Version classiqueVersion mobile

Marseille, ville des métaux et de la vapeur au XIXe siècle

 | 
Olivier Raveux

Quatrième partie. Le déclin (1865-1890)

Chapitre XV. Un secteur au double visage : la construction mécanique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les années 1841-1857 ont constitué un tournant pour l’industrie mécanique marseillaise. Les ateliers travaillant pour la navigation ont obtenu l’essentiel des marchés locaux et sont parvenus à trouver des débouchés supplémentaires en exportant une partie de leur production. La conquête de ces débouchés extérieurs a été grandement facilitée par une législation douanière favorable. Les gouvernements de la monarchie de Juillet et du second Empire ont établi un système de primes et d’admission de métaux en franchise de droits dans le cadre de travaux destinés à l’exportation ou à la navigation internationale. Ce secteur de la mécanique marine s’installe dans une phase de croissance, qui se combine avec le dynamisme des armateurs locaux et le programme de modernisation de la flotte de guerre française lancé en 1857. L’offre des entreprises marseillaises peut accompagner les demandes locales, françaises et étrangères, qui connaissent une augmentation forte et régulière. Le secteur de la m...

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search