Version classiqueVersion mobile

Gens du roc et du sable

 | 
Catherine Baroin

Futurs voisins et partenaires des Toubou, les Ulâd Sulaymân à la fin du XVIIIe siècle

Jean-Claude Zeltner

Texte intégral

1Pourquoi les Ulâd Sulaymân dans un ouvrage consacré aux Toubou ? C’est que les uns et les autres étaient appelés à mêler leur histoire. La rencontre des deux peuples se fit au Kanem. C’est là en effet que les Ulâd Sulaymân, défaits par les Turcs en 1842, sur le rivage de la Syrte, trouvèrent refuge. On pouvait craindre un affrontement avec les divers clans daza installés dans le pays depuis un temps immémorial. Il n’en fut rien. Au contraire, le chef des Kédéléa, Barka Halûf, conclut avec les nouveaux venus un pacte d’amitié, qui allait, pour le meilleur et pour le pire, lier le destin des deux peuples. A l’alliance, comme il arrive souvent dans les affaires humaines, succéderont un jour la discorde et les heurts. Ces péripéties, relativement récentes, sont encore vivantes dans la mémoire collective. Mais, le lointain passé des Ulâd Sulaymân demeure entouré de mystère. C’est à lever un coin du voile que le lecteur est ici convié.

2Si les Ulâd Sulaymân ont trouvé place dans les récits de voyage et les livres d’histoire, c’est qu’ils offrent l’exemple rare, surtout à l’époque contemporaine, d’un peuple nomade tenant, sur la scène politique, un rôle de premier plan. Leur histoire, depuis le dernier quart du XVIIIe siècle, se confond avec celle de la famille de Sayf al Nasr. On connaît assez bien les hauts faits de Abd al Jalîl et de son frère Sayf al Nasr, héros de la résistance à l’occupation turque, de 1835 à 1842 (Subtil, 1844 ; Al Ansari, 1899, p. 333-348 ; Al Zawi, 1971, p. 130 et 192). On sait aussi comment le fils de Abd al Jalîl, Mihimmed, après la mort de son père au combat, conduisit une partie des siens au Kanem (B arth, 1857 ; Nachtigal, 1881 ; Carbou, 1912 ; Ferrandi, 1930 ; Zeltner, 1980). De l’auteur de la lignée, on ignore à peu près tout. Il fut pourtant célèbre en son temps. Les consuls de France et de Grande-Bretagne, à Tripoli de Barbarie, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et les premières années du XIXe, lui ont consacré des pages entières de leur correspondance. C’est en citant ces observateurs de choix que je me propose de retracer brièvement la carrière de Sayf al Nasr et de ses fils.

La famille de ayf al Nasr
Arbre dressé par A. Lacquement, d’après une enquête menée à adagay, au Kanem, le 25 mars 1954.
Quatre noms ont été ajoutés à la liste de Lacquement : ceux de ayf al Nasr, chef de la lignée, et de Ahmad, son fils ; ceux de Mihimmed et de ayf al Nasr, fils de ’Abd al Jalîl.
Collection personnelle de Hamad Muhammad Masri, N’Djaména.

Notes de A. Lacquement

31 – Ghayt, tué par les Arabes Husûn.

42 – ’ Abd al Jalîl, tué par les Turcs en Libye.

53 – ’Umar, disparu.

64 – Ghayt, prend le commandement des Ouled Sliman qui s’installent au Kanem.

75 – Muhammad, mort à Abéché, prisonnier des Ouadaïens.

86 – ’Abd al Jalîl, assassiné par un Kédéléa en 1898.

97 – Sayf al Nasr, tué dans un combat avec les Toubou de Fada.

108 – Bey Ahmad, accompagna le général Leclerc au Fezzan. Nommé chef de l’Etat du Fezzan.

119 – Ghayt, tué à Bir Alali en 1903.

1210 – Ahmad, tué vers 1910 par des Toubou du Tibesti.

1311 – Muhammad Derde, actuellement au Kanem. Très noir.

1412 – Bey Mejid, décédé en Egueï, avril 1953.

1513 – ’Abd al Salâm, chef actuel de la tribu des Jibâ’ir.

1614 – Ghayth, né vers 1933, à Shekhab (Egueï).

Notes de J.-C Zeltner

17a – Ahmad, tué dans un combat contre les troupes du pacha de Tripoli, au début de 1812 (voir texte).

18b- Sayf al Nasr, tué dans le combat de 1842 contre les Turcs. ’Abd al Jalîl, capturé dans le même combat, puis assassiné.

19c – ’Umar : abandonna son neveu Ghayth après la défaite infligée aux Ulâd Sulaymân par les Touaregs à Bir Alali en 1850 (Barth, cité par Zeltner, Histoire des Arabes sur les rives du lac Tchad, Annales de l” Université d’Abidjan, F-2-2, 1970, p. 176). On ne le retrouve qu’en 1880, « vieillard impotent, interné à Tripoli, avec le modique secours de 30 francs par mois que lui alloue l’autorité turque » (Féraud, consul de France à Tripoli, au ministre des Affaires Etrangères, direction politique n° 98, Tripoli, 11 octobre 1880, Archives d’Outre-Mer, Aix-en-Provence, 29 H1).

20d – Mihimmed se trouvait au Fezzân lors de la défaite des siens en 1842. Présida à l’exode de la tribu vers le Borkou et le Kanem. Tué par les Touaregs au combat de Bir Alali en 1850, il fut remplacé à la tête de la tribu par son frère, Ghayth.

21e – Sayf al Nasr, chef des Ulâd Sulaymân de Tripolitaine, cité par le consul de France à Benghazi, 24 avril 1896, AE NS 91 ; et par Al Hashâ’ishi, Rihlat, p. 137.

22f – ’Abd al Jalîl, mort en 1895 (probablement en septembre), et remplacé par son fils, Ghayth (Justin Alvarez, consul de Grande Bretagne à Benghazi, 19 septembre 1896, FO 101/86).

23g – En fait, Ghayth fut tué devant Bir Alali, lors du premier combat contre les Français, le 9 novembre 1901.

24Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les Ulâd Sulaymân forment, en Tripolitaine, un des groupes arabes les plus importants. Le nombre est leur force, mais aussi leur faiblesse. Ils ont atteint ce niveau de croissance où chaque fraction, accédant à l’autonomie, entre en concurrence avec les autres. Sous le règne de Ali Pacha Karamanli, donc après 1753, une lutte fratricide oppose les Jibâ’ir, d’une part, aux Sheraydât et aux Leheywât, d’autre part. A ce stade, il faut des circonstances exceptionnelles et l’autorité d’un chef à la personnalité puissante pour que le sentiment de solidarité (’asabiyya) fondé sur le lien du sang (rihm), rassemble la nation tout entière. Ce fut le destin de Sayf al Nasr, des Jibâ’ir, de réunir les fractions divisées, pour les mener à un combat dont l’objectif était l’indépendance vis-à-vis des pachas de Tripoli.

25Les rivalités qui opposèrent les clans, puis l’oeuvre de réconciliation entreprise par Sayf al Nasr, nous les connaissons par les notes laissées par Gustav Nachtigal dans son ouvrage Sahara und Sudan (1881, p. 366-367).

26Ces événements, si graves pour les membres du groupe, n’ont évidemment pas attiré l’attention des observateurs étrangers. Ce n’est qu’en termes très généraux que Caulles, consul de France à Tripoli, en 1753, remarque que les Arabes se battent entre eux.

  • 1 Tripoli, 27 avril 1753. Journal, à la date du 12 avril. AE B 1093.

« La campagne n’est pas tranquille. Il se passe journellement des hostilités entre des tribus fort animées les unes contre les autres. Le pacha voit tranquillement ces divisions. On prétend même qu’il n’en est pas fâché par l’espérance qu’elles affaibliront ces Arabes et qu’il lui sera plus facile de les tenir dans le devoir ou de les y remettre »1.

27C’est dans la dernière année du règne de Muhammad Pacha, père de Ali, que le consul de France écrivait ces lignes.

