Version classiqueVersion mobile

Gens du roc et du sable

 | 
Catherine Baroin

Les Toubou et la rébellion tchadienne

Robert Buijtenhuijs

Texte intégral

  • 1 L’ensemble toubou, qui comprend les Téda, les différents groupes daza, les Bideyat et les Kréda, dé (...)
  • 2 Ch. Bouquet, Tchad : genèse d’un conflit, Paris, L’Harmattan, 1982, p. 169-172.

1Deux hommes dominent, depuis 1979, la scène politique tchadienne : Hissène Habré et Goukouni Weddeye, deux hommes qui appartiennent, l’un et l’autre, à la constellation ethnique que l’on désigne communément comme les Toubou (ou parfois Goranes)1. Le fait est surprenant et en quelque sorte contraire à la logique. Les Toubou sont, d’abord, une population géographiquement périphérique, nomadisant dans les déserts de l’extrême nord du Tchad, loin des centres de décision n’djamenois. Ils constituent, ensuite, un groupe minoritaire ne représentant, d’après les chiffres les plus récents, que 6,26 % de la population totale du pays2. Troisième paradoxe : jusqu’aux dernières années, les Toubou ne se sont jamais conduits comme un « peuple-guide », selon l’expression de G. Balandier. Tout au long de la période coloniale, ainsi qu’au cours des premières années de l’indépendance, ils se sont tenus à l’écart des remous politiques qui agitaient certaines autres régions du Tchad, alors que le nombre de Toubou faisant partie des élites modernes était extrêmement réduit, du fait de la scolarisation tardive de la région du Borkou-Ennedi-Tibesti (B.E.T.). Comment expliquer, dès lors, l’ascension soudaine, foudroyante de deux personnalités toubou ? C’est à cette question que nous essaierons de répondre dans cet article, en précisant toutefois que nous ne tirerons ici que les conclusions provisoires d’une enquête qui est loin d’être terminée.

La combativité du B.E.T.

  • 3 Pour une analyse détaillée de l’histoire de la rébellion tchadienne, nous nous permettons de renvoy (...)

2Une première constatation s’impose : Hissène Habré et Goukouni Weddeye ont commencé leur carrière politique au sein du Frolinat et de la rébellion du Nord-Tchad3. Goukouni, fils de Weddeye Kefédemi, l’ancien Derdé du Tibesti, s’est engagé dans la lutte armée en mars 1968, quand les populations du B.E.T. ont rejoint le soulèvement, lancé dans le Centre-Est dès octobre 1965. Après la mort au combat, en 1969, de Mahamat Ali Taher, le premier responsable des forces combattantes toubou, Goukouni a pris la tête de l’insurrection du B.E.T., tout en continuant à reconnaître l’autorité nominale du Dr. Abba Sidick, secrétaire général du Frolinat.

  • 4 Th. Desjardins, « Chez les rebelles du Tibesti », Le Figaro, 7 mai 1975.

3Hissène Habré n’est apparu dans les rangs de la rébellion tchadienne que vers la fin de 1971, après une carrière d’étudiant à Paris et de sous-préfet au Tchad. Fraîchement accueilli par le Dr Sidick, qui s’est toujours méfié de rebelles « intellectuels » pouvant revendiquer la position de « dauphin », Habré s’est ensuite rapproché de Goukouni qui, à cette époque, était déjà plus ou moins en rupture avec le Frolinat officiel, dominé par des dirigeants originaires du Centre-Est. « Conscient que sa faible culture politique ne lui permet pas de faire le poids en face du docteur Abba Sidick »4, Goukouni propose alors à Habré la direction de ce que l’on appelait à l’époque la Deuxième armée, sur quoi les deux hommes se séparent définitivement d’Abba Sidick.

4Ensuite, Habré et Goukouni ont poursuivi, chacun à sa façon, leur carrière au sein de la rébellion, et c’est donc grâce aux victoires militaires et politiques de celle-ci qu’ils sont devenus ce qu’ils sont aujourd’hui. Pour répondre à la question qui se trouve au centre de cet article, nous devons donc avant tout étudier l’histoire récente de la rébellion du Nord-Tchad et plus particulièrement le rôle que les Toubou y ont joué. Or, ce rôle a été hors de toute proportion avec le poids démographique modeste des populations du B.E.T.

  • 5 « Dix-neuf questions à Abba Sidick », Bulletin de liaison du Centre d’Etudes Anti-Impérialistes (C. (...)
  • 6 R. Buijtenhuijs, op. cit., p. 250.

