l’agora que se situent les principaux noyaux de l’habitat du xe siècle. En dehors de cette zone l’occupation est moins dense mais elle s’étend sous l’ensemble de la ville moderne, aussi bien dans le centre que dans les quartiers nord et sud. On ne saurait toutefois parler de véritable complexe urbain organisé : il s’agit plutôt d’un ensemble de cellules d’habitat dispersées, souvent environnées de tombes. Car, si la nécropole de l’Age du Bronze qui s’étendait au pied du flanc oriental de l’« Aspis » n’est pas complètement abandonnée, la plupart des sépultures se serrent maintenant autour des habitations. Ce retour à un mode d’occupation de l’espace largement indifférencié, qui rappelle celui de l’Helladique Moyen, suggère qu’une forme d’organisation socio-politique assez lâche a remplacé le système palatial disparu depuis un siècle. Les tombes sont, comme partout alors en Grèce, des cistes ou des fosses individuelles. Mais les habitants d’Argos se singularisent en continuant de pratiquer l’inhumation, alors que dans tous les grands centres, comme Athènes ou Lefkandi, c’est l’incinération qui est désormais la règle5.

L’occupation du site d’Argos aux époques mycénienne et géométrique
Ces deux cartes rassemblent les données de l’ensemble des fouilles pour chacune des deux périodes ; les vestiges d’habitat sont symbolisés par des carrés, les tombes par des triangles.
La comparaison fait apparaître une nette expansion de l’agglomération entre la fin de l’Âge du Bronze (à gauche) et le début de l’Âge du Fer (à droite).

  • 6 Larisa Plan I, I

5Peu structurée, l’agglomération argienne n’en abrite pas moins un artisanat dynamique. Tandis que l’atelier métallurgique qui fonctionnait déjà près de l’actuel musée poursuit son activité, les forgerons argiens passent maîtres dans la fabrication des épingles en fer à boule de bronze. Des potiers installent leurs fours dans le quartier sud, au pied de la Larisa.6 Leur production témoigne d’une créativité au moins aussi développée que celle des potiers athéniens : comme eux, et peut-être même avant eux, ils expérimentent de nouvelles techniques décoratives, caractérisées notamment par l’emploi du compas multiple. C’est ainsi que naît le style protogéométrique. La qualité de la céramique argienne, à laquelle seule la poterie attique peut être alors comparée, ne se démentira pas pendant toute la période suivante, qui voit se développer le style géométrique proprement dit, avec ses compositions plus ambitieuses incluant souvent des représentations figurées.

Le synœcisme du viiie siècle

6Le style géométrique a donné son nom à la période qui s’étend du début du ixe à la fin du viiie siècle et qui est, à Argos, l’une des mieux attestées, sinon des mieux connues. Rares sont en effet les fouilles qui, du sommet de la Larisa aux rives du Xérias, n’en aient pas ramené au jour quelque vestige, si modeste soit-il. En l’absence quasi totale d’autres données fiables, ce n’est guère qu’à travers ces témoignages matériels que l’on peut, comme pour les périodes précédentes, tenter de saisir l’évolution de la ville et de la plaine qui l’entoure.

  • 7 Centre de la ville moderne Plan I, 27

7L’agglomération elle-même, dont bien peu de bâtiments ont survécu aux travaux de construction des époques ultérieures, gagne en étendue mais surtout elle s’organise et se densifie : c’est le premier synœcisme, c’est-à-dire la réunion d’habitats dispersés en un ensemble cohérent appelé à constituer le cœur de la cité. Cette évolution s’accélère à partir du milieu du viiie siècle, pendant cette période que l’on a pris l’habitude d’appeler la Renaissance grecque ; elle est la preuve d’un essor démographique comparable à celui que connaissent alors la plupart des grands centres de Grèce continentale. Les constructions se multiplient dans les zones demeurées jusqu’alors inoccupées, comme celle qui s’étend entre l’agora antique et le centre de la ville moderne7. Dans les secteurs déjà habités de nouveaux bâtiments, au plan souvent absidal, viennent remplacer les anciens. C’est le cas notamment dans le quartier sud, dont le rôle central se confirme : la relative densité de son habitat, la présence d’ateliers – dont celui d’un forgeron travaillant le fer – et celle de plusieurs puits en font déjà, semble-t-il, le cœur de l’agglomération. Plusieurs dépôts de vases et de figurines découverts l’un au sommet de la Larisa (où s’élèveront bientôt les temples des dieux protecteurs de la cité), les autres dans la ville basse, trahissent d’autre part l’importance croissante prise par les pratiques cultuelles dans la vie de la communauté. On voit en particulier s’instaurer un culte en l’honneur des « héros » inhumés dans les tombes mycéniennes de la Deiras, selon une coutume qui se répand alors dans toute la Grèce.

