Version classiqueVersion mobile

Gens du roc et du sable

 | 
Catherine Baroin

Textes de Charles Le Cœur

Méthode et conclusions d’une enquête humaine au Sahara nigéro-tchadien1

Note de l’auteur

M. Charles Le Cœur nous a autorisés à utiliser comme communication au Congrès le rapport qu’il avait adressé, au terme de sa mission 1942-1943, au directeur de l’Institut français d’Afrique Noire.

Texte intégral

  • 1 1951. Dakar : I.F.A.N., Première conférence internationale des Africanistes de l’ouest, extrait des (...)

1Monsieur le Directeur,

2La mission de sociologie et subsidiairement de linguistique que l’institut d’Afrique Noire a bien voulu me confier du début de mai 1942 à novembre 1943 était destinée à me permettre de vérifier et de compléter chez les Toubou du Niger les enquêtes que j’avais menées chez les Toubou du Tchad de la fin de 1933 au début de 1935, mais dont je n’avais encore publié que peu de résultats. Tous les spécialistes sont en effet d’accord pour penser qu’on ne connaît bien un peuple que quand on l’a non seulement vu, mais revu après une absence, qui permet au milieu d’informateurs de se renouveler, pendant que l’enquêteur lui-même rafraîchit sa curiosité. Cette sorte de contre épreuve, qui est déjà importante quand le chercheur poursuit un but de simple documentation, devient tout à fait indispensable quand, comme c’était mon cas, il aspire à contribuer à la science de l’esprit humain. Contrairement en effet à l’axiome d’Aristote et à ce qu’on croit souvent, la science en matière humaine a horreur du général et assoit de préférence ses démonstrations sur des faits individuels, toujours riches de sous-entendus qu’on ne comprend parfaitement que si l’on est familier avec l’ambiance dans laquelle ils sont nés.

3Pour mériter ce beau nom de savant, j’ai tâché de mener de front pendant les dix-huit mois qu’a duré ma mission les enquêtes méthodiques de l’ethnographe, le laisser-aller du voyageur simplement avide d’expériences nouvelles et malléables à l’imprévu, enfin les analyses systématiques du philosophe sur les documents déjà recueillis. Je m’excuse d’avance si la complexité de cette méthode fait paraître enchevêtré le texte de ce rapport.

4Arrivé le 4 mai à Dakar, j’ai passé une semaine à explorer les monographies inédites sur les Toubou que possède l’institut d’Afrique, puis j’ai pris la route du Niger. A Niamey, j’ai profité d’un arrêt d’une dizaine de jours pour faire une enquête sur l’alimentation des Djerma et des Peuls de l’endroit, grâce à l’aide d’un interprète mis à ma disposition par l’Administration conformément au statut de l’Ecole française d’Afrique, et avec la collaboration de ma femme qui se chargea d’interroger les mères de famille sur la nourriture des petits enfants. Je fus aidé par les correspondants locaux de l’institut français d’Afrique Noire. Européens comme M. l’ingénieur Rouch, M. Marchal ou le docteur Boulnois, dont l’exemple m’encouragea, ou jeunes instituteurs noirs, dont les indications judicieuses et nuancées me permirent de préciser mes questions sur certains points délicats. Avec le laps de temps très réduit dont je disposais il ne pouvait être évidemment question que d’un travail préliminaire. Quelques conclusions précises en sont néanmoins ressorties :

  1. la fidélité des Peuls à leurs traditions alimentaires, même quand ils sont voisins des Djerma et à demi sédentarisés ;

  2. la fidélité des Djerma à la leur, même quand ils sont instruits à la française et pour le reste passablement européanisés ;

  3. le bon sens de ces traditions, mais avec un inextricable mélange des pratiques proprement hygiéniques avec des rites et des mythes.

