Version classiqueVersion mobile

Gens du roc et du sable

 | 
Catherine Baroin

Textes de Charles Le Cœur

Le système des clans au Tibesti1

Conférence prononcée en 1935, à Paris

Texte intégral

  • 1 Etudes nigériennes n° 1, in Mémoriam Charles Le Coeur, I.F.A.N., Niger, 1953, p. 11-16.

1Le meilleur moyen d’exposer le système des clans au Tibesti est de raconter comment je suis arrivé à le débrouiller grâce aux enquêtes menées parallèlement à la mienne par les officiers français, qui, en 1933 et 1934, commandaient le territoire. Il y a là, je crois, un exemple intéressant de la manière dont peut s’organiser spontanément la recherche scientifique dans les territoires d’outre-mer.

2Le Tibesti dont les sommets, l’Emi Koussi, le Toussidé, dépassent 3 000 mètres, est le massif le plus important du Sahara, au sud-est du Hoggar sur le méridien qui va de Tripoli au lac Tchad à la hauteur du Tropique. Il est habité par 6 000 Téda, semi-nomades vivant du produit de leurs troupeaux de chèvres et de moutons sans laine, et des cultures d’une douzaine de palmeraies qu’entretiennent en hiver les esclaves et les vieillards. Les riches Téda possèdent quelques chameaux qu’ils font pâturer au pied de la montagne, au débouché des vallées à rivière souterraine. Ils ne sont donc qu’à demi montagnards et restent en rapports étroits avec leurs parents des plaines du Borkou et de Tchigaï, entre le Kawar et le Tibesti de l’ouest.

3La valeur économique du Tibesti est nulle pour les Européens, et c’est seulement afin d’empêcher qu’il constituât un centre de rezzous contre le territoire du Tchad que l’Administration française le fit occuper par une compagnie de tirailleurs noirs. A peu près au moment où je suis arrivé, en automne 1933, le capitaine Schneider qui la commandait alors, entreprit avec l’aide de ses officiers un vaste inventaire de ce que la tradition administrative appelait les tribus téda, et que je préfère nommer les clans, parce qu’il s’agit aujourd’hui, comme nous le verrons, d’institutions domestiques beaucoup plus que politiques. Le capitaine Schneider appliqua la méthode des généalogies en ligne paternelle, et par des interrogatoires qui atteignirent plus d’une centaine d’individus choisis parmi les plus compétents en la matière, il dressa un historique des familles téda, qui restera comme un document historique capital.

4Le lieutenant Réquin, commandant le poste de Bardaï où je passai l’hiver, eut l’amabilité de me tenir au courant de ses propres interrogatoires. Historiquement les résultats furent assez vite nets. Ils permettent essentiellement de distinguer deux groupes, celui des clans autochtones (ou du moins très anciennement établis au Tibesti), et celui des clans d’origine étrangère : les premiers, Berdoa (Cerdégéa, Zourya, Kocheda) Ederkia, Foctoa, Odobaya, Kééssa, Goboda, Dirsina, Emmeouya, se rattachent aux premiers habitants du pays connus sous le nom injurieux de Terbouna (gardiens d’ânes), de Kida (chiens), de Fountia. Ils ne sont pas fiers de leur ascendance et la dissimulent volontiers.

5Les autres viennent de tous les points cardinaux. De Koufra : Forténa, Mahadena, Tezéréa ; de l’Ennedi : Héhéda, Mada, Tozoba ; du Borkou : Tchioda, Torama, Arnasouinga, d’où sont sortis les Derdékichia ; du Tchigaï : Gounda, Tomagra. Ces deux derniers clans se sont disputés la souveraineté du Tibesti. Les Gounda vaincus se sont presque tous concentrés au Kawar ; les Tomagra ont davantage pénétré le massif à qui ils fournissent son chef suprême le Derdé.