28Dix-huit ans plus tard, Ali Pacha ne voit plus les Arabes d’un oeil si tranquille. Ils représentent désormais une menace pour le trône et vont contribuer à précipiter la Régence dans sa crise la plus grave.

  • 2 De Lancey, Tripoli, 29 mars 1771. AE B’ 1102.

29Nous sommes en 1771. La situation économique de Tripoli est désastreuse. Les dettes s’accumulent, dont les puissances européennes exigent le payement. Mais où trouver l’argent ? La campagne est exténuée par les exactions des ministres et la famine consécutive à une sécheresse qui sévit depuis plusieurs années ; la course, faute de navires et surtout d’armements, ne rapporte rien. Quant au château du pacha, c’est « un lieu insigne d’iniquités et d’horreurs. Ce prince ne rend plus la justice... De là, il résulte un désordre et un dépérissement irrémédiable... particulièrement dans le commerce »2.

  • 3 De Lancey, Tripoli, 31 juillet 1771. AE B’ 1102.

30C’est dans ce contexte que de Lancey, consul de France, somme le pacha de lui verser un solde de 4 200 sequins. Celui-ci s’engage à s’acquitter dans les deux mois, « devant recevoir, à ce qu’il assure ainsi que le public, 20 000 sequins de la tribu des Weledi Suleïman, ou enfants de Suleïman, dans le désert. Il est vrai qu’ils sont rentrés dans l’obéissance, qu’il tient ici leurs otages et qu’il a fait partir Bey Abdallah, son beau-frère, avec un détachement de cavalerie pour aller recueillir cette somme »3.

31Pour la première fois, le nom des Ulâd Sulaymân apparaît dans la correspondance consulaire. Sachons bon gré à Monsieur de Lancey d’avoir suivi avec tant de diligence l’affaire de ses 4 200 sequins.

32Apaiser le pacha par de bonnes paroles est une chose, payer en est une autre. A la fin de juillet, après quatre mois de campagne, le bey est de retour. « La tribu des Weledi Suleïman n’a pas tenu l’engagement qu’elle avait été forcée de prendre de payer 20 000 sequins ». L’épreuve de force est engagée, qui ne verra son dénouement, provisoire, qu’en 1814.

33De cette guerre de 43 ans, aux rebondissements imprévus, les consuls n’ont retenu, et probablement connu, que quelques épisodes. Ne le regrettons pas trop : nous sommes en droit de penser que les faits qu’ils ont pris soin de consigner dans leurs dépêches sont les plus significatifs.

  • 4 De Lancey, Tripoli, 24 mai 1772. AE B’ 1103.

34En 1772, moins d’un an après l’affaire des sequins, les Ulâd Sulaymân tirent parti d’un différend avec d’autres Arabes pour renforcer leur position de la manière la plus spectaculaire. Habitants de la Syrte, où ils avaient leurs pâturages mais aussi des terres cultivées par des esclaves, ils s’étaient appropriés, dans les environs de Mesurata, les champs abandonnés par les Fregiani. Or, ceux-ci, de retour, avaient repris leurs anciennes terres, faisant main basse, par la même occasion, sur les grains et les bestiaux des occupants. Le pacha entendit régler lui-même le litige. Au début de mai, il rassemblait un camp à cet effet, quand les Ulâd Sulaymân le prévinrent. Ils envoyaient l’un des leurs solliciter les habitants de la montagne du Garian de les recevoir dans leur territoire. Dans le même temps, ils dépêchaient au pacha « l’un de leurs marabouts nommé Abou Sef pour traiter avec ce prince ». Et, sans attendre le résultat de ces démarches, tous se portaient sur le Garian, inaugurant ainsi une série de tentatives d’alliance. Le Garian, avec ses défenses naturelles, ses châteaux fortifiés, sa population aguerrie, impatiente du joug de Tripoli, sera pour la Régence une menace constante. Une confédération entre les Ulâd Sulaymân et les Arabes du Garian eût mis le gouvernement en péril. Elle ne se réalisera jamais. Les Arabes de la montagne tenaient trop à leur indépendance : chacun pour soi ! Ils refusèrent aux Ulâd Sulaymân l’accès de leur montagne. Ceux-ci se trouvaient dès lors en position fâcheuse, cernés, à l’ouest par les forces du pacha, commandées par Uthmân Aga, et, à l’est, par le corps de 2 000 hommes, accouru de Mesurata, aux ordres de Ramadân Aga. On attendait un choc terrible. Il ne se produisit pas. Aux deux partis, il semblait plus sage de traiter. Le 20 mai, des pourparlers s’engageaient, qui devaient durer un mois4. Avant même qu’ils eûssent abouti, les Ulâd Sulaymân marchaient rapidement sur le campement des Fregiani et les taillaient « presque tous en pièces, hommes, femmes et enfants ». Le pacha eut le bon esprit de ne pas s’en offusquer, et, le 23 juin, la paix était faite,

  • 5 De Lancey, Tripoli, 24 juin 1772. AE B’ 1103.

« ... aux conditions que cette tribu nombreuse ne donnera point de contribution, qu’elle occupera et ensemencera les terres où elle était du côté de Mesurata avant le retour des Fregiani, et que les habitants du canton de Benoulid, leurs voisins et alliés, étant plus intéressés à cette paix pour leur commerce et pour le libre passage des caravanes du Fezen sur leur territoire, payeront au pacha une fois pour toutes 200 000 piastres de Tripoli... »5.

  • 6 De Lancey, Tripoli, 20 novembre 1773. Mémoire, AE B’ 1103 et Tripoli, 12 mai 1774, AE B’1104.

35Les Ulâd Sulaymân avaient remporté, sans combat, un succès éclatant. Quelles en furent les suites ? Nous l’ignorons. Nous savons toutefois que, en 1773 et 1774, « les troubles de la campagne » empêchaient les caravanes du Fezzân de gagner Tripoli6. Ce n’était assurément pas ce qu’on attendait.

  • 7 L’absence de référence à Sayf al Nasr dans les dépêches précédentes ne prouve pas que celui-ci ne f (...)
  • 8 D’André, citant d’Esparron, 1779, Tripoli, 31 décembre 1784, AE B’ 1110.
  • 9 D’André, Tripoli, 18 juin 1780, AE B’ 1106.
  • 10 R. Tully, Tripoli, 5 novembre 1779, FO 76/3.
  • 11 D’Esparron, Tripoli, 1er janvier 1780, AE B’ 1106 et D’André, Tripoli, 7 février 1780, AE B’ 1106.
  • 12 D’André, Tripoli, 11 mai et 4 juin 1780, AE B’ 1106.
  • 13 D’André, Tripoli, 27 septembre 1780, AE B’ 1106.
  • 14 Belouchat ou Beloucha, chef des Arabes du Garian (voir ci-dessus).

36Il faut attendre 1779 pour que les Ulâd Sulaymân retiennent à nouveau l’attention des consuls. Cette année-là, pour la première fois, nous rencontrons Sayf al Nasr7. Celui dont le nom va devenir illustre se fait connaître par une action d’une grande témérité. « Il a l’audace de conduire jusqu’aux portes de la ville, à la tête de ses hordes, le prétendant au royaume de Tripoli »8, un certain Mustafa, neveu du pacha9. Les Arabes, remarque Richard Tully, consul de Grande-Bretagne, témoin de l’événement, ne risquaient pas grand-chose : « leur situation à l’intérieur des terres, et la facilité qu’ils ont de déplacer leurs tentes à quelque distance que ce fût, les mettait hors d’atteinte »10. Ils ne tentèrent pas du reste de s’emparer de la ville, aux remparts dissuasifs, se contentant de tenir la campagne, ravageant les champs, bloquant les routes caravanières11. Le prétendant s’étant porté sur le Garian, les Arabes de cette région embrassèrent sa cause, sous la conduite de leur chef, Beloucha. En mai 1780, une armée envoyée par le pacha remporta un succès, bientôt suivi de revers12. C’est seulement vers la fin de septembre que Khalîfa, shaykh des Mahâmid, remporta sur les partisans du prétendant une victoire importante, qui coûta à ceux-ci 400 tués, et les trois fils de Beloucha, faits prisonniers13. La rébellion semblait défaite lorsque Sayf al Nasr reprit l’offensive, à l’est cette fois, en attaquant Mesurata, cité administrée par Ramadân Aga. A ses fonctions de gouverneur, celui-ci joignait celles de commandant de la cavalerie du royaume. Son voisin immédiat, au levant, était Sayf al Nasr, qui tenait la côte de la Syrte. Une solide inimitié opposait les deux hommes. Or, les gens de Mesurata avaient « enlevé les tentes de quelques bergers de Ben Kassem Belouchat14, épars dans la plaine ». Sayf al Nasr s’empressa de venger cette incursion. Dans la nuit du 7 au 8 décembre, il surprenait le camp de l’Aga, s’emparait des drapeaux et des bagages, et de deux pièces de canon de campagne envoyées par le pacha. Le nombre des morts était évalué à 300.