5Pourtant, durant la première période de la lutte armée rien ne semblait préfigurer ce rôle prépondérant. Comme nous l’avons vu, les Toubou ont été relativement lents à se révolter et leur entrée dans le combat se situe seulement deux ans et demi après les premiers affrontements dans le Centre-Est. Il n’est pas étonnant alors que les Toubou se soient retrouvés en position marginale au sein du Frolinat, position marginale que le Dr. Sidick a d’ailleurs consciemment renforcée, en favorisant, en ce qui concerne le ravitaillement en armes et en vivres, la Première armée du Centre-Est par rapport à la Deuxième armée. Pour justifier cette politique, Sidick invoquait l’argument que l’armée du Nord « mène un combat de fixation de l’ennemi », mais que « rien de décisif ne se passera à ce niveau »5. Argument qui semblait raisonnable à l’époque car, comme nous l’avons dit nous-mêmes, en nous basant sur une analyse des événements antérieurs à 1977 : « Vue sur le plan national, la population du B.E.T., en effet, ne fait pas le poids, et une victoire politico-militaire ne peut être obtenue que dans le Centre-Est du pays »6.

6Or, cette analyse a été démentie par les faits, et notamment par l’extraordinaire combativité des guerriers toubou. Tous les témoignages postérieurs à 1976 concordent, en effet, sur ce point : à forces égales, et à armement égal, les combattants dirigés par Goukouni Weddeye et par Hissène Habré se sont montrés supérieurs à tous les adversaires qu’ils ont eu à affronter sur le terrain, y compris, à certaines occasions, l’armée libyenne. Notons d’ailleurs que l’on avait déjà eu un avant-goût de cette combativité toubou lors de l’intervention militaire française contre le Frolinat entre 1969 et 1972. En faisant le compte des militaires français tués au Tchad au cours de cette période et avoués officiellement par les autorités françaises, on arrive à un total de quarante et un. Or, trente et un d’entre eux sont tombés dans le B.E.T., contre dix dans le Centre-Est. Même si l’on ajoute à ce total les trois officiers, dont le fils du général Le Pulloch, mort en hélicoptère le 18 février 1972 dans le Ouaddaï (simple accident technique selon l’armée française, ce qui a été contesté et par le Frolinat et par le général Le Pulloch), on arrive à la conclusion que 75 % des pertes françaises étaient dues aux actions de la Deuxième armée du B.E.T. Comme les effectifs de cette armée ne constituaient qu’environ le quart des effectifs totaux des forces armées du Frolinat, une évidence s’impose : dès cette époque les Toubou savaient se battre.

7Or, cette combativité s’est confirmée de façon éclatante à partir de 1977, après les péripéties de l’affaire Claustre qui a fait connaître la rébellion toubou sur le plan international, et après la brouille intervenue entre Goukouni et Habré en octobre 1976. Cette brouille portait sur l’opportunité d’une aide militaire libyenne : Goukouni y était favorable alors que Habré se posait des questions sur le désintéressement des Libyens.

8En ce qui concerne les Forces Armées Populaires (F.A.P.) de Goukouni, qui recrute l’essentiel de ses troupes dans le Tibesti et dans une partie de l’Ennedi, leur supériorité militaire éclate dès juillet 1977 quand elles enlèvent, avec une facilité déconcertante, Bardaï et Zouar, les deux postes fortifiés que l’armée nationale tchadienne tient encore dans le Tibesti. Elle devient encore plus évidente en février 1978, avec la prise de Faya, chef-lieu du B.E.T., où près de 1 200 militaires tchadiens sont faits prisonniers, après une résistance que l’on aurait du mal à qualifier d’acharnée, alors que les F.A.P. n’étaient sans doute pas supérieurs de beaucoup au nombre de leurs adversaires. Par ces faits d’armes, qui constituent les premières grandes victoires militaires de la rébellion tchadienne, les F.A.P. libèrent l’ensemble du B.E.T. et se posent pour la première fois comme une menace réelle pour le régime en place.

  • 7 G. Fleury, Le barroudeur : les quatre guerres du général Delayen, Paris, Grasset, 1979, p. 398-401.

9Quant aux Forces Armées du Nord (F.A.N.) de Habré, dont le Borkou constitue le principal vivrier, elles se distinguent également dès 1977, lors de leur retrait du Tibesti vers le Soudan, après la rupture avec Goukouni. Un de leurs adversaires de l’époque, le général (français) Delayen, en convient, en louant leur courage et en attestant qu’ils « se battent comme des lions »7. Cette combativité exemplaire des F.A.N. et des F.A.P. s’est vérifiée ensuite tout au long des différentes guerres civiles qui ont ensanglanté le Tchad à partir de février 1979.

  • 8 Propos rapportés par Ph. Boggio, « Sus aux Libyens ! », Le Monde, 25 avril 1979.

10Les combattants toubou se vantent d’ailleurs eux-mêmes de leur supériorité militaire, en se gaussant notamment des piètres performances de l’armée régulière libyenne et de ses supplétifs de la Légion islamique. « Cent combattants motivés suffisent à arrêter cinq cents Libyens », affirmait par exemple Dagache, en avril 1979, quand les détachements F.A.P. qu’il commandait étaient harcelés, au nord, par des éléments armés venus de la Libye8. Même son de cloche chez les F.A.N. :

  • 9 Propos cités par G. Chèvre, « A Night with Habré’s Soldiers », Africa News, July 4, 1983.