6La localisation actuelle de ces clans est plus incertaine. Sans doute les Kochéda se trouvent-ils en principe dans le Bardagué ; les Emméouya et les Derdékichia dans les palmeraies d’Aozou ; les Goboda sur le Tarso Goubone. Mais il n’y a pas de lieu où l’on ne trouve des membres de différents clans, ni de clans qui n’aient de membres dispersés dans tout le Tibesti. Dans le village d’Omou, par exemple, sur cinq hommes que j’ai interrogés, il y avait un Arné (singulier de Ama), un Tédémé, un Térenté, deux Tozoba ; l’un avait une mère Emméouyédo (do = féminin), deux autres Tozobédo, deux Tédémédo.

7Ce qui complique encore les choses c’est qu’à la classification ethnique des individus par clans d’origine, s’ajoute une classification géographique par lieu de naissance. La femme Emméouyédo dont je viens de parler m’avait été tout d’abord indiquée comme Aouzédo (d’Aozou). La distinction n’est pas toujours claire. Les Tarsoa désignent-ils un clan spécial ou tous les habitants des plateaux centraux appelés Tarso ? Et les Toudoufia, ceux de Toudoufi ? Les Zaouia, ceux de Zoui ? LesTamertioua, du Tarso Tamertiou ? Les Berdoa, de Bardaï ? Les Goboda de Goubone ? En gros, on peut dire que les clans les plus anciens sont d’origine géographique, les clans envahisseurs d’origine ethnique. Mais il tend à se créer de nouveaux clans d’origine géographique qui eux aussi donnent des généalogies, artificielles évidemment, mais peut-être pas plus que celles des autres. Il est à remarquer en effet que chacune des généalogies dont nous avons parlé aboutit à un ancêtre unique quoiqu’il soit bien évident que l’ancêtre des Tomagra ou des Tézéréa par exemple n’était pas venu seul au Tibesti. Bref, les clans sont des groupements d’origine mi-héréditaire, mi-territoriale, partiellement fictifs par conséquent, et comme les limites de cette fiction n’ont pas été conventionnellement fixées par une tradition précise, il paraît impossible d’établir une liste de clans qui échappe à tout arbitraire.

8Le hasard me mit cependant sur la voie d’un autre élément de classement, auquel j’aurais dû penser tout de suite, car il est général au Sahara : en me rendant aux sources sulfureuses de Soboro, je fus frappé par la vue d’un bloc de tuf couvert de dessins conventionnels. J’en demandai l’explication et j’appris que chacun d’eux représentait l’emblème d’un clan. Chaque clan possède en effet un blason, que ses membres sont fiers de graver sur du roc comme en ce cas, sur leurs cannes, sur leurs fouets, et plus pratiquement sur leurs chameaux et sur leurs ânes où il sert de marque de propriété. Il est formé de deux ou trois signes choisis dans une sorte d’alphabet d’une vingtaine d’images stylisées qui, à la manière des hiéroglyphes, sont censées représenter un pied d’âne, un pied de gazelle, une épée, un collier, une hache, un homme, un couteau de jet, une gaule, un fortin, des lanières de sac, etc. Parfois la représentation du même signe comporte des variantes d’un clan à l’autre (à vrai dire elle en comporte même d’individu à individu) ; d’autres fois au contraire la représentation est la même, mais dans l’ensemble cependant il y a une assez grande homogénéité ; et l’on peut classer les clans en groupes sont le blason se caractérise par l’emploi du même signe principal. Derdékichia et Emméouya ont en commun le pied d’âne. Le couteau de jet, signe principal du clan dominant des Tomagra, caractérise aussi de vieux clans de l’intérieur : les Goboda, les Kééssa, les Kochéda, les Tozoba. Les Derdékichia et les Emméouya le posèdent aussi comme signe secondaire. Des clans d’origine purement géographique comme les Tamertioua ont aussi le pied d’âne, parce que les Derdékichia et les Emméouya dominent parmi eux. Au contraire les Tarsoa ont le couteau parce que la plupart viennent des Tomagra. Mais peut-être leur attribue-t-on cette origine parce que pour une raison ou pour une autre, ils possèdent le signe. Ces groupements de clans par ressemblance de blason sont en effet assez complexes. Pour les Derdékichia et les Emméouya, il semble bien que la ressemblance provienne de la communauté d’origine territoriale ; en fait les Derdékichia ne sont qu’un rameau des Emméouya avec qui beaucoup de Téda les confondent encore. Quant aux vieux clans de l’intérieur qui ont adopté le couteau de jet des Tomagra, je serais tenté de croire que c’était un signe de vassalité.

