Version classiqueVersion mobile

Argos

 | 
Marcel Piérart
, 
Gilles Touchais

Argos et Mycènes : voisines ou rivales ? (~IIe millénaire)

Texte intégral

« L’arrivée des Grecs »

1La période troublée qui, dans l’ensemble de la Grèce continentale, occupe la fin du IIIe millénaire, et qui correspond peut-être à l’installation, dans le sud de la péninsule balkanique, des premières communautés de langue indo-européenne (les « Proto-Grecs »), est l’une des rares dont on n’ait encore décelé aucune trace archéologique certaine à Argos. Si ce fait n’est pas dû au hasard, il pourrait signifier que le site, comme beaucoup d’autres dans le Péloponnèse, a alors été momentanément déserté ou que l’habitat s’y est regroupé en un endroit précis, qui reste à découvrir.

Extension de l’espace habité

2Au cours de la période suivante, l’Helladique Moyen, qui couvre les quatre premiers siècles du IIe millénaire, l’agglomération argienne va au contraire s’étendre jusqu’à occuper plus de 30 hectares, ce qui en fait l’une des plus vastes de toute la Grèce de ce temps. Les maisons et les tombes, retrouvées en grand nombre dans les fouilles, continuent cependant de graviter autour des deux pôles entre lesquels l’habitat avait jusqu’alors oscillé : au sud, la zone basse qui s’étend au pied de la Larisa, au nord la colline de l’« Aspis ».

  • 1 Aphrodision Théâtre Thermes A Plan I, 6, 3, 12
  • 2 Lerne Plan I, 35

3Dans le quartier sud, où se fixera plus tard le centre de la ville antique, les fouilles menées aux abords de l’Aphrodision1, du théâtre et des grands thermes ont montré que les habitations de l’Helladique Moyen, qui sont souvent établies directement sur la terrasse alluviale, dataient toutes de la première moitié de la période (~2000-1800 env.). Ce sont des constructions modestes, indépendantes les unes des autres, parfois groupées mais ne formant jamais des ensembles organisés. Leur équipement reflète le mode de vie qui caractérise alors la plupart des villages de Grèce continentale : un mode de vie rural fondé sur une économie de subsistance agro-pastorale de type domestique. On n’y trouve en effet aucun signe d’activités spécialisées, comme par exemple le travail du métal – bien attesté dans l’habitat contemporain de Lerne par la présence de creusets et de fours métallurgiques – et presque aucune trace d’échanges avec le monde extérieur, comme ceux dont témoigne, à Lerne2 encore, l’abondance des céramiques importées. Tout cela suggère qu’Argos continue de jouer un rôle de second plan dans la région, dont le centre vital demeure situé sur le littoral, en contact direct avec les civilisations plus développées des Cyclades et de la Crète palatiale.

Des sépultures dans l’habitat

  • 3 Carte p. 10
  • 4 Plan II C-D 3

4Le mobilier des tombes, rare ou inexistant, ne dément pas l’impression donnée par l’habitat. Les morts, inhumés dans de simples fosses ou des *cistes aux parois doublées de pierres ou de briques crues, sont souvent placés sous le sol des maisons, selon une coutume qui est alors très largement répandue en Grèce continentale et qui ne disparaîtra qu’à la fin de la période. Mais il existe aussi, dès le début, un embryon de nécropole dans la zone nord, aux abords orientaux de l’« Aspis ». Les tombes y sont parfois groupées, semble-t-il, sous des tertres funéraires semblables à ceux qui sont alors érigés dans d’autres régions de Grèce, comme la Messénie ou l’Attique, mais aussi, plus près de là, à Asiné. Des inhumations seront pratiquées dans toute cette zone3 – aux abords de l’actuelle rue Irakléous4jusqu’à la fin de l’Antiquité.

Plan des fouilles de l’« Aspis »
Les premières fouilles ont été effectuées en 1902 par W. Vollgraff à l’intérieur de l’enceinte tardo-classique (I), aux abords (II) et à l’est (III) de la chapelle du Prophète Élie. Les fouilles menées récemment au nord (IV) et au sud-est (V) ont confirmé la présence de deux phases de construction de l’Helladique Moyen (la plus ancienne en grisé, la plus récente en noir) mais l’existence d’une enceinte « intérieure » datant de cette période (VI) demeure hypothétique.