« Les Libyens sont des femmes (...). Ils ne savent pas se battre. Si nos frères tombent à nos côtés, nous on continue l’attaque, car c’est ce que Dieu et nos frères souhaitent. Mais les Libyens s’arrêtent pour s’occuper de leurs blessés »9.

  • 10 A.F.P., Bulletin quotidien d’Afrique, 29 juin 1979.

11Notons encore que les chefs militaires toubou, contrairement aux leaders de la plupart des autres tendances politico-militaires tchadiennes, avaient l’habitude de monter eux-mêmes en première ligne pour galvaniser le moral de leurs troupes et qu’ils ont perpétué cette tradition même après avoir accédé à de hautes fonctions politiques. C’est ainsi que Goukouni, à l’époque ministre d’Etat chargé de l’intérieur et de la Justice, a passé une partie de l’été 1979 à la tête de ses troupes qui se battaient au nord de Faya contre les Libyens, au lieu de s’occuper de sa charge ministérielle. Comme le précisait Adoum Togoï, son adjoint, chez les F.A.P., « on n’est responsable qu’en partageant les difficultés des combattants »10. Quatre ans plus tard, Hissène Habré, tout chef d’Etat qu’il était, ne dédaignait pas non plus de prendre personnellement en main les opérations militaires lors des batailles d’Abéché et de Faya qui ont précédé l’intervention militaire française déclenchée par le président Mitterand en août 1983.

L’homme toubou : un guérillero-né

12Etant donné cette extraordinaire combativité des partisans toubou qui a été déterminante dans les victoires politico-militaires de la rébellion tchadienne, on est amené à se demander si les Toubou se distinguent par des qualités spécifiques qui les rendent particulièrement aptes à la guerre, et plus particulièrement à la guerre de guérilla telle qu’elle a été pratiquée par le Frolinat. A notre avis, la réponse à cette question doit être positive. Les vastes étendues désertiques du B.E.T., d’abord, se prêtent particulièrement bien à la guerre de guérilla et, comme le constatait déjà J. Chapelle, en évoquant les exploits de guerre pré-coloniaux des Toubou, ceux-ci sont remarquablement bien adaptés à ce milieu :

  • 11 J. Chapelle, Nomades noirs du Sahara, Paris, Plon, 1957, p. 16-17.

« (...) leur résistance à la fatigue et à la soif est, en effet, extraordinaire et supérieure à celle de tous les autres nomades (...). Les raids qu’ils accomplissent, avec des provisions insignifiantes d’eau et de dattes, dépassent certainement les exploits analogues des autres Sahariens, et ne sont limités que par la résistance de leurs montures. A pied, ils sont imbattables »11.

  • 12 Ibid., p. 329.

13Ce n’est d’ailleurs pas uniquement une question de qualités physiques et d’endurance. Par leur esprit guerrier et par leur mode de vie traditionnel aussi, les Toubou sont en quelque sorte « prédestinés » à la guerre de guérilla moderne. D’abord, comme l’explique encore Chapelle, « à ses yeux, aux yeux de sa femme, de ses enfants et des gens qui l’entourent, l’homme est « homme » par le port des armes et par son adresse à les manier »12. Chapelle, qui insiste sur les liens affectifs qui lient l’homme toubou à sa femme et à ses enfants et sur la cohérence de la cellule familiale restreinte, note ensuite que l’homme marié est très souvent absent de sa tente, soit pour s’occuper de ses troupeaux, soit en voyage de commerce ou en rezzou, et que sa femme s’occupe alors, tout naturellement, seule du campement. Donc :

  • 13 Ibid., p. 290-291.

« Malgré les obligations qu’il a envers sa famille et le sentiment de ses responsabilités, l’homme se trouve extrêmement libre. S’il quitte sa tente, c’est pour faire son métier d’homme, et une fois en route il suivra son inspiration ou sa fantaisie. Ses voyages se prolongeront pendant des mois, sans que sa femme s’inquiète de savoir où il est ni ce qu’il fait »13.

14On peut donc en conclure que les combattants toubou ne font que poursuivre leur mode de vie traditionnel en partant en dissidence. Pour les habitants du Centre-Est tchadien au contraire, qui sont pour la plupart des paysans éleveurs plus ou moins sédentaires, la coupure est beaucoup plus nette entre leur mode de vie habituel et celui d’un guérillero. Ceci explique probablement, en partie, pourquoi le recrutement des combattants pose moins de problèmes dans le B.E.T. que dans les autres zones touchées par la rébellion. Ce mode de vie traditionnel spécifique, ainsi que le courage physique des guerriers toubou, explique également la part démesurée que les forces du B.E.T. se sont attribuées dans les victoires militaires du Frolinat depuis 1977, victoires militaires qui sont, à leur tour, à la base de la mise sur orbite politique d’hommes comme Goukouni Weddeye et Hissène Habré.

