Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Séoul, ville géante, cités radieuses

 | 
Valérie Gelézeau

Troisième partie. Le sens des changements. Tanji et modernité coréenne

Chapitre 5. Les tanji, produits de l’urbanisme moderne et occidental ?

Texte intégral

1En Corée comme en France, l’autoritarisme d’État et la mise en place d’une technostructure consacrée à la production du logement de masse sont des facteurs importants de la prolifération des tanji. Mais la désaffection des architectes vis-à-vis de la question du logement (en dehors des opérations de prestige comme celle du Village olympique) pose le problème des modalités de la pénétration en Corée des principes du mouvement moderne de manière d’autant plus aiguë que nulle part ailleurs ils ne paraissent avoir été appliqués à une si grande échelle et si systématiquement. À Séoul et dans les villes nouvelles (shin toshi), le parti pris d’aménagement des tanji (logement collectif, urbanisme en hauteur, fonctionnalisme) semble en effet se conformer de manière parfaite aux principes de l’urbanisme international.

2Pourtant, en dépit de ces constatations, se pose la question de la médiation « théorique ». Dans quelle mesure les tanji reproduisent-ils les modèles définis par les CIAM ? Comment ces modèles ont-ils été transmis aux architectes et aux urbanistes coréens ? Quelle est la distance de ces modèles à la ville matérielle et aux tanji qui pullulent dans Séoul ?

Les tanji et le mouvement moderne en architecture

La modernité dans l’architecture coréenne

  • 1 Voir en particulier Ο Tôksông et Moon Hongkil, 2000 ; Architectural Guide of Séoul, 1995.
  • 2 Dans le langage courant, hyŏndae se rapporte à une actualité en train de se passer, un moment qu’o (...)

3Dans le champ de l’architecture et de l’urbanisme1, trois termes coréens peuvent rendre en français l’idée de « moderne ». Les deux premiers, sino-coréens, kŭndae et hyŏndae signifient respectivement de manière littérale « cette période-ci, la période présente » et « la période actuelle, contemporaine ». Le troisième terme, modŏn, apparu au xxe siècle, est une transcription de l’anglais modem, comme ses dérivés (modŏnijŭm pour modernism et modŏnit‘i pour modernity). Bien que ces trois termes soient parfois synonymes et employés les uns pour les autres, ils portent en général des nuances différentes. Comme le suggèrent leurs sens respectifs dans le langage courant2, kŭndae se situe dans le temps avant hyŏndae et se rapporte à une période qui commence à la colonisation japonaise et couvre plutôt la première moitié du xxe siècle. Hyŏndae désigne plutôt la période après la colonisation et, même, après la guerre de Corée. Aucun de ces deux termes n’est directement associé au mouvement moderne en architecture. Quant à modŏn (ou modŏnijŭm), il peut désigner aussi bien l’architecture qui a subi l’influence du mouvement moderne que, plus généralement, une architecture récente, contemporaine – et peut donc être synonyme de kŭndae ou hyŏndae. On retrouve donc en coréen la multiplicité des qualificatifs désignant aussi en français l’architecture du xxe siècle en général (« récente », « moderne », « contemporaine », « actuelle », etc.). Enfin, malgré l’existence des mots konglish de modŏn et modŏnijŭm, le mouvement moderne en architecture se traduit fréquemment par « kukchejuŭi kŏnch ‘uk » (architecture internationale) ou même « kukchejuŭi yangshik kŏnch ‘uk » (architecture internationale de style occidental).

  • 3 A. Delissen, 1994, p. 608.
  • 4 Ibid., 1994, p. 601.

4Les confusions qui peuvent ressortir de l’usage de ces termes parfois synonymes et aux significations souvent fluctuantes dans les sources coréennes ne facilitent pas l’analyse de l’influence qu’a pu avoir en Corée le mouvement moderne au xxe siècle. D’après A. Delissen, « l’idéologie du mouvement moderne qui se développa dans les années 1930, en Europe et aux États-Unis, n’eut aucune sorte d’influence sur l’architecture coréenne de l’époque. [...] En gros, on a donc affaire à une modernisation sans modernisme3 ». L’historien du groupe Espace date des années 1950 et de la reconstruction après la guerre de Corée le tournant véritable dans la production architecturale coréenne, avec la constitution d’un milieu de professionnels, du développement du marché de la construction et de l’émergence de véritables débats d’idées. Il suggère toutefois que l’architecture qui s’est développée dans la seconde moitié du xxe siècle a donné « dès le départ dans l’éclectisme moderniste, voire dans le post-modernisme, au sens premier4 ».

  • 5 Kim Chungŏp a travaillé avec Le Corbusier entre 1952 et 1956.
  • 6 Le bâtiment est aujourd’hui utilisé comme galerie d’art (Architectural Guide of Seoul, 1995, p. 14 (...)
  • 7 Ibid., p. 222.
  • 8 Yim Changbok, 1996, p. 206.

5Pourtant, on sait que l’atelier de Le Corbusier a accueilli des architectes coréens, au premier rang desquels la figure célèbre de Kim Chungŏp5. Les productions de ce dernier, entre 1957 (bibliothèque de l’université Kŏnguk par exemple) et 1970 (immeuble du siège social des assurances Kukche), font de fait une large utilisation du langage architectural du mouvement moderne : structures en poteaux-poutres et béton armé, murs-rideaux, utilisation des pilotis, etc. L’ambassade d’Italie en Corée, dessinée par cet architecte et achevée en 1967, est d’ailleurs inspirée de la villa Savoye6. Et si l’ambassade de France à Séoul (1961) est aussi célèbre, c’est bien parce que l’architecte y a associé la « coréanité » dans la courbure des toits et « l’élégance française » dans l’utilisation réussie de structures inspirées par l’architecture moderne (béton armé et pilotis)7. Le mouvement moderne a donc certainement trouvé à s’exprimer dans l’architecture coréenne de la fin des années 1950 et des années 1960, à travers l’architecture « de prestige » : ambassades, bâtiments d’université, sièges sociaux, etc. Quant aux projets dont il est sûr qu’ils s’inspirent très directement des travaux de Le Corbusier sur le logement, ils sont plus difficiles à identifier. L’architecte Yim Changbok évoque par exemple les neuf immeubles de Haebang-dong (Yongsan-gu, 1964) conçus par Kim Chungŏp et destinés à loger des militaires (kunin ap’at’ŭ). Mais aucune référence au travail de l’architecte dans l’atelier de Le Corbusier n’apparaît explicitement dans cette source8.

