Version classiqueVersion mobile

Marseille, ville des métaux et de la vapeur au XIXe siècle

 | 
Olivier Raveux

Troisième partie. L’apogée (1846-1865)

Chapitre X. L’essor de l’industrie du plomb

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La pauvreté du sous-sol provençal n’a pas constitué un obstacle insurmontable à la formation d’une industrie de traitement des minerais et des métaux bruts dans la région marseillaise. En s’insérant dans des réseaux commerciaux internationaux, en saisissant les opportunités industrielles qui en découlent et en adaptant les procédés techniques aux besoins locaux, aux caractéristiques des produits à traiter, Marseille est parvenue à connaître de remarquables succès dans ce type d’activités.

À la fin des années 1840, Marseille a cessé d’être une simple place de transit dans le domaine du plomb. La fonction commerciale de la ville se double désormais d’une fonction industrielle. Le repli des producteurs britanniques sur leur propre marché dans les années 1830-1840 a changé les conditions du négoce des non-ferreux1. La mise en exploitation des gisements de la Sierra de Carthagène apporte une seconde modification d’importance. Les quantités de plombs argentifères produites dans cette régio...

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search