Version classiqueVersion mobile

Marseille, ville des métaux et de la vapeur au XIXe siècle

 | 
Olivier Raveux

Deuxième partie. La montée en puissance (1831-1846)

Conclusion de la deuxième partie. Marseille, pionnière d’une industrie de pointe en méditerranée

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’industrie marseillaise de la métallurgie et de la construction mécanique s’est constituée et s’est développée en une quinzaine d’années seulement. La demande locale était forte. L’industrialisation de nombreux secteurs de production, nouveaux ou anciens, a été rapide. La navigation à vapeur, en retard lors de la précédente période, est enfin apparue et s’affirme dans les années 1840. La demande d’appareils pour les grands travaux d’infrastructures est venue s’ajouter aux deux précédemment citées. La conjoncture était favorable à l’installation d’entreprises susceptibles de proposer des machines et divers produits métallurgiques à l’ensemble de ces secteurs. Le relatif cloisonnement des régions françaises et la politique douanière protectionniste de l’État français laissaient le champ libre à des initiatives locales. Les artisans, les contremaîtres et les petits industriels ont su trouver des capitaux, s’associer à des techniciens britanniques pour fonder des entreprises, assimiler...

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search