37Cette victoire portait au régime un coup difficile à parer. D’André, à Tripoli, était bien placé pour apprécier les conséquences de la défaite infligée à Ramadân Aga.

  • 15 D’André, Tripoli, 11 décembre 1780, AE B’ 1106.

« Ce vieux guerrier, obligé de fuir à Mesurat, vient d’implorer le secours du Divan, afin de ne pas se voir enveloppé et être réduit à faire une paix qui enlèverait au royaume de Tripoli un de ses plus beaux gouvernements. L’impossibilité où on est ici de lui en envoyer est la circonstance la plus triste à laquelle peut être réduit Tripoli. Si Mesurat tombe au pouvoir de l’ennemi, le manque de cavalerie de ce gouvernement qui faisait la force du royaume l’expose à ne pouvoir plus paraître en campagne. Si le Divan envoye au secours de Mesurat la cavalerie d’alentour, Tripoli reste sans défense et peut devenir du soir au matin la conquête du prétendant et Ben Kassem Belouchat qui n’ignorent pas le coup que le dernier avantage du chek Seif Nasser vient de lui porter »15.

38Nous sommes en 1781. Reste la négociation. Mais est-elle possible ? L’obstacle principal est Ramadân Aga.

  • 16 D’André, Tripoli, 16 avril 1781, AE B’ 1107.

« Sa haine irréconciliable contre chek Annasser, que le conseil respectait, n’avait pu permettre au Divan aucune réconciliation, qui blessait la fierté de ce vieux guerrier et répugnait à son courage »16.

39Or, celui-ci, fort à propos, mourait le 16 avril, était remplacé par Salem Aga. Dès lors, la voie était ouverte. Le 31 août, d’André pouvait annoncer que la paix était conclue. Le récit qu’il fait de l’événement est trop significatif pour n’être pas cité intégralement.

  • 17 Le passage de la deuxième personne du singulier à la deuxième personne du pluriel, assez habituel e (...)
  • 18 D’André, Tripoli, 31 août 1781, AE B’ 1107.

« Les marabouts travaillaient ici à la paix, supposé qu’elle puisse durer longtemps, des provinces situées au levant du royaume. Chek Nasser, qui commande, dans le fond du golfe de la Sirte, le contour de 140 lieues qui ne dépendent ni de Mesurat ni de Bengasi, sollicité par les santons, invité par le pacha à y concourir en se réconciliant avec Hadgy Salem Aga, commandant à Mesurat, est venu prendre le grand marabout à deux jours distant de Tripoli, et a envoyé de là son fils au pacha. Ce jeune chek, qui n’a que seize ans, dont la taille et la figure avantageuse ne cède en rien à une éloquence naturelle et peu commune à son âge, dit au pacha en l’abordant : « Reprends, Prince, l’haman que vous avez envoyé à mon père. Je ne vous le rends pas pour vous faire souvenir qu’il est pour nous un gage de sûreté et de pardon, mais pour laisse votre justice en liberté si vous jugez que nous soyons coupables. Si votre Excellence demande le sacrifice que la haine de notre famille a vouée à celle de Ramadân Aga, la mort de ce guerrier l’a totalement éteinte dans nos coeurs et s’il faut pour le rétablissement de la paix, la satisfaction de votre Excellence pour la tranquillité du royaume, que le fils de Seif Nasser le signe de son sang ma tête est à vos pieds et mon père vous l’offre en témoignage de son obéissance et de sa soumission à vos volontés »17.
« L’air affectueux dont il prononça les dernières paroles attendrirent le pacha et il le releva et luy dit, ainsi qu’à Hadgy Salem Aga, de le suivre à l’intérieur du château. Ils en ressortirent fort tard, et, par les rapports qu’ils ont ensemble on ne doute pas que le pacha ne les ait réconciliés. On prétend même que c’est avec des avantages très considérables pour chek Seif Nasser, qu’on espère voir venir joindre son fils à Tripoli »18.

40Sayf al Nasr ne vint pas, et veille toujours par la suite, à se tenir ; distance. La prudence le conseillait. Si le pacha avait été sensible à la noblesse charmante du fils, il n’avait pas pardonné au père.

41En mai 1783, Hasan Bey, fils aîné du pacha et héritier présomptif se mit en campagne avec sa cavalerie. Son but était de recueillir le tribut de Beloucha et de Al Nasr. Le premier se retira dans son château du Garian, se contentant de lui députer, avec le tribut, l’un de ses fils.

  • 19 D’André, Tripoli, 24 juin 1783, AE B’ 1109.

« La même marche a été suivie par le chek Nasser en-delà de Mesurat. Se intrigues passées avec le prétendant et le souvenir de ses méfaits l’ont tenu constamment éloigné de trois jours du camp du prince, malgré les invitations réitérées qu’il a reçues de s’y rendre. Son fils seul s’y est présenté avec le tribut D’où l’on conclut aisément que si la tête de ces deux chefs de parti entre dans le plan de campagne, afin d’assurer la tranquillité du souverain et du pays, 1 but en est manqué, le fruit de la sortie du bey se réduisant à 60 000 sequins 400 chameaux, 50 juments et quelques troupeaux de moutons »19.

42Son pardon, Al Nasr finit par l’arracher l’année suivante. Le naufrage d’un navire français lui en donna l’occasion. Le 22 janvier 1784, le capitaine Tournel naviguait sur le golfe de Syrte, quand une voie d’eau l’obligea amener son bâtiment à terre. Il s’attendait à être dépouillé ; il fut aussi capturé avec son équipage de six matelots. Il eut pourtant tout loisir d’alerter le consul

  • 20 D’André, Tripoli, 22 février 1784, AE B’ 1110.

« Nous sommes entre les mains du chek Nasser, sans espoir d’aucune liberté... On nous détient parce que le pacha et tous les gens grand (sic) de Tripoli on lui doit de l’argent et jusqu’à ce que lui soit rendu nous n’espérons aucune liberté ainsi nous vous prions de faire votre possible pour nous délivrer de l’esclavage »20.

43Le but de Sayf al Nasr était clair : obliger la France à faire pression sur le pacha pour obliger celui-ci à traiter. Les Français étaient des otages.

  • 21 D’André, Tripoli, 28 mars 1784, AE B’ 1110.

44Le pacha confia le soin de négocier à Abdallah Melitan, raïs de la marine de Mesurata, ami du chef rebelle. En fin mars, celui-ci était de retour avec le capitaine et trois matelots. Sayf al Nasr gardait les trois autres, et, pour plus de sûreté, les menait au Fezzân, « sous prétexte que le style menaçant de la lettre du pacha était plutôt fait pour le courroucer que pour l’engager à remettre ces marins en liberté »21. Le consul comprit dès lors

  • 22 D’André, Tripoli, 31 décembre 1784, AE B’ 1110.

« Le dessein d’un rebelle qui, luttant d’autorité avec le despote, veut lui faire sentir qu’il ne le craint pas et qu’il n’accordera les trois matelots qui restent en son pouvoir qu’à l’oubli de sa désobéissance et au pardon de l’audace qu’il eut de conduire jusqu’aux portes de la ville en 1779, à la tête de ses hordes, le prétendant au royaume de Tripoli »22.