5Le tout témoignait que l’alimentation n’est pas seulement pour les indigènes de Niamey une opération physiologique, mais qu’elle entraîne toute une construction sociologico-psychologique, qui va de l’amusette pour enfant dont tout le monde sourit jusqu’aux considérations morales les plus graves. Le temps m’a manqué pour chercher des cas particuliers qui permettraient d’établir si cette superstructure est un simple épiphénomène de l’appétit et de la digestion, ou si elle constitue un excitant intellectuel indispensable de sorte qu’on serait obligé de dire que l’homme se distingue de l’animal non seulement par sa faculté d’inventer des idées et de se passionner pour elles, mais aussi par le fait que le libre déploiement de cette sensibilité imaginative est chez lui nécessaire à la bonne marche des fonctions animales elles-mêmes, ainsi que les médecins et les mères le constatent chez certains enfants.

6J’ai repris ensuite mon voyage, et je suis arrivé à Zinder où j’ai fait un nouvel arrêt d’une semaine, et d’où je vous ai envoyé une note sur le cas curieux d’un Toubou qui s’est converti au christianisme par admiration pour l’Evangile lu en traduction haoussa, et qui cependant ne renie ni l’islam ni surtout le Coran, qu’il a appris dans son enfance à connaître assez bien.

7A partir de Zinder, je n’ai plus employé que des moyens indigènes de transport. Une caravane de chameaux m’a mené à Gouré, que j’ai pris pour centre pendant six mois au cours desquels je tiens à reconnaître l’aide que j’ai reçue, de l’amabilité, de la curiosité d’esprit et de l’expérience coloniale de M. l’Administrateur Ceccaldi, commandant du cercle, et de son adjoint, M. l’Administrateur Hugo.

8J’ai employé les deux premiers mois de cette période à l’étude du dialecte des Toubou du sud, les Daza. Je ne connais encore en effet que celui des Toubou du nord les Téda, dans le territoire desquels ma première mission s’était presque tout entière déroulée. Heureusement les deux dialectes sont assez parallèles pour que j’aie pu me mettre assez rapidement au courant sous la direction de jeunes Daza, élèves à l’école de Gouré. J’ai fait ensuite deux longues tournées dans les campements daza du nord du cercle, en m’attardant spécialement près des familles de mes jeunes informateurs. Comme l’un d’eux était un Daza noble, ou Daza proprement dit, et l’autre un de ces vassaux tout à la fois chasseurs, artisans, et quelquefois saltimbanques qui s’appellent Aza, je me suis appliqué à pousser l’étude de cette distinction qu’on retrouve avec quelques nuances dans toute l’étendue du monde bédouin, de la Mauritanie à la Syrie.

9Lors de mes retours à Gouré, j’ai rédigé mes notes, classé et enquêté une collection ethnographique destinée au Musée de Dakar. Ma femme a développé ses photographies. J’ai tâché de plus de faire la connaissance des Kanouri Manga sédentaires de la région et des Peuls nomades disséminés parmi eux. Pour ces enquêtes l’interprète de Kanouri mis à ma disposition par M. l’Administrateur du cercle de Zinder m’a rendu les plus grands services, le kanouri constituant la langue commune de la région.

10Dans ma façon de travailler, je me suis efforcé de tenir compte des subtilités de la philosophie moderne, que préoccupe beaucoup le problème de l’objectivité et du coefficient subjectif dont toute connaissance est affectée. En conséquence, j’ai employé concurremment trois méthodes : regarder vivre les indigènes, interroger chaque groupe sur lui-même, les interroger les uns sur les autres, de façon à noter successivement les faits eux-mêmes dans leur particularité anecdotique, l’idée que s’en font les acteurs, enfin l’impression qu’ils produisent sur leurs voisins. J’ai poussé le scrupule jusqu’à noter parfois mes propres impressions, dans la pensée que la réaction d’un Européen pouvait avoir, dans certains cas, une valeur révélatrice. Je me suis néanmoins gardé de tout dilettantisme, et j’ai toujours, autant que je l’ai pu, multiplié les vérifications de faits, critiqué mes premières impressions, et même celles de mes informateurs, avec qui j’ai passé de longs moments à discuter leurs affirmations, et que j’ai souvent convaincus d’avoir parlé trop vite, en leur opposant des faits constatés par moi-même. La conclusion d’une discussion de ce genre importe seule en général ; quelquefois néanmoins toutes les phases en sont intéressantes à noter. L’idée inexacte que quelqu’un se fait d’un fait social ou l’idée exacte qu’il refuse de s’en faire ont en effet souvent la même valeur d’indice que les rêves et les actes manqués qu’étudie la psychanalyse.