Organisation de l’espace funéraire

  • 8 Nécropole sud Plan I, 8 Plan II, B7
  • 9 Xérias Plan I, 28

8Bien qu’il reste encore en maint endroit des tombes dispersées par petits groupes, les nécropoles commencent de s’organiser à la périphérie de la zone habitée, dans les espaces qu’elles occuperont jusqu’à la fin de l’Antiquité et parfois même au-delà. L’une d’elles, au nord, succède au cimetière de l’Age du Bronze qui bordait le pied de l’« Aspis ». Une autre, au sud, constitue l’embryon d’une vaste nécropole dont l’actuel cimetière8 de la Panaghia est l’ultime avatar. Une troisième s’étend à l’est, au-delà de l’église Saint-Pierre, jusque dans le lit du Xérias9. Les morts ne sont plus seulement enterrés, comme auparavant, dans des cistes en pierre ou de simples fosses mais aussi dans de grands *pithoi ovoïdes, dont l’usage se répand surtout pendant la seconde moitié du viiie siècle. À cette époque les cistes accueillent de plus en plus souvent des sépultures multiples, sans doute familiales.

Sépulture en jarre
Les grands pithoi ovoïdes utilisés comme urnes funéraires avaient généralement l’embouchure fermée par une dalle de pierre. Certains, comme celui-ci, contenaient les restes de plusieurs inhumations successives correspondant peut-être à des sépultures familiales.

Mur de terrasse de l’Héraion de Prosymna
C’est sur une vaste plateforme soutenue par ce mur fait d’énormes blocs irréguliers que s’élevait le temple primitif d’Héra, dont il ne reste aucune trace.

L’occupation de la plaine : villages et sanctuaires ruraux

  • 10 Carte p. 10

9La plaine argienne connaît elle aussi une évolution remarquable. Des sites du pourtour qui avaient été abandonnés, comme Lerne, Berbati10, Dendra ou Monastiraki, sont réoccupés, les uns au début du viiie siècle, les autres un peu plus tard, tandis que des villages surgissent au milieu des terres vouées jusqu’alors à la seule exploitation agricole. C’est le cas, par exemple, de Kourtaki ou d’Amoriani. Cette expansion de l’habitat n’est sans doute pas la simple conséquence de l’essor démographique ou d’une évolution dans les modes d’exploitation agricole. Elle a toute chance de refléter un processus que l’on observe alors dans l’ensemble de la Grèce et qui est lié à l’émergence des cités : la prise de possession par la ville du territoire environnant. Il s’agit donc d’un phénomène de nature politique autant qu’économique.

10Mais il revêt aussi un aspect religieux. L’occupation du sol est en effet concrétisée, à partir du milieu du viiie siècle, par l’implantation de nombreux sanctuaires. Certains, comme le sanctuaire de Zeus établi au sommet du mont Arachnaion, marquent la limite du territoire. D’autres, comme les petits sanctuaires ruraux qui apparaissent dans la plaine, à l’est de l’Inachos, renforcent les liens entre la ville et la campagne. Mais il en est un autre, à la lisière de la zone des cultures, qui présente déjà tous les traits des grands sanctuaires extra-urbains de l’âge archaïque et classique : c’est l’Héraion.

