Version classiqueVersion mobile

Gens du roc et du sable

 | 
Catherine Baroin

Biographie de Charles et Marguerite Le Cœur

Texte intégral

1Charles Le Cœur et son épouse Marguerite sont nés en 1903. Sorti de l’Ecole Normale Supérieure en 1928, Charles Le Cœur s’orienta rapidement vers la sociologie et l’anthropologie en suivant les cours de Marcel Mauss à Paris puis de Bronislav Malinowski à Londres. Marguerite, née Tardy, d’origine savoyarde, obtenait de son côté l’agrégation de géographie. Ils se marièrent en 1929 et se rendirent au Maroc où Charles Le Cœur devint rapidement directeur d’études d’ethnographie à l’institut des hautes études marocaines, pendant que Marguerite enseignait au Lycée de jeunes filles de Rabat dont elle devint ensuite la directrice.

Fig. 3 – Charles Le Cœur au Tibesti, 1934.

Fig. 3 – Charles Le Cœur au Tibesti, 1934.

(Cliché Marguerite Le Cœur.)

2De la fin 1933 au début de 1935, Charles Le Cœur effectua une première mission chez les Téda du Tibesti en compagnie de son épouse dont la présence en ces lieux (insolite pour une femme, à cette époque) lui procurait une assistance scientifique précieuse. Ils en rapportèrent d’importants matériaux sur les Téda ainsi qu’une collection d’objets pour le Musée de l’Homme. De retour au Maroc, il considéra que sa documentation avait besoin d’être vérifiée et complétée avant publication. Aussi retourna-t-il chez les Téda, toujours en compagnie de sa femme, d’avril 1942 à novembre 1943. Ils allèrent cette fois au Kawar, le Tibesti étant devenu inaccessible à cause de la guerre.

3Mais en dépit de son travail scientifique et de son isolement, Charles Le Cœur, lieutenant de réserve, n’oubliait pas ce qu’il considérait comme son devoir de patriote. Dès que la lutte armée redevint possible, il se mit à la disposition de l’autorité militaire (décembre 1943). Un an plus tard il put rejoindre le Maroc, puis arriva en Italie où il sollicita lui-même de ses chefs un poste périlleux. Il fut tué le 20 juillet 1944.

4Marguerite Le Cœur s’attacha alors à poursuivre l’œuvre de son mari. Elle publia ses travaux et retourna elle-même à plusieurs reprises chez les Téda et les Daza qu’elle avait connus en sa compagnie. De novembre 1945 à novembre 1946, elle séjourna seule à Bilma et au Djado. Elle reprit ensuite son enseignement de géographie au Lycée Marie Curie à Sceaux, puis au Lycée Claude Monet à Paris. Dès la retraite, en 1969, elle effectua une nouvelle mission au Niger, cette fois en compagnie de Catherine Baroin qui faisait à ses côtés ses premières armes. Elle repartit pour Bilma en 1975 afin de compléter ses enquêtes de géographie et entreprit à son retour une étude d’histoire et de géographie sur les oasis du Kawar. La première partie de ce travail parut en décembre 1985, eu de temps avant sa mort le 13 avril 1986.

Fig. 4 – Marguerite Le Cœur née Tardy Fig. (Paris, 1929). 

Fig. 4 – Marguerite Le Cœur née Tardy Fig. (Paris, 1929). 

Table des illustrations

Titre Fig. 3 – Charles Le Cœur au Tibesti, 1934.
Crédits (Cliché Marguerite Le Cœur.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/38037/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Fig. 4 – Marguerite Le Cœur née Tardy Fig. (Paris, 1929). 
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/38037/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 25k

© CNRS Éditions, 2002

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search