9Combiné avec la tradition historique et l’habitat, le blason est une caractéristique précieuse du clan ; mais à lui seul il ne suffit pas non plus à le définir.

10De plus en faisant son enquête, le lieutenant Réquin découvrit une quatrième caractéristique : l’interdit de clan. J’ai essayé d’en faire l’inventaire et d’établir sur cette base une nouvelle classification des clans. Les Tomagra, les Gounda, les Oudréa, les Derdékichia, les Emméouya, les Arna Doukoïmi ne doivent pas porter le costume de cuir qui était autrefois le costume national du Tibesti ; les Mahadéna (peut-être de mahan : foie) s’abstiennent de manger du foie, les Dirsina, du coeur, les Mada, des rognons, les Tégaa de toutes les entrailles ; les Odobaya, les Kochéda, les Tézéréa doivent prendre garde que le manche de leur cuiller (quand ils en ont car c’est chose rare au Tibesti) ne touche pas la bouillie ; les Godoba et les Kééssa doivent se débarrasser des ânes au museau noir. Beaucoup d’interdits concernent la chèvre : les Ederkya ne ramassent pas le beurre qui est tombé par terre ; les Tozoba ne traient pas la chèvre qui vient de mettre bas ; les Foctoa ne mangent pas celle qui a crié pendant la nuit et qu’on trouve morte le lendemain, ni les Torama celle qu’un cheval a étranglée. Quelques clans ont plusieurs interdits. En plus des entrailles, les Tégaa doivent s’abstenir de manger du mouflon de même que les Térentra doivent s’abstenir de l’autruche (disparue aujourd’hui du Tibesti et qui vivait encore du temps de Nachtigal). Nous avons vu que les Tézéréa et les Odobaya se préoccupent du manche de leur cuiller. Les premiers doivent en outre éviter les chèvres qui ont une boulette de graisse sous les oreilles et ne pas se nourrir des pattes de devant d’aucune chèvre. Les seconds doivent respecter les corbeaux, parce que leur ancêtre, enfant abandonné, fut nourri par ces oiseaux. Ce dernier point est typiquement totémique mais je dois reconnaître qu’il ne constitue pas à proprement parler un interdit de clan, yugoté, comme les autres. Je ne sais ce que signifie cette nuance pour les Téda, mais ils me l’ont affirmé.

11A l’examen, beaucoup de ces interdits paraissent extraordinaires. Qu’est-ce que ce manche de cuiller, la chèvre morte subitement...? En causant avec les Téda, j’ai fini par m’apercevoir que l’idée d’interdiction n’est pas la première qui leur vient à l’esprit quand ils parlent de leurs yugoté. Ils pensent plutôt à se défendre contre les insultes des autres clans. Pour offenser un Tomagré ou un Derdékichié, il suffit de dire devant lui : « J’ai mis le costume de cuir » ; pour froisser un Odobayé ou un Tézéré, on dit : « J’ai mangé avec le manche de la cuiller ». C’est surtout à travers ces phrases de défi que l’interdit reste vivant.

12Tradition généalogique, habitat (plus ou moins effectif), blason, interdit, voilà quatre caractéristiques du clan. Le lieutenant Charbonneau, successeur à Bardai du lieutenant Réquin, m’en a fait connaître un cinquième, en me tenant au courant de procès portés devant son tribunal. Chaque vallée appartient en principe à un clan particulier. L’enchevêtrement des différents clans et la dispersion de leurs membres font que ces droits restent théoriques. Cependant ils ne sont pas sans importance. Dans un pâturage qui n’appartient pas à son clan, un Téda n’a pas le droit de casser les branches des arbres et doit attendre pour cueillir les céréales sauvages qu’un membre du clan propriétaire ait donné le signal. Ces droits de propriété des clans imposent donc une sorte de discipline économique.

