Version classiqueVersion mobile

Marseille, ville des métaux et de la vapeur au XIXe siècle

 | 
Olivier Raveux

Première partie. Les héritages

Conclusion de la première partie. Entre l’archaïsme des structures et la dynamique humaine

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1830, contrairement à ce que l’on peut observer pour plusieurs régions méditerranéennes, les prédispositions marseillaises permettant d’établir dans la ville une industrie moderne de la métallurgie et de la construction mécanique sont présentes mais dans des proportions limitées. Le système technique en place, solidement ancré, est encore archaïque. Les minerais de toutes sortes font défaut, tout comme les gisements de houille. Tous les éléments qui pourraient concourir à donner naissance à des marchés potentiels sont encore absents, ou frappés par un état de croissance si faible qu’ils ne sont pas susceptibles de provoquer des bouleversements suffisants. L’industrie a certes progressé, mais d’une manière trop lente. Les premières commandes de biens d’équipement (machines à vapeur, chaudières motrices et calorifères, pièces de métaux en fer ou en cuivre) sont apparues. Elles sont néanmoins très irrégulières et représentent un marché trop restreint. Les entreprises ont donc recour...

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search