Version classiqueVersion mobile

Marseille, ville des métaux et de la vapeur au XIXe siècle

 | 
Olivier Raveux

Première partie. Les héritages

Chapitre premier. L’économie marseillaise sous la Restauration

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis toujours, la santé de l’économie marseillaise est liée aux activités du port. Celles-ci étaient florissantes au cours du xviiie siècle. Les années 1790 avaient été moins heureuses. Les guerres des débuts de la période révolutionnaire avaient plongé le négoce dans un profond marasme. La tentative d’asphyxie de l’économie britannique menée par Napoléon au moyen du blocus continental et le blocus de la Méditerranée par la flotte anglaise avaient aggravé une situation déjà désastreuse. L’accès au port de Marseille était verrouillé. Les approvisionnements en matières premières ou en objets manufacturés, la redistribution de denrées importées s’effectuaient avec les pires difficultés. Aussi, c’est avec joie que Marseille accueille, en 1814, la nouvelle de l’effondrement de l’Empire.

Cette période mouvementée a considérablement modifié le visage du grand port provençal. Au début de la Restauration, Marseille « apparaît nettement et plus que jamais sous le triple aspect industriel, ro...

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search