Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Séoul, ville géante, cités radieuses

 | 
Valérie Gelézeau

Conclusion

Texte intégral

1Au moment de clore mon propos, un scrupule me reste : celui d’avoir choisi l’expression « Grand ensemble », qui ne convient guère pourtant au contexte coréen. Les pages qui précèdent n’ont-elles pas montré que le tanji n’a qu’une parenté lointaine avec ce qui, en français, le traduit le plus efficacement ?

2L’écart tient d’abord à la différence des processus qui ont encadré l’apparition de ces deux types d’objets urbains. En France, l’abandon provisoire de l’idéal du citoyen propriétaire et l’engagement massif de l’État dans la production du logement ont été des facteurs essentiels du mouvement des grands ensembles dans les années 1960. Le développement des tanji en Corée depuis le milieu des années 1970 renvoie au contraire à la promotion d’une classe moyenne de propriétaires et à un retrait relatif de l’État, qui intervient surtout indirectement dans le domaine du logement. De même les discours idéologiques qui ont habillé les politiques française et coréenne du logement de masse ne sont pas de la même nature. La notion française de « logement social » n’a pas son équivalent en Corée – où, rappelons-le, les logements locatifs sociaux du type HLM sont encore rares –, alors que le discours sur le « nouveau », le « neuf », le « propre » (ce qui est beau et net car pas encore usé) y prend des dimensions inconnues en France.

  • 1 Yoon Juhyun et al., 1999.
  • 2 Dans une enquête réalisée récemment à Séoul par un chercheur du Korea Housing Institute, plus de 7 (...)
  • 3 Nam Hŭiyong, 2000.

3Au plan symbolique également, grand ensemble et tanji sont aujourd’hui l’exact opposé – les premiers évoquant l’exclusion urbaine et le déclassement social, les seconds l’intégration urbaine et l’ascension sociale. Si ces associations ne correspondent ni dans un cas ni dans l’autre à la réalité du fait urbain (et périurbain), il n’en reste pas moins que des tendances se dessinent. En Corée, environ 75 % des ménages modestes habitent (ou cohabitent) aujourd’hui dans une maison individuelle1. Inversement, plus de la moitié des ménages des classes moyennes urbaines habitent un appartement dans un tanji, qui reste aussi le logement désiré par la grande majorité2. En Corée, posséder un appartement d’au moins trente p’yŏng dans un tanji est même l’un des critères déterminants de la conscience d’appartenir à la bourgeoisie urbaine3.

4Liées à ces représentations sociales opposées, des situations géographiques également divergentes caractérisent le grand ensemble et le tanji. La construction massive de ces derniers ayant commencé au moment où la Corée était en pleine transition urbaine, ceux-ci ont constitué une forme majeure de conquête territoriale et beaucoup sont aujourd’hui très intégrés à la ville. S’il existe bien sûr des tanji périphériques (comme ceux de Sanggye-dong à Séoul), cette situation géographique n’est pas la seule qui leur est réservée. De plus, l’autonomie inspirée de l’unité de voisinage de Clarence A. Perry étant l’un des principes fondateurs du modèle coréen, ils apparaissent beaucoup mieux équipés que les grands ensembles français, au point que certains sont même capables de susciter de nouvelles centralités dans un quartier (axes commerciaux des tanji d’Apkujŏng et de Panp’o par exemple). L’insertion des tanji dans la ville ne se réduit donc pas à la simple inclusion dans le territoire municipal. Elle s’accompagne d’une véritable intégration dans les grandes dynamiques urbaines, qui est un facteur de contentement pour les habitants. En ce sens, le tanji apparaît comme le contraire non seulement du grand ensemble français d’aujourd’hui (symbole de déclassement et d’exclusion), mais encore du grand ensemble français des années 1960 dont les premiers habitants, tout en exprimant leur satisfaction pour le nouveau cadre de vie, déploraient le défaut d’équipements.

5En France, les grands ensembles, parfois trop souvent réduits à la source majeure des « problèmes urbains », représentent aujourd’hui des éléments périphériques de la ville ; en Corée les tanji en sont l’un des constituants majeurs, en particulier à Séoul où le mouvement a commencé plus tôt qu’ailleurs.

  • 4 Voir Kim Jaeyoung et al., 1998.

