Version classiqueVersion mobile

Marseille, ville des métaux et de la vapeur au XIXe siècle

 | 
Olivier Raveux

Troisième partie. L’apogée (1846-1865)

Chapitre XI. L’expansion de la métallurgie des fers et des fontes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sous la monarchie de Juillet, la gamme des productions de produits intermédiaires (fers bruts, semi-finis et finis) était relativement limitée dans la région marseillaise. Depuis 1840 environ, quelques entreprises se livraient au puddlage de fontes, à la galvanisation du fer et au moulage de pièces de machines. Les quantités produites demeuraient faibles et de nombreuses fabrications restaient absentes. Pour les tôles, cornières, tubes et grosses pièces de forge, les ateliers provençaux se fournissaient exclusivement auprès d’entreprises anglaises, parisiennes ou du Centre de la France. Deux problèmes difficilement surmontables se dressent devant les entreprises phocéennes qui souhaitent s’orienter vers ce type de productions : les coûts élevés de fabrication et la faiblesse de la demande. Les entreprises liées à la navigation ont des besoins encore limités. Les effets d’entraînements sont donc peu importants. Le travail des fontes et des fers bruts est rendu difficile à cause des a...

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search