Version classiqueVersion mobile

Jeux de familles

 | 
Martine Segalen

Préface

Alain Girard

Texte intégral

1Comme toute institution sociale, la famille est soumise aux grands mouvements de l’histoire. L’urbanisation, la division du travail et la diversité des professions, l’existence simultanée de trois et même quatre générations par suite de l’allongement de la durée moyenne de vie, le travail des femmes hors du foyer ont transformé radicalement la manière d’habiter, de travailler, de se distraire. Tout récemment, des modifications inattendues dans la formation des ménages, baisse des mariages, hausse des divorces et de la cohabitation, ont étonné par leur rapidité et leur ampleur. Les règles juridiques qui fixent la place et les droits de chacun font l’objet de changements sensibles. Est-ce à dire que la famille, et les fondements sur lesquels elle repose, en péril aujourd’hui, sont menacés pour l’avenir ?

2Le livre présenté par Martine Segalen ne prétend pas répondre à une telle interrogation. Il rend compte d’observations rigoureuses qui permettent d’y réfléchir avec objectivité. Auteur d’études approfondies sur des aires géographiques limitées de plusieurs régions françaises, Martine Segalen a publié notamment une importante Sociologie de la famille (1981), reprise et augmentée quelques années plus tard pour suivre le cours rapide des événements (1988). Elle dirige le Centre d’ethnologie française du CNRS et anime une équipe qui rassemble, dans ces Jeux de familles, des travaux enrichis de quelques apports extérieurs. Une communauté d’inspiration et de méthode confère son unité au volume.

3Une union prélude certes à l’apparition d’une nouvelle famille, mais le couple à lui seul ne constitue pas une famille. Celle-ci compte un plus grand nombre de personnes et représente une réalité autrement complexe. Appartenant à une lignée, chaque conjoint se lie à une autre, et plus on remonte en arrière et plus les lignées sont nombreuses, formant un écheveau entremêlé de parentés par le sang ou l’alliance. Autour du couple pivotent, en quelque sorte, en amont et en aval, générations antérieures et suivantes. La famille n’existe que dans la durée, dans la succession des générations. C’est elle qui donne à l’individu son identité. C’est elle aussi qui le soutient pour trouver la position qu’il occupe dans la société.

4La première partie du livre, « la famille souterraine », apporte des illustrations de cette dimension temporelle de la famille. Par le réseau serré des relations qu’elle tisse autour de l’individu, et même si la manière dont il s’exerce a changé, le rôle de la famille demeure considérable. Par exemple, le recrutement observé dans une usine provinciale se fait sur place, et sinon de père en fils, du moins dans la parentèle. Ainsi perdure l’entreprise et s’opère la transmission du patrimoine, qu’il s’agisse de la boutique, de l’atelier ou de la maison. Celle-ci, même si les circonstances poussent à la vendre, conserve sa valeur symbolique, parce qu’en elle est inscrit le souvenir de ceux qui nous ont précédés. Les fonctions électives, évoquées d’autre part, tenues par des dynasties familiales en bien des régions, témoignent au plus haut point du prestige du nom et de la force des liens noués au cours du temps par les générations. L’accès au logement ou l’accession à la propriété ne sont possibles bien souvent que grâce à l’aide apportée par les parents.

5S’il est quelque chose qui semble n’appartenir qu’à un individu, par une sorte de décret du hasard, c’est bien le don qui permet à l’artiste d’être lui-même et de créer son œuvre. Or, d’après l’exemple des musiciens, il apparaît que l’épanouissement de ce don suppose qu’il soit reconnu d’abord, puis encouragé et soutenu par la famille.

6Ainsi s’explique ce qu’on peut appeler l’hérédité professionnelle, ou encore l’hérédité culturelle. Son influence se fait sentir à l’école, à l’université, à l’entrée dans la vie active et au cours de la carrière. Martine Segalen n’ignore rien des enquêtes statistiques qui ont mis en relief le rôle déterminant de la famille dans les phénomènes de mobilité sociale, ou de formation des unions, mais le grand intérêt de l’approche ethnologique est de conférer à leurs résultats la force de l’exemplarité et de leur insuffler la vie. L’image courante de « grande famille », appliquée à l’ensemble des cheminots ou des postiers par exemple, est expressive en elle-même.

7 A cette action « souterraine » et bien réelle de la famille correspond l’intense besoin de chaque personne de se reconnaître en tant que membre d’une famille, comme un maillon solide dans la chaîne des générations. L’individu revendique sa liberté, il n’en appelle pas moins à l’appartenance à une famille, « la famille réclamée ». L’engouement présent pour les recherches généalogiques témoigne hautement du souci de se situer dans le cours d’une histoire vécue qu’il s’agit de prolonger sans la rompre.

8La fréquence des divorces et des nouvelles unions, légalisées ou non, est à l’origine aujourd’hui de « familles recomposées » de plus en plus nombreuses. Celles-ci d’ailleurs n’étaient pas rares autrefois, en régime démographique de haute mortalité, mais ce qui était alors soumission au destin résulte maintenant d’aspirations personnelles avides de satisfactions. La différence est d’importance et peut avoir des conséquences psychologiques graves. Une terminologie appropriée se cherche, pour identifier en les nommant les nouvelles constellations qui forment ainsi, pourrait-on dire, des liens de « quasi-parenté » dans une sorte de système d’adoption sans consécration légale. Se perpétuent en tout cas des mécanismes de protection de l’individu et de conservation sociale.

9A côté d’une aide matérielle, dans toute la mesure du possible, la famille apporte une aide morale d’un grand prix, même si à certaines heures elle peut paraître pesante. Grâce aux réseaux d’intérêts et d’affections qu’elle suscite, elle permet dans une large mesure à l’individu d’échapper à la solitude, et à la société d’éviter des mouvements trop heurtés de déstructuration, créateurs de désordres et d’anomie. La famille assure la permanence au sein du changement, et contribue par son omniprésence, en liaison avec les institutions publiques, au fonctionnement du système social. Telle apparaît l’image qui se dégage de ce livre, en filigrane, à la lumière d’analyses fondées sur des exemples concrets.

10« Il ne s’agit pas de substituer à une vision de la famille en crise une vision de la famille radieuse », prévient en introduction Martine Segalen, mais de « dévoiler le rôle et le poids de la parenté dans divers champs de la société française ». Ces Jeux de familles ont parfaitement atteint l’objectif ainsi défini et fourniront à un débat sans cesse repris d’importants éléments d’appréciation.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search