6Le problème se pose donc de cerner la place du mouvement moderne dans la constitution du modèle de l’appartement et dans la prolifération des tanji en Corée. Or, en architecture et en urbanisme, les références aux CIAM ou à ses grandes figures européennes (W. Gropius et le Bauhaus en Allemagne, Le Corbusier et la revue L’Esprit nouveau en France, Van Eesteren et le groupe Stijl aux Pays-Bas, etc.) paraissent éparses et noyées au milieu d’autres références issues de l’urbanisme occidental, mais non directement affiliées au mouvement moderne.

La distance Corée-France

  • 9 Zchang Sungsoo, 1994.
  • 10 Lee Eun, 1994, p. 107.
  • 11 Kim Jinai, 1990, p. 121-130.
  • 12 Ibid., p. 141-143.
  • 13 Kang Pusŏng et al., 1993,p. 19 et p. 151.

7Si certaines sources évoquent l’influence du mouvement moderne et des CIAM, c’est toujours de manière rapide et/ou indirecte. Le cas le plus étonnant est peut-être celui de la thèse de Zchang Sungsoo, pourtant consacrée à la naissance du modèle occidental de l’appartement et du tanji (le terme westernizing) figure d’ailleurs dans les mots clés en anglais) qui ne comporte aucun développement, aussi bref fût-il, sur le mouvement des CIAM9. À propos des tanji plus récents de Moktong, l’historienne Lee Eun qualifie le plan d’aménagement de la ville de Sanggye-dong de « désespérément corbuséen », sans vraiment expliciter les modalités de pénétration des théories de Le Corbusier10. Dans l’ouvrage publié sous la direction de Kim Jinai, le chapitre sur Kangnam et ses grands projets (Panp’o, Chamshil) ne mentionne pas directement le mouvement moderne en architecture. Il est seulement précisé plusieurs fois que la ville est une ville « fonctionnelle » (kinŭngjŏgin toshi11). Un peu plus loin, le chapitre sur le Village olympique fait référence certes à l’« Unité d’habitation grandeur conforme » de Marseille conçue par Le Corbusier, mais à côté de deux autres modèles : la Cité-Jardin anglo-saxonne d’E. Howard et le Panopticon de G. Bentham12. Enfin, dans un ouvrage sur la planification du logement collectif urbain ne figure aucune référence à Le Corbusier, ni aux théories des CIAM dans les pages consacrées à Chamshil. Un seul modèle étranger y est mentionné, celui de l’unité de voisinage de l’Américain Clarence A. Perry13.

  • 14 J. Castex, J.-C Depaule et P. Panerai, 1997.
  • 15 Cahiers du CREPIF, n° 17, décembre 1986, p. 22-23 et p. 49.

8La ténuité, le mélange et l’incertitude des références au mouvement moderne en architecture dans le discours actuel sur les grands ensembles coréens contraste avec leur omniprésence dans les discours sur les grands ensembles européens en général et français en particulier14. Un numéro des cahiers du C.R.E.P.I.F. consacré aux actes d’un colloque sur les grands ensembles français fait clairement apparaître l’influence des théories de Le Corbusier et du fonctionnalisme des CIAM sur la production des grands ensembles entre 1954 et 1975 : « À partir de 1948-1950 un changement profond se dessine [en France] en matière d’urbanisme et d’architecture, la reconstruction “régionaliste” est critiquée. La charte d’Athènes et les livres de Le Corbusier fixent les règles d’un nouvel urbanisme, d’une nouvelle architecture » affirme J.-H. Labourdette qui fut l’auteur du plan de Sarcelles, soulignant même plus loin dans la discussion qu’« incontestablement, dans les années 1955, sous Claudius-Petit, on devait respecter un dogme architectural »15.

  • 16 Ibid., p. 23.

9Ce dogme architectural, qui définit pour la ville contemporaine des principes tels que le zonage des fonctions (habiter, travailler, se récréer), le décongestionnement du centre-ville, l’accroissement de la densité, des moyens de circulation et des surfaces plantées, a été appliqué de manière systématique sur les espaces résidentiels lors de la construction des grands ensembles français. Dans une certaine mesure, la production de masse du logement engagée par l’intervention de l’État s’est appuyée sur les principes de l’urbanisme international et fonctionnaliste qui justifiait le parti pris formel adopté par souci d’économie : logements collectifs en série et urbanisme de plan masse. Au fond, la charte d’Athènes s’est présentée comme un terrain de consensus pour tous les agents impliqués dans la production du logement : les intérêts politiques de l’État et ceux, économiques des promoteurs et des constructeurs, ont coïncidé avec la nouvelle profession de foi des architectes. « Ces idées, ces principes ont conduit toute une génération, dont j’ai fait partie, à les mettre en pratique, reconnaît J.-H. Labourdette. C’était une nouvelle vérité qu’il fallait imposer. C’est ainsi que la plupart des grands ensembles ont été voulus par l’administration, les architectes, les constructeurs. Nous étions fiers, c’était la vérité16. »

  • 17 J.-P. Flamand, 1989.