Les « amis » des Toubou

  • 14 R. Buijtenhuijs, « Le Frolinat à l’épreuve du pouvoir : l’échec d’une révolution africaine », Polit (...)
  • 15 G. Fleury, op. cit., p. 418.
  • 16 A. Thivent, « L’impossible mission de l’armée française », Le Monde diplomatique, mars 1980.

15Deux restrictions doivent cependant être apportées aux considérations précédentes. On doit admettre d’abord que la combativité particulière des Toubou, même si elle constitue l’un des facteurs qui a contribué à imposer la rébellion tchadienne sur le terrain, n’aurait pas suffi par elle-même. Une autre donnée doit être prise en compte : les différentes interventions étrangères. Comme nous l’avons souligné ailleurs14, Goukouni a bénéficié, depuis février 1977, d’une aide militaire substantielle de la part des Libyens. Cette aide comprenait, lors de la bataille de Faya en février 1978, des fusées sol-air SAM 7, type d’armement qui, d’après le général Delayen, « va bouleverser la stratégie des opérations »15, dans la mesure où il permettait aux F.A.P. de s’opposer désormais efficacement au ravitaillement par voie aérienne des postes gouvernementaux assiégés : la Libye avait aussi livré des « orgues de Staline » qui auraient fait la différence dans la bataille terrestre, d’après un responsable militaire tchadien de l’époque. Pour la première fois dans l’histoire de la rébellion, des instructeurs libyens intervenaient également sur le terrain, au niveau de la logistique et de l’encadrement des F.A.P. : des sources proches du Frolinat citent des chiffres allant de 200 à 500, alors que l’état-major français, en avril 1978, évaluait le contingent libyen même à un millier de combattants16.

16Notons encore que la Libye ne se contentait pas de fournir aux F.A.P. de Goukouni une aide militaire conséquente, mais qu’elle intervenait également avec succès auprès des dirigeants de certaines branches dissidentes du Frolinat (l’armée Volcan et la Première armée du Centre-Est) pour que ceux-ci s’associent aux efforts de l’armée du B.E.T. Ce soutien politique a ensuite permis à Goukouni de s’imposer comme le président d’un Frolinat réunifié, qualité qui a été son atout principal pour accéder au poste de chef de l’Etat, lors de la formation du G.U.N.T. (Gouvernement d’Unité Nationale de Transition) en novembre 1979. Plus tard, et notamment fin 1980, et de nouveau à partir des premiers mois de 1983, Goukouni a reçu des aides libyennes encore bien plus conséquentes sans lesquelles il n’aurait pas pu tenir tête aux F.A.N. de Hissène Habré.

17Quant à ce dernier, ses premiers soutiens ont d’abord été d’ordre politique. Quand il s’est séparé de Goukouni, en octobre 1976, après avoir mis en doute le caractère désintéressé de l’aide libyenne, Habré s’est, en effet, réfugié au Soudan, pays dont les responsables partageaient ses craintes de « l’impérialisme vert » du colonel Kadhafi. Ceux-ci ont alors convaincu les autorités tchadiennes de tenter une négociation avec les F.A.N. qui a résulté en un premier accord de principe signé en septembre 1977. Un an plus tard, en août 1978, le processus de « récupération » de Hissène Habré se parachève : avec la bénédiction du Soudan et, cette fois-ci, aussi de la France, le président Malloum offre à l’ancien rebelle le poste de premier ministre, ce qui, à défaut de succès militaire, représente pour Habré une victoire politique de taille. Il s’empressa de concrétiser cette victoire politique sur les champs de bataille, à partir de février 1979, en chassant l’ Armée nationale tchadienne (et le président Malloum) de N’Djamena. Il fut aidé pour cela par les F.A.P. de Goukouni qui s’était brouillé avec ses protecteurs libyens en août 1978, et qui fit sa rentrée dans la capitale après avoir conclu un accord verbal avec le corps expéditionnaire français du général Forest. Cet accord couronnait la tentative franco-soudanaise de récupérer la rébellion tchadienne et de la soustraire à l’emprise libyenne.

18Depuis ce temps, les aides militaires et financières ont rarement manqué aux F.A.N. S’étant forgé l’image de l’homme politique tchadien le plus anti-libyen, réputation qu’il n’a d’ailleurs pas volée, Hissène Habré, dans ses différentes tentatives de s’imposer seul au pouvoir (guerre civile de 1980 ; « longue marche » des F.A.N., commencée fin 1981 et qui s’est terminée par la prise de N’Djamena en juin 1982), a pu bénéficier de quelques soutiens plus ou moins discrets de la part de la France giscardienne, mais surtout du Soudan, de l’Egypte, de l’Arabie Saoudite et des Etats-Unis, réunis à ses côtés sous la bannière de la croisade anti-Kadhafi. Le montant exact et les modalités spécifiques de cette aide sont encore mal connus, et nous devons d’ailleurs signaler que Habré lui-même a souvent nié d’avoir été soutenu par qui que ce soit :

  • 17 Interview publiée par Le Matin, 29 juillet 1982.