45Le 26 mars 1784, d’André était reçu en audience et parvenait à convaincre le pacha. Le 28, il pouvait écrire, au sujet de Sayf al Nasr :

  • 23 D’André, Tripoli, 28 mars 1784, AE B’ 1110.

« J’apprends avec plaisir qu’on travaille dans le château à un habillement complet qu’on lui destine. Hadgy Abdallah, chargé de nouveau de le rejoindre, ... le lui présentera et je me flatte que son retour sera l’espoir de la délivrance des trois Français qui sont encore dans le désert »23.

  • 24 D’André, Tripoli, 25 juillet 1784, AE B’ 1110.

46Le consul voyait juste. Le 25 juillet 1784, le pacha lui remettait les trois matelots24.

  • 25 D’André, Tripoli, 8 juin 1785, AE B’ 1106.
  • 26 D’André, Tripoli, 29 octobre 1785, AE B’ 1106.

47Le présent d’un habit de prix était une distinction honorifique, comme aujourd’hui une décoration (mais plus utile). De ce côté, Sayf al Nasr avait atteint son but. Il gagnait un autre avantage : l’établissement de relations directes avec la France. Celle-ci, pour éviter que pareille aventure ne se reproduisît, lui envoya en juin 1785 une paire de pistolets montés en argent25. Il répondit en octobre par des lettres où il disait sa reconnaissance, offrait ses services, et surtout garantissait la sécurité des navigateurs français26. C’était le début d’une longue histoire d’amitié, et presque de connivence, entre les Ulâd Sulaymân et la France.

  • 27 Vallière, Tripoli, 20 octobre 1787, AE B’ 1113.

48Le lecteur aura apprécié, comme moi, les dépêches de Monsieur d’André. Nous ne les lirons plus. Dès la fin de 1786, la maladie contraignit le consul à confier les affaires à Vallière. Il devait mourir le 20 octobre 1787, laissant le consulat vacant. Vallière lui succèdera27.

49Dans la dernière année de sa vie, d’André eut la satisfaction de voir son oeuvre porter des fruits. Entre Vallière et le chef arabe, les cadeaux, les lettres s’échangeaient. De nouveaux naufragés n’avaient vraiment plus rien à craindre. Bien plus, le pardon accordé par le pacha était renouvelé. Sayf al Nasr prit l’initiative de mettre à l’épreuve les bonnes dispositions du régent. En fin février, il s’avança « avec ses hordes » jusqu’à cinq ou six lieues de Tripoli. Grosse émotion dans la cité !

  • 28 Vallière, Tripoli, 10 avril 1787, AE B’ 1113.

« Le pacha expédia sur le champ un courrier demander au chek le motif de son approche. Sa réponse ayant été celle d’un sujet soumis, le prince lui envoya un caffetan. Les Arabes ont continué leur campement, mais ont respecté, jusqu’à présent, les Tripolins et leurs moissons »28.

  • 29 Vallière, Tripoli, 29 mai 1788, AE B’ 1113.
  • 30 Vallière, Tripoli, 20 juillet 1788 et 29 mai 1788, dito.
  • 31 Vallière, Tripoli, 29 mai 1788, AE B’ 1113.
  • 32 Vallière, Tripoli, 29 mai 1788, AE B’ 1113.

50En 1788, un événement insolite alimenta les conversations à Tripoli. Le fils aîné du sultan du Maroc, revenant du pélerinage à La Mecque avec sa nombreuse suite, avait épousé, sur sa route, une fille de Sayf al Nasr29. Si le chef arabe espérait par cette alliance augmenter son prestige, il se trompait. Yazîd – c’était le nom du prince – était un être brutal et excentrique30, la fille était laide31. La réprobation fut générale. A tel point que le consul britannique, R. Tully, prétendit qu’il s’agissait d’un rapt (Tully, 1816, p. 196), ce qui paraît peu vraisemblable. Le régent, pour sa part, « se disait honteux pour lui et pour le roi du Maroc »32. D’autres filles et petites-filles de Sayf al Nasr iront peupler les harems de potentats africains. Le sacrifice demandé à ces jeunes demoiselles aura parfois des conséquences heureuses (voir ci-après).

51L’année 1789 nous ramène à des choses plus graves. Le bruit des dissensions qui, au sein de la famille royale, dressent les fils contre le père, et les frères l’un contre l’autre, commence à se répandre. Sayf al Nasr en profite pour retenir le tribut qu’on lui réclame. Voilà de nouveau la paix rompue. Le pacha envoie ses trois fils, Hasan Bey, Ahmad et Yûsuf, avec une armée, contre le récalcitrant... Richard Tully, qui relate ces faits, ne parle plus des Ulâd Sulaymân, mais des Sayf al Nasr. La lutte qui oppose les Arabes et Tripoli prend en effet désormais l’aspect d’une affaire entre deux familles : Sayf al Nasr et ses fils, d’un côté, le régent et les siens, de l’autre.

52Dans cette campagne, pour la première fois semble-t-il, les Arabes mettent en oeuvre la tactique de la terre brûlée, obligeant l’adversaire à « s’avancer beaucoup plus loin qu’il n’en avait l’intention ». De son côté, Yûsuf révèle son caractère :

« Ses manières sont si violentes avec les Arabes, et il commet de telles déprédations qu’il met en péril la vie du bey, que les Arabes considèrent comme responsable... » (Tully, 1816, p. 180-181).

  • 33 Vallière, Versailles, 5 janvier 1786, Mémoire sur Tripoli de Barbarie, AE B’ 1112.

53Peut-être aussi songe-t-il déjà à éliminer un aîné encombrant. Jusque-là, il avait bien caché son jeu ! Trois ans plus tôt, Vallière voyait encore en lui un jeune homme « à la belle figure », qui « s’annonce avantageusement »33.

54Malgré le désaccord entre Yûsuf et Hasan, l’armée royale remporta un succès. Khalîfa, shaykh des Mahâmid, allié de la régence, en fut la cause involontaire. Encore hésitant, semble-t-il, entre deux partis également puissants, il trahit le bey en révélant à Sayf al Nasr sur quel point et à quel moment attaquer. Le bey éventa la manoeuvre et ce furent les Sayf al Nasr qui furent défaits. Quatre-vingt têtes des leurs, tués au combat, prirent le chemin de Tripoli pour être exposées sur les remparts du château. Des pourparlers de paix s’ensuivirent, bientôt rompus par la prétention du bey de reconstruire, « quelque part dans les sables », un château jadis édifié par Muhammad Pacha, père de Ali. Les Arabes, tant Ulâd Sulaymân que leurs alliés Bani Ulîd, refusèrent. Les hostilités reprirent. Le bey ramena-t-il le tribut ? On ne nous le dit pas. Mais nous savons que Khalîfa, réfugié au camp de Sayf al Nasr après sa trahison (Tully, 1816, p. 182-184), regagna le parti du vainqueur. Il allait devenir le principal allié de Yûsuf.

  • 34 Pellegrin, Tripoli, 30 juillet 1790, AE B’ 1113 et Tully, 1816, p. 226-228.

55Avant d’entreprendre la série de crimes et de trahisons qui devait lui ouvrir le chemin du pouvoir, mais aussi lui faire beaucoup d’ennemis, Yûsuf sentait la nécessité de s’assurer le concours d’un chef arabe influent. Ce ne pouvait être que Khalîfa, à la tête d’un peuple qui comptait parmi les plus importants, proche de la capitale par surcroît. Certes, le shaykh des Mahâmid n’était pas homme de fidélité, mais il était cupide : il suffirait de l’acheter, très cher. Yûsuf lui écrivit pour attirer son attention sur « l’incapacité du pacha de porter le fardeau de la régence » (Al Ansâri, 1899, p. 300). Ce que cachait, émanant de Yûsuf, cette constatation banale, un homme comme Khalîfa était bien propre à le comprendre. Le 20 juillet 1790, en plein palais, Yûsuf abattait son frère Hasan de deux coups de pistolet, blessant sa propre mère à la main. Il n’avait alors que vingt ans34.

