Version classiqueVersion mobile

Marseille, ville des métaux et de la vapeur au XIXe siècle

 | 
Olivier Raveux

Troisième partie. L’apogée (1846-1865)

Chapitre XII. Un secteur prépondérant : la mécanique marine

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1846, Louis Benet et Philip Taylor étaient les deux mécaniciens marseillais travaillant dans la construction de machines marines. La construction mécanique pour la navigation s’était développée de manière importante dans les années 1840. Les deux entrepreneurs marseillais étaient parvenus à conquérir une bonne part des marchés locaux qui connaissaient une augmentation constante. La croissance du secteur était toutefois gênée par plusieurs obstacles : l’adaptation aux nouveautés technologiques était incomplète et le problème du prix des matières premières aggravait notablement les coûts de production. À partir de 1846, pour profiter de la croissance soutenue des marchés locaux, français ou étrangers, les chantiers de La Ciotat et les ateliers de Menpenti doivent impérativement régler ces deux problèmes pour rivaliser avec les sociétés britanniques. L’essor du secteur ne peut accompagner celui des marchés qu’à cette seule condition.

UNE CONJONCTURE FAVORABLE

Sous le second Empire, la...

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search