Version classiqueVersion mobile

Marseille, ville des métaux et de la vapeur au XIXe siècle

 | 
Olivier Raveux

Première partie. Les héritages

Chapitre II. La découverte de la modernité technique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Entre 1780 et 1830, la vapeur trouve de nouveaux domaines d’utilisation et son emploi commence à se généraliser. Le mouvement a d’abord été lancé en Grande-Bretagne pour s’étendre par la suite à l’Europe continentale. La nouvelle source d’énergie, jusqu’alors essentiellement réservée à l’élévation des eaux de galeries de mines, s’emploie désormais dans la grande majorité des secteurs industriels et connaît ses premières applications dans la navigation et les chemins de fer. Plus globalement, un nouveau système technique apparaît, fondé sur les machines à vapeur, le charbon, le fer et la fonte. Il commence à se substituer à l’ancien, reposant sur les énergies naturelles et la force motrice animale. Par ailleurs, la croissance industrielle qui s’opère avec rapidité en Grande-Bretagne et avec une plus grande timidité en France provoque un développement de la demande de biens d’équipement. Le changement d’échelle des fabrications nécessite la mise en place de nouvelles structures produc...

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search