Version classiqueVersion mobile

Gens du roc et du sable

 | 
Catherine Baroin

Textes de Charles Le Cœur

Une chambre des hôtes dans la ville morte de Djado1

Texte intégral

  • 1 Notes africaines, Dakar, I.F.A.N., n° 20, octobre 1943, p. 9-10.

1La palmeraie de Djado, comme disent les Français, ou de Brao, comme disent les Toubou, se trouve au sud du massif de ce nom, à un kilomètre environ de la falaise déchiquetée de grès. Le voyageur qui arrive du désert éprouve une forte impression de dépaysement à pénétrer sous ces hauts palmiers, au bord de ces mares grouillantes de moustiques. Mais ce n’est rien auprès de sa stupeur, quand il se trouve au pied de la ville morte, que de loin il avait prise pour un rocher.

Fig. 24 – La ville morte de Djado

(Cliché Marguerite Le Cœur, 1943.)

2Il devine qu’elle est bâtie sur une butte, probablement de grès, au centre du demi-cercle de mares. Mais le sol naturel n’apparaît plus nulle part. Un immense amoncellement de pierres à bâtir sombres, faites de petits blocs irréguliers et comme rangés, qu’on appelle ici pierres de natron, a tout recouvert. Noyées dans du pisé, elles ont fait de cette butte une gigantesque fourmilière, à l’extraordinaire dédale de murs, de ruelles jonchées de débris, de passages souterrains, de maisons creusées en contre-bas, qui s’enchevêtrent et se superposent. Des restes de tours de garde et de remparts crénelés dominent cet ensemble, où tout évoque le grouillement humain, brusquement frappé de silence et de mort.

3Au plus haut point, une tour de garde parmi les plus grandes a particulièrement bien conservé sa pièce supérieure qui rappelle, en plus petit, la chambre de réception qu’on trouve à l’angle le plus élevé des kasba berbères du Maroc. Elle a environ quatre mètres dans sa longueur orientée est-nord-est, ouest-sud-ouest, et deux à trois mètres dans sa largeur. Le premier regard, en entrant, est pour un escalier qui, dans le coin nord-est, conduit à la terrasse.

4Il est fait d’une charpente de palmier, mais entièrement maçonné de terre. Au ras du sol, une sorte de grande chatière, qui fait penser au trou d’un four, permet d’introduire quelques objets dans sa cavité, qui servait peut-être de magasin. Au pied de l’escalier, une porte basse de un mètre de hauteur conduisait à une autre pièce, qui est aujourd’hui effondrée. Dans le coin opposé, la porte par laquelle nous sommes entrés atteint près de 1 m 70 de hauteur. On y accède de la rue par un escalier très raide. Tout à côté, au centre de la face tournée (en gros) vers l’ouest, une nouvelle porte basse est au contraire de plain pied avec l’extérieur (fig. 1).

Fig. 1 – Plan de la pièce supérieure.

Fig. 1 – Plan de la pièce supérieure.

5A l’intérieur, les murs sont revêtus d’un enduit blanc argilo-calcaire. Leur épaisseur atteint une vingtaine de centimètres. Des trous, à demi-percés çà et là, montrent que les anciens habitants de cette pièce ou les hôtes de passage qui leur ont succédé ont enfoncé au hasard des bâtons pour suspendre leurs affaires. Selon la loi qui veut que le graffito appelle le graffito, des Français ont charbonné le nom de Djado ou grossièrement dessiné l’étoile nord-africaine à cinq branches ; des Toubou ont gravé leurs marques de chameau, ou l’image de l’animal lui-même (avec une énorme bosse en forme de triangle isocèle, de la queue à la base du cou), ou enfin – idée bien toubou qui ne serait venue à l’idée d’aucun Européen – l’empreinte de leurs sandales.

6Le sol, qui sert de plafond à la salle du dessous, est fait d’une couche de terre durcie. Un bourrelet arrondi isole du reste de la pièce le seuil de la porte d’entrée. Cette couche de terre repose sur une natte de feuilles de palmier, qui repose elle-même sur un lit de gaulettes, qui repose lui-même sur une charpente de troncs.

