Version classiqueVersion mobile

Argos

 | 
Marcel Piérart
, 
Gilles Touchais

Un village préhistorique (~ive-~iiie millénaires)

Texte intégral

L’apparition de l’homme dans la plaine argienne

  • 1 Larisa Plan II, A 3-4
  • 2 Aspis Plan II, C
  • 3 Deiras Plan II, B 2-3
  • 4 Charadros Plan I, 28
  • 5 Inachos Plan I, 29
  • 6 Erasinos Plan I, 34
  • 7 Carte p. 10

1À la lisière occidentale d’une plaine alluviale de près de 250 km2 bornée à l’est et à l’ouest par des masses montagneuses et ouverte au sud sur la mer, le site d’Argos est dominé par deux collines de hauteur inégale : la Larisa1, piton escarpé haut de près de 300 mètres, et la colline du Prophète Élie appelée conventionnellement, quoique sans doute improprement, « Aspis »2 – à cause de sa forme qui évoque celle d’un bouclier (en grec, aspis)mamelon rocheux dont l’altitude n’atteint pas 90 mètres. Le ravin de la Deiras3 sépare ces deux collines, au pied desquelles s’étend la zone habitable, dont l’expansion est entravée au nord et à l’est par le Xérias (le Charadros4 de l’Antiquité), torrent saisonnier au cours capricieux qui évolue au milieu d’une vaste zone inondable avant de se jeter dans le cours intermittent de l’Inachos5. Une autre rivière, pérenne celle-là, arrose la plaine au sud : c’est l’Erasinos6, qui prend sa source près de Stymphale, en Arcadie, et disparaît sous la terre pour ressortir à 5 kilomètres environ au sud-ouest d’Argos, dans la région verdoyante de Képhalari.7

  • 8 Carte p. 41

2C’est à cet endroit que s’installèrent les premières communautés humaines qui aient laissé des traces en Argolide. Les fouilles menées il y a une vingtaine d’années dans la grotte qui surplombe la résurgence de l’Erasinos ont en effet mis en évidence plusieurs niveaux d’occupation, dont le plus ancien, caractérisé par un outillage lithique de type *moustérien, remonte à la fin du Paléolithique Moyen, soit environ 40.000 ans avant notre ère. Les niveaux du Paléolithique Supérieur qui le recouvrent attestent, par la présence des premiers outils en os, de quelques bijoux en coquillage et de restes de colorants, que les hommes qui vivaient ici connurent, jusqu’aux environs de ~10.000, une évolution culturelle analogue à celle que l’on peut observer dans une grotte beaucoup mieux connue, située à une cinquantaine de kilomètres de là, sur la rive orientale du golfe d’Argolide : la grotte de Franchthi. Comme celle-ci d’ailleurs, la grotte de Képhalari dut servir alors d’abri saisonnier à des groupes de chasseurs-cueilleurs encore semi-nomades, plutôt que de résidence permanente.8

Les premiers habitats sédentaires

  • 9 Tirynthe Plan I, 30
  • 10 Nauplie Plan I, 32
  • 11 Carte p. 10
  • 12 Lerne Plan I, 35

3Les foyers de peuplement vont se multiplier au cours du Néolithique qui, entre la fin du VIIe et celle du IVe millénaire, voit la naissance des premiers habitats sédentaires, le développement de l’agriculture et de l’élevage, l’apparition de techniques nouvelles, comme celle de la poterie puis de la métallurgie, et la mise en place de structures sociales complexes. Des traces, à vrai dire très évanescentes, de ces implantations ont été repérées en plusieurs points de la plaine, notamment à Tirynthe9, à Nauplie10, à Prosymna – site du futur Héraion d’Argos – et aussi le long du rivage, en arrière duquel s’était formé, à l’ouest, un grand lac d’eau douce séparé de la mer par un cordon littoral11. Mais le seul village néolithique qui ait fait l’objet d’une véritable fouille est celui de Lerne, situé juste au sud de cet ancien lac12. Plusieurs sondages y ont révélé des murs en brique crue sur socle de pierre appartenant à des maisons rectangulaires qui datent, les unes de la phase initiale de la période (Néolithique Ancien), les autres de la phase suivante (Néolithique Moyen), tandis que des fragments de céramique attestent que, pendant la phase ultérieure (Néolithique Récent), le village continua d’être habité. Cette dernière phase, qui recouvre en gros le IVe millénaire, correspond, dans l’ensemble du bassin égéen, à des changements socio-économiques importants, que traduisent notamment le remodelage de nombreux villages dans le nord de la Grèce et l’implantation des premiers habitats dans les Cyclades, jusqu’alors inoccupées. Mais ce que l’on observe partout c’est que la production agricole augmente et se diversifie : des espèces jusqu’alors sauvages, comme la vigne ou le pois chiche, sont mises en culture, tandis que les capacités de stockage sont accrues par la multiplication des silos et des grandes jarres. Le développement sans précédent de l’élevage transhumant amène une nouvelle fréquentation des grottes, dont celle de Képhalari offre justement l’exemple.