Pendentif en or
Seul objet précieux retrouvé dans les fouilles de l’« Aspis », ce bijou est révélateur de l’enrichissement matériel qui caractérise, dans l’ensemble du Péloponnèse, le passage de l’Helladique Moyen à l’époque mycénienne.

La spécialisation des espaces

  • 5 Carte p. 10

5Pendant la seconde moitié de l’Helladique Moyen le quartier sud, déserté par les constructions, semble devenir à son tour un espace à destination funéraire. La chose est particulièrement nette vers la fin de la période5, au moment où, à Mycènes, les membres de l’élite naissante sont enterrés, avec leurs armes, leurs bijoux et leurs fabuleux trésors, dans de profonds caveaux regroupés à l’intérieur des deux enclos circulaires connus sous le nom de Crecles A et B. C’est justement de cette époque que date, à Argos, une tombe exceptionnelle à plusieurs égards : nettement plus grande que toutes les autres et renforcée dans les quatre angles, comme les caveaux de Mycènes les plus élaborés, par des poteaux en bois, elle abritait une sépulture à incinération, fait sans exemple dans la Grèce contemporaine, où l’inhumation est la règle. Bien qu’elle n’ait livré pour tout mobilier qu’un petit vase à boire finement décoré, cette tombe pourrait bien refléter le même processus de diversification sociale que celui dont témoignent à la même époque, de façon beaucoup plus spectaculaire, les tombes « royales » des deux cercles funéraires de Mycènes.

Remodelage et déplacement de l’habitat

  • 6 Carte p. 9

6Argos a la chance, contrairement à Mycènes, d’avoir conservé des vestiges de l’habitat contemporain de cette sépulture. Ils sont situés dans la zone nord, qui ne paraît pas avoir été occupée de façon systématique avant le milieu de l’Helladique Moyen et qui, à la différence du quartier sud, fut habitée jusqu’à la fin. On peut ainsi entrevoir, à Argos, certains aspects moins connus de l’évolution qui se produisit alors et qui devait aboutir, au début de l’Helladique Récent, c’est-à-dire vers ~1550, à l’émergence de la civilisation mycénienne. L’élément le plus visible de cette évolution fut ici un remodelage de l’habitat, dicté par un apparent souci de planification urbaine. C’est en effet à ce moment que fut construit, au sommet de l’« Aspis », un complexe architectural – seul vestige encore visible de l’habitat préhistorique d’Argos – constitué de plusieurs bâtiments rectangulaires allongés qui dessinent un arc de cercle ou, peut-être, un anneau complet délimitant la zone construite (plan p. 14). Cet ordonnancement circulaire n’est pas sans exemple à la même époque : on le retrouve en particulier sur le site de Malthi6, en Messénie. À Argos, la nouveauté de cette implantation apparaît bien lorsqu’on la compare à celle des constructions sous-jacentes, qui sont un peu plus anciennes : disposées de façon anarchique, elles comptent parmi elles une maison absidale – le type même de la construction qui n’est pas faite pour s’insérer dans une trame urbaine –, tandis que la présence de plusieurs sépultures dans l’habitat montre que l’espace des morts n’est pas encore complètement différencié de celui des vivants. La découverte récente, juste au bas de la colline, d’un tronçon de rue contemporain du dernier état de construction mis au jour au sommet, confirme que c’est bien à cette époque que se mirent en place, à Argos, les premiers éléments d’un plan urbain organisé.

Vestiges de l’habitat mésohelladique de l’« Aspis »
L’ensemble de constructions mis au jour dans le secteur sud-est est l’un des mieux conservés de cette période en Grèce. Les soubassements en pierre des murs de la dernière phase (bâtiment rectangulaire) se dressent sur plusieurs assises, dont la hauteur totale dépasse parfois un mètre. La partie supérieure des murs, en brique crue, a disparu.

Maison absidale et sépulture
L’inhumation à l’intérieur de l’habitat est une coutume constante dans la Grèce de l’Helladique Moyen, de même que la construction de maisons en abside semi-circulaire. Ces deux traits sont illustrés sur l’« Aspis » pendant la phase qui précède le remodelage général de l’habitat à la fin de la période.