11Le résultat de ce jeu d’enquête et de contre-enquête, véritable expérimentation sociologique à laquelle je me suis complu, a été de souligner ce côté imaginatif de la vie sociale que j’avais déjà constaté à Niamey, les nomades peuls, pasteurs de bœufs et de moutons dans la savane méridionale des mares, et les nomades daza, pasteurs de bœufs et éleveurs de chevaux et de chameaux dans la savane septentrionale des puits ne diffèrent pas seulement par ce genre de vie imposé par la nature, mais aussi par ce qu’on pourrait appeler un style de vie, qui n’est qu’une préférence de l’imagination. Cet élément romanesque saute aux yeux, quand, au lieu d’interroger les indigènes sur leurs contemporains vivants on les interroge sur leurs grands-pères morts, qu’ils voient encore avec des yeux d’enfants. On est sûr, par exemple, d’amener un sourire sur les lèvres du Peul en évoquant un grand vieillard vêtu seulement d’un pagne de cuir serré autour des reins, un petit chapeau de paille rond orné de plumes d’autrefois sur la tête, debout sur la jambe gauche, le genou droit plié, un long bâton à la main, le regard perdu dans la contemplation d’un troupeau de zébus, qui vaut des millions, et au milieu duquel il vit misérablement, content d’en être le maître dans son orgueil solitaire. L’ironie même qui se glisse dans le sourire du petit-fils surtout en ce qui concerne la quasi-nudité du grand-père a une teinte d’attendrissement et colore de pudeur l’admiration filiale aux yeux du Français qui écoute. Le même réflexe se retrouve chez un Daza, quand on le fait parler d’un de ses vieux chefs d’autrefois, qui, à la tête d’une dizaine de cavaliers, chargeaient, javelot haut, des sédentaires surpris et affolés. Par un processus très bizarre sur lequel j’aurai à revenir, des images de ce genre orientent la vie, même de ceux des Peuls qui ne possèdent pas de bœufs et ceux des Daza qui n’ont jamais fait la guerre. Leur divergence explique l’incapacité où sont ces deux groupes de s’assimiler l’un à l’autre, même quand l’obstacle géographique disparaît, quand leurs terrains de parcours s’enchevêtrent ou qu’un Peul passe des années comme salarié chez des Daza.

12A première vue, on serait tenté aussi d’expliquer les particularités qui distinguent le groupe aza de l’ensemble des Daza, d’une façon matérielle par leur pauvreté en bétail, effet et cause tour à tour de leur infériorité militaire. Et c’est vrai dans une très large mesure. Cependant ces particularités subsistent après trente ans de paix française, qui ont permis aux Aza de devenir d’aussi riches propriétaires de troupeaux que les nobles Daza. J’en étais d’autant plus étonné au début qu’au premier abord les Aza paraissent en avoir honte. J’ai eu a clef du mystère quand je me suis aperçu qu’il n’y avait pas un Aza dont le visage ne s’illuminât, souvent malgré lui, à l’évocation du retour des chasseurs. Les lourdes charges de viande séchée qu’ils rapportent de leur longue expédition, les chants par lesquels les femmes célèbrent le courage et l’adresse de « Nos Aza », comme elles disent, enfin les danses qui le soir mêlent toute la jeunesse, danses musicalement rythmées des femmes et danses guerrières des hommes coutumières à tous les Daza, et aussi danses des hommes à la manière féminine, qui sont le cher et honteux secret des Aza, tout cela forme un ensemble émotionnel dont il n’est pas un de ces chasseursartisans-saltimbanques qui ne soit à jamais marqué.