13En récapitulant ces divers éléments dans des conversations avec les Téda qui devenaient de plus en plus larges à mesure que je savais mieux la langue, j’ ai enfin découvert une dernière caractéristique. Ce sont les surnoms : les Tomagra, les Gounda, les Oudréa, les Tézéréa, les Derdékichia, les Emméouya, sont surnommés : « Kochia » ce qui veut dire sage, seigneur. Tézéréa en plus, ce surnom recouvre donc le même clan que l’interdit du vêtement de cuir. On l’explique en disant que tous ces clans descendent d’une femme de Aozou, et c’est sans doute à cause de cette parenté que les Derdékichia et les Emméouya ont adopté comme marque secondaire le couteau de jet des Tomagra. D’autres surnoms sont difficilement explicables. On surnomme Odi, c’est-à-dire « sagaie », ou Edigéi, c’est-à-dire « guerriers » les Goboda, les Foctoa, les Tozoba, les Tchioda. On surnomme Owi ou Ouayé (de owi vache laitière) les Odobaya, les Tchioda, les Tozoba, les Derdékichia. La plupart des autres surnoms s’appliquent à un seul clan, dont ils indiquent souvent l’origine territoriale. Un Derdékichié et un Emméouyé sont surnommés plus spécialement « Kochi », « fils de la gorge », à cause de la gorge d’Aozou, les Héhéda sont dits « fils du rocher », à cause des rochers près de Faya, les Mahadena et les Fortena sont surnommés à la fois « fils de la source » et « fils du figuier », à cause d’une source et d’un figuier dans les vallées intérieures du Tibesti ; les Tchioda sont « fils du trou d’eau des sables » parce qu’ils habitent des dunes où se trouve un de ces trous ; les Terentra sont « fils de la Guelta » parce que le clan dans sa migration s’est longtemps arrêté à Moussoye, où il y en a une belle. On voit comment ces surnoms se distinguent des noms de clans à sens géographique comme les Berdoa, les Toudoufia. Ces derniers sont des noms propres. Les surnoms au contraire sont des noms communs que seule la tradition attache à un lieu déterminé.

14A côté de sa valeur territoriale, le surnom a, si je puis dire, une valeur utérine. Il s’hérite aussi souvent de la mère que du père. Certains surnoms sont même de préférence maternels. Le surnom de Kocheda de Wanéidemi, s’applique plus spécialement aux fils de femmes Kochedoba. Nous avons vu que les Tozoba ont deux surnoms : « ouya » et « odi ». Le premier est plutôt transmis par les pères, le second par les mères. Un enfant de femme Tézérédo est surnommé Eguichidémi plutôt que « kochi » qui vient des pères ; les filles de Tomagra transmettent Merda, Modougou, celles de Toramma, Hannaï au lieu du surnom paternel Audi ; celles de Térentra : Malanoé au lieu de Kyoundi, etc. Ce n’est pas une règle invariable, mais l’habitude est générale et s’explique assez bien.

15Le système de noms et de surnoms de clans est en effet basé sur le système de noms et de surnoms individuels. Chaque Téda homme ou femme possède deux noms. Le premier donné par la mère sert dans la petite enfance. On l’appelle le nom « doux ». Généralement c’est un surnom qui a un sens. Ce n’est pourtant pas un mot de la langue courante ; il n’existe que comme surnom ; mais traditionnellement on lui donne un sens. Le nom d’adulte au contraire ne veut généralement rien dire. L’idée que le surnom est chose maternelle est bien invétérée chez les Téda.

16Comment s’expliquer en outre qu’il ait une valeur territoriale. Nous touchons là un fait capital. Le clan téda, tel qu’il nous est apparu jusqu’à présent, repose sur une contradiction. Il est basé en effet sur la filiation paternelle et il possède cependant des attributions territoriales. Pour qu’il soit en équilibre, il faudrait que les hommes se marient toujours dans leur vallée ou leur plateau, ou du moins fassent venir leurs femmes auprès d’eux. Or ils se marient souvent au loin et la règle est que la jeune fille reste chez elle, à moins que le mari ne verse une dot supplémentaire d’une dizaine de chèvres devant laquelle reculent la plupart des Téda.

17Nécessairement la plupart des enfants naissent et sont élevés hors du canton de leur père, et, comme nous l’avons vu, les clans s’éparpillent dans tout le pays. D’où toutes sortes de complications.