  • 7 Xérias Plan I, 28

7Il apparaît donc que, au cours de la première moitié du IIe millénaire, l’habitat a encore fluctué, passant une nouvelle fois du sud vers le nord, de la plaine vers la colline et son piémont. Ce déplacement a-t-il été dicté par des considérations d’ordre stratégique, liées par exemple à la menace que la puissance grandissante de Mycènes faisait peut-être peser sur sa voisine ? Faut-il y voir plus simplement, comme la première fois, la conséquence d’un phénomène naturel récurrent : les inondations provoquées par les crues du Xérias7, qui auraient amené les habitants à fuir les zones inondables ou à s’installer sur des terres nouvellement soustraites à ce risque par une modification du cours du torrent ? La première hypothèse, que l’on ne peut exclure – surtout si l’on pouvait prouver que l’habitat installé au sommet de l’« Aspis » était fortifié, ce qui apparaît moins sûr aujourd’hui –, relève de la pure spéculation. La seconde a pour elle des arguments plus solides, que le progrès de l’exploration du sous-sol argien tend du reste à confirmer.

Un gros village ou plusieurs hameaux ?

  • 8 Carte p. 9

8Cette discontinuité à la fois spatiale et chronologique dans l’occupation du site suggère qu’au Bronze Moyen Argos n’était sans doute pas une vaste agglomération d’un seul tenant, mais plutôt un ensemble de hameaux plus ou moins épars, dont certains pouvaient être en ruines ou remplacés par des cimetières, quand d’autres étaient en pleine activité. De plus rien ne permet encore d’entrevoir, même pendant la phase finale où l’habitat commence à se structurer, une différenciation fonctionnelle, et moins encore une hiérarchie, entre plusieurs « quartiers ». L’image est donc celle d’un bourg rural à l’organisation lâche, plutôt que celle d’une ville. Ce dernier terme ne paraît d’ailleurs pouvoir s’appliquer à aucun habitat contemporain de Grèce continentale, alors qu’au même moment8, dans les îles de Mélos, de Kéos ou de Crète, des agglomérations comme Phylakopi, Aghia Irini ou Gournia présentent tous les caractères de véritables centres urbains.

Mycènes vue d’Argos
Tous les grands sites de la plaine sont visibles depuis Argos. Sur cette photo prise du sommet de la Larisa, avec l’« Aspis » en contrebas, on distingue la tache claire que dessine au loin, sur l’arrière-plan sombre des montagnes, l’acropole de Mycènes.

Argos dans l’épopée : mythe ou réalité ?

  • 9 Carte p. 9
  • 10 Carte p. 41

9Le fait que, dans l’Iliade et l’Odyssée, le nom d’Argos est plusieurs fois associé à celui d’autres villes du Péloponnèse, comme Mycènes, Tirynthe, Sparte ou Pylos, peut faire penser qu’à l’époque mycénienne, en tout cas, Argos est bien une ville. Car même si les poèmes homériques, composés au viiie siècle, ne constituent pas un document historique sur la Grèce mycénienne, on sait qu’ils charrient un certain nombre d’éléments d’origine ou d’inspiration mycénienne. Les philologues pensent aujourd’hui que la liste des villes grecques qui figure au chant II de l’Iliade, dans le passage connu sous le nom de Catalogue des Vaisseaux, a toute chance d’appartenir à ce noyau ancien de l’épopée, les autres éléments du catalogue, noms des commandants et nombre des navires, étant au contraire des ajouts postérieurs. C’est pourquoi, s’il est imprudent d’attacher de l’importance au fait qu’Argos est censée fournir un contingent de quatre-vingts navires – plus que Sparte9, un peu moins que Pylos ou Mycènes – commandé par Diomède, fils de Tydée, il n’est peut-être pas indifférent d’observer que la ville est englobée, avec Tirynthe et plusieurs localités du sud-est de l’Argolide comme Asiné, Trézène et Lpidaure10, dans une entité territoriale distincte du royaume de Mycènes, lequel s’étend vers le nord jusqu’à Corinthe et Égine. Mais, si l’on y regarde de plus près, on ne peut rien tirer de ce texte pour l’histoire d’Argos car, dans d’autres passages, le toponyme ne désigne pas la ville mais une contrée plus ou moins étendue, la plaine argienne ou l’ensemble du Péloponnèse, voire la Grèce entière, et c’est Agamemnon, roi de Mycènes, qui règne sur cette contrée. Le plus souvent même le nom d’Argos ne désigne qu’un royaume imaginaire, que les héros ont quitté pour porter la guerre au loin et que ceux qui échappent à la bataille ne peuvent regagner qu’après avoir traversé de nombreuses épreuves. Profitant d’une confusion qu’ils ont sans doute eux-mêmes contribué à créer, les habitants de l’Argolide ne cessèrent de se réclamer de ce passé prestigieux.

