Version classiqueVersion mobile

Marseille, ville des métaux et de la vapeur au XIXe siècle

 | 
Olivier Raveux

Deuxième partie. La montée en puissance (1831-1846)

Chapitre VI. Les entreprises

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les artisans marseillais de la métallurgie ont démontré leur vitalité au cours de la Restauration. Dans des ateliers disséminés aux alentours du port, ils ont accumulé des capitaux par le développement de leurs activités. Ces hommes souhaitent profiter des opportunités engendrées par le renouvellement et la transformation du matériel de production de l’industrie locale. Cette vitalité est-elle une base pour que ce secteur puisse se transformer en industrie moderne et connaître la croissance ? Cela semble douteux à double titre.

Le premier obstacle concerne les fonds nécessaires à la création de sociétés. L’autofinancement est généralement la règle dans l’artisanat. Cette pratique est certes capable d’offrir des capitaux, mais les artisans ne peuvent participer, en propre ou avec leur famille, qu’à la formation d’entreprises de taille modeste. La situation est différente pour les projets qui demandent de lourds investissements. Dans ce cas, l’artisan ne détient pas les fonds nécessair...

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search