Version classiqueVersion mobile

Marseille, ville des métaux et de la vapeur au XIXe siècle

 | 
Olivier Raveux

Deuxième partie. La montée en puissance (1831-1846)

Chapitre V. Les hommes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au début des années 1970, les travaux de Paul Bairoch ont attiré l’attention sur le rôle majeur des artisans dans la constitution des secteurs représentatifs de l’industrialisation de la première moitié du xixe siècle1. Les apports de l’artisanat – réservoir humain, technique et financier – ne sont certes pas l’unique facteur de formation des industries « modernes ». Ils restent toutefois un facteur préalable déterminant surtout dans les secteurs de la métallurgie et de la construction mécanique. La transformation des artisans et des ouvriers de la petite métallurgie en fondeurs et en mécaniciens modernes a été mise en évidence par les études fondatrices de A. Musson et d’E. Robinson pour la région de Manchester2 et de Maurice Daumas pour la France3. Le phénomène est aujourd’hui bien connu. La faiblesse des liens entre la technologie et la science, surtout dans le premier tiers du xixe siècle, et la nature relativement peu complexe des techniques employées dans la métallurgie et l’i...

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search