Les vestiges de la ville mycénienne

10Mais si la tradition légendaire exalte ainsi le rôle et l’importance d’Argos au sein du monde mycénien – au point qu’au vie siècle, si l’on en croit Hérodote, *Clisthène, tyran de Sicyone, en guerre contre les Argiens, dut interdire aux rhapsodes de réciter ces poèmes lors des concours publics -, l’archéologie, quant à elle, nous renvoie une image beaucoup moins flatteuse : celle d’une ville dont on a peine à imaginer qu’elle ait pu rivaliser avec Mycènes « aux larges rues », Tirynthe « aux bons remparts » et Pylos « la sainte ».

  • 11 Aspis Plan II, C 2
  • 12 Larisa Plan II, A 4

11Dans l’état actuel des recherches, l’habitat de l’Helladique Récent, implanté dans les deux zones désormais traditionnelles, paraît un peu plus étendu que celui de la période précédente. En effet, si le sommet de l’« Aspis »11 cesse d’être habité, la zone du piémont voit se multiplier les constructions, qui gagnent vers l’est et s’organisent en un véritable quartier doté d’un réseau de voirie. Les maisons, dont certaines comportent un étage, des magasins et même une baignoire, y seront sans cesse reconstruites entre le milieu du xvie et la fin du xiie siècle. L’une d’elles, occupée seulement pendant la première moitié de la période, se distingue par l’épaisseur de ses murs et la présence de fresques polychromes qui, comme dans les palais contemporains de Mycènes ou de Pylos, représentent des personnages et des animaux grandeur nature. Tout semble donc indiquer que cet endroit – où s’était développé, vers la fin de l’Helladique Moyen, un premier noyau d’habitat organisé – constitue le cœur de l’agglomération mycénienne. Quant au quartier sud, abandonné depuis longtemps, il est réoccupé vers le milieu de l’époque mycénienne, mais l’habitat y paraît plus clairsemé et moins structuré. Enfin l’éperon rocheux de la Larisa12, jusqu’alors vierge de toute construction, est investi à son tour : un mur de terrasse en appareil cyclopéen et un énorme bloc de conglomérat – seuil ou linteau – remployé dans l’enceinte intérieure de la forteresse médiévale, tous deux encore visibles, suggèrent qu’il y avait là une ou plusieurs constructions mycéniennes importantes. Mais on n’en connaîtra sans doute jamais la nature exacte. Rien ne permet en tout cas d’affirmer qu’il s’agisse d’un palais, et de nombreux archéologues hésitent même à y voir les restes d’une citadelle.

Une riche nécropole

  • 13 Deiras Plan II, B3

12Au début de l’Helladique Récent des enterrements sont encore pratiqués dans la zone funéraire qui jouxte l’habitat des abords orientaux de l’« Aspis ». Mais la principale nécropole mycénienne, qui sera utilisée tout au long de la période, est celle qui s’ouvre dans le flanc oriental du ravin de la Deiras13. Outre les tombes à ciste individuelles héritées de la période précédente, elle compte une quarantaine de tombes à chambre collectives semblables à celles que l’on trouve par centaines dans toute la Grèce mycénienne. Ce sont des hypogées taillés dans le roc, constitués d’un couloir d’accès de longueur variable (le dromos) et d’une chambre funéraire dont l’entrée était fermée par un blocage de pierres. L’un des couloirs, qui menait à une tombe inachevée, rappelle cependant, par son traitement architectural très soigné, ceux des grandes tombes à coupole appareillées de Mycènes (fig. p. 20). Le mobilier de cette nécropole, qui compte un grand nombre de vases, de bijoux, de figurines et d’objets divers, révèle qu’au xive siècle au moins Argos entretenait des relations suivies avec la Crète. Vers la fin de la période mycénienne les habitants d’Argos, tout en continuant d’utiliser cette nécropole, retournent parfois enterrer leurs morts dans le quartier sud.