13Je me suis avisé assez tard du caractère sexuel de ces images émotives qui illuminent et particularisent chacune de ces civilisations, et c’est seulement l’année suivante que j’ai eu l’occasion de l’étudier systématiquement en observant chez les Téda la répugnance des familles fières à laisser leurs filles épouser des Français, et l’obstination des jeunes gens à s’exposer aux pires désagréments de la part de la loi française plutôt que de ne pas se conformer au type idéal de jeune homme que chantent les jeunes filles. Mais je crois que rétrospectivement je puis généraliser les résultats auxquels m’a conduit cette enquête ultérieure. En bref, ma conclusion est qu’une grande partie de ces coutumes d’origine imaginative joue par rapport à l’appétit sexuel le même rôle de stimulant et de régulateur que les coutumes similaires que j’avais relevées à Niamey par rapport à l’appétit alimentaire.

14Quand la fraîcheur est venue, j’ai quitté la région de Gouré avec une caravane daza. Partis de Gouré le 5 novembre, nous sommes arrivés le 5 décembre à Bilma après avoir traversé le Ténéré sur l’itinéraire Termit-Agram (Fachi). j’ai passé deux mois à Bilma à faire une première rédaction provisoire de mes notes sur la langue daza, avec l’aide d’informateurs qui venaient de la région de N’Guigmi et de Mao, et m’ont donné un certain nombre de variantes intermédiaires entre celles que j’avais relevées à l’ouest et celles qu’a notées le capitaine Jourdan dans son précieux livre sur le daza du Bahr Ghazel. Puis j’ai été m’installer près du poste militaire de Chirfa, tout à fait dans le nord du Kawar. J’y ai passé un peu plus de trois mois que j’ai employés à faire une tournée dans le massif du Djado (Brao en Téda), ainsi qu’à rafraîchir et compléter ma connaissance de dialecte téda. Quand l’été est venu, j’ai été m’établir dans la palmeraie de Djado, inhabitée en hiver mais où j’ai vu peu à peu affluer des familles téda d’Agadem, du Kawar et d’Abo, au fur et à mesure que se rapprochait le moment de la récolte des dattes. Au mois de septembre 1943, l’autorisation de M. le Gouverneur général de l’A.O.F. m’a permis de terminer ma mission par un bref séjour au Tibesti, au cours duquel j’ai pu recevoir et interroger rapidement quelques-uns des Téda que j’avais connus dix ans plus tôt. Je suis revenu à temps pour prendre le 24 octobre, à Dirkou, un camion militaire qui nous a ramenés, ma femme et moi, à Agadès puis à Zinder, où nous avons pris un camion de la S.A.T.T. qui nous retournait à Alger à travers le Hoggar.

15La partie la plus intéressante de cette fin de mission a été le séjour à Djado. Abandonnés par notre boy, nous nous sommes trouvés pendant plusieurs mois, seuls étrangers, ma femme et moi, dans un campement téda. Il fallait avoir une maison, nous procurer de l’eau, du bois, faire la cuisine, profiter des occasions de dattes, d’œufs de poule. Les Téda étaient donc pour nous bien plus que de simples informateurs que j’aurais pu interroger d’une façon impersonnelle, comme on compulse un dictionnaire. Bon gré mal gré nous dépendions d’eux, et cela dans des conditions d’autant plus délicates que nous n’avions pas beaucoup d’argent et aucune autorité politique. Je suis loin de m’en plaindre d’ailleurs, et l’expérience m’a même prouvé que c’étaient de bonnes conditions de travail. Mais au premier abord j’étais d’autant plus perplexe que je n’avais pas rencontré un administrateur ou un officier qui ne se plaignît des rapines des Toubou, que tout le monde me les avait dépeints comme cupides et perpétuellement de mauvaise foi, et que mes propres expériences dans l’organisation de caravanes tant chez les Téda que chez les Daza avaient dans l’ensemble confirmé ce portrait. Tout s’est bien passé cependant et les difficultés mêmes que nous avons rencontrées nous ont permis d’apprécier la rigoureuse honnêteté, la discrétion, et je dirai même, jusqu’à un certain point, la générosité des Téda. Comme nous n’avions eu déjà qu’à nous louer de l’hospitalité daza, nous revenons, ma femme et moi, avec, pour les Toubou, tout compte fait, le même sentiment d’estime et de reconnaissance que Duveyrier avait rapporté de son séjour parmi les Touaregs.