« Tantôt les F.A.N. sont les hommes des Américains, tantôt ce sont les hommes des Israéliens, ou les hommes des Egyptiens. Hier, ils étaient les agents de Paris. Ce qui agace les agents à la solde de l’impérialisme (...) c’est notre liberté d’action (...). Nous n’avons jamais reçu une balle ni un centime de l’Arabie Saoudite, ou des Etats-Unis (...). Rarement, je dirai même pour la première fois en Afrique, un mouvement africain, animé et dirigé par des Africains, a pu vaincre toutes les forces obscures qui, jusqu’à présent, ont manipulé l’évolution et l’histoire de l’Afrique »17.

  • 18 Voir R. Buijtenhuijs, « L’art de ménager la chèvre et le chou : la politique tchadienne de François (...)
  • 19 Tchad 1981, Chronologie n° 48, Radio France internationale, Centre de documentation.
  • 20 A.F.P., Bulletin quotidien d’Afrique, 29 juin 1983.

19Il est vrai que l’aide dont ont bénéficié les F.A.N. a été moins déterminante dans leurs succès militaires que celle accordée par la Libye aux F.A.P. Il est vrai aussi que cette aide a probablement fait défaut à un moment crucial de l’histoire des F.A.N., c’est-à-dire fin 1981-début 1982, quand elles reprennent la conquête du Tchad aussitôt après le départ des troupes libyennes demandé par Goukouni Weddeye et le G.U.N.T. Quelques indices nous permettent de penser, en effet, que les protecteurs – soudanais et américains – de Habré lui ont suggéré à l’époque de respecter une trève, conseil assorti d’un arrêt temporaire de toute aide matérielle et logistique18. Cependant, le futur président du Tchad a négligé ces avis et a relancé les combats, fort des aides accumulées tout au cours de 1981. Aide reconnue, en ce qui concerne l’Egypte, par son ministre des Affaires étrangères lui-même, le 16 mars 198119, et révélée, quant aux Etats-Unis, par la chaîne de télévision américaine CBS qui, en 1983, faisait état d’une subvention de 10 millions de dollars accordée à Habré par la CIA en 198120.

20Nous devons donc conclure que les Toubou doivent leurs victoires militaires et politiques en partie à leurs propres forces (ainsi qu’à la faiblesse de leurs adversaires), mais que leurs succès sont également tributaires de l’aide militaire et du soutien politique que leur ont procurés certaines puissances étrangères. Les deux choses sont d’ailleurs liées car les amis étrangers ont sans doute sélectionné leurs poulains respectifs en connaissance de cause et en tenant compte, notamment, de leur valeur militaire et de leur profil de possibles vainqueurs. Comme nous le disait avec humour un partisan des F.A.P. : malgré sa versalité et ses volte-face, Goukouni est finalement, du point de vue libyen, « le seul chameau qui avance ». Il en est de même pour Hissène Habré qui, lui encore moins, n’a pas déçu ceux qui ont parié sur sa victoire.

  • 21 M. N’Gangbet, Peut-on encore sauver le Tchad ?, Paris, Karthala, 1984, p. 35.

21Une deuxième précision s’impose encore. Contrairement aux F.A.P., dont le recrutement est plus ou moins resté restreint au monde toubou, les F.A.N., à partir de 1978-79, ont considérablement élargi leurs zones de drainage, aussi bien en ce qui concerne les cadres que les combattants. Quant aux combattants, Habré a notamment introduit au sein des F.A.N. des Zaghawa, des Hadjeraï, des Boulala21, ainsi que des originaires de la préfecture – sudiste – du Mayo-Kebbi. Aujourd’hui, ces groupes ethniques lui fournissent une bonne partie de ses militaires et l’on aurait donc tort d’attribuer les victoires obtenues par les F.A.N. uniquement aux guerriers toubou. Cependant, les troupes de choc de Habré, celles que l’on n’engage que lorsque l’heure est grave, sont toujours constituées d’Anakaza de son Borkou natal, et ce sont eux, surtout, qui ont donné aux F.A.N. l’aura d’invincibilité dont elles ont su si bien profiter lors de leur longue marche de 1981-82.

La désunion des Toubou

22Ce rapide survol des actualités tchadiennes des dernières années nous a permis de dégager quelques facteurs permettant de comprendre pourquoi la scène politique tchadienne est aujourd’hui dominée par deux personnalités d’origine toubou. Or, depuis mars 1980, ces deux hommes sont engagés dans une lutte à mort, qui d’après leurs propres aveux ne prendra fin qu’avec la disparition de l’un d’entre eux. Il devient alors intéressant de savoir pourquoi le monde toubou, une fois la victoire acquise, n’a pas su rester uni et quelles sont les contradictions qui opposent les deux camps, en apparence irréconciliables.