La fondation de l’Héraion

11Ce sanctuaire fut fondé par les Argiens, dans la seconde moitié du viiie siècle, sur le site de Prosymna, que sa position centrale, à une dizaine de kilomètres au nord-est d’Argos, désignait comme un point de convergence pour les populations environnantes. La présence d’une riche nécropole mycénienne à cet endroit n’est peut-être pas étrangère au choix du site. On pense généralement qu’un temple géométrique, dont il ne reste rien mais que l’on a tenté d’imaginer à partir de la maquette en terre cuite un peu plus récente retrouvée sur le site (fig. ci-contre), s’élevait sur la terrasse monumentale en appareil pseudo-cyclopéen encore visible aujourd’hui (fig. p. 25). Le choix de ce mode de construction pour le mur de soutènement n’est pas non plus le fruit du hasard. Il exprime à l’évidence, de la part des Argiens, une revendication de l’héritage mycénien, qui va dans le même sens que la « réécriture » de l’histoire évoquée plus haut à propos du rôle d’Argos dans la poésie épique. Les milliers d’objets en bronze déposés comme offrandes dans le sanctuaire (épingles, trépieds, statuettes animales ou humaines) ne permettent pas seulement d’apprécier les progrès accomplis dans le travail du métal. Ils révèlent surtout l’émergence d’un style argien, bien attesté aussi parmi les innombrables ex-voto du sanctuaire d’Olympie – où Argos semble avoir joué très tôt un rôle prépondérant –, un style qui se différencie nettement de celui des ateliers attiques, laconiens ou corinthiens. Car dans la compétition entre les cités naissantes qu’inaugure, ou plutôt que ritualise, à une date que l’on place traditionnellement en ~776, l’institution officielle des Concours Olympiques, Argos éprouve naturellement le besoin d’affirmer sans ambiguïté son identité culturelle.

Maquette d’édifice
Ex-voto représentant une maison ou un temple pourvu d’un porche à deux colonnes, cette maquette en terre cuite de la fin de l’époque géométrique a été trouvée à l’Héraion. Certains savants proposent d’y voir une image symbolique du temple primitif d’Héra. (Musée archéologique d’Athènes.)

Cheval en bronze
Le classement des Innombrables petits chevaux de bronze trouvés dans le sanctuaire d’Olympie a permis d’établir l’existence, dès le viiie siècle, de plusieurs styles différents, liés aux principales cités du Péloponnèse. L’un des traits caractéristiques des chevaux argiens – seuls dépourvus de base -est leur légère inclinaison vers l’avant, qui suggère le mouvement. (Musée d’Olympie.)

Statuette de guerrier en terre cuite
C’est l’une des rares productions de la plastique argienne de la fin de l’époque géométrique qui ait été trouvée à Argos. Le personnage, qui faisait partie d’un groupe comprenant un char et plusieurs figurines, est coiffé d’un casque pointu. Le rendu manifeste des tendances naturalistes dont on trouve peu d’exemples à l’époque.

Une aristocratie de guerriers et d’éleveurs

12La présence d’objets de prestige au luxe parfois ostentatoire parmi les offrandes de l’Héraion, mais aussi parmi le mobilier de plusieurs tombes argiennes contemporaines, reflète à coup sûr l’émergence d’une élite sociale soucieuse de manifester son statut dominant. Les personnages qui consacrèrent au sanctuaire de Prosymna ces trépieds ouvragés ou ces énormes épingles en bronze, trop lourdes pour avoir jamais été portées, sont sans doute ceux-là mêmes qui furent enterrés dans des tombes à ciste de dimensions exceptionnelles avec leurs armes, leur armure et leur parure ainsi que des broches à rôtir (obéloi) en fer qui, parfois associées à des chenets, sont aussi des symboles de distinction, même si leur signification exacte – rituelle ou « pré-monétaire » – demeure controversée (fig. p. 28). Comment ne pas voir dans ces personnages, dont le rituel d’ensevelissement renvoie ouvertement aux premiers dynastes de Mycènes, les membres d’une aristocratie guerrière ? Il semble cependant que le pouvoir de cette classe soit aussi celui d’une aristocratie terrienne. Car l’essentiel de ses revenus – et de son prestige – elle le tire sans doute de l’élevage des chevaux, qui est, dans la poésie épique, l’un des principaux titres de gloire d’Argos. C’est en effet à la cité de Diomède qu’Homère réserve l’épithète de « nourricière de cavales », et le cheval est, à l’époque géométrique, le motif de prédilection des peintres de vases argiens. Ceux-ci le représentent aussi bien sur les grands vases, comme les cratères ou les amphores, que sur les plus petits, comme les coupes ou les *skyphoi, tantôt seul, tantôt par paire, tantôt en groupes plus nombreux. L’homme lui est souvent associé, parfois sous les traits d’un guerrier casqué, mais il est toujours à pied (fig. p. 29) : les très rares représentations de cheval monté sont tardives, et l’on ne connaît, dans tout le répertoire géométrique argien, qu’un seul exemple de cheval attelé. C’est ce qui a fait dire que le cheval – dont l’utilisation à des fins militaires ou *agonistiques est, à la même époque, bien attestée à Athènes – représentait avant tout, à Argos, la marque d’un statut social. C’est sans doute vrai, mais il n’en demeure pas moins que l’élevage et le dressage des chevaux devaient aussi constituer un secteur important de l’activité économique, dont le profit allait d’abord à ceux qui possédaient les terres. Des terres qui, surtout dans la partie sud de la plaine détrempée par les résurgences karstiques, offraient de riches pâturages.

