Version classiqueVersion mobile

Marseille, ville des métaux et de la vapeur au XIXe siècle

 | 
Olivier Raveux

Quatrième partie. Le déclin (1865-1890)

Conclusion de la quatrième partie. La spécialisation d’une industrie en perte de vitesse

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Entre 1865 et 1890, l’industrie métallurgique marseillaise connaît un véritable effondrement. Les secteurs qui faisaient sa force sont touchés dès les années 1863-1866 par des crises violentes. Sur plusieurs points, la conjoncture s’est profondément modifiée. Dans une France au sein de laquelle le libre-échange avec les autres nations s’impose et où le décloisonnement des marchés régionaux s’accélère, les entreprises phocéennes se trouvent confrontées à des difficultés insurmontables. Les explications des différents échecs ne se trouvent ni dans une quelconque incapacité technique ni dans le manque de dynamisme des entrepreneurs. Les marchés locaux sont perdus, principalement dans la mécanique industrielle et la métallurgie de deuxième fusion. Les débouchés extérieurs s’effacent. Ils ne permettent plus à l’industrie du plomb ou à la sidérurgie de maintenir leurs niveaux d’activités. Les concurrences françaises et étrangères se sont installées et se renforcent durablement dans la rég...

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search