Ville moyenne ou capitale ?

  • 14 Carte p. 10

13Malgré l’aspect lacunaire de ces données archéologiques, on entrevoit donc, comme au Bronze Moyen, des oscillations dans l’implantation de l’habitat et des nécropoles. Ces déplacements se produisent entre les deux mêmes pôles et révèlent de nombreuses permanences. C’est là une preuve supplémentaire de la continuité qui existe entre les deux périodes et de l’enracinement de la civilisation mycénienne dans les traditions locales de l’Helladique Moyen. L’étude des habitations, des tombes et de leur mobilier montre qu’Argos connaît une évolution analogue à celle des autres sites de la plaine, comme Prosymna, Berbati ou Asiné, atteignant son niveau de prospérité maximum entre le milieu du xve et les dernières décennies du xiiie siècle. Elle montre aussi que la ville ne diffère pas matériellement de ses voisines14.

14Argos possède donc, à l’époque mycénienne, tous les caractères d’une agglomération relativement dynamique, mais apparemment rien de ce qui fait la spécificité des grands centres : ni palais, ni citadelle, ni tombe à coupole monumentale, ni tablettes inscrites, ni scellés d’argile – et les sceaux eux-mêmes, ces outils de l’administration palatiale, y sont très rares. On peut certes arguer du fait que, la ville ayant été sans cesse reconstruite au même endroit, beaucoup de vestiges mycéniens ont pu disparaître. C’est très probable. Mais la présence d’un palais, que la comparaison avec les autres centres mycéniens faisait attendre au sommet de l’« Aspis » – plutôt que sur la Larisa – a été démentie par les fouilles récentes.

Entre Mycènes et Tirynthe

  • 15 Carte p. 10
  • 16 Tirynthe Plan I, 30

15On peut donc s’interroger sur le statut réel d’Argos au sein de l’Argolide mycénienne. La région compte, à l’époque, un certain nombre de sites habités. On en connaît actuellement un peu plus d’une quinzaine, répartis sur les bords de la plaine, dont toute la partie centrale – qui résulte, comme on l’a vu, d’un processus de sédimentation récent -est dépourvue d’habitations. Pour essayer de discerner une hiérarchie entre ces sites, on ne dispose que des données de l’archéologie car, à la différence des tablettes inscrites de Pylos, celles de Tirynthe et de Mycènes, beaucoup moins nombreuses, ne nous fournissent aucune information sur l’organisation territoriale de la région. Mais l’interprétation de ces données ne permet pas d’aboutir à des certitudes. Il existe en effet des arguments pour soutenir les hypothèses les plus contradictoires. Ainsi la présence de tombes à *tholos – dont on admet généralement le caractère royal – sur plusieurs sites comme Mycènes15, Midéa-Dendra, Berbati ou Kokla, suggère que l’Argolide était morcelée en plusieurs entités indépendantes. Mais l’hypothèse de deux entités souveraines, et par conséquent rivales, est tout aussi plausible, si l’on considère que seules Mycènes et Tirynthe sont dotées d’un palais défendu par de puissantes murailles. Ce fait, à son tour, n’exclut pas que l’Argolide ait pu constituer un État unique, administré depuis Mycènes, seul endroit où l’on trouve à la fois un palais, une citadelle, plusieurs tombes à tholos monumentales et de nombreux édifices luxueux. Dans ce cas, les deux palais auraient joué, comme en Syrie du nord à la même époque ceux de Ras Shamra et de Ras Ibn Hani, un rôle complémentaire, peut-être lié à leur situation respective, Tirynthe16 contrôlant le littoral au sud, Mycènes l’accès nord de la plaine.

Vase mycénien de la Deiras
Amphore piriforme ornée de quatre canards entourés de motifs floraux stylisés. Ce décor d’inspiration « nilotique » est fortement influencé par le Style du Palais crétois, mais tout indique que le vase a été fabriqué dans un atelier argien. (Musée archéologique national d’Athènes.)

