Version classiqueVersion mobile

Marseille, ville des métaux et de la vapeur au XIXe siècle

 | 
Olivier Raveux

Deuxième partie. La montée en puissance (1831-1846)

Chapitre VIII. Les marchés

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dès son apparition, la métallurgie marseillaise part à la conquête des débouchés locaux. L’adéquation entre l’offre des entreprises et la demande provoquée par la croissance conjuguée des secteurs industriels de la ville, de la navigation à vapeur et des grands travaux d’infrastructures menés dans la région présente plusieurs difficultés. Au début des années 1830, les marchés sont détenus par des entreprises parisiennes et étrangères. Les productions des fonderies et des ateliers de mécanique de la région marseillaise sont rapidement de qualité. Reste à surmonter le problème de la compétitivité des entreprises. La question prend une importance accrue dans la seconde moitié des années 1830. Les entrepreneurs phocéens se lancent alors dans la conquête des débouchés méditerranéens où ils doivent affronter la concurrence britannique.

Pour parvenir à ses fins, l’industrie marseillaise de la métallurgie et de la construction mécanique doit résoudre ses problèmes d’approvisionnement. Elle n...

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search