6Les tanji ont été ainsi à la fois les produits les plus apparents et les vecteurs les plus efficaces du « miracle sur le Han ». La construction des tanji a constitué d’importants débouchés pour l’industrie de la construction, dont on connaît l’importance dans le tissu industriel coréen : entre 1971 et 1996, la production en valeur de l’industrie de la construction a augmenté deux fois plus vite que le PNB4. Ce secteur industriel fondamental et les services associés (architecture, urbanisme et aménagement) ont fourni aux classes moyennes, outre des emplois nombreux, des toits sous la forme d’appartements dans des tanji. Facteurs d’enrichissement des catégories solvables en raison du contrôle des prix de vente associé au système des punyang jusqu’en 1998, les appartements ont aussi constitué – comme on l’a déjà souligné – une véritable fabrique de classes moyennes. Enfin, les tanji ont fourni à ce groupe des symboles de reconnaissance, au moment même où migrations internes et déracinements bouleversaient les référents identitaires traditionnels – l’appartenance au village natal ou kohyang. Bref, les tanji ont constitué une formidable machine d’encadrement des populations qui ont été des agents essentiels du développement coréen.

  • 5 Yoon Juhyun, 1998 et 2000.

7Depuis l’hiver 1997-1998, le secteur de la construction, gravement affecté par la crise, et l’état du marché du logement sont des enjeux importants pour le gouvernement. En témoignent le traumatisme provoqué en novembre 2000 par les graves difficultés financières de Hyundai Construction et les efforts du gouvernement pour éviter la faillite de cette filiale, pilier d’un des premiers chaebŏl coréens. De même une série de mesures a été mise en place pour soutenir le marché du logement avec, notamment, la création de nouveaux types de crédits à faibles taux d’intérêts destinés aux acquéreurs d’appartements dont les revenus en diminution ne permettaient plus de régler les traites intérim5.

  • 6 Chut’aek Handbook (Guide du logement), 1999, p. 162.
  • 7 Zchang Sungsoo, 2000.

8Les conséquences de la crise sur le marché du logement tendent d’ailleurs à confirmer le succès des appartements auprès de la population coréenne. L’analyse de l’évolution de l’indice des prix des logements entre 1994 et 1999 montre que dans l’ensemble des villes (pour un indice 100 en 1995), l’indice des prix du logement (tous types confondus) a chuté de 103,5 à un peu moins de 91 entre 1997 et 1998 pour se redresser en 1999 (indice 93). Or, ce redressement est uniquement le fait de la reprise de l’augmentation des prix des appartements, dont l’indice, après avoir chuté de 108 à 94 entre 1997 et 1998, a presque retrouvé son niveau de 1995 (100) en 1999 (99,5). Les prix des maisons individuelles et du petit collectif ont, quant à eux, continué de baisser en 1998 et 1999. Cette tendance est la plus accentuée à Séoul et dans les villes moyennes6. Des enquêtes récentes ont aussi mis en évidence que les faillites en cascade qui ont affecté les PME de la construction ont détourné la confiance des acquéreurs coréens qui, en achetant un logement neuf, prennent un risque financier à cause du système de la vente sur plan et du prépaiement. C’est donc le marché des appartements construits par les grandes compagnies, moins susceptibles de tomber en liquidation que les autres (voir l’épisode de Hyundai) qui a le mieux résisté. Si bien que la crise a nourri le prestige de l’ap’at’ŭ construit dans un tanji par les ténors de la profession. Cette tendance a été enfin entretenue par les objectifs de la politique du logement pour 2000 et 2001 : cinq cent mille logements, dont les trois quarts en appartements, doivent être construits, ce qui permettra d’atteindre en 2002 un taux de couverture de 100 %7.

9Au terme de ce livre, le lecteur se pose peut-être avec moi la question de l’avenir de ces tanji, dont l’impact urbain est sans commune mesure avec le sceau que les grands ensembles ont apposé sur les banlieues des villes françaises. Pour l’observateur français, abreuvé des anathèmes lancés chez lui sur les résultats de la politique de logement de masse des années 1960, il est sans doute tentant de prédire un avenir sombre aux tanji qui peuvent donner de la ville coréenne une image effrayante. Mais la prospective n’est pas du domaine du géographe déjà bien occupé par la compréhension du présent et – on l’a répété maintes fois – trop de distance dans l’espace et le temps séparent les deux cas pour qu’il soit possible de conclure que les mêmes causes ici puissent produire ailleurs les mêmes effets. Il n’en reste pas moins que le devenir des tanji sera bientôt un enjeu de gestion majeur pour les villes coréennes. Les immeubles construits ayant une durée de vie de vingt à trente ans, le problème de la réhabilitation, voire de la reconstruction des tanji des années 1970, se pose déjà à Séoul. Il suffit d’arpenter les tanji de Chamshil pour se rendre compte que la dégradation des extérieurs justifie que les copropriétaires aient constitué une association pour la reconstruction du quartier. Dans quinze ou vingt ans, tout le contingent né des grands programmes lancés depuis le milieu des années 1980 sera dégradé de la sorte. Comment assurer l’entretien et la réhabilitation, voire la reconstruction de ces immeubles ?

  • 8 Kukt’o, n° spécial logement, oct. 2001, p. 26-37.
  • 9 Koo Donghoe, 1998.