  • 35 De Champ-Lagarde, Tripoli, 8 juillet 1791, Mémoire, AE B’ 1113.

56Dans Tripoli, dans le pays, le scandale fut énorme. La réprobation dont Yûsuf fut l’objet s’étendit bientôt au pacha. La mansuétude du père pour son fils criminel paraissait tellement suspecte que le vice-consul de France osait affirmer que le régent était complice35.

57Parmi les opposants, se distinguaient Salem Aga de Mesurata et Sayf al Nasr ; les deux anciens ennemis se trouvaient réunis dans le soutien d’une même cause. Yûsuf obtint de son père l’autorisation de mener campagne contre la cité rebelle. Ahmad, devenu bey par la mort de son frère, aurait dû conduire les opérations. Il se récusa, alléguant, fort justement, qu’on ne pouvait faire la guerre avant d’avoir tenté la conciliation. Yûsuf n’en avait cure. Il partit seul suivi de Khalîfa et de ses Arabes. Un moment, on crut ce dernier défaillant. Il s’était seulement attardé au château pour arracher au pacha le prix de ses services. Le régent, remarque Richard Tully, était bien obligé d’en passer par les exigences du shaykh : il était d’importance vitale que celui-ci rejoigne le camp, et surtout ne passe pas du côté de Sayf al Nasr.

58Cette fois, malgré les craintes de Yûsuf et des siens, Khalîfa se montra fidèle. Et, dans un combat qui l’opposa en novembre 1790 à Sayf al Nasr, il tua un fils de ce dernier, dont on rapporta la tête à Tripoli. Le consul britannique, qui rapporte ces faits, ne dit pas malheureusement qui était ce fils (Tully, 1816, p. 237 et 241). Il eût été tragique que ce fût le même qui, quelque dix ans plus tôt, haranguait le pacha avec tant de bonheur.

  • 36 De Champ-Lagarde, Tripoli, 8 juillet 1791, Mémoire, AE B’ 1113.

59Sept mois plus tard, en juin 1791, Yûsuf entrait en rébellion contre son père36. Pendant deux ans, il travailla à réunir des partisans et, le 21 juin 1793, il paraissait sous les murs de Tripoli en compagnie de Khalîfa et de ses Arabes. La ville semblait sur le point de capituler quand, le 29 juillet, un aventurier turc débarqua dans le port, muni d’un firman du calife, destituant Ali et l’instituant gouverneur. Le pacha évincé trouva refuge à Tunis, tandis que Yûsuf continuait la lutte sur place.

  • 37 Guys, Tripoli, 21 juillet, 7 août, 20 septembre 1793, AE ccc Tripoli de Barbarie, t. 26 et Al Ansâr (...)
  • 38 Guys, Tripoli, 14 thermidor an 2, AE ccc Tripoli de Barbarie, t. 26.

60Devant l’intrus, tout le pays se trouva dans l’opposition. Seul Salem Aga soutint le nouveau régime37. Quelle fut l’attitude de Sayf al Nasr ? Les renseignements obtenus par le consul de France (1794) sont trop confus, trop peu sûrs aussi – « on prétend que... » écrit-il prudemment – pour qu’on puisse leur donner beaucoup de crédit38. Le caractère parfois contradictoire de ces renseignements semble traduire l’indécision du chef arabe entre deux ennemis également abhorrés, le Turc et Yûsuf.

  • 39 Guys, Tripoli, 30 nivose an 3, AE ccc Tripoli de Barbarie, t. 27.

61Le gouvernement du pacha turc, en réalité un renégat géorgien, ne dura pas trois ans. Le 25 nivose an 3 (14 janvier 1795), une armée tunisienne le chassait et rendait le trône aux Karamanli. Le nouveau pacha était Ahmad, en faveur de qui son père venait d’abdiquer39. Son règne ne dura qu’un peu plus d’un an. Vers le 24 février 1796, Yûsuf réussissait à l’évincer (Al Ansâri, 1899, p. 311).

  • 40 Guys, Tripoli, 13 germinal an 5, AE ccc Tripoli de Barbarie, t. 29.

62Les débuts du règne de Yûsuf (1797) furent prospères. La course et le commerce étant les principales ressources du royaume, le nouveau régent s’appliqua à reconstruire la marine et à rétablir le trafic caravanier. Dès le 13 germinal an 5 (2 avril 1797), le consul Guys écrivait à Charles de la Croix, ministre des Relations Extérieures : « Les caravanes de l’intérieur reprennent. Il en est arrivée une du Fezzân »40.

  • 41 Donagh to Lord Pelham, Tripoli, 2 décembre 1802, FO 76/5.

63Les routes pourtant restaient peu sûres, les Arabes de l’intérieur étant insoumis. A partir de 1802, Yûsuf se donna pour but de réduire ceux-ci. En octobre ou novembre de cette année, « il équipa un grand camp qui conquit les rebelles et amena leurs chefs à se soumettre... et ouvrit de libres communications pour les caravanes de La Mecque et du Fezzân... Le pacha, en ce peu d’années, est devenu plutôt redoutable dans ses forces »41.

64Al Ansâri place en 1806 une expédition contre les Ulâd Sulaymân. Il la raconte ainsi :

« Le shaykh Ahrnad Sayf al Nasr... s’en prit à des navires de commerçants étrangers, sur les bords de Surt (Syrte). Yûsuf lui envoya son fils, Mihimmed Bek, avec des soldats. Le shaykh Ahmad s’avança vers lui à la tête de ses troupes d’Arabes nomades (’urbâri). Ils engagèrent un violent combat au cours duquel le shaykh Ahmad et beaucoup de son peuple (qawm) périrent. Ses troupes se dispersèrent, et son fils, Abd al Jalîl, enfant non parvenu à l’âge de discrétion, fut saisi. Les Arabes nomades de ces parages se soumirent à Mihimmed Bek, et l’ordre régna » (Al Ansâri, 1899, p. 315).

  • 42 A. Lacquement. Tradition orale des Jibâ’ir du Kanem. Note dactylographiée. Collection personnelle d (...)

65Al Ansâri, comme la plupart des écrivains arabes de son époque (il écrit avant 1898), ne cite pas ses sources. Que l’incident soit authentique, c’est d’autant plus probable qu’il est daté, et il est difficile de prendre l’auteur en défaut quand il s’agit de chronologie. Mais que ce soit Ahmad qui ait trouvé la mort en cette occasion est très douteux. Al Ansâri est ici victime d’une confusion. Il fait de Ahmad le père de Abd al Jalîl. Or, il est certain que celui-ci n’était pas fils de Ahmad, mais de Ghayth, comme il l’attestera lui-même plus tard dans toute sa correspondance et par son sceau. L’auteur du reste rectifiera plus loin, page 333, en écrivant que ce fut Ghayth, père de Abd al Jalîl qui fut tué au combat de 1806. Il est probable que la victime de cette rencontre ne fut ni Ghayth ni Ahmad. Le premier fut tué par les Arabes Husûn, laissant trois orphelins, Umar, Abda al Jalîl et Sayf al Nasr42. Quant à Ahmad, il sera tué plus tard, en 1812, dans d’autres circonstances, comme en témoignera Beaussier, en fonction à Tripoli au moment de l’événement.

66La défaite subie par les Ulâd Sulaymân en 1806 semble bien avoir eu l’ampleur et les conséquences que lui prête Al Ansâri. Désormais, en effet, ce n’est plus dans la Syrte, mais en Cyrénaïque, au Fezzân et dans le désert d’Augila que nous rencontrerons les Ulâd Sulaymân. Le théâtre d’opérations s’est déplacé vers l’est et vers le sud.

