Version classiqueVersion mobile

Gens du roc et du sable

 | 
Catherine Baroin

Textes de Charles Le Cœur

Pendant une année, un jeune savant français, M. Le Cœur, a séjourné au Tibesti1

Note de l’éditeur

Il rapporte sur les populations Teda – ou Tebou – une incomparable documentation et nous accorde, dans une interview la primeur des résultats de sa mission

Texte intégral

  • 1 1935, La Nouvelle Dépêche – organe de la France extérieure, 2e année, 129, samedi 30 mars 1935, p.  (...)

1M. Le Cœur, ancien élève de l’Ecole normale supérieure, revient du Tibesti où il a séjourné pendant une année entière pour en étudier les populations ; les résultats qu’il a acquis justifient pleinement l’importante mission dont l’avaient chargé l’institut d’Ethnologie et la Fondation Rockefeller. Est-il besoin d’ajouter que la cession d’une partie du Tibesti à l’Italie ajoute à ses recherches un intérêt d’actualité tout particulier.

2Avec une grande amabilité, le jeune savant a bien voulu nous exposer les conditions et les résultats de ses travaux qui apportent des données toutes nouvelles sur les populations tebou – ou, plus exactement, teda – si curieuses et encore assez mal connues.

3Accompagné de sa femme, qui fut pour lui une collaboratrice précieuse et infatigable, M. Le Cœur gagna Bardaï, au cœur du Tibesti, en empruntant les services de la Compagnie transsaharienne jusqu’à Niamey, puis en rejoignant Fort-Lamy et en remontant par Faya et Zouar.

Au point le plus éloigné de notre empire

4– A Bardai – nous dit-il – je me trouvais au point le plus éloigné de notre domaine colonial, au moins au point de vue postal puisque les lettres mettent trois mois à y parvenir. J’ai séjourné au Tibesti du mois de février au mois de décembre.

5– Quelle est l’aire d’habitat des Teda ?

6– Ce sont essentiellement des montagnards qui habitent le massif du Tibesti, mais on en trouve aussi quelques groupes dans le sud de la Tripolitaine et dans les oasis du Kaouar. Il ne faut pas les confondre avec les Daza qui sont, eux, des gens de la plaine habitant plus particulièrement au sud du Tibesti.

7– Sont-ils nombreux ?

8– Le capitaine Schneider les a dénombrés avec méthode ; il en a compté 6 000. Si peu nombreux qu’ils soient, les Teda forment un groupe humain absolument à part, au point de vue géographique, ethnographique, linguistique. Tout en conservant l’ossature et les caractéristiques sociales de la race blanche, ce sont les plus noirs – ou les plus noircis – des Sahariens.

Rivaux et admirateurs des Touaregs

9« Ils ont une grande admiration pour les Touaregs, avec lesquels ils ont des relations, et ils les considèrent comme des gens riches et courageux, plus courageux qu’eux-mêmes.

10– Ce sont des musulmans ?

11– Oui, sans doute depuis la fin du XVIe siècle seulement ; une deuxième vague d’islamisation a eu lieu vers 1870 avec des missionnaires de la Senoussia.

12« Leurs monuments religieux se résument à des enceintes sacrées qui servent notamment à des sacrifices agraires qui sont extrêmement curieux.

13– Leur langue se raccorde-t-elle à quelque autre dialecte africain ?

14– On n’a pu, jusqu’à présent, établir quelle pouvait être sa filiation. Le parler des Teda, qui ne comporte d’ailleurs aucune écriture, garde encore tout son mystère.

Un peuple de montagnards

15« Ces montagnards sont des gens fermés, repliés sur eux-mêmes, silencieux, bien différents à cet égard des Noirs et des Arabes.

16« Leur costume ? Le suroual et la grande chemise pour les hommes, des étoffes bleues portées en drapé pour les femmes.

17– Des étoffes que les Teda fabriquent ?

18– Non point. Ce sont pour la plupart des tissus nippons et il est vraiment curieux de voir ces primitifs sahariens portant des vêtements avec des caractères japonais.

19« Quant à l’habitation, elle consiste en tentes de nattes, en huttes ou en maisons de roseaux.

20« Le matériel des Teda est des plus pauvres ; ils ne fabriquent que quelques objets de vannerie et de cuir. Le travail du fer est réservé à une caste de forgerons, méprisés parce qu’ils chantent et que le fait de chanter devant une femme est considéré comme une inconvenance ».

Une incomparable panoplie d’armes

21– On parle fréquemment des couteaux de jet utilisés par les Teda.

22– Oui c’est – ou plutôt, c’était – une de leurs armes. Leur armement traditionnel est d’ailleurs très complet : lances, sagaies, épées, et même casques et cotte de mailles d’importation du Ouadaï – sans oublier les fusils.

23Au demeurant M. Le Cœur a réuni une très remarquable documentation ethnographique qui fera l’objet d’une exposition au Musée d’Ethnographie. Jusqu’ici aucune collection n’avait été réunie sur cette étrange population.

24En outre, M. Le Cœur rapporte d’importantes séries de photographies et un film qui viennent compléter les observations et notations qu’il a méthodiquement réunies sur toutes les manifestations de la vie humaine au Tibesti.

Le Tibesti franco-italien...

25Il nous reste une dernière question à poser à M. Le Cœur :

26– Que pensez-vous de l’accord franco-italien sur le Tibesti ?

27– Je n’en parlerai qu’au point de vue local, nous dit-il. L’installation des Italiens dans le Tibesti implique une très étroite et très confiante collaboration entre les autorités de nos deux pays, sinon l’administration du pays sera des plus difficiles.

28– Les territoires concédés ont-ils une importance réelle ?

29– Il ne m’appartient pas de le dire.

30Et M. Le Cœur d’ajouter en souriant :

31– En tout cas, en leur abandonnant l’oasis d’Aozou, nous avons fait don aux Italiens du seul jardin potager qu’on avait réussi à créer au Tibesti...

Notes

1 1935, La Nouvelle Dépêche – organe de la France extérieure, 2e année, 129, samedi 30 mars 1935, p. 1-2.

© CNRS Éditions, 2002

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search