23Plusieurs hypothèses ont été avancées. Des journalistes français, et même certains responsables politiques, comme Claude Cheysson, ont parfois caractérisé la lutte entre F.A.N. et F.A.P. comme un « combat de chefs ». Non sans raison, car il existe entre Hissène Habré et Goukouni Weddeye, en tant qu’hommes, une haine profonde qui trouve peut-être, comme l’ont suggéré quelques spécialistes des affaires toubou, sa source dans le sens de l’honneur particulier à ces guerriers nomades. Raymond Depardon explique le problème dans les termes suivants :

  • 22 Le Matin, 17 août 1983.

« Habré est peut-être le responsable de cette brouille à mort : il ne veut en aucun cas partager le pouvoir et, en août 1976, à Gouro, lors d’une réunion de toutes les tendances du Frolinat, il aurait traité Goukouni – selon ce que ce dernier m’a raconté – de « faux révolutionnaire ». Une insulte qui explique pourquoi Goukouni a ensuite déclaré : « Ce sera lui ou moi »22.

24Il semble en tout cas que Goukouni ait été profondément meurtri par le comportement hautain de Habré qui, du haut de ses diplômes parisiens et de ses capacités intellectuelles – qui sont indéniables –, a parfois affiché un profond mépris pour l’homme qui lui a facilité sa carrière au sein du Frolinat en lui offrant d’emblée la direction de la Deuxième armée, à une époque où Habré ne s’était encore distingué ni comme combattant, ni même comme militant. Le crédit que Goukouni a accordé à Habré ne semble pas avoir été payé en retour.

  • 23 F. Soudan, « Du sultan Rabah à Hissein Habré », Jeune Afrique, n° 1180/81, 17 août 1983, p. 71-72.

25Si l’on réduit l’opposition F.A.N.-F.A.P. à un combat de chefs, on risque cependant de passer à côté d’autres facteurs qui pèsent sans doute aussi lourd sinon plus. Certains journalistes, comme F. Soudan23, ont par exemple suggéré que le conflit est déterminé par des données ethniques et historiques, dans le sens qu’il reflèterait l’opposition traditionnelle entre Téda du Tibesti, naturellement tournés vers la Libye (ainsi que vers la Senoussiya) et Daza des plaines qui sont davantage en contact avec les Arabes tchadiens, à leur tour orientés vers Le Caire et le Soudan. Si l’on veut en croire certains auteurs, les Téda et les Daza ne semblent, en effet, guère s’aimer. J. Clanet dit par exemple au sujet de leurs relations dans le Kanem :

  • 24 J. Clanet, Les éleveurs de l’ouest tchadien. La mobilité des éleveurs du Kanem et leur réponse à la (...)

« Depuis 1973, des ferrick borkouans ont émigré au Kanem (...). La méfiance dont ils sont l’objet ne s’est pas encore dissipée et on les charge ou les rend responsables du moindre incident. Il y a là une véritable frontière entre des populations qui parlent malgré tout la même langue, ou du moins deux dialectes très proches, et qui continuent à se mépriser et à se dénigrer l’une, l’autre. Les Daza affirment que les Téda sont capables de voler un âne si l’occasion se présente. Et quand il leur arrive de perdre leurs sandales, ils s’écrient : « Il n’y a pas de Téda, il n’y a pas de chien, qui peut bien avoir emporté mes souliers ? ». Les Téda ont un comportement analogue »24.

  • 25 O. Lopatinsky, Les Tedda du Tibesti et leur problème de survie, Université de Paris, E.P.H.E., s.d. (...)

26Cette dernière remarque est confirmée par O. Lopatinsky qui note que les Téda du Tibesti utilisent un terme d’un cinglant mépris pour désigner les Daza et les autres groupes ethniques avec lesquels ils sont en contact (ils les appellent yabad, c’est-à-dire sédentaires) et qu’aucun Téda ne peut accepter d’être traité de ce nom ; c’est une insulte qui se lave dans le sang25.

Fig. 8 – Aux abords d’Aozou (1934)

(Cliché Charles et Marguerite Le Cœur.)Sophie Maglia2020-10-29T10:25:00SM

  • 26 V oir par exemple le Bulle tin du Patriote dont plusieurs numéros ont paru au cours de 1981.

