Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Séoul, ville géante, cités radieuses

 | 
Valérie Gelézeau

Glossaire des termes coréens

Texte intégral

1an pang : pièce des femmes dans la maison traditionnelle.

2ap’at’ŭ : terme qui provient de l’anglais apartment house, par simplification et transcription phonétique de l’alphabet coréen. Dans les statistiques, l’ap’at’ŭ désigne un immeuble collectif d’au moins cinq niveaux. En principe, le terme s’applique donc au bâtiment et non aux logements intérieurs. L’usage est plus flou dans le langage courant, ap’at’ŭ pouvant désigner soit l’immeuble, soit l’appartement lui-même.

3ap’at’ŭ tanji : grand ensemble d’appartements.

4chae kaebal : rénovation urbaine.

5chae kŏnch’uk : reconstruction (s’applique à des immeubles de plus de vingt ans).

6chaebŏl : conglomérat coréen.

7chae kaebal chohap : syndicat de rénovation urbaine (formé par les propriétaires des maisons).

8ch’aekkwŏn : bon du Trésor.

9ch’anggŏ : débarras.

10chigu : le secteur (dans le Code de l’urbanisme, s’applique à des particularités portant notamment sur la forme urbaine), désigné par le ministre de l’Équipement.

11ch’imdae : le lit avec cadre de lit et sommier.

12ch’im shil : la chambre à coucher.

13chip : la maison.

14chiyŏk : la zone (dans le Code de l’urbanisme, s’applique à la fonction). chohap : association, syndicat.

15chohap punyang : dans une opération de rénovation urbaine, punyang réservés aux membres du syndicat de rénovation (propriétaires des maisons).

16cho koch’ŭng kŏnmul : immeuble de moyenne hauteur (cinq à neuf étages).

17ch’o koch’ŭng kŏnmul : immeuble de très grande hauteur (plus de quinze, voire vingt étages, ITGH).

18chŏnse : loyer qui consiste dans un dépôt équivalent à un tiers et jusqu’à la moitié du prix du logement, que le locataire récupère intégralement en quittant les lieux. La somme est réévaluée chaque année.

19ch’ŭng : le niveau (dans un bâtiment). Les Coréens comptent les étages à la manière anglo-saxonne, le premier étage désignant le rez-de-chaussée.

20chunggan kyegŭp : classes moyennes.

21chungsan ch’ŭng : frange supérieure des classes moyennes (équivalent de l’upper middle class anglo-saxonne).

22chut’aek : le logement.

23chut’aek munje : le problème du logement.

24chut’aek chŏngch’aek : la politique du logement.

25chut’aek tanji : grand ensemble de logements.

26Chut’aek Ŭnhaeg : la Banque du logement.

27hagwŏn : institut dispensant des cours supplémentaires pour les lycéens, notamment pour la préparation des concours d’entrée à l’université.

28Certains hagwŏn sont plutôt orientés vers des activités extra-scolaires (calligraphie, peinture, musique, arts martiaux, etc.).

29Han’guk chut’aek kigŭm : Crédit foncier de corée.

30han’gŭl : alphabet coréen. Il a été inventé au xve siècle sous l’impulsion du roi Sejong, afin de rendre la prononciation du coréen, ce que ne faisaient qu’imparfaitement les idéogrammes chinois. Comportant aujourd’hui vingt-quatre lettres, cet alphabet est utilisé en Corée du Sud avec des caractères chinois (hanmun). Sa transcription en alphabet romain a suscité l’utilisation de plusieurs systèmes concurrents. Le système de transcription adopté dans le livre est celui de McCune-Reischauer, toujours actuellement utilisé par la communauté scientifique internationale, bien que le gouvernement coréen ait adopté un autre système officiel en juillet 2000.

31hanok : la maison traditionnelle de style coréen.

32hwajangshil : les toilettes, la salle d’eau.

33hwan’gyŏng munje : problèmes d’environnement.

34ibul : la courtepointe (literie coréenne).

35ilban chugŏ chiyôk : catégorie « résidentiel général » dans le zonage urbain ; admet un COS de plus de 3 et une hauteur de bâtiment élevée.

36kaebal : le développement.

37kaeryang hanok : habitat traditionnel rénové (années 1920 et 1930). kagu : le ménage/la famille.

38kajok : la famille.

39kayagŭm : instrument traditionnel à corde pincée.

40kisuksa : résidence, foyer (universitaire, pour les travailleurs).

41Kimch’i : chou mariné dans une saumure à base de piment et d’ail (condiment traditionnel présent à tous les repas).

42kkaekkŭt hada : être propre / neuf /récent (nuance très positive de « bien, bon, juste »).

