Version classiqueVersion mobile

Marseille, ville des métaux et de la vapeur au XIXe siècle

 | 
Olivier Raveux

Troisième partie. L’apogée (1846-1865)

Conclusion de la troisième partie. Le fragile succès d’une industrie renouvelée

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’industrie métallurgique marseillaise connaît sa période d’apogée vers 1865. Les effectifs ouvriers ont grandi comme les productions. De nouvelles activités sont apparues comme le traitement des minerais de fer et de plomb, la fabrication des tôles. D’après l’enquête nationale des années 1861-1865 cette extraordinaire réussite fait de la région marseillaise, en association avec les entreprises de La Seyne, le premier centre métallurgique français. Ce succès n’est rendu possible que par une législation douanière favorable mise au point par un État soucieux de développer les secteurs clés de son économie et de sa puissance militaire. Le marché national des machines à vapeur marines est protégé de la concurrence étrangère, essentiellement anglaise et écossaise. Les débouchés extérieurs sont accessibles par l’utilisation, en franchise de droits, de matières premières et de produits semi-finis achetés principalement en Grande-Bretagne. Le seul avantage douanier était toutefois loin de s...

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search