Version classiqueVersion mobile

Marseille, ville des métaux et de la vapeur au XIXe siècle

 | 
Olivier Raveux

Deuxième partie. La montée en puissance (1831-1846)

Chapitre IV. Les facteurs du démarrage

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Créer une fonderie ou un atelier mécanique suppose un investissement de départ relativement lourd. Les entrepreneurs attendent généralement la constitution d’une demande suffisamment forte et régulière avant de se lancer dans une initiative où le risque financier est important. L’exemple de James Watt, auteur d’une remarquable anticipation sur le marché des machines pour les exploitations minières, est exceptionnel. Comme l’a montré le timide développement de la Restauration, l’industriel marseillais est prudent. Il construit toujours sa réussite sur l’existence préalable de marchés importants. Jusqu’en 1830, la demande marseillaise en produits métallurgiques et en machines était faible. L’absence certaine de débouchés suffisants s’ajoutait donc à la prudence locale dans le domaine des activités de fabrication pour dissuader toute initiative de création de fonderies ou d’ateliers modernes de mécanique.

Le panorama change en profondeur avec la monarchie de Juillet. Marseille entame sa...

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search