67En 1811, Mihimmed Bek mena un camp à Dema. L’expédition avait pour but de recueillir le tribut, mais aussi de montrer que le régent était le maître. Les moyens mis en oeuvre, les exigences formulées étaient propres à exaspérer les Arabes et à les pousser à la révolte. Le 10 décembre, le consul de France écrivait :

  • 43 Beaussier, Tripoli, 10 décembre 1811, Bulletin de nouvelles n° 3, AE ccc Tripoli de Barbarie, t. 33

« Mehemet bey, fils aîné du pacha, absent depuis près d’un an avec une armée qui s’est portée à Derna pour recueillir les contributions, est actuellement en quelque sorte bloqué à Benghasi à la suite des exécutions qui ont eu lieu de certains personnages envoyés vers lui sur la foi des traités par quelques tributs (sic) d’Arabes et de la détention de quelques autres. Le cheik Nasser est celui qui est le plus aigri, et cependant le pacha veut exiger de lui qu’il abandonne ses voisins et alliés tandis que la force de tous ne peut exister que dans leur union. Ce prince a envoyé ces jours derniers à son fils un secours de 1 000 fantassins par mer et autant par terre afin qu’il puisse sans danger continuer sa route et effectuer son retour en cette ville. Son départ de Derne fut précipité après avoir fait égorger une vingtaine d’habitants qu’il tenait en prison et il gagna Benghasi à marche forcée »43.

68Notons au passage l’importance des effectifs désormais déployés pour réduire les Arabes. Mihimmed pourra rentrer sain et sauf, après avoir infligé aux Ulâd Sulaymân une défaite mémorable (1812).

  • 44 Beaussier, Tripoli, 1er mars 1812, AE ccc Tripoli de Barbarie, t. 33.

« Mehemet Bey, fils aîné du pacha, a effectué heureusement son retour en cette ville le 10 du mois passé (février), après une absence de treize mois et après avoir vaincu complètement le cheik Acmet (Ahmad) Nasser qui a voulu le combattre en s’opposant à son passage et dont la tête a été portée au pied du trône et exposée ensuite aux regards du public sur les murs du château. Mehemet Bey est revenu chargé des dépouilles de cette tribu ennemie. Indépendamment d’un bétail considérable, il est arrivé avec 14 caisses d’argent ouvré, 8 caisses de piastres fortes d’Espagne, et une caisse de monnayes d’or »44.

69C’est un trait constant de l’histoire des Ulâd Sulaymân que, chaque fois qu’on les croit annihilés et privés de leur chef, ils reparaissent ailleurs, dans toute leur combativité. La raison en est dans leur nombre et leur dispersion sur de vastes territoires. Et puis, Sayf al Nasr eut de nombreux fils, tous d’un grand courage. A peine Ahmad tué, un de ses frères le vengeait.

  • 45 Beaussier, Tripoli, 22 mai 1812, dito.

« Le cheik arabe, frère de celui dont la tête fut envoyée au pacha le 10 février dernier, s’est avancé dernièrement à la tête d’une armée jusque sous les murs de Benghasi où il s’est livré un combat dont il est sorti vainqueur. Les récoltes de ce canton ont été détruites et l’eau coupée. Il va partir d’ici 1 000 fantassins par mer et 2 000 cavaliers par terre sous le commandement sans doute de Mehemet Bey, fils aîné du pacha afin de réprimer l’audace de cet ennemi qui ne respire que vengeance, ou le pousser bien avant dans l’intérieur des terres. Benghasi sera fréquemment inquiété par ces Arabes bédouins qui reviendront à la charge aussitôt que les troupes du pacha seront retirées »45.

70A peu près dans le même temps qu’il mettait son fils en campagne, Yûsuf lançait une autre offensive, diplomatique celle-ci, vers le Fezzân. De ce côté, les Ulâd Sulaymân interceptaient les caravanes quittant Mourzouk pour Tripoli. Le but du régent était de leur opposer un autre peuple arabe, les Bishr, qui avaient leurs tentes dans le Wadi Shati, à quelques kilomètres au nord de Mourzouk. Il leur dépêcha un certain Bou Bekr, auquel

« Il recommanda... de décider Bichr lui-même, avec ses plus intimes amis, à entrer dans le projet combiné contre les brigandages interminables des Seyf-el-Nasr. Youçef promettait aux Bichr le secours et l’appui d’un corps de troupes, leur promettait aussi ses bienfaits et sa protection, s’ils voulaient combattre les Seyf-el-Nasr, les poursuivre jusqu’à extinction et les réduire aux abois » (El Tounsy, 1851, p. 567-568).

71Bou Bekr accomplit sa mission. Al Tunsy en fut témoin. Mais il ne nous dit pas quelles en furent les résultats, et sans doute n’en eut-il pas connaissance. Beaussier, par contre, nous fait le compte rendu de l’expédition du bey.

  • 46 Beaussier au duc de Bassano, ministre des Relations Extérieures, Tripoli, 27 septembre 1812, AE ccc (...)

« Mehemet Bey, fils aîné du pacha, a marché de succès contre les rebelles de l’intérieur. Il les a poursuivis à outrance et presque exterminés, et a fait sur eux un grand butin »46.

  • 47 Ritchie to Goulburn, Mourzouk, 25 août 1819, CO 2/8.

72Il est clair que Al Tunsy et Beaussier, chacun de leur côté, ont eu le sentiment que Yûsuf entendait annihiler les Ulâd Sulaymân. Il leur porta le coup fatal à l’automne 1812 en mettant fin au règne d’Al Muntasir à Mourzouk, et en nommant Al Mukni bey du Fezzân. En la personne d’Al Muntasir, dernier souverain d’une dynastie au pouvoir depuis des siècles, les Ulâd Sulaymân perdaient un ami sûr. « Il avait refusé de livrer quelques Arabes de la tribu rebelle des Weled Suleyman qui avaient trouvé refuge dans ses dominions », écrit l’explorateur Ritchie, et c’était le prétexte invoqué par Yûsuf pour le détrôner47.

73Al Mukni, au contraire, était un adversaire déclaré. Et s’il put s’emparer si facilement du Fezzân, c’est que les Ulâd Sulaymân étaient occupés ailleurs. Peu après cependant, ceux-ci revenaient et investissaient Mourzouk. Le pacha, décidé d’en finir, expédia une armée de secours qui prit les rebelles à revers dans le Wadi Shati et en fit un massacre (Lyon, 1821, p. 55).

74Les Ulâd Sulaymân, décimés par ces coups successifs, chassés des territoires habités, se regroupèrent dans les sables de Augila, sous la conduite de Sayf al Nasr, probablement fils de Sayf al Nasr le grand, peut-être le même qui, en mai 1812, livrait combat à Benghasi pour venger Ahmad. D’autres Arabes habitaient ces régions dangereuses : les Mejâbra, grands caravaniers du désert, des amis, mais aussi les Banû Sa’d, dont il fallait sans cesse repousser les assauts.

  • 48 » The story of Ja’far, son of the sultan of Wadai », United Service Journal, Apr., May, June 1830 e (...)

75Si Sayf al Nasr, le deuxième du nom, est connu, c’est qu’il se distingua en 1814, dans le désert, par une action chevaleresque. Un jour qu’il chevauchait à la tête de 700 cavaliers, tant blancs que noirs, il tomba, au sud de Augila, sur une caravane égarée. Les chameaux étaient morts de soif, les hommes étendus sur le sol, attendaient la mort. Parmi eux se trouvait Ja’far, fils aîné du sultan Saboun du Wadday, âgé d’une dizaine d’années, que son père envoyait étudier en Egypte. Le chef arabe les recueillit, les entoura de soins, et les fit conduire à Benghasi, où lui-même évita de pénétrer. Cela se passait en l’an 1814, probablement dans la seconde moitié de cette année48.

  • 49 Delaporte, Tripoli, 27 décembre 1814 et 14 février 1815, AE ccc Tripoli de Barbarie, t. 33.

76Yûsuf, dont les ambitions étaient grandes, était résolu à « réduire les Arabes bédouins ». En décembre 1814, il confia à Mihimmed Bey le soin de mener une nouvelle expédition, dont l’objectif était Benghasi, Dema, Augila, et même l’oasis indépendante de Siwah, convoitée par Mehemet Ali, vice-roi d’Egypte. Jamais encore il n’avait visé si loin, jamais non plus il n’avait envisagé de tels effectifs : quatre à cinq mille hommes. Le bey se mit en route le 12 février 181549. Je n’ai pas retrouvé, hélas, de compte rendu de cette campagne.