La Grèce et le bassin égéen

La plaine d’Argolide
Outre les principaux sites antiques et modernes mentionnés dans l’ouvrage, cette carte fait apparaître l’extension du lac de Lerne, aujourd’hui asséché, et la ligne du rivage vers 2500 av. J.-C. (d’après E. Zangger).

  • 1 Sauf mention contraire, les ojets illustrés sont conservés au musée d’Argos.

Outils néolithiques
Quelques uns des plus anciens témoignages d’activité humaine sur le site d’Argos : plusieurs lames en obsidienne, une pointe en silex et une hachette en pierre polie1.

La naissance d’Argos : entre plaine et colline

  • 13 Plan II, B 6

4C’est à ce moment-là que l’homme vient s’établir pour la première fois sur le site d’Argos, qu’il ne quittera plus. La plus ancienne installation – découverte, comme c’est le plus souvent le cas à Argos, à la faveur d’une fouille d’urgence consécutive à une demande de permis de construire – se trouve juste au pied du flanc oriental de la Larisa13. Il s’agit d’une maison, dont on a retrouvé le sol, le foyer et quelques débris de mur. Elle contenait des vases, semblables à ceux de Lerne et des autres sites de la région, des hachettes en pierre polie, plusieurs aiguilles en os et de très nombreuses lames d’obsidienne. Cette roche volcanique, qui provient de l’île de Mélos, était utilisée depuis longtemps en Grèce continentale pour la fabrication d’outils tranchants, mais son usage quasi exclusif à partir de cette époque s’explique sans doute par le fait que, les Cyclades étant désormais habitées, on pouvait se la procurer plus facilement.

  • 14 Aspis. Plan II, C 2
  • 15 Carte p. 9

5Au début du IIIe millénaire, au cours de la période que les archéologues appellent Néolithique Final ou Chalcolithique, les premiers habitants d’Argos quittent le pied de la Larisa pour aller s’établir au sommet de l’« Aspis »14. Cette seconde installation a malheureusement laissé très peu de traces car elle a été arasée par les travaux de terrassement qui, au cours du millénaire suivant, précédèrent la construction de l’habitat du Bronze Moyen. L’occupation primitive n’y est donc attestée que par des fragments de poterie, recueillis dans une mince couche de terre qui recouvrait le rocher. C’est trop peu pour apprécier l’évolution par rapport à la période précédente. C’est assez cependant pour affirmer que le groupe humain installé sur l’« Aspis » a élargi son horizon et qu’il fait désormais partie d’une entité culturelle beaucoup plus vaste. Car la céramique qu’il façonne, dépourvue de tout décor peint, est semblable à celle que l’on trouve dans une aire qui ne se limite plus au nord-est du Péloponnèse mais englobe aussi l’ouest de la presqu’île, les côtes du golfe Saronique, l’Attique et les îles voisines, comme Egine et Kéos.15

La plaine d’Argos, l’Inachos et la baie de Nauplie
Sur cette photo, prise en 1956 – avant le « miracle économique » et l’expansion de la monoculture des agrumes, qui ont profondément transformé le paysage – l’aspect de la plaine est encore très semblable à ce qu’il avait été pendant des siècles.