10Le problème se pose avec d’autant plus d’urgence que les tendances récentes en matière d’habitat font apparaître une évolution des goûts : les élites se sont détournées depuis longtemps des tanji pour habiter de luxueuses maisons individuelles et la bourgeoisie urbaine pourrait bien délaisser à son tour les grands ensembles, quand il sera devenu clair pour elle que ce type d’habitat ne lui permet plus d’affirmer sa « distinction » (P. Bourdieu). Depuis un ou deux ans en effet, une partie importante du parc des appartements est destinée à des catégories plus modestes, dans les périphéries urbaines, où 80 % des unités de logement construites comptent moins de 60 m28. La fin de la construction des grands appartements et le rejet des tanji toujours plus loin des centres n’est-elle pas le creuset de futurs problèmes urbains dont nos banlieues françaises sont l’exemple ? De plus, apparaissent les prémisses d’un mouvement d’exurbanisation, qui conduit certains membres de la bourgeoisie urbaine à opter pour un cadre de résidence champêtre (chŏnwŏn chut’aek), dans un rayon de 30 à 60 km des grandes villes9. Ce processus de « rurbanisation », bien que ne concernant pour l’instant que moins de 5 % des ménages de la région de Séoul, est aussi lié au développement actuel des résidences secondaires, que l’on construise du neuf ou que l’on entreprenne la restauration d’un hanok en province. Le tanji n’est-il pas un modèle engagé sur la lente voie du déclassement ? Comment les gestionnaires de la ville vont-il répondre à ce défi ? Le succès de la gestion urbaine en Corée dépendra en grande partie de la manière dont les acteurs concernés vont répondre à cette question de l’avenir des tanji, car ceux-ci font aujourd’hui partie du patrimoine de leurs villes.

  • 10 Voir H. Vieillard-Baron, 2001, p. 224-225. Sur Shanghai, voir F. Ged, 2000, p. 47-55.

11Ce défi risque de se poser ailleurs en Asie, car l’exemple coréen semble aujourd’hui loin d’être isolé dans l’aire de civilisation qui est la sienne. Si les grands ensembles de Hong-Kong ou de Singapour pouvaient apparaître comme des exceptions, les nouvelles extensions de Shanghai ou de Pékin, qui sont ni plus ni moins des tanji chinois, prouvent que le grand ensemble d’appartements n’est pas, en Asie, réservé à la Corée ou aux cités-États10. On peut même se demander dans quelle mesure le modèle du tanji n’est pas associé à un certain type de villes, émergeant dans un contexte de fortes densités humaines sur les espaces urbanisables et dans des pays dont la croissance rapide est dirigée par des formes étatiques qui promeuvent un capitalisme autoritaire. Le tanji n’est-il pas, alors, un des objets les plus significatifs du développement asiatique ?

12En Corée en tout cas, les tanji sont même des éléments fondateurs de la modernité urbaine, ce qui n’est pas contradictoire avec le fait qu’ils soient aussi héritiers de théories et de modèles urbanistiques nés en Occident. La rationalisation des espaces habités issue de la construction des tanji est autant le produit des mécanismes socio-politico-économiques spécifiquement coréens qui caractérisent la production de la ville que celui d’une occidentalisation. En témoignent les formes très particulières de périurbanisation qui caractérisent aujourd’hui les agglomérations coréennes : où est l’occidentalité dans la rencontre parfois saisissante de la rizière et du tanji ?

13Mais on s’engage ici sur un terrain traître : l’opposition entre coréanité et occidentalité (et son corollaire, l’opposition entre tradition et modernité), qui structure bien des discours sur l’Asie contemporaine – dont le mien, hélas, car il est difficile d’y échapper. Or les tanji brouillent la structure d’un tel discours : contrairement aux apparences, ils sont l’un des objets les plus originaux que la société coréenne a sécrété en entrant dans sa modernité.

14Produits, vecteurs et symboles, les tanji sont une mesure de la modernité coréenne.

Notes

1 Yoon Juhyun et al., 1999.

2 Dans une enquête réalisée récemment à Séoul par un chercheur du Korea Housing Institute, plus de 70 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles voulaient habiter dans un tanji. Voir Zchang Sungsoo, 2000.

3 Nam Hŭiyong, 2000.

4 Voir Kim Jaeyoung et al., 1998.

5 Yoon Juhyun, 1998 et 2000.

6 Chut’aek Handbook (Guide du logement), 1999, p. 162.

7 Zchang Sungsoo, 2000.

8 Kukt’o, n° spécial logement, oct. 2001, p. 26-37.

9 Koo Donghoe, 1998.

10 Voir H. Vieillard-Baron, 2001, p. 224-225. Sur Shanghai, voir F. Ged, 2000, p. 47-55.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540