27Là-dessus se greffe un problème plus récent d’ordre politique. Bien qu’il soit lui-même le responsable tchadien qui a abandonné aux Libyens la localité d’Aozou, occupée en 1973 par la Deuxième armée, ou peut-être à cause justement de ce fait, Hissène Habré n’a eu cesse, depuis dix ans, de dénoncer l’impérialisme libyen comme la menace la plus dangereuse pesant sur le Tchad. Ce nationalisme anti-libyen domine toutes les publications F.A.N. des dernières années26, à tel point qu’il a parfois tenu lieu de programme politique. Or, c’est sur ce point que Habré et Goukouni se sont affrontés en octobre 1976, car le dernier, convaincu qu’il était impossible de se battre sur deux fronts, proposait alors une alliance tactique avec le colonel Kadhafi, tandis que le premier préférait continuer seul le combat, pour se rallier un an plus tard au régime de N’Djamena. Depuis, et malgré la réconciliation éphémère de 1979-1980, Habré s’est toujours méfié des F.A.P., considérées comme trop proches des Libyens. Evidemment, ces options différentes dans le domaine des alliances étrangères peuvent avoir des incidences sur les choix en matière de politique intérieure, car Habré a été amené à rejeter en bloc tout ce qui vient de la Libye, y compris la troisième théorie universelle du colonel Kadhafi, alors que les F.A.P., ou du moins certains de ses hommes, n’ont pas cette hostilité viscérale à l’égard du modèle révolutionnaire libyen, tout en le considérant comme insuffisamment adapté à la société tchadienne.

28Le clivage F.A.N.-F.A.P. revêt peut-être également un caractère sociologique, dans la mesure où ces mouvements n’ont pas la même base de recrutement. Les données sérieuses nous manquent, mais on peut formuler, sous toute réserve, l’hypothèse que les F.A.N., surtout depuis leur ouverture vers d’autres groupes ethniques à partir d’août 1978, sont formées davantage par les couches sociales urbaines, les riches commerçants et les « technocrates » du Nord-Tchad, alors que les F.A.P., malgré la présence dans leurs rangs de quelques intellectuels marxisants, représentent plutôt l’univers rural toubou traditionnel.

29Malgré les divergences entre F.A.N. et F.A.P. que nous venons de signaler, des phénomènes d’osmose se produisent cependant à la base où le « réflexe gorane » reste vivant. On en a eu la preuve lors des événements de février 1979 quand les F.A.N. étaient aux prises avec l’armée nationale du général Malloum. Lors d’une réunion des responsables des différentes tendances du Frolinat, à Arada, ceux-ci décidèrent, semble-t-il, de ne pas intervenir dans ce combat entre deux « agents de l’impérialisme », mais d’en tirer profit pour les neutraliser tous les deux. Dans cette optique, une colonne armée F.A.P. se mit en route dans l’est du pays avec pour mission de marcher sur la capitale, après avoir occupé le Ouaddaï et les préfectures du centre. Or, informés des véritables objectifs de l’opération, les combattants F.A.P., d’après des témoins dignes de foi, auraient finalement refusé de marcher contre leurs frères goranes.

30Au même moment, les F.A.P. stationnées dans le Kanem s’approchèrent de N’Djamena pour rejoindre, après quelques hésitations, le camp de Habré. Ce ralliement, que certaines autres tendances du Frolinat considèrent encore aujourd’hui comme une trahison à l’idéal révolutionnaire du mouvement, montre la puissance du réflexe gorane qui a d’ailleurs continué à jouer tout au long des années suivantes. Il paraît, en effet, qu’un certain nombre de combattants F.A.N. et F.A.P. aient changé assez facilement leur fusil d’épaule, chaque fois que le camp adverse semblait avoir arraché une victoire décisive. L’unité du monde toubou serait donc moins atteinte que ne le suggèrent les querelles incessantes entre ses chefs actuels.

La fin du peuple toubou ?

  • 27 J. Chapelle, op. cit., p. 39.

31Dans son étude pionnière Nomades noirs du Sahara, J. Chapelle exprimait son étonnement « qu’il existe encore un peuple toubou. Logiquement, il aurait dû être balayé, anéanti ou soumis par ses voisins »27. Et d’analyser avec beaucoup de finesse les raisons de la survie du peuple toubou en tant que peuple. Or, aujourd’hui, cette survie semble plus que jamais hypothétique. Les affrontements militaires que le Tchad a connus depuis 1977, et surtout les guerres civiles à partir de 1979, ont été meurtriers et, comme nous l’avons vu, ce sont avant tout les guerriers toubou des F.A.N. et des F.A.P. qui se sont exposés lors des combats. Par conséquent, ils ont été les principales victimes des hécatombes successives. Les données précises nous manquent, mais il semble bien que les F.A.P. aient été littéralement brisées lors de la guerre de 1980 et que Goukouni y ait perdu jusqu’à 30 ou 40 % de ses effectifs, ce qui l’a amené à transformer en combattants, dès cette époque, de jeunes garçons de 14, 13 ou même 12 ans. Les Anakaza de Habré ont également dû être décimés et l’on peut se demander s’il reste encore des hommes adultes valides dans le B.E.T. L’équilibre démographique entre les deux sexes doit y être profondément perturbé, avec toutes les conséquences que l’on peut imaginer pour l’avenir.