10Certes, ce « consensus » était en réalité paré des oripeaux de l’idéologie et il est vrai qu’on peut se demander dans quelle mesure les principes corbuséens de l’urbanisme ne sont pas venus justifier a posteriori un choix économique et politique17. Mais l’enthousiasme pour le mouvement moderne a été réel, dans les milieux concernés notamment, sous le ministère de Claudius-Petit.

11En Corée, l’application des principes définis par le mouvement moderne n’a pas du tout pris comme en France cette forme d’adhésion à un dogme urbanistique et architectural, où la figure de Le Corbusier apparaît comme fondatrice. En Corée, la matrice urbaine aujourd’hui strictement normée qu’est le tanji s’est constituée par le mélange des références issues de l’urbanisme international, qui ont pénétré plus ou moins directement dans le pays.

L’influence occidentale : diversité et nomadisme des modèles urbains et architecturaux

Diversité d’origine des influences occidentales

  • 18 Lee Eun, p. 75.
  • 19 Kim Joochul et Choe Sangchuel, 1997, p. 155.
  • 20 Lee Eun, 1997, p. 54.
  • 21 M.-H. Fabre, 1993, p. 28. De fait, l’architecte John Ford a conçu en 1955, un grand ensemble de pr (...)
  • 22 Cahiers du CREPIF, n° 17, décembre 1986, p. 69.

12Outre l’influence française (qui a pu être introduite par l’œuvre de Kim Chungŏp), l’influence germanique a participé de la constitution du nouveau modèle de logement. On a vu que le plan des appartements Chongam avait été conçu par un bureau d’études allemand. L’apport des ingénieurs allemands trouve d’ailleurs encore à s’exprimer aujourd’hui dans le vocabulaire utilisé : le terme de « structure en poteaux-poutres » se traduit en coréen par ramen kujo, qui provient sans doute possible de l’allemand – de rahmen (« cadre » en allemand) et du coréen kujo (« structure »). Quant à la conception du plan masse des tanji, l’un des tout premiers – Han’gang menshyŏn – est vraisemblablement la réplique de la Siedlung allemande des années 1920 destinée à loger les populations ouvrières18. L’apport de modèles et de conceptions issus de l’urbanisme britannique est également décelable en Corée, à différentes échelles. Le plan d’urbanisme de Séoul de 1966 serait par exemple inspiré par un schéma directeur de Londres publié à la fin des années 195019. En ce qui concerne le modèle du tanji lui-même, l’ensemble de Map’o, fondateur du modèle, serait la copie d’un grand ensemble réalisé à Sheffield en Grande-Bretagne à la même époque20. M.-H. Fabre laisse ainsi entendre qu’il s’agit d’un modèle importé : « Les travaux [de construction des appartements Map’o] ayant commencé la même année que la création de l’Office national coréen du logement, le projet est vraisemblablement la reprise d’un projet conçu (et sans doute construit) à l’étranger antérieurement21. » Outre le rôle qu’a pu jouer l’ensemble de Sheffield dans la constitution du modèle des tanji, il convient de mentionner que la définition même de l’ap’at’ŭ coréen correspond à celle du high rise pour les Anglais (cinq niveaux et plus)22. Sans oublier non plus le fait que le ch’ŭng coréen, qu’il faut traduire par « niveau », correspond non pas à l’« étage » latin, mais au story anglo-saxon.

  • 23 Kang Surim, 1991, p. 19. L’auteur précise p. 20-21 que l’unité de voisinage type comprend entre 50 (...)

13La seule référence systématiquement et constamment citée quant à l’origine de la notion de tanji est en fait d’origine américaine : il s’agit de l’unité de voisinage de Clarence A. Perry. Mise au point en 1929, l’unité de voisinage est un bloc urbain limité par des artères de circulation et autonome dans son fonctionnement. L’îlot comprend tous les commerces et services nécessaires à la vie d’une communauté et la circulation en son sein est parfaitement sûre, en particulier pour les enfants. Mêlée au modèle de la Cité-Jardin, cette notion d’unité de voisinage a notamment été appliquée lors de la planification de Canberra. En Corée, les deux lois spéciales sur lesquelles s’est appuyée la progression du front des grands ensembles sont issues de cette théorie, qui organise la ville en fonction d’« unités de voisinage » autonomes dont la masse démographique (entre 3 000 et 9 000 habitants environ) correspond à la capacité d’absorption d’une école primaire de 1 000 à 1 600 élèves. « Les lois fondatrices de la planification des tanji coréens sont fondées sur la théorie de l’unité de voisinage de Clarence Arther Perry. C’est à partir de cette théorie de l’unité de voisinage qu’ont été élaborées la loi d’encouragement à la construction du logement et la loi d’encouragement à la création de terrains résidentiels23. »

  • 24 Kang Pusŏng ét al., 1993, p. 151.
  • 25 Yun Changsŏp, le professeur d’urbanisme en question, était à l’époque conseiller auprès de l’ONCL (...)

14Dans un ouvrage portant sur la planification du logement collectif, un des chapitres sur Chamshil comprend d’ailleurs un encart résumant le modèle de Clarence A. Perry24. Quant à Lee Eun, elle précise la manière dont celui-ci a été appliqué à Séoul, au moment de la construction des premiers tanji de Tongbu Ich’on-dong par l’ONCL sur la rive nord du fleuve Han, dans « une situation de création quasi ex nihilo ». « Se pose alors la question “comment organiser la vie d’un millier de ménages dans un environnement quasi vierge ?” Les concepteurs, une équipe de l’ONCL, ne disposent d’aucune connaissance ou donnée susceptible d’orienter la décision. Dans ce contexte de désarroi, un professeur d’urbanisme introduit un principe d’organisation mis au point, dans les années 1920, par un Américain [Clarence A. Perry]25. »

Les chemins de la migration des modèles et des idées

  • 26 Yi Taejin, 1995, p. 15.
  • 27 Lee Eun, p. 50-51.
  • 28 A. Delissen, 1994, p. 527.
  • 29 Le konglish (contraction de korean et english) désigne les néologismes créés par transcription en (...)
  • 30 L’ouvrage Toshi chiphap chut’aek-ŭi kyehoek est truffé de ces termes (Kang Pusŏng at al., 1993, p. (...)