43koch’ŭng kŏnmul : immeuble de grande hauteur (IGH).

44kohyang : le pays natal.

45kŏnch ’uk : l’architecture.

46kŏnch ’uk pŏp : le Code de la construction.

47kongdong chut ’aek : le logement collectif.

48konggong chutaek : le logement subventionné par le Fonds du logement, logement public.

49kongmuwŏn : le fonctionnaire.

50kongsa : société nationale ou agence nationale ; assure le contrôle de l’État dans tous les domaines situés à l’amont du système économique, notamment celui des infrastructures de base. Ces sociétés sont des intermédiaires de l’État, dont la fonction est d’exécuter les directives émanant du ministère de tutelle ; dans le domaine de l’équipement, elles assurent par exemple la maîtrise d’ouvrage des opérations de construction, de développement et d’équipement.

51Kŏnsŏl kyot’ong pu : ministère de l’Équipement depuis 1994 (litt. « Ministère de la Construction et des Transports »).

52Kŏnsŏl pu : ministère de l’Équipement (litt. « Ministère de la Construction »). A fusionné en 1994 avec le ministère des Transport.

53kŏshil : le salon.

54ku ou gu : l’arrondissement (division des shi ou « villes » de plus de cinquante mille habitants).

55kungmin chut’aek : logement pour le peuple – type de logement construit par la Régie du logement dans les années 1950/nom des logements de moins de vingt-cinq p’yŏng actuellement construits par l’ONCL.

56kuyŏk : le périmètre ; dans le Code de l’urbanisme, un périmètre d’intervention spécifique, ex. rénovation urbaine.

57kwalli pi : charges payées par les résidents d’un logement collectif.

58kwalli samuso chang : directeur du syndic.

59kwalliso : syndic d’un ou de plusieurs immeubles collectifs (litt. « bureau de gestion »).

60kye : la « tontine », un des réseaux informels de la circulation de l’argent, cf. p. 244.

61kyedan : la cage d’escalier.

62kyedanshik kŏnmul : immeuble à cage d’escalier.

63kyŏngbi : le gardien d’immeuble.

64kyot’ong munje : le problème des transports.

65madang : la cour dans une maison traditionnelle de style coréen (hanok).

66maru : pièce planchéiée et non chauffée où se réunit la famille dans la maison traditionnelle de style coréen (hanok).

67maŭl pŏsù : litt. « bus de village », navette effectuant de petits trajets entre les stations de transports en commun et un grand ensemble, ou à l’intérieur d’un grand ensemble. Les compagnies opératrices sont des sociétés privées.

68menshyŏn : logements collectifs de luxe (terme issu de l’anglais mansiori).

69minyŏng chut’aek : logement construit par une entreprise privée.

70mogyok shil : la salle de bains.

71mogyok t’ang : le bain public.

72noin chŏng : la maison du troisième âge dans un tanji. nore pang : le karaoké coréen.

73nori pang : la garderie (pour les enfants d’âge préscolaire).

74officetel : mot-valise forgé à partir de l’anglais « office » et « téléphone ». Il désigne des logements de très petite taille (type studio) aménagés dans des immeubles de bureaux.

75ondol : système de chauffage par le sol (hypocauste), qui caractérise la maison coréenne. Dans sa forme la plus traditionnelle, l’ondol est alimenté par du bois ou du charbon. Voir p.

76ŏrini norit’ŏ : terrain de jeux pour enfants.

77hakkun : district scolaire.

78pap : le riz.

79panch’im : le placard.

80pang : la pièce, la chambre.

81pangsong : dans un tanji, le réseau de haut-parleurs qui permet au syndic de communiquer des informations aux résidents.

82pilla : de l’anglais villa, désigne le petit logement collectif de luxe.

83p’ungsu : la géomancie (l’équivalent du fengshui chinois).

84p’yŏng : c’est l’unité de mesure la plus couramment utilisée en Corée, qui a résisté au système métrique international. 1 p’yŏng = environ 3,3 m2.

85Dans le livre, les surfaces sont toutes converties en m2 pour une plus grande facilité de lecture.

86pansanghoe : conseils de quartier rendus obligatoires par le régime de Yushin promulgué en 1972.

87pokto : la coursive.

88poktoshik kŏnmul : immeuble à coursive.

89punyang : lot immobilier. Pour les appartements, le terme difficilement traduisible, peut désigner très exactement un « logement neuf dans un ensemble de plus de vingt unités de logements, attribué, à un prix fixé par l’État et inférieur au prix du marché, par tirage au sort en fonction de listes dont le caractère prioritaire dépend de l’ancienneté d’un plan d’épargne logement souscrit par le candidat auprès de la Banque du logement ». Voir chapitre 4, p. 145sq.