Armure en bronze
Trouvée en 1956 dans une tombe qui contenait aussi deux haches en fer, des chenets et des obéloi (voir figures suivantes), c’est jusqu’à présent la seule armure complète d’époque géométrique découverte en Grèce. Le casque est pourvu de couvre-joues et d’un cimier en fer à cheval ; la cuirasse se compose d’un plastron et d’une dossière en bronze. Cet armement, qui est celui des guerriers homériques, préfigure directement celui des hoplites.

Broches à rôtir
Des obéloi en fer mesurant environ 1,60 m de long ont été trouvés dans plusieurs tombes géométriques. Groupés par multiples de six, ils semblent avoir constitué une mesure de richesse, dont le souvenir sera conservé dans le nom de l’unité monétaire postérieure en Grèce (l’obole, sixième partie de la drachme).

Régime politique et groupes sociaux

13Pour le reste, l’organisation sociale et politique d’Argos à l’époque géométrique nous échappe presque entièrement. On sait seulement grâce à *Pausanias que, dans les dernières décennies du viiie siècle, le pouvoir était encore exercé, du moins en titre, par un roi. On sait aussi que, comme dans toutes les cités doriennes, le corps social était divisé en trois tribus, les Dymanes, les Hylleis et les Pamphylai – à laquelle une quatrième sera ajoutée, comme on verra, beaucoup plus tard –, tribus qui étaient elles-mêmes subdivisées en un certain nombre de groupes plus petits, les phratries, dont on ignore le rôle exact. À ces informations fournies par les textes l’archéologie ne peut guère, on s’en doute, apporter de précisions. Divers indices tirés de l’étude de la céramique ont paru suggérer que la femme jouait peut-être dans la société argienne un rôle important. On a aussi cherché à voir dans la diversité des rituels funéraires le reflet de distinctions entre plusieurs groupes sociaux, économiques, voire ethniques. Mais on ne peut guère dépasser le stade des hypothèses. La moins douteuse est sans doute celle qui attribue un caractère aristocratique aux grandes tombes à panoplie.

Chenets
Compléments naturels des broches à rôtir, les chenets, en forme de navires de guerre, font également partie du mobilier funéraire de prestige. On connaît des exemplaires de forme analogue dans les grandes tombes chypriotes contemporaines.

Homme menant un cheval par le licol
L’un des thèmes les plus populaires de la céramique géométrique argienne. Cette représentation, qui est l’une des plus évoluées, montre l’animal marchant à l’amble ; l’homme le tient par deux guides dont l’une passe au-dessus de sa tête. Le motif en forme de T au-dessous du cheval est généralement interprété comme une mangeoire. Le « cadre secondaire » avec file d’oiseaux placé au-dessus du cheval est un trait caractéristique de l’Argolide.

Argos, métropole régionale ou puissance coloniale ?

14La répartition de ces dernières éclaire en tout cas les rapports entre la cité naissante et son territoire : l’absence de toute sépulture de ce type hors des limites de l’agglomération argienne est en effet le signe d’une hiérarchie territoriale dans laquelle Argos occupe incontestablement la première place. Tout semble donc indiquer qu’à la fin du viiie siècle Argos est à la tête d’une entité territoriale, politique, économique et culturelle parmi les plus puissantes de toute la Grèce. Comment ne pas imaginer, dans ces conditions, qu’elle ait tenté d’étendre sa domination au-delà des frontières de l’Argolide ? C’est effectivement ce que l’on a cru pendant longtemps, sur la foi des auteurs anciens et des inscriptions. Cependant la documentation archéologique dont on dispose aujourd’hui semble écarter de manière définitive l’idée d’un « empire » argien.