16Que la ville d’Argos ait tenu sa partie au sein d’un tel ensemble marqué par la prééminence culturelle, sinon politique, de Mycènes, ou qu’elle ait au contraire dirigé une entité territoriale indépendante, sa place n’apparaît en aucun cas prédominante. Comment expliquer, dans ces conditions, qu’Argos ait éclipsé dans la tradition légendaire les grands centres mycéniens ? L’explication la plus plausible paraît être la suivante : à l’époque où les légendes se fixèrent, c’est-à-dire aux ixe-viiie siècles, les Argiens qui, entre-temps, avaient établi leur domination sur l’ensemble de la région, prirent en quelque sorte leur revanche sur l’Histoire. Ils projetèrent sur l’Argos de la fin de l’Âge du Bronze l’image d’une splendeur qui lui est en fait postérieure de plusieurs siècles.

Tombe mycénienne de la Deiras
Le dromos de cette tombe à chambre, long de 20 m, est divisé en deux parties inégales par une porte aux jambages monolithiques ; ses parois sont entièrement construites en blocs de conglomérat. Ces deux traits lui confèrent un aspect monumental évoquant celui du « Trésor d’Atrée » ou de la « Tombe de Clytemnestre » à Mycènes.

Notes de fin

1 Aphrodision Théâtre Thermes A Plan I, 6, 3, 12

2 Lerne Plan I, 35

3 Carte p. 10

4 Plan II C-D 3

5 Carte p. 10

6 Carte p. 9

7 Xérias Plan I, 28

8 Carte p. 9

9 Carte p. 9

10 Carte p. 41

11 Aspis Plan II, C 2

12 Larisa Plan II, A 4

13 Deiras Plan II, B3

14 Carte p. 10

15 Carte p. 10

16 Tirynthe Plan I, 30

Table des illustrations

Légende Plan des fouilles de l’« Aspis »Les premières fouilles ont été effectuées en 1902 par W. Vollgraff à l’intérieur de l’enceinte tardo-classique (I), aux abords (II) et à l’est (III) de la chapelle du Prophète Élie. Les fouilles menées récemment au nord (IV) et au sud-est (V) ont confirmé la présence de deux phases de construction de l’Helladique Moyen (la plus ancienne en grisé, la plus récente en noir) mais l’existence d’une enceinte « intérieure » datant de cette période (VI) demeure hypothétique.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3857/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 855k
Légende Pendentif en orSeul objet précieux retrouvé dans les fouilles de l’« Aspis », ce bijou est révélateur de l’enrichissement matériel qui caractérise, dans l’ensemble du Péloponnèse, le passage de l’Helladique Moyen à l’époque mycénienne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3857/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 459k
Légende Vestiges de l’habitat mésohelladique de l’« Aspis »L’ensemble de constructions mis au jour dans le secteur sud-est est l’un des mieux conservés de cette période en Grèce. Les soubassements en pierre des murs de la dernière phase (bâtiment rectangulaire) se dressent sur plusieurs assises, dont la hauteur totale dépasse parfois un mètre. La partie supérieure des murs, en brique crue, a disparu.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3857/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Légende Maison absidale et sépultureL’inhumation à l’intérieur de l’habitat est une coutume constante dans la Grèce de l’Helladique Moyen, de même que la construction de maisons en abside semi-circulaire. Ces deux traits sont illustrés sur l’« Aspis » pendant la phase qui précède le remodelage général de l’habitat à la fin de la période.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3857/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 822k
Légende Mycènes vue d’ArgosTous les grands sites de la plaine sont visibles depuis Argos. Sur cette photo prise du sommet de la Larisa, avec l’« Aspis » en contrebas, on distingue la tache claire que dessine au loin, sur l’arrière-plan sombre des montagnes, l’acropole de Mycènes.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3857/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Légende Vase mycénien de la DeirasAmphore piriforme ornée de quatre canards entourés de motifs floraux stylisés. Ce décor d’inspiration « nilotique » est fortement influencé par le Style du Palais crétois, mais tout indique que le vase a été fabriqué dans un atelier argien. (Musée archéologique national d’Athènes.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3857/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Légende Tombe mycénienne de la DeirasLe dromos de cette tombe à chambre, long de 20 m, est divisé en deux parties inégales par une porte aux jambages monolithiques ; ses parois sont entièrement construites en blocs de conglomérat. Ces deux traits lui confèrent un aspect monumental évoquant celui du « Trésor d’Atrée » ou de la « Tombe de Clytemnestre » à Mycènes.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3857/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 832k

© CNRS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search