Version classiqueVersion mobile

Gens du roc et du sable

 | 
Catherine Baroin

Textes de Charles Le Cœur

Humour et mythologie1

Texte intégral

  • 1 1943, Notes africaines, Dakar : Institut français d’Afrique Noire (I.F.A.N.), 19, p. 4-5.

1En enquêtant sur les endroits interdits totémiques dans le petit massif saharien de Djado, au nord de Bilma, je suis tombé sur un cas particulier, qui vaut peut-être la peine d’être dit pour la façon pittoresque dont il me fut conté.

2Le totem des habitants de Djado (autrefois Kanouri, aujourd’hui des Toubou-Téda) est un petit lézard, qui jadis sauva leurs ancêtres en battant de sa queue sur un tambour abandonné pour les avertir de l’arrivée des ennemis. En reconnaissance de ce service, les gens de Djado ne doivent ni manger, ni tuer, ni même laisser tuer cet animal, et mon interlocuteur me mima avec véhémence les gestes menaçants par lesquels on retient un enfant ou un étranger de commettre ce crime. Impressionné, je lui demandai ce qui arrivait si quelqu’un passait outre. Dans ce cas, me répondit le Toubou, les gens de Djado exigent le prix du sang, c’est-à-dire ajouta-t-il en éclatant de rire, sept crottes de chameau.

3Ce fait m’a remis en mémoire une métamorphose d’homme en animal (ou d’animal en homme) à laquelle j’ai assisté, réellement assisté, dans le massif de Termit, sur la route entre Gouré et Bilma. Nous formions une caravane de dix chameaux avec comme chameliers quatre Toubou-Daza et comme cuisinier un Banda de Fort-Lamy. Le massif de Termit est le début du désert, quand on va vers le nord. La vie animale se réduit à de tout petits lézards qui courent sur le sable avec la rapidité de l’éclair, pour disparaître brusquement dans un trou. De temps en temps, on aperçoit dans le lointain les taches blanches d’un troupeau d’antilopes. Les touffes d’herbe et les arbres n’apparaissent plus que par points isolés, et parfois manquent tout à fait. Il n’y a naturellement aucune trace de vie humaine.

4Aussi fûmes-nous très étonnés de voir, le soir du second jour, un chien surgir on ne sait d’où, s’approcher de notre campement et venir se chauffer à notre feu dont la lueur l’avait probablement attiré. Nos chameliers et notre cuisinier eurent pitié de sa maigreur et lui donnèrent un peu de leur mil, qu’il mangea avidement. Le lendemain matin tout le monde se réjouit de la présence de ce nouveau compagnon, avec lequel les Daza se proposaient de chasser l’antilope. Mais quand vient le moment du départ, rien ne put émouvoir le chien. Pelotonné sur lui-même, les yeux clos, les côtes saillantes, il semblait incapable de bouger, trop faible même pour s’apercevoir qu’il faisait jour.

5Nous partons tout de même, sûrs que la peur d’être abandonné dans le désert l’obligera à nous suivre. Mais il continue à dormir. La situation devient embarrassante. Il est impossible de le laisser mourir de faim ; il est difficile de renoncer à l’espoir d’en faire un compagnon de chasse. Au bout de trois cents mètres, deux de nos Daza décident de revenir en arrière le chercher et le mettre sur un chameau. Mais quand ils ne sont plus qu’à quelques pas de lui, le chien brusquement se lève et décampe à toutes jambes, comme si toute la faiblesse qu’il montrait tout à l’heure n’avait été qu’une feinte pour se faire nourrir et chauffer. Arrivé hors de portée, il s’assied sur son train de derrière pour attendre tranquillement une autre caravane.

6Il n’y a là sans doute qu’une suite de hasards. Mais nous nous étions tellement trompés dans l’idée que nous nous étions faite de ce chien que nous en restons interloqués. Puis le cuisinier Banda s’écrie : « Je crois que ce chien est un homme déguisé », et le rire général, dans lequel se détendit l’absurde velléité d’indignation que chacun de nous avait senti monter en lui, contre ce chien comme contre un escroc prouva qu’il avait trouvé le mot de la situation. L’an prochain peut-être, en repassant par ce point, les Toubou l’appelleront la cuvette de l’homme changé en chien, comme ils parlent de la passe de la tortue (nurunga) parce qu’un jour un passant y a trouvé une tortue, ou de la cuvette des râles (voldo), parce qu’un voyageur en dormant y a gémi comme un boeuf qu’on égorge. Qui sait si un mythe nouveau n’est pas né ?

7Certes, il ne faut pas exagérer la portée de ces faits. Il y a aussi un totémisme grave ; il y a, dans la forêt, des légendes d’hommes panthères, dont s’autorisent de véritables bandits. La superstition a mille visages : de vertu et de crime, de fantaisie ailée et de morne crédulité. Tout ce que nous avons voulu prouver est qu’il lui arrive également d’avoir un visage d’humour, et que le sourire d’Ovide ou le rire d’Aristophane peuvent se trouver non seulement à la fin, mais à l’origine d’une mythologie.

Notes

1 1943, Notes africaines, Dakar : Institut français d’Afrique Noire (I.F.A.N.), 19, p. 4-5.

© CNRS Éditions, 2002

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search