15La prégnance d’une référence américaine est bien sûr liée aux itinéraires qu’ont suivis des modèles venus d’Occident dans leur migration vers l’Asie en général et la Corée en particulier. À cet égard, la voie de pénétration depuis l’Angleterre et les États-Unis est une voie ancienne, puisqu’à la fin du xixe siècle, un Anglais, Mc Leavy Brown, avait déjà joué le rôle de conseiller auprès du gouverneur de la ville Yi Ch’aeyŏn. Ce dernier avait aussi effectué plusieurs voyages aux États-Unis et s’était inspiré de l’urbanisme de Chicago pour concevoir les projets de modernisation de Séoul menés entre 1896 et 189826. La présence américaine en Corée s’étant très largement renforcée pour les raisons géopolitiques que l’on connaît, il y eut presque toujours des Américains impliqués dans les grandes décisions urbanistiques de Séoul. Des conseillers américains ont par exemple participé à l’élaboration du projet du tanji de Map’o27. A. Delissen souligne, quant à lui, le rôle d’un expert américain, Oswald Nagler, comme conseiller auprès du ministère de l’Équipement du milieu des années 1960 au milieu des années 197028. Enfin, le fait qu’une grande proportion de professeurs des universités coréennes les plus prestigieuses comme l’Université nationale de Séoul ait obtenu des diplômes de maîtrise ou de doctorat aux États-Unis est aussi un facteur important du processus de migration des idées. Ce phénomène, toujours d’actualité, explique l’omniprésence des méthodes et des procédés d’origine américaine auxquels recourent la majorité des intellectuels coréens susceptibles d’être enrôlés dans les cercles de décideurs au niveau politique ou administratif. L’omniprésence du konglish29 dans les textes techniques ou scientifiques est une manifestation de ce phénomène (skyline, privacy, cluster hyŏng, green chigu, green belt, etc.)30.

  • 31 Voir Kim Joochul et Choe Sangchuel, 1997, p. 122-123 : la procédure, d’origine européenne et ayant (...)

16Pour des raisons à la fois historiques (rôle de la colonisation) et géographiques (proximité), le Japon a constitué l’autre voie de pénétration privilégiée des techniques ou des modèles étrangers en Corée. La procédure du remembrement public, dont on a vu qu’elle avait été introduite en Corée pendant la période coloniale, a par exemple migré depuis l’Allemagne, où elle avait été appliquée à la fin du xixe siècle31. La période coloniale a d’ailleurs été une grande période de passage des principes urbanistiques d’origine occidentale, que les Japonais ont d’ailleurs appliqué de manière plus systématique dans leurs colonies que sur leur propre territoire.

  • 32 Lee Eun, 1997, p. 32-33. Très peu de ces logements furent effectivement construits dans Séoul en r (...)
  • 33 M. Bourdier, 1989.
  • 34 Zchang Sungsoo, 1994, p. 91 et M.-H. Favre, 1993, p. 69.

17À cet égard, le rôle crucial qu’a pu jouer la Régie du logement dans la pénétration en Corée de nouveaux modèles d’habitat est à souligner. Les logements conçus par cette société en 1944 (les munhwa chut’aek) affichent un style « mi-japonais, mi-coréen », avec leur ossature de bois et leur toit de tuiles plates32. Par l’intermédiaire des programmes de logements conçus par la Régie, les Japonais ont pu en effet diffuser en Corée divers éléments qui ont par la suite été conservés dans les appartements, comme la suppression de la cour (marquant le passage au logement bloc) et l’introduction de la salle d’eau (bains et toilettes) à l’intérieur de la maison. Quant au principe du LDK (Living Dining Kitchen, constitué d’un ensemble ouvert salon-salle à manger-cuisine) qui organise aujourd’hui l’espace intérieur de tous les appartements coréens, il a été au Japon l’objet de débats passionnés dans les années 1940. En effet, contrairement à l’idée répandue qui attribue aux autorités d’occupation américaines la paternité du LDK japonais, celui-ci est en réalité le fruit de réflexions entamées dès le début du siècle par un architecte japonais (Nishiyama Uzô) sensibilisé aux idées marxistes et internationalistes. La reconstruction de Tôkyô à la suite du tremblement de terre du Kantô (1923) a également été un grand moment de pénétration des idées du mouvement moderne au Japon. Le concept du LDK y a ainsi été formalisé dès le début des années 1940 et une Régie publique du logement (Jûtaku eiden) chargée (théoriquement, car faute de moyens financiers, cet organisme ne construira que très peu) de l’appliquer dans des programmes concrets33. Il est donc certain que l’organisation de l’espace domestique selon une partition entre espace individuel/espace de vie commun, avec les chambres d’une part et un ensemble salon/salle-à-manger/cuisine (le LDK) d’autre part, a d’abord transité par le Japon avant de se répandre en Corée. Il est vrai que l’abandon du principe de l’espace de vie polyfonctionnel, qui fonde la maison traditionnelle coréenne, n’a été véritablement consacré que plus tard, dans le tanji de Map’o en 196434. Mais ce principe n’a pas été brusquement remis en cause à l’orée des années 1960, au moment de la construction de ce tanji. Il a été abandonné peu à peu, selon un processus lent que reflète l’évolution de la structure des logements, des pavillons construits dans les années 1940 (apparition de la maison bloc, mais les pièces restent polyfonctionnelles) aux « logements pour le peuple » (kungmin chut‘aek) des années 1950 (apparition du living) et enfin aux appartements Map’o de l’ONCL (fixation du modèle). Dans la constitution du logement bloc (carré ou rectangulaire) centré sur le LDK – modèle qui est celui de tous les appartements actuels –, le rôle du Japon comme vecteur de transmission a été essentiel.

