Version classiqueVersion mobile

Gens du roc et du sable

 | 
Catherine Baroin

Textes de Charles Le Cœur

Un Toubou conciliateur de l’islam et du christianisme1

Note de l’éditeur

La Revue des Etudes Islamiques, qui n’a pu, de son vivant, obtenir de ce sociologue si pénétré d’humaine psychologie un texte dans le sens de son étude sur « Le rite et l’outil », remercie Le Coeur de lui avoir communiqué ce texte, que notre ami Théodore Monod lui avait réclamé d’autre part, nous devançant même pour sa parution (cf. Travaux de l’institut de Recherches Sahariennes, t. III, 1945) (N.d.l. R.).

Texte intégral

  • 1 1945, Travaux de l’institut de recherches sahariennes, Université d’Alger, 3, p. 155-159. Réédition (...)

1Aba Moussa est un homme qui semble avoir dépassé la cinquantaine, presque un vieillard en ce pays, convenablement mais pauvrement vêtu. Un de ses fils habite la Nigéria, un autre est planton de l’Administration du Cercle de Zinder. Lui-même vit, avec sa femme, du travail de ses mains, dans une petite propriété à quelques kilomètres de cette ville, et il apparaît comme le type du vieux paysan haoussa, à la parole lente, respectueux et digne à la fois.

2Il est pourtant de pur sang toubou, de la race des nomades du Tibesti, cousins noirs des Touaregs, maigres, osseux et secs, coupeurs de route rapaces et rebelles à tout joug. Son grand-père habitait Bilma. C’était un marabout, qui suivait un sultan du Bornou et finit par se fixer à Zinder avec un petit groupe du clan des Musawé. Peu à peu ces Toubou s’appauvrirent. Les réquisitions de chameaux lors de la révolte de Kaocen en 1917 achevèrent de les ruiner. Aujourd’hui ils sont devenus cultivateurs et se sont à peu près fondus avec la population béri-béri et haoussa. Ils gardent la marque de chameaux de leur clan et respectent son interdit (la chair de l’antilope koba) ; mais ils ont oublié leur dialecte téda pour le haoussa. Cependant, Aba Moussa a gardé des relations avec le Kaouar et m’a chargé d’une commission pour un de ses frères à Bilma à propos de palmiers que leur père leur avait laissés en héritage à Fachi.

3 Dans sa jeunesse Aba Moussa a fait d’assez bonnes études coraniques, et il a même quelques notions, très primaires à la vérité, de la littérature islamique. S’il l’avait voulu, il aurait pu se poser en marabout comme son grand-père et gagner en ce pays une certaine réputation de science. Mais le hasard l’a mis en rapport avec des missionnaires des missions évangéliques, à qui il a servi de professeur de haoussa et qui lui ont faire lire l’Evangile. Aujourd’hui il se considère comme chrétien, sans cependant renier l’islam, et les raisons qu’il donne de cette attitude, déjà curieuse en elle-même, sont tout à fait dignes d’intérêt.

4C’est au nom du Coran qu’il condamne la pratique musulmane. D’abord au point de vue moral. Le Coran, dit-il, flétrit le mensonge, le vol, la débauche, et les Musulmans (de ce pays) mentent, volent, commettent l’adultère, prévariquent partout, toujours, et sans remords. L’absence de moralité des marabouts, leur rapacité, leur exploitation de la crédulité publique par la vente des gris-gris, leur corruption enfin, indignent particulièrement Aba Moussa. Un seul personnage religieux dans la région trouve grâce à ses yeux : c’est l’ancien cadi de Zinder, mort aujourd’hui, qui était, paraît-il, un homme juste. Malheureusement il ne savait résister aux sollicitations de son fils, et il suffisait, ajoute Aba Moussa, d’acheter ce dernier.

5D’autre part le Coran proscrit l’idolâtrie, et qu’est-ce que les gris-gris, qu’est-ce même que les grandes génuflexions de la prière, qu’on faisait autrefois devant les divinités païennnes dont parle la Sourate de l’Etoile (AlLât, Al-Ouzza, Manât) et que les marabouts du Niger enseignent sans doute à faire machinalement, sans y mettre aucune piété intérieure, qu’est-ce enfin que l’adoration de la pierre de la Kaâba, reste des trois cent soixante idoles renversées par Mahomet et dont Omar lui-même disait qu’elle n’était qu’un caillou qu’il n’aurait pas l’idée de vénérer si le Prophète ne l’avait prescrit, sinon des actes d’idolâtrie ?

6Enfin et surtout, en d’innombrables versets, dont Aba Moussa connaît la référence par coeur, le Coran ordonne le respect et l’amour du Christ, fils de Marie, serviteur de Dieu qui l’a fait naître miraculeusement. Les Musulmans ne devraient-ils pas pratiquer cet amour et lire l’Evangile ? Et n’est-ce pas là le contraire qu’ils font ?

7On voit qu’Aba Moussa ne craint pas de critiquer certains points de détail de l’enseignement de Mahomet lui-même, d’opposer tout au moins l’esprit à la lettre. Mais, au léger ennui des missionnaires, il maintient ferme que Mahomet était un prophète, un inspiré de Dieu, dont les hommes seuls ont altéré l’enseignement.

