Version classiqueVersion mobile

Argos

 | 
Marcel Piérart
, 
Gilles Touchais

Des héros et des hommes

Texte intégral

  • 1 Les noms et les mots précédés d’un astérisque lorsqu’ils apparaissent pour la première fois, sont (...)

1Les origines d’Argos, comme celles de beaucoup de cités grecques, se perdent dans la légende. Ou plutôt dans un enchevêtrement de mythes, issus de traditions diverses, que les Anciens, malgré leurs efforts, n’ont jamais réussi à fondre en un ensemble cohérent. Les principaux récits sont ceux qui se rapportent à Phoroneus, héros civilisateur, fils du fleuve Inachos et premier occupant des lieux ; à Danaos, fondateur d’une nouvelle dynastie et éponyme du peuple qui porte son nom – les Danaens ; à l’expédition malheureuse, immortalisée par une tragédie d’Eschyle, des Sept chefs argiens contre Thèbes ; à la guerre de Troie, qui vit combattre les fils de ces derniers, ceux que la tradition désigne sous le nom d’Epigones ; à Héraclès enfin, rejeton de la race de Danaos, et à ses descendants qui, « quatre-vingts ans après la chute d’Ilion », revinrent occuper le Péloponnèse, l’un d’entre eux, Témenos1, obtenant l’Argolide en partage.

2Mais c’est l’ensemble des Grecs combattant devant Troie qu’Homère désigne sous le nom de Danaens ou d’Argiens. C’est dire la place centrale qu’Argos occupe au sein du mythe et de l’épopée. Par contraste son rôle dans l’histoire, quelque important qu’il ait pu être, n’apparaît pas exceptionnel : Argos n’a presque jamais occupé le devant de la scène. Les autres villes du Péloponnèse, ses voisines, n’ont en effet cessé de lui ravir la vedette, qu’il s’agisse de Mycènes à l’Âge du Bronze, de Corinthe aux temps de la colonisation grecque, de Sparte à l’époque classique, de Mistra, ville-phare de la Morée byzantine, ou enfin de Nauplie, centre de la Romanie vénitienne, où la Grèce, une fois libérée du joug ottoman, établit sa première capitale. Mais peut-être est-ce cela même qui fait l’intérêt d’Argos : une ville d’importance moyenne, dont le rayonnement dépassa rarement le cadre régional, mais que son héritage culturel, fondement d’une identité très tôt affirmée, rend l’égale des plus prestigieuses, comme Thèbes ou Athènes. Car Argos partage avec ces deux dernières cités la particularité d’avoir été sans cesse reconstruite au même endroit et habitée sans relâche de la préhistoire jusqu’à nos jours. Cela en fait un lieu privilégié, à la fois exemplaire et ordinaire, un miroir où toutes les périodes de l’histoire de la Grèce se reflètent sans jamais trop s’y déformer : tout au plus peut-on regretter que, à certains moments, les contours de l’image ne soient pas plus nets.

La ville d’Argos est située à l’extrémité d’un étroit promontoire qui se détache de la paroi occidentale du massif montagneux et pénètre dans la plaine sur une longueur de 3 km : le mont Lykôné, haut de 285 m. Il est séparé par un col de 195 m de haut d’une colline conique dont le sommet, à 289 m, est occupé par la citadelle d’Argos : la Larisa. La pénétration profonde de la montagne dans la plaine fait du site urbain un point de passage obligé sur la route de Corinthe à Tégée et à Sparte, l’une des voies de communication les plus importantes du Péloponnèse.

Les gloires d’Argos

Au ve siècle, le poète Pindare, célèbre dans toute l’Hellade four les odes triomphales qu’il composait en l’honneur des athlètes vainqueurs aux plus prestigieux des concours, chanta, dans le style ésotérique qu’il affectionnait, les principales figures légendaires d’Argos (Néméennes X 1-38) :
Chantez la ville de Dañaos et de ses cinquante filles aux trônes splendides, Charites, chantez Argos, digne demeure de la déesse Héra. Argos resplendit d’une gloire infinie, par les exploits audacieux de ses enfants. Il serait long de dire ceux de Persée, vainqueur de la Gorgone Méduse. Nombreuses sont les villes que, par les mains d’Epaphos, Argos fonda en Égypte.
Que dire d’Hypermnestre ? Est-ce qu’elle a failli, quand seule, elle garda dans le fourreau son glaive indépendant ?
Jadis la blonde déesse aux yeux glauques fit de Diomède un Dieu immortel ; près de Thèbes, la terre, foudroyée par le trait de Zeus, ensevelit le devin, fils d’Oiklès [Aniphiaraos], terrible à la guerre comme un ouragan. Et par ses femmes à la belle chevelure, Argos depuis longtemps aussi tient le premier rang. Zeus, en venant à Alcmène et à Danaé, a témoigné de ce que j’avance. Argos donna au père d’Adraste [Talaos] et à Lyncée un esprit qui fructifia, associé à la droite justice.
Argos nourrit la vaillance d’Amphitryon. Le plus puissant des dieux [Zeus] entra dans la race de ce héros, après que, revêtu de ses armes d’airain, il eut massacré les Téléboens. Le roi des Immortels prit sa figure et pénétra dans son palais. Il y apportait la semence intrépide d’Héraclès. Celui-ci maintenant, dans l’Olympe, a pour épouse Hébé [Jeunesse], la plus belle des Déesses, qui se tient près de sa mère, la sainte garante du mariage.
Mon haleine est trop courte pour énumérer toutes les gloires qu’Argos possède, en son enceinte sacrée ; et d’ailleurs il est dangereux de provoquer chez ses auditeurs la satiété.
(Traduction Aimé Puech, légèrement modifiée.)

Notes

1 Les noms et les mots précédés d’un astérisque lorsqu’ils apparaissent pour la première fois, sont expliqués dans le Dictionnaire, p. 123-125.

Table des illustrations

Légende La ville d’Argos est située à l’extrémité d’un étroit promontoire qui se détache de la paroi occidentale du massif montagneux et pénètre dans la plaine sur une longueur de 3 km : le mont Lykôné, haut de 285 m. Il est séparé par un col de 195 m de haut d’une colline conique dont le sommet, à 289 m, est occupé par la citadelle d’Argos : la Larisa. La pénétration profonde de la montagne dans la plaine fait du site urbain un point de passage obligé sur la route de Corinthe à Tégée et à Sparte, l’une des voies de communication les plus importantes du Péloponnèse.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3855/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M

© CNRS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search