90punyŏ hoe : conseil des femmes dans le tanji.

91puŏk : la cuisine.

92san : la montagne.

93sang : la table basse.

94sangga : les commerces, le centre commercial d’un tanji.

95sarang pang : la pièce des hommes dans la maison traditionnelle de style coréen (hanok).

96sedae : le ménage/l’unité de logement.

97shigol : la campagne.

98shijang : le marché.

99shiktang : la salle à manger (pour un logement) ou le restaurant.

100shin kaebal : urbanisation (litt. « Nouveau développement »).

101shin shigaji : cité neuve, comme par exemple les cités neuves de Mok-tong ou de Sanggye-dong à Séoul. Les cités neuves, développées dans les grandes villes coréennes dans la seconde moitié des années 1980, sont l’équivalent des ZUP françaises ; elles rassemblent des dizaines de tanji et certaines comportent au total plusieurs dizaines de milliers de logements et parfois plus de cent mille habitants. Le terme coréen de shin shigaji, difficilement traduisible en français, suggère l’idée d’une nouvelle extension « qui a le caractère d’une ville », « de type urbain ». Les cités neuves se distinguent des villes nouvelles (shin toshi).

102shin toshi : ville nouvelle. Inspirées des villes nouvelles de la région londonienne et de l’Ile-de-France, les villes nouvelles coréennes sont des villes satellites développées ex nihilo en dehors des grandes villes (notamment Séoul), dans un objectif de déconcentration de la population et des activités.

103Sudokkwŏn : région Capitale ou région métropolitaine de Séoul.

104suseshik hwajangshil : toilettes avec chasse d’eau.

105T’aehan chut’aek kongsa : Office national coréen du logement (ONCL) ;

106Korea National Housing Corporation (KNHC) en anglais.

107ttakchi : (dans le cadre d’une opération de rénovation urbaine) droit à un

108punyang pour un membre du syndicat de rénovation urbaine.

109t’aekchi kaebal saŏp : conversion de terrains agricoles en terrains à bâtir, aménagement de terrains résidentiels.

110tal tongnae : litt. « Village de la lune ». Désignait autrefois les quartiers d’habitat précaire de Séoul. Formés par l’installation de squatters urbains – au sens juridique, c’est-à-dire que les résidents concernés se sont installés sans permis de construire –, ces quartiers sont apparus après la guerre de Corée. Véritables bidonvilles constitués au début de cabanes de bois et de tentes, certains – notamment ceux situés à proximité du centre historique – ont vu leur patrimoine bâti évoluer et les matériaux durables (ciment, tuiles) remplacer le bois, les bâches ou les éléments de fortune. En coréen, l’expression de « Village de la lune » comporte une référence implicite à la situation topographique de ces quartiers, sur les collines traditionnellement délaissées par les habitations, donc plus proches de la lune...

111tandok (chut’aek) : maison individuelle.

112tanji : grand ensemble, périmètre autonome, voir notamment chapitre 2, p. 53sq.

113tasedae (chut’aek) : petit immeuble collectif, comportant quatre niveaux au maximum et dont la surface de plancher est inférieure à 660 m2 (200 p’yŏng). Dans le texte, le terme est traduit par « petit collectif ». t’oji kuhoek chŏngni saŏp : remembrement urbain, réajustement foncier ; procédure qui a fait l’objet d’une loi séparée en 1966, à la base de la plupart des projets de transformation des espaces résidentiels à Séoul jusqu’à la fin des années 1970.

114T’oji kaebal konggsa : Agence de développement foncier (ADF), Korea Land Development Corporation en anglais (KLDC ou Koland). tong ou dong : subdivision administrative de l’arrondissement (gu ou ku).

115toshi : la ville.

116Sŏul toshi kaebal konggsa : Agence de développement de la ville de Séoul (ADVS).

117toshi kibon kyehoek : SDAU (Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme).

118toshi kyehoek pŏp : Code de l’urbanisme.

119toshi munje : problème urbain.

120toshi chungsan ch’ŭng : bourgeoisie urbaine.

121wŏlse : loyer au mois.

122yangban : aristocrate, sous la dynastie des Yi (1392-1910).

123yo : le matelas (literie coréenne).

124yok shil : la salle d’eau, la salle de bains.

125yŏllip (chut’aek) : petit immeuble collectif, qui comporte quatre niveaux au maximum et dont la surface de plancher est supérieure à 660 m2 (200 p’yŏng). Dans le texte, le terme est traduit par « petit collectif ».

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540