  • 11 Carte p. 41
  • 12 Carte p. 9

15En effet, jusqu’au milieu du viiie siècle, à une époque où les ateliers d’Athènes et de Corinthe exportent leur céramique dans toute la Grèce, les productions argiennes ne parviennent pas jusqu’à Pérachora ni même11 à Cléonai, dans la vallée voisine. Et si, par la suite, quelques sites plus éloignés comme Tégée, Delphes, Athènes ou l’île de Mélos, reçoivent de la céramique argienne, c’est toujours en quantité infime. Tout aussi rares, si l’on en juge par les trouvailles archéologiques, sont les importations : elles se réduisent à quelques dizaines de vases corinthiens et à une poignée d’objets – perles en faïence, scarabée – venus de contrées plus lointaines. Cette faible propension à échanger, dans un sens comme dans l’autre, se retrouve dans le domaine des idées. Ainsi les peintres de vases argiens, très conservateurs, se montrent-ils peu réceptifs aux influences extérieures, et cette tendance persistera au siècle suivant, les rendant insensibles aux séductions du style orientalisant auxquelles succomberont alors tous leurs confrères. En contrepartie, l’alphabet argien, apparu pendant la seconde moitié du viiie siècle, n’est pas utilisé hors des frontières de l’Argolide. Tout se passe donc comme si Argos était plus soucieuse d’affirmer et de préserver son identité culturelle que d’en faire l’instrument d’une politique conquérante. Il est clair, en tout cas, qu’elle n’était pas habitée par cet élan, par cette force centrifuge qui, à la même époque, jetait des cités comme Corinthe ou Chalcis dans l’aventure coloniale.12 Et de fait, contrairement à ce que laisseraient penser des croyances dont les sources littéraires et les inscriptions montrent qu’elles étaient profondément ancrées dans l’esprit des Anciens, la cité d’Argos ne paraît avoir été directement à l’origine d’aucune entreprise coloniale. Sans doute est-ce, là encore, à cause du prestige légendaire dont Argos s’était tardivement parée que certaines cités, comme Rhodes ou Sériphos, se sont vantées d’être ses colonies, ce qui ne pouvait que flatter l’orgueil de la « métropole ».

Paire d’épingles en bronze retrouvée dans une tombe
À la différence de celles qui étalent disposées symétriquement sur chaque épaule du défunt, suggérant que celui-ci était revêtu d’un *péplos, les épingles croisées dans un petit coulant de bronze n’assuraient apparemment la fixation qu’en un seul point : il pourrait s’agir du dispositif de fermeture d’un linceul plutôt que d’un vêtement.

L’État-cité à l’aube de l’Archaïsme

16Lorsque le viiie siècle s’achève, Argos est donc une cité puissante et prospère, avec un centre urbain organisé et un territoire soigneusement « quadrillé ». Dotée d’une identité culturelle marquée, qui s’exprime surtout, à nos yeux, à travers les productions de ses potiers et de ses bronziers, elle exerce sur l’ensemble de la plaine une forte emprise culturelle, que reflète bien l’unité stylistique de la céramique recueillie sur tous les sites. Mais elle entend exercer aussi une emprise politique, comme le montre la guerre qui l’oppose alors à Asiné, dernier obstacle – bientôt renversé – à l’hégémonie d’Argos sur toute la région. Dominatrice à l’intérieur des frontières de l’Argolide, elle se montre plus timide à l’extérieur, où son activité commerciale est très réduite et son influence politique inexistante. Son rayonnement culturel, en revanche, paraît incontestable, puisque le style des bronziers argiens se répand jusqu’à Olympie – peut-être par l’intermédiaire d’artisans itinérants, comme le sont souvent les forgerons –, tandis qu’en Arcadie, en Laconie, en Attique et jusque dans les îles de Cythère et d’Egine, les potiers adoptent des formes et des schémas décoratifs élaborés dans les ateliers argiens. Cette apparente contradiction entre « isolationnisme » politique et essor culturel paraît bien inscrite dans les documents tels qu’ils sont conservés.