18Le Téda né au Zoumeri d’un Derdékichié d’Aozou et d’une Tézérédo du pays se soucie peu de sa propriété théorique sur les pâturages d’Aozou mais il n’admettra pas qu’on le considère comme un étranger dans les vallées et sur les plateaux où s’est écoulée son enfance. Ce qui compte pour lui c’est le clan de sa mère, et quelquefois il se composera un emblème personnel, mêlant aux éléments principaux du blason de son père les éléments principaux du blason de sa mère. Ou bien il réservera le blason paternel à la marque des chameaux, et marquera son âne (animal de femme qui se déplace dans un petit rayon) du blason maternel. Il faut bien que dans le langage aussi cette origine maternelle apparaisse ; c’est à quoi sert le surnom. Normalement la mère transmet le surnom du clan de son propre père ; mais si celui-ci est lui aussi un étranger, elle transmet le surnom du clan de sa mère, et quelquefois de sa grand-mère maternelle. C’est le cas notamment lorsque grand-mère, mère et fille sont successivement nées dans le même village. Peu importe le clan des maris. La dynastie féminine locale affirme sa continuité. Le clan utérin perce sous le clan consanguin. Le fait est à peine conscient ; et on ne le découvrira pas si l’on se borne à interroger les Téda sur l’idée qu’ils se font de leurs clans. Il s’impose dès qu’on étudie un cas particulier.

19Mais cette méthode conduit à des résultats plus complexes encore. Les Téda ne croient pas, comme certains peuples, que l’homogénéité sexuelle soit nécessaire dans l’hérédité. Comme nous, ils considèrent qu’on est parents non seulement par les femmes aussi bien que par les hommes, mais même par une hérédité croisée, par le père ou les frères de la mère, et la mère ou les soeurs du père. Chaque Téda se réclame donc non seulement des deux clans de ses père et mère, mais des quatre clans de ses grands-parents, des huit clans de ses arrières grands-parents, et ainsi de suite jusqu’aussi loin que va sa généalogie. Plus il compte de clans dans son ascendance, de clans cotés surtout, car tous, nous l’avons vu, n’ont pas le même renom, plus il est fier. En fin de compte le clan qui ne se réunit jamais, qui n’entraîne entre ses membres ni droit de succession ni devoir de vengeance apparaît comme une sorte de titre de noblesse. Telle est la conclusion de notre enquête.

20Si nous étions à un congrès de sociologie générale, j’insisterais sur ce caractère purement historique que présente le clan aux yeux même des Téda. Si nous étudiions spécialement le Sahara, je vous ferais remarquer que nous avons retrouvé pleinement développés au Tibesti ces deux faits de l’interdit totémique et de l’affiliation utérine dont la trace a été depuis longtemps signalée chez les Touaregs. Mais puisque notre objet est la recherche scientifique, je me bornerai à attirer votre attention sur les conditions de mon enquête. Je n’aurais certainement pas pu la pousser si loin sans l’aide que m’ont apportée les officiers ; mais très vite elle m’a mené dans un domaine d’importance politique immédiate décroissante, quoique de grande importance morale, où la curiosité non spécialisée de l’ethnographe devient indispensable pour conduire à terme le travail commun. Cet exemple illustre une fois de plus l’utilité de cette collaboration dont M. Montagne parlait tout à l’heure.

Fig. 17 – Maison de nattes allongées du campement daza de Béni-Dorozo dans le Borkou. Au premier plan, une selle de chameau d’homme et une selle de chameau de femme (1934)

(Cliché Charles et Marguerite Le Cœur.)

Fig. 18 – Village daza de Tiggi, au pied de la falaise sud du Tibesti : maisons de nattes allongées mêlées à des abris-séchoirs à dattes et à de petits greniers de pisé sur armature de branches

(Collection Musée de l’Homme, cliché Charles et Marguerite Le Cœur, 1934.)

Notes

1 Etudes nigériennes n° 1, in Mémoriam Charles Le Coeur, I.F.A.N., Niger, 1953, p. 11-16.

© CNRS Éditions, 2002

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search