16Ce sentiment est peut-être naïf. Je tiens néanmoins à l’exprimer car, même à se placer à un point de vue purement scientifique, il constitue un fait, dont la contradiction avec d’autres impressions, notamment celles de Nachtigal pillé par les Téda en 1870, pose un problème intéressant.

17Ce mélange de générosité chevaleresque et de perfidie brutale, qui serait chez nous presque impossible, est lié chez les Toubou au paradoxe plus grand encore d’une organisation politique qui réalise à la lettre l’utopie de l’anarchie. Les Toubou ont des lois ou plutôt des coutumes, mais personne n’est chargé de les faire respecter. Les seuls chefs que connaisse leur tradition sont soit des chefs de guerre momentanés auxquels s’agrège qui veut, pour le temps qu’il veut, soit des sortes d’anciens (je n’ose pas dire de « présidents »), dont la nomination est entourée de règles très précises dans le cas du derdé suprême du Tibesti, mais dont l’autorité était purement morale jusqu’à l’arrivée des Français, et se limitait à celle d’un arbitre plus ou moins prestigieux, mais facultatif, et surtout à celle d’un ambassadeur auprès des étrangers.

18Cet état d’esprit, qui est resté pour l’essentiel un état de fait, s’explique évidemment par les possibilités du milieu géographique. Avec un troupeau d’une vingtaine de leurs belles vaches blanches aux longues cornes, un Daza mène sans peine, tout seul dans la savane, une vie opulente et presque oisive, et s’il veut se cacher, tous les administrateurs du Tchad et du Niger savent combien il est difficile de mettre la main sur lui. Il en est à peu près de même pour un riche Téda, propriétaire de chamelles.

19Cependant la plupart des Téda, dont le bétail se réduit à quelques chèvres, sont plus attachés aux jardins et aux palmiers qu’ils irriguent. Mais il leur suffit de creuser un puits dans n’importe quel point d’une des longues rivières souterraines du Tibesti. Ils n’ont donc besoin ni de capital ni d’aide. Cela peut être une culture de solitaire, et je me souviens par exemple, d’avoir vu au Tibesti une petite oasis que faisait vivre le travail de deux familles. Par dessus le marché, au moment de mon passage, ces familles se trouvaient dispersées dans les pâturages de la périphérie du massif, de sorte que je n’ai vu que deux vieilles femmes qui n’étaient nullement troublées de vivre toutes seules pendant plusieurs mois, à plusieurs journées de marche de tout être vivant.

20Si un Téda est menacé, il lui est facile, de plus, de trouver un refuge dans d’inaccessibles étendues de rocher nu qu’il est seul à connaître.

21L’anarchie toubou est donc en premier lieu le produit naturel d’un pays où l’homme n’a ni grand besoin ni grande peur de son semblable. Mais cette explication ne suffit pas. On s’en rend compte au Kawar, quand on embrasse d’un seul coup d’œil les cases de nattes dispersées des libres Téda à côté des maisons de pierres serrées les unes contre les autres des villes kanouri. Si les Téda ne vivent pas eux aussi groupés et soumis, c’est qu’ils ne le veulent pas, et je me suis appliqué à recueillir les faits qui le prouvent. Un des plus typiques est la fierté qu’éprouvent les mères téda à donner à leur enfant un nom qui signifie que le père n’écoute personne, n’accepte aucun arbitrage, souvent même est brouillé avec tous ses voisins. Mais l’essentiel est leur mépris pour le genre de vie des sédentaires. Se laisser assimiler à eux serait tellement ridicule et déshonorant qu’ils n’en envisagent même pas la possibilité.