77Si l’on en croit Denham, les Ulâd Sulaymân auraient subi une ultime défaite, en 1816, sur le plateau de Hormut Mahulla. A partir de cette date, nous n’entendons plus parler d’eux. Ils resteront dans l’ombre pendant quatorze ans (Denham, 1826, p. 36-37).

78Au moment de clore cette enquête, force est de reconnaître que la personne de Sayf al Nasr reste entourée de mystère. Nous ignorons même la date et les circonstances de sa mort. Nachtigal écrit qu’il fut assassiné sur l’ordre de Yûsuf Pacha, vers 1800. Mais il est encore cité par Beaussier en 1811.

  • 50 Subtil, Mémoire, 8 décembre 1840, AE ccc Tripoli de Barbarie, t. 38 et Subtil, 1844, p. 8.

79Ses fils sont morts au combat, et, s’il en est qui ont survécu, ils n’ont pas retenu l’attention. Mais ses petits-fils et ses petites-filles feront revivre la mémoire de son nom. Après la défaite et la mort de Ahmad, les fils de Ghayth furent emmenés par le vainqueur à Tripoli, où ils furent éduqués par le régent. C’étaient Umar, Abd al Jalîl et Sayf al Nasr. Umar, élève studieux, renommé pour son savoir, ira, à l’âge de vingt ans, fonder une école au pays toubou, c’est-à-dire au Kawar, probablement à Dirki. Abd al Jalîl, secondé par son frère, Sayf al Nasr, lancera en 1830 le grand mouvement de révolte qui ébranlera le trône, et fondera au Fezzân un Etat indépendant, éphémère il est vrai. Ses soeurs serviront, à leur manière, les intérêts de la famille. L’une sera donnée au derdey des Toubou (du Kawar, selon toute vraisemblance), une autre au puissant shaykh des Banû Sa’d50.

  • 51 Warrington to Lord Glenelg, Tripoli, 29 novembre 1835, FO 76/39.

80Mais il convient de citer à part une union qui se révèlera particulièrement utile. En octobre ou novembre 1835, donc près de deux ans avant sa mort, Muhammad al Amîn al Kânemi, sultan du Bornou, épousait une fille de Ghayth51. De la mariée nous ne savons rien, sinon qu’elle n’était plus toute jeune, puisque son père était mort avant 1812. L’histoire aurait dû retenir le nom de celle qui, sans le savoir, préparait la voie à l’exode des siens vers le Kanem, après la défaite de 1842.

Fig. 15 – Femmes aza en partance (Niger, 1969)

(Cliché Catherine Baroin.)

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Al Ansâri, Ahmad bek al Nâ’ib, 1899. Al manhal aladhb fî târikh tarâbulus al gharb, Istanboul (1ère édition), Maktabat al farjâni, Tripoli, Libye, s.d.

Al Hashâ’ishi, Muhammad bnu’Uthmân... al Tûnisi, 1912. Rihlat ilâ Libyâ, sanat 1895, Ali Mustafa al Misrâti (ed.), Dâr Lubnân, s.d.

Al Zawi, Al Tâhir Ahmad, 1971. A’lâm Libyâ (« Les grandes figures de la Libye »), Tripoli.

Barth, H, 1857-1858. Travels and Discoveries in North and Central Africa in the Years 1849-1855, Londres : Longman, 5 vol.

Carbou, H., 1912. La région du Tchad et du Ouadaï, Paris : E. Leroux, 2 vol.

Denham, D., Clapperton, H. et Oudney, Dr., 1826. Narrative of Travels and Discoveries in Northern and Central Africa in the Years 1822-1823, Londres : Murray.

El Tounsy, 1851. Voyage au Ouaday, Paris : Benjamin Duprat, Arthus Bertrand. Traduction française par Perron et Jomard.

Ferrandi, J., 1930. Le centre africain français : Tchad, Borkou, Ennedi, leur conquête, Paris : Lavauzelle.

Lyon, G.F., 1821. A Narrative of Travels in Northern Africa in the Years 1818,1819 and 1820, Londres : Murray.

Nachtigal, G., 1879-1881. Sahara und Sudan, Ergebnisse sechsjahriger Reisen in Afrika, 3 vol. Rééd. 1967, Graz : Akademische Druck-u. Verlagsanstalt.
1881. Traduction française par Gourdault sous le titre Sahara et Soudan, Paris : Hachette.

Subtil, E., 1844. « Histoire d’Abd el Gelil, sultan du Fezzan (assassiné en 1842) », Revue de l’Orient, Bulletin de la Société orientale, t. 5, n° 17 à 20, Paris.

Tully, R., 1816. Narrative of Ten Years Résidence at Tripoli in Africa, Londres : British and foreign public library (printed for H. Colburn). United Service Journal, 1830, avril, mai et juin.

Zeltner, J.-C., 1980. Pages d’histoire du Kanem, Paris : L’Harmattan.

Archives consultées

Paris

1 – Archives Nationales
Fonds des Affaires Etrangères. Correspondance consulaire.
Sous-collections B’ (AE B’) et B’’’ (AE B’’’).

2 – Archives du ministère des Relations Extérieures
Affaires Etrangères. Correspondance consulaire et commerciale. Tripoli de Barbarie (AE ccc Tripoli de Barbarie).
Affaires Etrangères. Nouvelle série. Correspondance politique et commerciale (AE NS).

Londres
Public Record Office, Kiew.
Foreign Office (FO).
Colonial Office (CO).

Annexes

LEXIQUE

aga, titre turc donné aux chefs militaires.

aman, en arabe ’amân, transcrit haman par Monsieur d’André : terme de droit musulman désignant la sauvegarde accordée par le vainqueur à l’adversaire qui se soumet.

Benoulid, transcription défectueuse de Banû Ulîd : population arabe qui a donné son nom à la vallée qu’elle habitait. Voir la carte.

bey ou bek, titre honorifique turc réservé à des personnages exerçant un commandement important. Le fils aîné du pacha de Tripoli, héritier présomptif, portait toujours ce titre.

calife, en arabe khalîfa, signifie : lieutenant ou remplaçant (du prophète Mahomet). Le calife était le chef, spirituel et temporel, de la communauté musulmane. Après les quatre premiers califes, choisis parmi les compagnons de Mahomet, il y eut des dynasties de califes : les Omayyades, les Abbassides, les Fatimides enfin, depuis 1453, les Turcs à Constantinople. Le califat fut aboli en 1923.

chek, voir shaykh.

course, terme de marine, désignant les expéditions sur mer menées par les corsaires. Les vaisseaux étaient armés « en course », soit par des Etats, soit par des particuliers.

divan, conseil, assemblée consultative du souverain.

firman, ordre écrit émanant du calife.

haman, voir aman.

Karamanli, voir Qaramanli.

Mesurata ou Mesurat ou Misrâta : cité importante par sa situation géographique. Son port l’ouvrait au commerce méditerranéen ; elle commandait la route de la Cyrénaïque, de l’Egypte et du pélerinage à La Mecque, et aussi la piste la plus sûre reliant Tripoli au Fezzan ; enfin elle se trouvait en bordure des terrains de parcours des Arabes nomades, en particulier des Ulâd Sulaymân. Voir la carte.

pacha, titre honorifique turc réservé en Tripolitaine au souverain prétendant. Les consuls désignaient ainsi les personnes de la famille régnante qui aspiraient au trône et entraient en rébellion. Les Arabes s’empressaient de soutenir la cause des « prétendants », dans le but d’affaiblir le pouvoir, de s’attirer les faveurs du candidat au trône en cas de succès, assurés en tout cas de n’avoir pas à payer de tribut tant que duraient les hostilités.