7Le plafond, qui sert de sol à la terrasse, est le plancher vu à l’envers. Quatre troncs de palmier doum enfoncés dans les murs longitudinaux le soutiennent. Au-dessus se trouvent le lit de gaulettes, puis la natte, puis la terre durcie. Cependant, il faut noter une particularité, qu’on n’aperçoit pour le plancher que si l’on est dans la pièce inférieure. A l’intérieur de chacun des cinq compartiments déterminés par les troncs de la charpente s’élance d’un mur à l’autre une gerbe de longues nervures de palmier soigneusement ligaturées par une corde qui s’enroule en cordon continu autour d’elles. Ces gerbes renforcent sans doute l’homogénéité du lit de gaulettes auquel elles sont attachées. Elles servent en outre de support à des gerbes beaucoup plus courtes et plus minces, de deux ou trois nervures seulement, non encordonnées, qui se croisent sur elles, en prenant pour leurs pieds appui sous les troncs. Le but de ces croisillons semble simplement de satisfaire l’œil (fig. 2).

8La décoration de la pièce est en effet assurée :

  1. par cette disposition du plafond ;

  2. par le blanchîment des murs ;

  3. par trois cavités triangulaires hautes d’une trentaine de centimètres et disposées sur la même ligne du côté sud (la cavité du centre, complètement percée, sert de fenêtre ; les deux autres sont restées fermées et peuvent servir seulement de petites étagères) ;

  4. par la porte basse de la face ouest, qu’encadre une double ligne de bourrelets de terre, qui se rejoignent au sommet en polygones irréguliers.

9L’ensemble témoigne de beaucoup de travail et de soin. La solitude et l’abandon y règnent aujourd’hui. Cependant, quand on regarde par la fenêtre, on aperçoit, de l’autre côté des mares, quelques cases de natte toubou. Elles sont vides en ce moment, car leurs propriétaires, qui fuirent les moustiques de l’hiver, sont allés faire paître leurs chèvres du côté d’Orida, et ne reviendront que pour la récolte des dattes. Cette douzaine de huttes nomades, inoccupées les trois-quarts de l’année, sont tout ce qui subsiste du pullulement ancien.

10Le contraste est tellement saisissant que les indigènes ne peuvent s’empêcher d’attribuer la fondation de cette ville morte aux géants Soo, dont leurs légendes font les premiers habitants de la Terre, et que les Européens, pour expliquer sa ruine, songent volontiers au dessèchement du Sahara.

11Pourtant la conservation des matériaux de bois – même en tenant compte des conditions exceptionnellement favorables de sécheresse – ne permet pas d’en reporter la construction très loin dans le passé. D’autre part, les villes kanouri de Dirkou, de Bilma et d’Agram (Fachi), encore bien vivantes aujourd’hui, sont bâties exactement de la même façon, et l’on ne voit pas en quoi les jardins qui les entourent sont plus favorisés par la nature qu’ils pourraient l’être à Djado. Ce dernier point ne serait-il pas tout simplement une vieille ville kanouri abandonnée à une période assez récente devant les progrès de l’insécurité ?

12Nous tâcherons de le montrer dans un article ultérieur sur la mort et la résurrection de Séguédine, village situé à mi-distance entre Djado et Bilma. Mais des sondages archéologiques dans le genre de celui-ci sur d’autres parties du Sahara central aideraient sans doute à résoudre la question, ou du moins à la poser avec exactitude.

Fig. 2 – Plafond de la salle du dessous*.

Fig. 2 – Plafond de la salle du dessous*.

* Ce dessin semble erroné, dans la mesure où il ne correspond pas au texte qu’il illustre. En effet, si 4 troncs de palmier doum déterminent 5 compartiments dans la charpente, le dessin devrait être le suivant :

Il y a tout lieu de penser que ces graphiques ne sont pas ceux de l’auteur (note C. Baroin).

Fig. 25 – Abreuvage des troupeaux par les esclaves en Egueï (1933)

(Cliché Charles et Marguerite Le Cœur).

Notes

1 Notes africaines, Dakar, I.F.A.N., n° 20, octobre 1943, p. 9-10.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/38147/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Fig. 1 – Plan de la pièce supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/38147/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Fig. 2 – Plafond de la salle du dessous*.
Légende * Ce dessin semble erroné, dans la mesure où il ne correspond pas au texte qu’il illustre. En effet, si 4 troncs de palmier doum déterminent 5 compartiments dans la charpente, le dessin devrait être le suivant :
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/38147/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Il y a tout lieu de penser que ces graphiques ne sont pas ceux de l’auteur (note C. Baroin).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/38147/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/38147/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

© CNRS Éditions, 2002

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search