22Ce sentiment de l’honneur, qui est le stimulant de l’anarchie toubou, en est aussi le principe régulateur. Il est glorieux de voler du bétail, mais, sauf en cas de nécessité de guerre, absolument déshonorant de voler dans une case ou dans un grenier, si bien que les Téda peuvent laisser en toute confiance leurs réserves de dattes et de grains à la discrétion des passants dans des fentes de rochers ou des greniers de pierre éloignés de toute habitation, et qu’il en est à peu près de même pour les greniers à mil des sédentaires des Daza.

23De même, il est glorieux de tromper un ennemi, mais moralement impossible de ne pas être solidaire de ses parents, glorieux de gruger un caravanier avec qui l’on a affaire, mais impossible de ne pas faire un cadeau proportionné à sa richesse aux fêtes d’un parent ou même d’un voisin, ou si l’on est au contraire celui qui le reçoit, de ne pas en rendre l’équivalent à la première occasion. Cet échange de cadeaux est même une des clefs de voûte de l’économie toubou. Quand un homme subit une perte de fortune (indemnité à payer pour un meurtre, amendes des Français, incendie de case, perte d’un animal, dépenses de mariage, etc.), tous ses parents et souvent ses voisins lui font un cadeau pour le dédommager, à charge de revanche naturellement, de sorte que l’équivalent de notre système d’assurance, basé sur l’intérêt bien entendu de chacun, se retrouve chez les Toubou avec une coloration psychologique presque opposée, que dominent l’orgueil de la générosité et la peur de paraître avare.

24Ce mépris du ladre fait contre-poids à l’esprit d’anarchie, et incline les Toubou, malgré leur indépendance de principe, à des procédures de conciliation qui tiennent lieu chez eux de justice. C’est surtout chez les Téda que je les ai vues fonctionner. Quand deux personnes sont en désaccord parmi eux, tous les hommes du campement se réunissent sous la présidence de l’ancien. Les deux parties exposent publiquement leur point de vue, puis la parole est donnée à tous ceux qui le désirent. Les sages de l’assemblée mènent la discussion de manière à rapprocher les deux thèses, jusqu’à ce que l’un des adversaires sente que l’opinion publique, lui donnant tort, juge qu’il se devrait d’offrir tel ou tel cadeau de dédommagement à l’homme qu’il a offensé ou lésé. Cette opinion même unanime, du kyofono (ainsi qu’on dit : assemblée, en Téda), n’a jamais force de loi. Mais le plus souvent elle se révèle efficace, et la peur de passer pour chiche en se dérobant au cadeau qu’on lui demande l’emporte presque toujours dans l’esprit de la partie désapprouvée sur la fierté de s’obstiner seul contre tous.

25L’étude de vie économique, politique et juridique des Toubou et plus spécialement des Téda, m’a donc ramené à cette forme imaginative de la vie sociale à laquelle ont abouti toutes mes enquêtes. Mais le grand nombre de faits recueillis en des occasions où j’étais souvent moi-même partie, m’a permis je crois de pousser plus loin l’analyse. En voici les conclusions, débarrassées de tout l’appareil de démonstration minutieux qui serait nécessaire.