32Si l’on ajoute à cela les effets conjugués de la sécheresse, de la famine, de l’exode vers la Libye et du délabrement des structures sanitaires qui a provoqué plusieurs épidémies meurtrières, on ne peut que partager les craintes quant à l’avenir du B.E.T. exprimées par M. Brandily, au début de 1982 :

  • 28 M. Brandily, « Situation critique au Tibesti », Marchés tropicaux et méditerranéens, 16 avril 1982.

« Cette population est hautement menacée, et si (...) elle en était réduite à un exode massif, cela signifierait que de nouvelles vallées sahariennes deviendraient la proie de la désertification »28.

33D’après certains, Goukouni serait convaincu qu’il est le dernier chef toubou et que son peuple disparaîtra avec lui. Vit-il vraiment dans cette ambiance d’un « crépuscule des Dieux » ? Et surtout, ce sentiment s’il anime vraiment le fils de l’avant-dernier Derdé, reflète-t-il la réalité ou ne serait-ce qu’un mauvais rêve ? Nous ne pouvons répondre à cette question lancinante, mais elle nous remplit d’inquiétude.

Notes de fin

1 L’ensemble toubou, qui comprend les Téda, les différents groupes daza, les Bideyat et les Kréda, déborde les limites géographiques de la préfecture du B.E.T. Cependant, jusqu’à 1978, les combats livrés par la branche « toubou » du Frolinat se sont déroulés exclusivement dans le B.E.T., d’où parfois nos références aux « populations du B.E.T. » en tant que synonyme de « Toubou ».

2 Ch. Bouquet, Tchad : genèse d’un conflit, Paris, L’Harmattan, 1982, p. 169-172.

3 Pour une analyse détaillée de l’histoire de la rébellion tchadienne, nous nous permettons de renvoyer le lecteur à notre livre, Le Frolinat et les révoltes populaires du Tchad, 1965-1976, La Haye-Paris, Mouton, 1978.

4 Th. Desjardins, « Chez les rebelles du Tibesti », Le Figaro, 7 mai 1975.

5 « Dix-neuf questions à Abba Sidick », Bulletin de liaison du Centre d’Etudes Anti-Impérialistes (C.E.D.E.T.I.M.), 19, septembre 1971, p. 6.

6 R. Buijtenhuijs, op. cit., p. 250.

7 G. Fleury, Le barroudeur : les quatre guerres du général Delayen, Paris, Grasset, 1979, p. 398-401.

8 Propos rapportés par Ph. Boggio, « Sus aux Libyens ! », Le Monde, 25 avril 1979.

9 Propos cités par G. Chèvre, « A Night with Habré’s Soldiers », Africa News, July 4, 1983.

10 A.F.P., Bulletin quotidien d’Afrique, 29 juin 1979.

11 J. Chapelle, Nomades noirs du Sahara, Paris, Plon, 1957, p. 16-17.

12 Ibid., p. 329.

13 Ibid., p. 290-291.

14 R. Buijtenhuijs, « Le Frolinat à l’épreuve du pouvoir : l’échec d’une révolution africaine », Politique africaine, 16, décembre 1984.

15 G. Fleury, op. cit., p. 418.

16 A. Thivent, « L’impossible mission de l’armée française », Le Monde diplomatique, mars 1980.

17 Interview publiée par Le Matin, 29 juillet 1982.

18 Voir R. Buijtenhuijs, « L’art de ménager la chèvre et le chou : la politique tchadienne de François Mitterand », Politique africaine, 16, décembre 1984.

19 Tchad 1981, Chronologie n° 48, Radio France internationale, Centre de documentation.

20 A.F.P., Bulletin quotidien d’Afrique, 29 juin 1983.

21 M. N’Gangbet, Peut-on encore sauver le Tchad ?, Paris, Karthala, 1984, p. 35.

22 Le Matin, 17 août 1983.

23 F. Soudan, « Du sultan Rabah à Hissein Habré », Jeune Afrique, n° 1180/81, 17 août 1983, p. 71-72.

24 J. Clanet, Les éleveurs de l’ouest tchadien. La mobilité des éleveurs du Kanem et leur réponse à la crise climatique de 1969-1973, Université de Rouen, 1975, p. 74.

25 O. Lopatinsky, Les Tedda du Tibesti et leur problème de survie, Université de Paris, E.P.H.E., s.d., p. 34.

26 V oir par exemple le Bulle tin du Patriote dont plusieurs numéros ont paru au cours de 1981.

27 J. Chapelle, op. cit., p. 39.

28 M. Brandily, « Situation critique au Tibesti », Marchés tropicaux et méditerranéens, 16 avril 1982.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/38057/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

Auteur

Chercheur au Centre d’Etudes Africaines de Leiden.

© CNRS Éditions, 2002

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search