  • 35 Yim Changbok, 1996, p. 202.
  • 36 Lee Eun, 1997, p. 74

18Il semblerait même que les Japonais aient été à l’origine des premiers appartements apparus à Séoul avant même le projet fondateur des appartements Chongam. En 1932 les autorités coloniales firent en effet construire pour des agents du gouvernement d’occupation un immeuble de cinq niveaux, l’immeuble Yurim sur l’avenue Ch’ungjŏng (Ch’ungŏng-no). D’autres projets, concernant quelques immeubles d’habitation de quatre ou cinq niveaux furent également réalisés à la fin des années 1930, dans le centre-ville : l’immeuble Mokcho à Hyehwa-dong, l’immeuble P’ungjŏn à Sŏdaemun-gu, l’immeuble Naeja à Chŏk-sŏn-dong, et quelques immeubles destinés à loger des fonctionnaires du gouvernement japonais à T’ongŭi-dong et Samch’ŏng-dong – immeubles qui ont tous disparu aujourd’hui. Yim Changbok mentionne, quant à lui, que des « genres d’immeubles d’appartements » ont été construits à Shindangdong et à Yongsan par les Japonais afin de loger des ouvriers dans les années 193035. Plus tard, c’est encore du Japon qu’est venue l’idée de développer le tanji de luxe de Han’gang, à la suite d’un voyage du directeur de l’ONCL qui avait été « impressionné par la prolifération des logements haut de gamme pompeusement nommés mansion »36. La médiation nippone est donc à l’origine du nom de Han ‘gang Menshyŏn.

  • 37 A. Delissen, 1994, p. 222-225.

19La position médiatrice du Japon a d’ailleurs joué dans les deux sens après la libération, dans le domaine de la migration des idées en architecture, grâce aux voyages des personnes. C’est par exemple à l’École des beaux-arts de Tôkyô où il a étudié pendant les années 1950 que Kim Sugŭn s’est trouvé en contact avec les grands courants de pensée qu’une génération d’architectes japonais avaient puisés chez Le Corbusier ou Franck Lloyd Wright. Inversement, c’est au Japon que ce dernier découvrit, dans une auberge coréenne, le principe du chauffage par le sol, que l’on retrouve en France (ou ailleurs) dans bien des programmes de logement postérieurs à 196037...

Conclusion. le tanji coréen, une formule mixte et décontextualisée

  • 38 F. Choay, 1965, p. 39-41.

20F. Choay note dans Urbanisme. Utopie et réalités que la visée universelle de l’urbanisme international n’a pas empêché les membres du mouvement moderne de proposer deux solutions quant à l’habitat de « l’homme nouveau »38. La première, étudiée surtout par les Anglo-Saxons et les Hollandais, penche pour la promotion de la maison individuelle basse ; la seconde est l’immeuble collectif géant, dont les « Unités d’habitation grandeur conforme » de Le Corbusier construites à Marseille (1952), Nantes (1953) ou Briey (1959) représentent des réalisations concrètes. La préférence des modernistes anglo-saxons pour la première solution n’a rien d’étonnant dans la mesure où l’attachement à la maison individuelle est fortement ancrée dans les cultures anglaise et américaine. C’est ainsi que la théorie de l’unité de voisinage de Perry ne s’applique pas explicitement à un ensemble de logements collectifs. Sa filiation lointaine avec le modèle de la Cité-Jardin tendrait même à laisser supposer le contraire.

  • 39 L’adaptation des modèles étrangers doublée d’un transfert de sens est évoquée par A. Berque, dans (...)
  • 40 C. Goldublum, 1987 et 2000, p. 312.

21En fait, le grand ensemble coréen semble issu (au moins) d’une double adaptation : celle de la formule de Perry et celle de la solution proposée par les partisans de l’urbanisme vertical39. Formule mixte, le tanji, qui associe la Cité-Jardin avec l’immeuble collectif géant, témoigne de la diversité des modèles urbanistiques et architecturaux qui ont contribué à sa normalisation et qui se sont rencontrés au cours de leurs parcours nomades, à travers l’Amérique, l’Europe et l’Asie. Parmi les types de réponses qu’il était possible d’apporter à la croissance urbaine et à la crise du logement, le choix systématique des décideurs coréens en faveur du logement collectif et de l’habitat de grande hauteur témoigne donc moins de l’adhésion systématique aux principes de l’architecture internationale définis par les CIAM que de l’assimilation et de l’adaptation au contexte coréen d’un ensemble de théories nées au tournant du siècle en Occident. Utilisés dans un contexte de croissance urbaine brutale pour la construction en masse du logement, ces principes normatifs ont été appliqués à Séoul parce qu’ils se prêtaient bien aux intérêts de l’État autoritaire. En effet, l’appartement se conforme mieux que la maison individuelle au système de production fordiste sur lequel s’est appuyée la croissance coréenne entre 1960 et la fin des années 1980 ; de surcroît, le choix du logement collectif de masse facilite le contrôle des populations à grande échelle. À cet égard, on ne peut manquer de comparer le cas coréen avec d’autres pays asiatiques – fussent-ils aussi différents que la Corée du Nord et Singapour –, où les pouvoirs publics ont largement eu recours au grand ensemble pour résoudre le problème du logement40.

22Les tanji sont finalement, ainsi qu’A. Berque le fait observer, des grands ensembles japonais, des formes urbaines décontextualisées.