26Deux choses m’ont frappé :

  1. l’extraordinaire bon sens des Téda qui n’envisagent que ce qui est possible (les discussions des kyofono sur les cadeaux de dédommagement étant à cet égard très curieuses à suivre), mais en revanche le devinent avec une rapidité, qui, notamment en voyage, paraît presque divinatoire ;

  2. le caractère, sinon exclusivement, du moins essentiellement négatif de l’honneur qui, même quand il pousse à une action positive, comme voyager ou faire des cadeaux, le fait psychologiquement par l’intermédiaire d’une inhibition, par la honte d’être sédentaire plus que par la fierté d’être nomade, par la honte d’être avare plus que par l’orgueil d’être généreux.

27Si l’on voulait résumer l’idéal social des Téda par une image, comme je l’ai fait pour les Daza et les Peuls, cellequ’il faudrait choisir serait sans doute celle d’un meurtrier allant se cacher dans le rocher. Mais en réalité, le romantisme de cette vie de fugitif n’agit efficacement que sur bien peu de Téda. Tous au contraire sont sensibles à la honte de se soumettre, ou d’ignorer le rocher, ou d’être incapables de supporter des privations, de même que tout Daza est sensible à la honte de passer pour un lâche, que tout Aza rougirait d’être un mauvais chasseur et tout Peul un mauvais bouvier. La force de ces images vient de ce qu’elles concrétisent le terme extrême auquel conduit l’application stricte des tabous de la tribu, et c’est pourquoi elles n’ont pas besoin d’être réalisées ni réalisables pour agir.

28L’analyse montrerait de même, il me semble, que l’essentiel de ce que j’ai appelé le côté imaginatif des conduites alimentaires et sexuelles est fait également de tabous. La gloriole, la coquetterie, le jeu existent sans doute : mais ils n’ont qu’une valeur subordonnée. Nungo, la honte, est dans tous les domaines, le terme moral fondamental des Toubou.

29Traduites en terme de psychologie abstraite, ces conclusions signifient qu’il y a dans l’âme humaine deux facultés, l’une positive, le bon sens, qui est le sens des possibilités, et l’autre négative, l’honneur ou plutôt la honte, qui est le besoin au contraire de s’interdire quelques-unes de ces possibilités : d’un côté l’instinct d’adaptation, et de l’autre l’instinct du refus d’adaptation.

30Si l’on se contente de la première impression d’ensemble d’un Européen, les particularités des sociétés du Sahara central tibesto-nigerotchadien s’expliquent, dans ce qu’elles ont de commun, par l’adaptation à un milieu identique, et dans ce qu’elles ont de différent par ce refus d’adaptation qui, étant arbitraire, varie selon chacune d’elles. A regarder de plus près, et avec les yeux de l’indigène lui-même, le milieu n’apparaît plus si rigoureusement identique, et certaines différences s’expliquent, au contraire, par l’adaptation à la variété des nuances locales, tandis que des refus d’adaptation passent, malgré leur arbitraire, d’une société à sa voisine, par une sorte de contagion, dont la propagation des tabous musulmans offre un exemple historiquement saisissable. La régularité du double mécanisme mental qui produit ces effets ne ressort que mieux de leur diversité.

31Quand on compare l’homme à l’animal, il semble d’abord que le premier soit un être sans limites. Tandis que chaque animal est enfermé par son espèce dans un régime alimentaire défini, dans une saison des amours, dans son pelage et dans son cri, l’homme est omnivore, peut faire l’amour toute l’année, parle n’importe quelle langue, se vêt et se loge de mille façons diverses, supporte tous les climats, adopte tous les genres de vie. Mais l’instinct de honte est là, qui fait qu’il s’impose à lui-même les limitations que ne lui impose plus la nature. La différence des sociétés remplace ainsi la différence des espèces. Je ne sais si la biologie n’aurait pas intérêt à méditer sur cette équivalence. Peut-être le problème de l’évolution sortirait-il de l’impasse où il semble être en ce moment, si les naturalistes se décidaient à accorder aux faits de non adaptation une valeur-aussi positive qu’aux faits d’adaptation, de même que les psychologues n’hésitent pas à mettre sur le même plan les réflexes d’inhibition et les réflexes d’action, et sont tentés de se demander quelquefois si les premiers ne sont pas plus que les seconds caractéristiques de la vie.