8Sur deux points seulement le Coran lui semble formellement dans l’erreur : quand, suivant la tradition de l’hérésie docète, il affirme que ce n’est pas le corps même du Christ, mais un fantôme substitué par Dieu qui a été crucifié, et quand il dit que Mahomet est le Sceau, c’est-à-dire le dernier des prophètes. Le Christ, objecte Aba Moussa, a prédit qu’il viendrait après lui des hommes inspirés de Dieu ; Mahomet en est un ; mais il n’y a pas de raison de penser qu’il ne puisse plus y en avoir d’autres.

9Ces points mis à part, il arrive à Aba Moussa de préférer l’enseignement du Coran à la fois à la pratique de ses compatriotes et à la doctrine des missionnaires : pourquoi les Musulmans s’enorgueillissent-ils d’avoir plusieurs femmes. Mais il ajoute qu’il vaut mieux en avoir deux que d’être infidèle à une seule : n’est-ce pas sage ? (La position personnelle d’Aba Moussa a été simplifiée du fait que sa première femme s’est brouillée avec lui quand il s’est converti. Il a donc pu la répudier d’accord avec elle et garder seulement la seconde qui est plus compréhensive).

10Tel est l’exposé que m’a fait Aba Moussa de ses idées. On peut se demander ce qu’elles valent.

11Il est évident qu’Aba Moussa s’écarte du Coran sur plus de points qu’il ne l’avoue. Le culte de la Kaâba et la Prière ne sont pas seulement des usages ; ils sont expressément prescrits par le Coran qui, sans indiquer à vrai dire aucun geste précis, ne s’en réfère pas moins indubitablement aux rites conservés par la tradition. D’autre part Aba Moussa, qui obéit pour son compte au droit musulman, reconnaît qu’il n’est pas juste que la part d’héritage des filles soit moindre que celle des garçons : n’est-ce pas en contradiction avec ce que dit la Sourate des Femmes ? Enfin et surtout le Coran enseigne que Jésus n’est pas fils de Dieu. Il est vrai que ce n’est pas pour le diminuer, mais au contraire pour le défendre contre les attaques des Juifs. Le texte du Coran n’en est pas moins formellement opposé sur ce point au texte de l’Evangile, et il est d’autant plus curieux qu’Aba Moussa ne m’en ait pas parlé que c’est le grand argument des marabouts contre les missionnaires chrétiens.

12Qu’aurait-il répondu si je lui avais fait ces objections ? Aurait-il cherché des faux-fuyants ? Un historien moderne n’aurait pas de peine à en trouver. Ces textes ont passé à travers tant de traductions, ils proviennent de milieux où le sens des mots et les problèmes posés étaient si différents qu’ils se prêtent à toutes les casuistiques. Mais Aba Moussa n’est ni assez instruit ni assez subtil pour être casuiste. Je crois qu’entre le texte du Coran et celui de l’Evangile, c’est ce dernier qu’il aurait préféré, et qu’il aurait reconnu que le Coran se trompe ou peut-être a été altéré sur plus de points qu’il ne l’aurait d’abord cru. Mais surtout il aurait été peiné, et c’est pourquoi je me suis abstenu.

13Son embarras se marque dans sa pratique religieuse. Il a renoncé, nous l’avons vu, à la prière musulmane. Il vient quelquefois au culte évangélique de Zinder. Surtout il prie seul dans sa chambre, assis par terre, la tête entre les mains. Je ne sais s’il récite le Notre Père en haoussa, ou s’il médite : de toutes façons, c’est un moment de concentration religieuse inspiré de l’usage chrétien. Et néanmoins Aba Moussa refuse de se faire baptiser, pour ne pas rompre tout lien avec ses compatriotes musulmans, pour pouvoir, dit-il, continuer à parler avec eux dans l’intérêt même du christianisme.

14Au fond il est pris entre son attachement aux familles de missionnaires et son attachement aux siens, et surtout entre son respect pour le Coran et son respect pour l’Evangile. Il ne voudrait sacrifier aucun de ses deux amours. Toute la pointe de sa pensée est dirigée contre les marabouts corrompus, ignorants et superstitieux, infidèles au Coran et hostiles à l’Evangile. En parlant d’eux, ce petit-fils de marabout, droit, libre, est sûr d’avoir raison. Le reste l’intéresse moins.

15Aba Moussa s’apparente donc, sans les connaître, aux réformateurs wahabites qui veulent délivrer l’islam d’un maraboutisme dégénéré et le ramener aux strictes pratiques de la primitive communauté de Médine. Mais il va plus loin qu’eux, et c’est à la toute première communauté mecquoise, au temps où Mahomet n’avait pas encore conscience de s’opposer aux Chrétiens ni aux Juifs et de fonder une secte nouvelle, que notre toubou revient.

16Sous cette forme, il a peu de chance d’avoir beaucoup d’imitateurs. Mais son cas a la valeur d’un symptôme. Il prouve que la révolte contre le maraboutisme qui secoue à l’heure actuelle tout le monde musulman peut naître spontanément dans une âme candide et consciencieuse, en dehors de tout courant intellectuel, en un coin perdu de l’Afrique.

Notes

1 1945, Travaux de l’institut de recherches sahariennes, Université d’Alger, 3, p. 155-159. Réédition 1948 in Revue des études islamiques, Paris : Geuthner, p. 85-88.

© CNRS Éditions, 2002

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search