  • 41 A. Berque, 1993, p. 149. La cité est entendue au sens de « la ville considérée dans sa dimension p (...)

Les formes que nous interprétons comme des émanations matérielles de la modernité sont doublement décontextualisées au Japon. Alors que nous y voyons la désarticulation du tissu urbain et la désagrégation des solidarités locales (décomposition de la forme et du lien social), ces formes sont réduites à leur fonctionnalité unique au Japon (il n’y a pas de référence à la modernité et tout ce qu’elle implique d’individualisme et d’universalisant). [...] Il faut envisager que les mêmes formes veuillent dire autre chose au Japon qu’en Occident [...] Ces formes [...] sont deux fois décontextualisées : morphologiquement par rapport à la ville, et symboliquement par rapport à la cité. Autrement dit, on peut faire au Japon des tours et des barres sans scrupules paysagers ni sociaux. Ces formes sont en effet réduites à leur pure fonctionnalité pratique. Elles servent à quelque chose, c’est tout41

23De l’Occident à l’Asie, le voyage des modèles urbains et des modèles de logements s’est traduit par des décalages et des glissements de sens. Entre la Séoul contemporaine, ville matérielle où prolifèrent aujourd’hui les tanji, et les théories du mouvement moderne « à la française » – où le poids de la référence corbuséenne est survalorisé –, qui ont préconisé l’habitat en hauteur afin de libérer au sol des espaces verts, de nombreux filtres sont venus s’intercaler et d’autres modèles (le grid américain par exemple dans le développement de Kangnam) se sont ajoutés. Il faut peut-être admettre que la médiation s’est sans doute moins faite sur le plan de la théorie (idées / philosophie de l’urbanisme) que sur le plan technique. Dans la production des tanji, la théorie le cède finalement à la technostructure qui leur a donné naissance.

L’irréductibilité du contexte coréen

24Décalée par rapport à la référence moderne et occidentale sur le plan architectural et symbolique, la modernité des tanji ne prend sens que dans un contexte local.

L’ap’atŭ ou l’autre « machine à habiter »

  • 42 Discours de Park Chunghee lors de l’inauguration des appartements Map’o, 1964 (cité par Kang Yŏngh (...)

25L’allocution que prononça Park Chunghee au moment de l’inauguration des appartements Map’o en 1964 est révélatrice de l’association « logement en appartement »/ » rupture avec le passé archaïque » qui dominait dans l’esprit des technocrates de l’époque : « La Corée s’est émancipée du style de vie féodal marqué par la permanence des rites transmis depuis l’Antiquité ; je suis certain aujourd’hui que l’adoption d’un mode de vie collectif, en faisant réaliser aux Coréens des gains considérables de temps et d’argent, contribuera à l’amélioration des conditions de la vie et de la culture du peuple42. »

26De ce petit extrait du discours de Park se dégagent les deux grands thèmes qui ont officiellement justifié le choix du collectif. D’abord la croissance, et ses corollaires, la productivité et l’efficacité. L’appartement, qui va permettre aux Coréens de « réaliser des gains considérables de temps et d’argent », devient, au même titre qu’une nouvelle machine, un outil du développement industriel, un instrument de rendement supérieur (hyoyuljŏk). Le confort et les équipements qu’apportera le nouveau logement (« l’amélioration des conditions de vie du peuple ») découlent du reste. En second lieu, l’adoption du logement collectif comme cadre de vie pour tous consacre une profonde rupture historique : l’« émancipation » par rapport à la société rurale et féodale, marquée par la permanence et l’immobilisme. Les appartements sont associés à l’émergence d’une société radicalement nouvelle, qui tourne le dos au passé. Une société, en somme, qui « change de peau », comme le suggère la connotation du terme que j’ai traduit par « s’émanciper » (t’alp’i hada, qui signifie aussi « muer »). Dans les années 1990, ce thème du « nouveau » était d’ailleurs encore très présent, comme en témoigne un des slogans de l’ONCL en vogue entre 1994 et 1998 : « Pour la nouvelle époque, le nouvel esprit et le nouveau progrès, nous créons une nouvelle culture résidentielle. »

  • 43 En France, le logement social s’est toujours voulu exemplaire de ce qui pouvait être le plus « mod (...)
  • 44 On rappelle qu’en France, c’est en 1931 que la part de la population urbaine a dépassé celle de la (...)

27Au fond, on retrouve là des thèmes qui, en France, ont toujours été développés à propos du logement social depuis la naissance des premiers débats à ce sujet au xixe siècle43. L’allocution de Park Chunghee semble même imprégnée des principaux topoi du discours de Le Corbusier sur le logement collectif de grande hauteur autour des années 1930 : le logement de « l’homme nouveau » et la « machine à habiter » de la société industrielle, entre autres. Mais le contexte d’émergence de ces discours n’est pas le même, en raison de la brutalité des transformations qui ont affecté la Corée dans la seconde moitié du xxe siècle. Dans les années 1930, la France n’est déjà plus une société à dominante rurale et agraire44 ; la Corée des années 1960 l’est au contraire encore largement.

28L’appartement en tant que « machine à habiter » est doublement décalé par rapport à la modernité occidentale. L’ap’at’ŭ n’est pas la « machine à habiter » corbuséenne : celle-ci est le produit de la société industrielle, celui-là en est l’outil. De surcroît, l’ampleur et le rythme des mutations socio-économiques dans lesquelles s’inscrivent les deux discours ne sont en rien comparables, comme en témoigne la nature de la rupture historique évoquée de part et d’autre. La société contemporaine des modernistes européens veut rompre avec la société préindustrielle ; en Corée, où c’est de « l’Antiquité » qu’on affirme s’être « émancipé », le « passé » est relégué à une époque beaucoup plus lointaine.