32Mais je n’ai naturellement pas l’intention d’aborder dans toute son ampleur cette question du refus de la facilité dans les phénomènes biologiques. J’espère seulement tirer, avec le temps, des documents que j’ai recueillis pendant cette mission, une démonstration assez précise de son importance en matière sociale.

33Je n’oublie d’ailleurs pas que les documents peuvent intéresser plusieurs catégories de lecteurs, et j’ai l’intention d’en faire des publications de caractères divers :

  1. un dictionnaire ethnographique de la langue téda, précédé d’une introduction grammaticale et suivie d’un texte ;

  2. un article sur : les particularités et les mots de la langue daza qui n’ont pas été notés par Jourdan, suivi du texte de quelques chansons ;

  3. un travail d’ensemble, long article ou petit livre, sur les langues téda et daza ;

  4. un livre de sociologie sur le bon sens et l’honneur dans le monde toubou du Sahara central, où je tâcherai d’associer une description complète de ces sociétés sahariennes et l’exposé de la thèse sociologique que je viens de résumer, de façon que la description démontre la thèse pendant que la thèse vivifiera la description, en faisant toucher du doigt les ressorts intérieurs des faits.

34J’ajoute que ma femme compte faire un album de photographies classées et commentées du monde toubou.

35Au point de vue pratique, j’ai deux suggestions à présenter, si vous ne jugez pas cela indiscret de ma part...

361) J’ai été frappé au point de vue scientifique du gâchis des bonnes volontés et souvent des bonnes volontés compétentes qui résulte dans chaque colonie de l’abandon des bibliothèques et du désordre des archives. Il serait souhaitable à mon sens qu’il y ait dans chaque colonie un archiviste chargé de mettre à la disposition des travailleurs à la fois des livres et les études inédites susceptibles de les aider. Cet archiviste pourrait être tantôt un fonctionnaire colonial désireux de se spécialiser lui-même quelques années dans la recherche, tantôt un savant professionnel. Il ressemblerait à l’ethnographe professionnel des colonies anglaises, avec la différence qu’il ne jouerait aucun rôle politique. Tout en faisant ses propres recherches de caractère désintéressé, il se contenterait de fournir des instruments de travail aux enquêtes officielles en même temps qu’à celles des travailleurs indépendants.

372) Au point de vue administratif, j’ai été frappé comme tout le monde de l’absence de principe dans l’Administration de la justice française chez les Toubou. Plusieurs juges sont possibles : chef indigène, cadi administrateur ou officier français ; plusieurs codes sont applicables : coutume toubou (assez flexible d’ailleurs), droit musulman, code indigène officiel, bon sens de la justice de Salomon qui est assez dangereux entre les mains d’un individu isolé, surtout quand il est étranger ; le mieux serait, il me semble, de reconnaître la compétence des assemblées de conciliation sous la présidence de l’administrateur ou de l’officier qui tiendrait registre de leurs décisions, et ferait des tournées à cette fin. Le tribunal officiel composé de l’administrateur assisté d’assesseurs indigènes ne fonctionnerait que lorsque la procédure de conciliation aurait échoué, ou qu’il s’agirait d’un crime de caractère politique (meurtre de bétail, atteinte au respect de l’autorité française ou de ses agents). Avec des modalités différentes cette réforme correspondrait à celle par laquelle le protectorat marocain a reconnu la juridiction des jemaa berbères, et aurait les mêmes bons effets.

38Veuillez agréer, Monsieur le Directeur, l’expression de mon respect.

Fig. 16 – Le derdé Chaï revenant de tournée (Bardaï, 1934)

(Cliché Charles et Marguerite Le Cœur.)

Notes

1 1951. Dakar : I.F.A.N., Première conférence internationale des Africanistes de l’ouest, extrait des comptes rendus, t. II, p. 374-381.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/38122/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© CNRS Éditions, 2002

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search