Les alluvions du Xérias

  • 16 Xérias Plan I, 28

6Mais pourquoi ce déplacement de l’habitat ? L’explication la plus plausible est que les premiers habitants d’Argos ont cherché par ce moyen à échapper aux inondations provoquées par les crues du Xérias16. Tout semble en effet indiquer qu’à cette époque le torrent, au lieu de s’incurver comme aujourd’hui vers le sud-est, venait lécher le pied du versant oriental des deux collines, rendant ce secteur inhabitable. C’est au cours du IIIe millénaire qu’il se déplaça vers l’est, en déposant dans toute cette zone une épaisse couche d’alluvions. De récentes observations géomorphologiques ont en effet montré que c’est pendant le Bronze Ancien (ou Helladique Ancien) que la plaine argienne a connu l’alluvionnement le plus intense et l’apport de sédiments fluviatiles le plus considérable de toute son histoire. Sans doute faut-il voir là une conséquence indirecte de la déforestation et de la mise en culture des versants, qui en accéléra l’érosion, favorisant du même coup la formation d’une plaine alluviale d’où Argos devait désormais tirer l’essentiel de sa richesse. Il s’agit donc d’un changement écologique majeur dans l’histoire du site. L’alluvionnement provoqua aussi le recul rapide de la ligne de rivage – qui, au terme de multiples oscillations, avait atteint son point d’avancée extrême à l’intérieur des terres – et l’envasement partiel du lac, qui devint un marécage, tandis que les sites néolithiques du littoral étaient définitivement recouverts.

Un village parmi d’autres

  • 17 Panaghia Plan II, 17
  • 18 Lerne Plan I, 35
  • 19 Tirynthe Plan I, 30

7Vers le milieu du IIIe millénaire les habitants d’Argos peuvent donc se réinstaller dans la zone basse, stabilisée par les alluvions du Xérias. Ils vont y construire des maisons, de plan rectangulaire ou absidal : plusieurs d’entre elles ont été partiellement dégagées à moins de 800 mètres à l’est du premier foyer d’occupation néolithique. Ils vont aussi y creuser des tombes, dont une seule a pour l’instant été retrouvée, non loin de là, aux abords immédiats de l’actuel cimetière de la Panaghia17. Il est encore très difficile, étant donné le peu d’éléments dont on dispose, de se faire une idée exacte de l’importance d’Argos à cette époque. La comparaison avec le site voisin de Lerne18 – qui est alors doté d’un puissant rempart, d’un édifice monumental à fonction sans doute administrative (la Maison des Tuiles), et qui, si l’on en juge par les importations de céramique, prend une part active aux échanges avec le reste du monde égéen – révèle sinon une différence de nature, du moins une différence d’échelle : il y a bien à Argos un bâtiment de construction soignée, mais il est moins imposant et rien ne permet, pour l’instant, de lui attribuer une fonction particulière ; la céramique est abondante et de belle qualité, mais un seul vase (en forme d’oiseau) est d’importation crétoise ; aucun outil en bronze, aucun objet de parure ne figure parmi le mobilier. Bref, sans être à l’écart des développements qui affectent la Grèce continentale pendant cette période de prospérité, Argos ne donne pas l’impression d’en être l’un des centres moteurs, comme le sont apparemment Lerne et Tirynthe19. Peut-être est-ce dû au fait que, à la différence de ces deux sites, Argos n’est pas un port, ce qui la prive d’une source d’activité vitale en ces temps où ce que l’on a appelé l’« esprit international » triomphe en mer Egée.

Notes

1 Sauf mention contraire, les ojets illustrés sont conservés au musée d’Argos.

Notes de fin

1 Larisa Plan II, A 3-4

2 Aspis Plan II, C

3 Deiras Plan II, B 2-3

4 Charadros Plan I, 28

5 Inachos Plan I, 29

6 Erasinos Plan I, 34

7 Carte p. 10

8 Carte p. 41

9 Tirynthe Plan I, 30

10 Nauplie Plan I, 32

11 Carte p. 10

12 Lerne Plan I, 35

13 Plan II, B 6

14 Aspis. Plan II, C 2

15 Carte p. 9

16 Xérias Plan I, 28

17 Panaghia Plan II, 17

18 Lerne Plan I, 35

19 Tirynthe Plan I, 30

Table des illustrations

Légende La Grèce et le bassin égéen
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3856/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende La plaine d’ArgolideOutre les principaux sites antiques et modernes mentionnés dans l’ouvrage, cette carte fait apparaître l’extension du lac de Lerne, aujourd’hui asséché, et la ligne du rivage vers 2500 av. J.-C. (d’après E. Zangger).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3856/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Outils néolithiquesQuelques uns des plus anciens témoignages d’activité humaine sur le site d’Argos : plusieurs lames en obsidienne, une pointe en silex et une hachette en pierre polie1.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3856/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende La plaine d’Argos, l’Inachos et la baie de NauplieSur cette photo, prise en 1956 – avant le « miracle économique » et l’expansion de la monoculture des agrumes, qui ont profondément transformé le paysage – l’aspect de la plaine est encore très semblable à ce qu’il avait été pendant des siècles.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3856/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 315k

© CNRS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search