Grands ensembles et densités urbaines : une corrélation à nuancer

  • 45 V Foucher et P. Merlin, 1994, p. 7-8.
  • 46 Cl. Chaline, 1997, p. 69 et p. 74.

29On sait aujourd’hui que le raisonnement qui consiste à considérer les grands ensembles comme seule solution pour parer à l’augmentation de la population et permettre la densifïcation des espaces habités est un faux raisonnement. D’abord parce qu’il prétend ramener à un calcul simple (le rapport population/surface) une réalité complexe et mal définie, la densité45. Ensuite parce que, ce raisonnement fût-il fondé sur une définition mathématique de la densité (COS ou rapport population/ surface), il est prouvé que le grand ensemble ne donne pas les espaces résidentiels les plus denses – quartiers précaires et insalubres exclus, bien sûr. Dans le cas de la France par exemple, il est aujourd’hui reconnu que la densité d’un grand ensemble n’est pas plus importante que de l’habitat pavillonnaire dense et que les quartiers haussmanniens de Paris sont bien plus denses que les cités de banlieue d’Ile-de-France46. Pour ce qui concerne Séoul, de même la corrélation entre tanji et élévation de la densité de population est à nuancer.

  • 47 F. Moriconi-Ebrard, 1993, p. 138-139.

30Conséquence directe de la très forte croissance démographique de la ville entre 1960 et 1990 (de 2,5 à plus de dix millions d’habitants), la densité moyenne de Séoul a presque été multipliée par trois au cours de ces trente ans, passant d’environ 60 à plus de 170 habitants à l’hectare. Bien que le ralentissement de la croissance démographique de la ville au cours des dernières périodes inter-censitaires (1990-1995 et 1995-2000) ait entraîné une légère diminution de la densité moyenne (de 175 à 163 hb/ha), la capitale coréenne reste néanmoins l’une des grandes villes les plus denses du monde : plus dense par exemple que Djakarta, Tôkyô, Bombay, New York ou Londres, elle ne le cède qu’à Paris (environ 200 hb/ha) et Manille (plus de 400 hb/ha)47.

  • 48 Cf. Lee Kisuk et NOH Heebang, 1994, p. 24.

31À l’échelle de l’arrondissement, l’évolution récente de la densité à Séoul ne paraît pourtant pas nettement corrélée à la mutation du logement. En effet, l’augmentation de la part des appartements dans les arrondissements centraux de la rive nord à partir du début des années 1990 n’est pas directement en rapport avec leur densifïcation, au contraire : certains d’entre eux ont plutôt eu tendance à perdre leur population entre 1985 et 199548. Enfin, en 1995, les arrondissements les plus denses de la ville ne sont pas forcément ceux où dominent les appartements : les cas de Sŏch’o-gu, de Kangnam-gu et de Nowŏn-gu, dont la densité est inférieure à la densité moyenne de la ville, mais où les appartements représentent entre 60 % et 80 % des logements, sont à cet égard révélateurs (voir Figures 33 et 34). La répartition des appartements dans les arrondissements n’est d’ailleurs pas le principal facteur discriminant des densités urbaines : en fait, la carte des densités correspond bien mieux à celle de la configuration des terrains qu’à celle de la répartition des types de logements. C’est particulièrement net pour la moitié nord de la ville, où les zones de plus faible densité sont situées sur les principaux reliefs.

32Le grand ensemble est donc l’une des solutions qui s’offrent à l’aménageur pour organiser et densifier les espaces habités : sur le plan théorique, plusieurs possibilités, de l’habitat individuel au grand ensemble, en passant par le petit collectif s’offrent théoriquement à l’urbaniste pour créer un espace résidentiel supportant un même COS. Tout dépend, en fait, d’un choix global, lié à la conception qu’on se fait de la ville sur le plan matériel (part qui doit être réservée aux espaces verts, nature et organisation du réseau viaire, architecture du bâti, etc.) et, partant, sur le plan immatériel (fonctionnement de la sociabilité urbaine, espaces qui doivent lui être consacrés, statuts de la rue et des lieux « ouverts », etc.).

33Il convient d’ailleurs de souligner que ce raisonnement sur la densité résulte d’une mauvaise lecture d’Urbanisme ou de La Charte d’Athènes. L’œuvre de Le Corbusier relève d’une pensée globale sur la ville – qu’on peut certes critiquer –, mais qui est loin de se réduire à la volonté de résoudre les problèmes de la croissance urbaine et du logement par la densification des espaces résidentiels. Dans la ville contemporaine, les gratte-ciel rapprochés sont réservés aux quartiers des affaires, alors que dans les quartiers résidentiels, le but de la construction en hauteur est de dégager des espaces au sol pour les parcs, la verdure, etc. Les cités des banlieues françaises sont dans un sens le résultat de la mise en pratique biaisée et partielle de l’utopie moderne de la Cité radieuse.

Figure 33. LA LOCALISATION DES APPARTEMENTS À SÉOUL EN 1994

Figure 33. LA LOCALISATION DES APPARTEMENTS À SÉOUL EN 1994

Figure 34. LA DENSITÉ DE POPULATION À SÉOUL EN 1995 (densité moyenne de population pour Séoul, en 1995 : 165 hab/ha)

Figure 34. LA DENSITÉ DE POPULATION À SÉOUL EN 1995 (densité moyenne de population pour Séoul, en 1995 : 165 hab/ha)

Les tanji ou le défi à la nature

  • 49 Kim Joochul et Choe Sangchuel, 1997, p. 200.
  • 50 Kang Hongbin, dans un chapitre consacré aux tanji d’Une ville à l’échelle humaine (Saram-ŭi toshi) (...)

