Version classiqueVersion mobile

Marseille, ville des métaux et de la vapeur au XIXe siècle

 | 
Olivier Raveux

Première partie. Les héritages

Chapitre III. Le dynamisme de l’artisanat

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au tout début du xixe siècle, la métallurgie est un secteur d’activité très marginal à Marseille. La ville a un passé médiocre dans le travail des métaux et se trouve frappée par des handicaps difficilement surmontables. Le sous-sol de la région est pauvre en minerais et le bois nécessaire à la production de fonte est rare. Le débit des rivières est peu important, voire inexistant durant les mois d’été. Il est incapable d’offrir une force motrice suffisante aux forges ou martinets. Enfin et surtout, la demande en produits métallurgiques reste très faible. Les divers types de métaux ont des niveaux d’importance très différents. Depuis toujours, le fer et le cuivre se travaillent peu. Pour les produits fabriqués à partir de ces métaux, Marseille se fournit à l’extérieur de son territoire, en France ou à l’étranger. Seul le plomb a une histoire plus consistante. Il a donné naissance à un commerce actif sous l’Ancien Régime. Une industrie de la grenaille est apparue à la fin du xviie si...

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search