Version classiqueVersion mobile

Argos

 | 
Marcel Piérart
, 
Gilles Touchais

Plan I. Argos au temps de Pausanias (vers 160 apr. J.-C.)

Texte intégral

1. Flanc oriental de la Larisa et aqueduc d'Hadrien
2. Nymphée
3. Théâtre
4. Prôn
5. Odéon
6. Temple d'Aphrodite
7. Rempart
8. Nécropole sud
9. Porte de Kenchréai
10. Porte de Lerne
11. Bâtiment classique
12. Thermes A
13. Salle hypostyle
14. Fontaine C
15. Portique K
16. Piste de danse
17. Emplacement supposé du temple d'Apollon Lycien
18. Emplacement supposé du temple de Zeus Néméen
19. Portique G
20. Édifice R
21. Piste de course
22. Bâtiment entouré de portiques (P)
23. Temple K
24. Porte de Téménion
25. Porte de Kylarabis
26. Porte d'Ilythie
27. Centre de la ville moderne
28. Charadros (Xérias)
29. Inachos
30. Tirynthe
31. Aria
32. Nauplie
33. Téménion
34. Erasinos
35. Lerne
36. Pontinos

À propos du plan restitué

1Quel archéologue, quel historien, assis sur les derniers gradins du théâtre au sommet de la Larisa, n’a pas tenté d’imaginer la ville d’Argos et la plaine qui l’entoure comme elles étaient au temps où Pausanias les a parcourues ?

2Un rêve irréalisable partout ailleurs déjà, mais surtout à Argos, où presque toutes les fouilles sont commandées par des demandes de permis de construire, ce qui interdit souvent à l’archéologue de creuser là où il le voudrait et ne lui permet presque jamais d’explorer un bâtiment dans tous ses contours. Pourtant, la compétence, la rigueur et l’adresse de J.-Cl. Golvin, son enthousiasme aussi, nous ont rapidement convaincus qu’il valait la peine de matérialiser par un dessin ce que nous savons d’Argos. Pour éviter tout malentendu à son sujet, il faut dire d’abord ce que ce dessin n’est pas. Il n’est pas une « photographie » de la ville vers 160 après J.-CL D’abord parce que trop de quartiers sont encore entièrement inconnus. Avant la publication d’un plan topographique général, il n’est guère possible de donner plus qu’une idée générale de l’organisation de l’espace urbain. À côté de monuments dont le plan est connu avec une précision suffisante (les thermes, la salle hypostyle, le grand bâtiment entouré de portiques), d’autres sont encore à découvrir. Il n’était pas question de dessiner les quelque vingt sanctuaires vus par Pausanias, mais le dessin eût été privé de sens, si l’on n’avait pas indiqué où l’on pensait devoir chercher les principaux d’entre eux : le temple d’Apollon Lycien et le temple de Zeus Néméen, qui se trouvait juste à côté. Ils donnent la clé du plan urbain et nous avons indiqué, parmi les hypothèses avancées, celle qui nous paraissait la plus vraisemblable. D’autre part, si les phases successives des principaux bâtiments explorés sont bien connues, leur chronologie absolue ne l’est pas : on ne peut affirmer qu’à l’époque où les thermes du théâtre avaient l’aspect qu’on leur a donné sur le dessin, le grand bâtiment entouré de portiques présentait encore la forme qu’on lui a donnée. Les Romains en ~146, ordonnèrent aux cités grecques de démanteler leurs murs et nous ne savons pas si, à Argos, ils ont été reconstruits par la suite. Mais les portes existaient, d’où partaient les routes conduisant aux divers cantons du pays. Choisir l’époque classique conduisait à priver le dessin de six ou sept siècles d’urbanisme et des embellissements des constructions somptueuses de l’époque antonine. Au risque de commettre un anachronisme, nous avons donc préféré faire figurer le rempart, du moins comme on peut penser qu’il avait été vers le temps de son achèvement. De même, nous avons matérialisé la piste de course, qui était sûrement désaffectée lors de la construction de la fontaine carrée. Mais ce petit monument existait sans doute à l’époque où l’édifice A fut transformé en thermes et la piste, même après sa disparition, continua à servir d’élément régulateur pour les petits monuments qui ornaient la place publique.

3Quelle est l’utilité d’un dessin où des reconstitutions vraisemblables voisinent avec des anachronismes tantôt involontaires, tantôt conscients et de pures hypothèses ? II faut le prendre comme une tentative de restitution, au sens que les épigraphistes et les papyrologues donnent aux suppléments qu’ils enferment dans des crochets droits, pour éclairer le sens qu’ils donnent au texte qu’ils publient, et comme un effort de modélisation : il ne donne pas une image, même imparfaite, de ce que la ville a été, mais il aide le lecteur à se représenter l’idée qu’on peut s’en faire en l’état actuel des connaissances. De ce point de vue, il peut aider à formuler de nouvelles hypothèses qui conduiront à l’amender ou à le préciser.

Table des illustrations

Légende 1. Flanc oriental de la Larisa et aqueduc d'Hadrien2. Nymphée3. Théâtre4. Prôn5. Odéon6. Temple d'Aphrodite7. Rempart8. Nécropole sud9. Porte de Kenchréai10. Porte de Lerne11. Bâtiment classique12. Thermes A13. Salle hypostyle14. Fontaine C15. Portique K16. Piste de danse17. Emplacement supposé du temple d'Apollon Lycien18. Emplacement supposé du temple de Zeus Néméen19. Portique G20. Édifice R21. Piste de course22. Bâtiment entouré de portiques (P)23. Temple K24. Porte de Téménion25. Porte de Kylarabis26. Porte d'Ilythie27. Centre de la ville moderne28. Charadros (Xérias)29. Inachos30. Tirynthe31. Aria32. Nauplie33. Téménion34. Erasinos35. Lerne36. Pontinos
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3851/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,8M

© CNRS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search