Version classiqueVersion mobile

Marseille, ville des métaux et de la vapeur au XIXe siècle

 | 
Olivier Raveux

Quatrième partie. Le déclin (1865-1890)

Chapitre XIV. La crise de la métallurgie des fers et des fontes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le travail des fers et des fontes a connu un fort développement au cours des années 1850-1865. Les fonderies ont toutefois rencontré certaines difficultés. Les problèmes restent bien présents et s’aggravent même à partir de la seconde moitié des années 1860. L’industrie métallurgique marseillaise ne parvient toujours pas à résoudre ses problèmes de coûts de production à cause d’un approvisionnement en matières premières trop onéreux et doit faire face à une sévère concurrence aussi bien française qu’étrangère. De plus, la conjoncture est devenue défavorable. Une phase de renouvellement des produits métallurgiques commence au milieu des années 1860. L’utilisation de l’acier, métal offrant une meilleure résistance et une plus grande légèreté, s’impose dans le secteur de production des tôles et dans celui de la fabrication de diverses pièces de machines. L’acier doux tend à remplacer le fer. Coulé, il se substitue aux grosses pièces de forge. C’est dans ce contexte difficile que les en...

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search