Qaramanli ou Karamanli. C’est en 1711 que Ahmad Qaramanli, élu gouverneur de Tripoli par le divan, c’est-à-dire l’assemblée des notables, s’était déclaré indépendant de Constantinople, fondant une dynastie qui durera jusqu’en 1835. En 1719, il avait annexé la Cyrénaïque, soustrayant ainsi à l’autorité du calife tout le territoire compris entre la Tunisie et l’Egypte. Les liens avec Constantinople n’étaient pourtant pas rompus. Tripoli demeurait, nominalement, partie de l’empire, et chaque fois qu’un nouveau souverain succédait à son père, il recevait l’investiture du calife (Al Ansâri, ouvrage cité, p. 285 à 287). Par la suite le Fezzân, relais du trafic caravanier avec le Bornou, Kano et le Wadday, tomba également sous l’autorité du pacha de Tripoli. Peu après son avènement, Ali Qaramanli (1754-1793) soumit le souverain de ce pays, désormais obligé à payer à la régence un tribut annuel de six à sept cents esclaves. (D’André, Mémoire sur le commerce de Tripoli, 10 août 1782, AEB’ 1108).

raïs, « chef » en arabe.

Régence : terme employé par les Européens pour désigner le régime politique d’Alger, de Tunis et de Tripoli, plus ou moins indépendant de l’Empire turc, selon les époques.

sequin, monnaie d’or, d’origine vénitienne. Le sequin barbaresque, qui avait cours à Tripoli, à Tunis, à Alger et au Maroc, valait : 8 livres, 15 sols de France en 1765 9 livres, 10 sols de France en 1775 9 livres, 15 sols de France en 1781. La piastre comptait pour : 20 sols de France en 1765 25 sols de France en 1775 29 sols de France en 1781. (Monsieur de La Tour, Observations sur le mémoire relatif au commerce de Tripoli de Barbarie, Aix, 18 juin 1783, AE B’’’ 176).

Shati, Shiyati sur la plupart des cartes, vallée au nord de Mourzouk. Voir la carte.

shaykh ou chek, mot arabe désignant le chef de tribu ou de fraction de tribu. Au Moyen Age, on employait plutôt le mot sayyid, « seigneur ».

Ulâd Sulaymân. Ils comprenaient quatre fractions principales : Jibâ’ir, Sheraydât, Leheywât et Miyâ’isa. Eux-mêmes, à l’origine, étaient une fraction des Banû Sulaym. J’ai consacré à leur histoire un chapitre de mes Pages d’histoire du Kanem, L’Harmattan, Paris, 1980, p. 224 à 251.

Notes de fin

1 Tripoli, 27 avril 1753. Journal, à la date du 12 avril. AE B 1093.

2 De Lancey, Tripoli, 29 mars 1771. AE B’ 1102.

3 De Lancey, Tripoli, 31 juillet 1771. AE B’ 1102.

4 De Lancey, Tripoli, 24 mai 1772. AE B’ 1103.

5 De Lancey, Tripoli, 24 juin 1772. AE B’ 1103.

6 De Lancey, Tripoli, 20 novembre 1773. Mémoire, AE B’ 1103 et Tripoli, 12 mai 1774, AE B’1104.

7 L’absence de référence à Sayf al Nasr dans les dépêches précédentes ne prouve pas que celui-ci ne fût pas déjà à la tête de son peuple. De Lancey en effet ne cite aucun nom de chef arabe. D’André, son successeur, en connaîtra au moins trois : Sayf al Nasr, Beloucha, chef du Garian, et Khalîfa, shaykh des Mahâmid (Khalîfa était de la fraction des Nuwayr).

8 D’André, citant d’Esparron, 1779, Tripoli, 31 décembre 1784, AE B’ 1110.

9 D’André, Tripoli, 18 juin 1780, AE B’ 1106.

10 R. Tully, Tripoli, 5 novembre 1779, FO 76/3.

11 D’Esparron, Tripoli, 1er janvier 1780, AE B’ 1106 et D’André, Tripoli, 7 février 1780, AE B’ 1106.

12 D’André, Tripoli, 11 mai et 4 juin 1780, AE B’ 1106.

13 D’André, Tripoli, 27 septembre 1780, AE B’ 1106.

14 Belouchat ou Beloucha, chef des Arabes du Garian (voir ci-dessus).

15 D’André, Tripoli, 11 décembre 1780, AE B’ 1106.

16 D’André, Tripoli, 16 avril 1781, AE B’ 1107.

17 Le passage de la deuxième personne du singulier à la deuxième personne du pluriel, assez habituel en arabe quand on s’adresse à un grand, le style ampoulé et parfois confus, si peu dans la manière de d’André, montrent que celui-ci a voulu respecter la lettre du discours.

18 D’André, Tripoli, 31 août 1781, AE B’ 1107.

19 D’André, Tripoli, 24 juin 1783, AE B’ 1109.

20 D’André, Tripoli, 22 février 1784, AE B’ 1110.

21 D’André, Tripoli, 28 mars 1784, AE B’ 1110.

22 D’André, Tripoli, 31 décembre 1784, AE B’ 1110.

23 D’André, Tripoli, 28 mars 1784, AE B’ 1110.

24 D’André, Tripoli, 25 juillet 1784, AE B’ 1110.

25 D’André, Tripoli, 8 juin 1785, AE B’ 1106.

26 D’André, Tripoli, 29 octobre 1785, AE B’ 1106.

27 Vallière, Tripoli, 20 octobre 1787, AE B’ 1113.

28 Vallière, Tripoli, 10 avril 1787, AE B’ 1113.

29 Vallière, Tripoli, 29 mai 1788, AE B’ 1113.

30 Vallière, Tripoli, 20 juillet 1788 et 29 mai 1788, dito.

31 Vallière, Tripoli, 29 mai 1788, AE B’ 1113.

32 Vallière, Tripoli, 29 mai 1788, AE B’ 1113.

33 Vallière, Versailles, 5 janvier 1786, Mémoire sur Tripoli de Barbarie, AE B’ 1112.

34 Pellegrin, Tripoli, 30 juillet 1790, AE B’ 1113 et Tully, 1816, p. 226-228.

35 De Champ-Lagarde, Tripoli, 8 juillet 1791, Mémoire, AE B’ 1113.

36 De Champ-Lagarde, Tripoli, 8 juillet 1791, Mémoire, AE B’ 1113.

37 Guys, Tripoli, 21 juillet, 7 août, 20 septembre 1793, AE ccc Tripoli de Barbarie, t. 26 et Al Ansâri, p. 300.

38 Guys, Tripoli, 14 thermidor an 2, AE ccc Tripoli de Barbarie, t. 26.

39 Guys, Tripoli, 30 nivose an 3, AE ccc Tripoli de Barbarie, t. 27.

40 Guys, Tripoli, 13 germinal an 5, AE ccc Tripoli de Barbarie, t. 29.

41 Donagh to Lord Pelham, Tripoli, 2 décembre 1802, FO 76/5.

42 A. Lacquement. Tradition orale des Jibâ’ir du Kanem. Note dactylographiée. Collection personnelle de Hamad Masri, N’Djaména.

43 Beaussier, Tripoli, 10 décembre 1811, Bulletin de nouvelles n° 3, AE ccc Tripoli de Barbarie, t. 33.

44 Beaussier, Tripoli, 1er mars 1812, AE ccc Tripoli de Barbarie, t. 33.

45 Beaussier, Tripoli, 22 mai 1812, dito.

46 Beaussier au duc de Bassano, ministre des Relations Extérieures, Tripoli, 27 septembre 1812, AE ccc Tripoli de Barbarie, t. 33.

47 Ritchie to Goulburn, Mourzouk, 25 août 1819, CO 2/8.

48 » The story of Ja’far, son of the sultan of Wadai », United Service Journal, Apr., May, June 1830 et Warrington to Bathurst, Tripoli, 25 octobre 1826, FO 76/20.

49 Delaporte, Tripoli, 27 décembre 1814 et 14 février 1815, AE ccc Tripoli de Barbarie, t. 33.

50 Subtil, Mémoire, 8 décembre 1840, AE ccc Tripoli de Barbarie, t. 38 et Subtil, 1844, p. 8.

51 Warrington to Lord Glenelg, Tripoli, 29 novembre 1835, FO 76/39.

Auteur

Historien du bassin du Tchad.

© CNRS Éditions, 2002

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search