Notes de fin

1 Deiras Plan II, B3

2 Tirynthe Plan I, 30

3 Carte p. 9

4 Larisa Plan I, I

5 Carte p. 9

6 Larisa Plan I, I

7 Centre de la ville moderne Plan I, 27

8 Nécropole sud Plan I, 8 Plan II, B7

9 Xérias Plan I, 28

10 Carte p. 10

11 Carte p. 41

12 Carte p. 9

Table des illustrations

Légende Four métallurgiqueTrouvé lors des fouilles qui précédèrent la construction du musée, ce four, qui date de l’époque protogéométrique, fut sans doute utilisé pour la coupellation du plomb argentifère. Ce procédé, déjà connu des Mycéniens, consiste à isoler l’argent du plomb par oxydation.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3858/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Légende Grand vase géométriquePar ses dimensions inhabituelles (hauteur 1,05 m), son ornementation complexe et sa destination funéraire, cette *pyxide monumentale peut être rapprochée des grands vases du Dipylon d’Athènes. Le décor, à base de motifs géométriques et figuratifs, s’organise en bandes horizontales et en panneaux qui couvrent toute la surface du vase.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3858/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende L’occupation du site d’Argos aux époques mycénienne et géométriqueCes deux cartes rassemblent les données de l’ensemble des fouilles pour chacune des deux périodes ; les vestiges d’habitat sont symbolisés par des carrés, les tombes par des triangles.La comparaison fait apparaître une nette expansion de l’agglomération entre la fin de l’Âge du Bronze (à gauche) et le début de l’Âge du Fer (à droite).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3858/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Sépulture en jarreLes grands pithoi ovoïdes utilisés comme urnes funéraires avaient généralement l’embouchure fermée par une dalle de pierre. Certains, comme celui-ci, contenaient les restes de plusieurs inhumations successives correspondant peut-être à des sépultures familiales.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3858/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 507k
Légende Mur de terrasse de l’Héraion de ProsymnaC’est sur une vaste plateforme soutenue par ce mur fait d’énormes blocs irréguliers que s’élevait le temple primitif d’Héra, dont il ne reste aucune trace.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3858/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 789k
Légende Maquette d’édificeEx-voto représentant une maison ou un temple pourvu d’un porche à deux colonnes, cette maquette en terre cuite de la fin de l’époque géométrique a été trouvée à l’Héraion. Certains savants proposent d’y voir une image symbolique du temple primitif d’Héra. (Musée archéologique d’Athènes.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3858/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 711k
Légende Cheval en bronzeLe classement des Innombrables petits chevaux de bronze trouvés dans le sanctuaire d’Olympie a permis d’établir l’existence, dès le viiie siècle, de plusieurs styles différents, liés aux principales cités du Péloponnèse. L’un des traits caractéristiques des chevaux argiens – seuls dépourvus de base -est leur légère inclinaison vers l’avant, qui suggère le mouvement. (Musée d’Olympie.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3858/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Statuette de guerrier en terre cuiteC’est l’une des rares productions de la plastique argienne de la fin de l’époque géométrique qui ait été trouvée à Argos. Le personnage, qui faisait partie d’un groupe comprenant un char et plusieurs figurines, est coiffé d’un casque pointu. Le rendu manifeste des tendances naturalistes dont on trouve peu d’exemples à l’époque.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3858/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Légende Armure en bronzeTrouvée en 1956 dans une tombe qui contenait aussi deux haches en fer, des chenets et des obéloi (voir figures suivantes), c’est jusqu’à présent la seule armure complète d’époque géométrique découverte en Grèce. Le casque est pourvu de couvre-joues et d’un cimier en fer à cheval ; la cuirasse se compose d’un plastron et d’une dossière en bronze. Cet armement, qui est celui des guerriers homériques, préfigure directement celui des hoplites.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3858/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 607k
Légende Broches à rôtirDes obéloi en fer mesurant environ 1,60 m de long ont été trouvés dans plusieurs tombes géométriques. Groupés par multiples de six, ils semblent avoir constitué une mesure de richesse, dont le souvenir sera conservé dans le nom de l’unité monétaire postérieure en Grèce (l’obole, sixième partie de la drachme).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3858/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende ChenetsCompléments naturels des broches à rôtir, les chenets, en forme de navires de guerre, font également partie du mobilier funéraire de prestige. On connaît des exemplaires de forme analogue dans les grandes tombes chypriotes contemporaines.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3858/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Légende Homme menant un cheval par le licolL’un des thèmes les plus populaires de la céramique géométrique argienne. Cette représentation, qui est l’une des plus évoluées, montre l’animal marchant à l’amble ; l’homme le tient par deux guides dont l’une passe au-dessus de sa tête. Le motif en forme de T au-dessous du cheval est généralement interprété comme une mangeoire. Le « cadre secondaire » avec file d’oiseaux placé au-dessus du cheval est un trait caractéristique de l’Argolide.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3858/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Paire d’épingles en bronze retrouvée dans une tombeÀ la différence de celles qui étalent disposées symétriquement sur chaque épaule du défunt, suggérant que celui-ci était revêtu d’un *péplos, les épingles croisées dans un petit coulant de bronze n’assuraient apparemment la fixation qu’en un seul point : il pourrait s’agir du dispositif de fermeture d’un linceul plutôt que d’un vêtement.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3858/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

© CNRS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search