34En Corée, ce faux raisonnement de la densité, admise comme un rapport simple entre le volume démographique et la surface du terrain ou exprimé par le COS, est le grand argument justificateur de la construction des tanji. Comme le remarquent Kim Joochul et Choe Sangchuel, « la raison principale de la construction systématique de grands ensembles de masse a été imposée par le fait que Séoul dispose de terrains constructibles limités pour une population sans cesse croissante49 ». Ce consensus général imprègne toute la littérature consacrée à Séoul, dans les domaines de l’urbanisme ou de la géographie50. Or à Séoul, les quartiers les plus denses ne sont pas ceux où il y a le plus d’appartements, mais les quartiers de petit collectif ou les Villages de la lune. Certes, dans ce dernier cas, la densité très importante liée à un défaut d’équipement relève d’une surdensification. Mais le tanji de rénovation n’est sans doute pas l’unique solution qui existe au problème des Villages de la lune.

35L’exemple de Shingongdŏk-tong est à cet égard instructif. Le Village de la lune, qui comptait environ 820 ménages, a été remplacé par un tanji de 1210 logements qui sont dans l’ensemble plus grands que les anciennes maisons des squatters puisque les plus petits appartements comptent 35 m2. L’opération revient à augmenter la population du quartier, tout en diminuant l’entassement. Mais la construction de dix immeubles en R + 16 et R + 23 à la place d’un quartier entièrement en RDC est-elle la seule alternative pour aboutir au même résultat ? Qu’en serait-il par exemple d’une réhabilitation en R + 2 ou 3, incluant, entre autres, une réflexion sur les parcours au sein du quartier (parcours des habitants, mais aussi accès aux véhicules pompiers par exemple) et bien sûr une amélioration des réseaux (eau, électricité, etc.) ? Le grand ensemble est sans doute la solution la moins chère... si l’on se contente de considérer le problème à courte échéance et sans vision globale de la ville. L’introduction d’une petite cité intra-urbaine dans un quartier ancien peut en effet engager, à terme, des coûts (problèmes d’évacuation des déchets, consommation d’énergie, pollution, déséquilibres de la circulation du quartier, engorgement, entretien des immeubles, etc.) peut-être supérieurs aux économies réalisées sur le moment.

  • 51 Lee Eun, 1997, p. 103. « L’exiguïté du pays et la rareté des ressources foncières constituent les (...)
  • 52 C’est-à-dire au « milieu » coréen, tel qu’il est défini par A. Berque comme la relation d’une soci (...)
  • 53 Un des plats nationaux coréens, qui consiste dans un mélange de riz et de légumes, surmonté d’un œ (...)
  • 54 A. Delissen, 1994, p. 242.

36De même, lors des entretiens avec les professionnels, la contrainte de la densité était toujours la première raison invoquée pour expliquer le développement des tanji. Dans bien des cas (surtout au début des enquêtes), ce type d’argumentaire, assené comme une évidence, mettait indirectement un terme à l’entrevue et je me trouvais bien embarrassée pour continuer. La question des paysages urbains ne suscitant que peu d’intérêt dans la plupart des cas, l’entretien s’orientait alors sur le sempiternel problème du logement et sa supposée panacée : les tanji. Je repartais souvent frustrée, voire froissée d’avoir été apparemment considérée comme une personne plutôt naïve, incapable de comprendre qu’avec tant de gens dans un si petit pays, il était évident qu’il fallait empiler les logements et que ce n’était même pas la peine de se demander pourquoi il y avait autant d’appartements dans les villes... J’ai appris par la suite à orienter l’entretien dans la direction qui m’intéressait. Et je me suis aperçue que, comme pour les questionnaires d’Apkujŏng, ce que je considérais comme un échec dans ma quête me fournissait une des interprétations. Car en réalité, ce « consensus général qui admet comme inévitable la nécessité de monter en hauteur51 » paraît bien lié à la nature même de la relation des Coréens à leur environnement52. En Corée (comme au Japon d’ailleurs), l’occupation traditionnelle des territoires se caractérise par l’opposition entre les plaines et les montagnes : celles-là accueillent les villages, les cultures et les communautés humaines, celles-ci sont des lieux imprégnés de sacralité, craints (le domaine des mauvais esprits) ou révérés (ermitages, temples). Si l’homme (ou la femme) coréen(ne) pénètre dans la montagne, ce n’est pas (à moins d’être moine ou ermite) pour s’y installer et l’occuper ; c’est pour se ressourcer, respirer « un air pur », déguster un pibim pap53 aux herbes de la montagne ou encore, pour faire provision d’eau de source (yagmul), réputée pour ses vertus médicinales. Par ailleurs, la « montagne » (san) commence très vite en Corée. Les Séouliens vont par exemple « se promener en montagne » (tŭngsan hada), équipés de chaussures de marche, de knickers et d’épaisses chaussettes montantes, dans les arrondissements de Tobong ou de Kwanak. En Corée, une rupture de pente un peu conséquente marque la limite entre la plaine humanisée et le territoire montagneux d’où l’homme s’exclut et où il ne lui viendrait pas à l’idée de construire sa maison, à moins d’y être forcé. Le fait que les collines de Séoul ont été d’abord investies illégalement par des squatters est à cet égard tout à fait révélateur. Dans un pays qui se perçoit déjà comme « petit54 », l’omniprésence de la « montagne » – bien que les espaces en question ne soient pas toujours inconstructibles – conforte la conviction qu’ont les Coréens de disposer d’un territoire exploitable extrêmement restreint. Cette obsession du manque de terres, issue de l’idée que les Coréens se font de leur relation au milieu, peut expliquer les formes particulièrement aiguës de la spéculation immobilière qui s’est développée à Séoul et à laquelle beaucoup de Coréens, en tant qu’individus, ont participé. Dans ce contexte général, le « consensus sur la grande hauteur » a officiellement participé du thème de la croissance économique comme défi dans un pays que ses habitants considèrent comme « petit, sans ressources et surpeuplé ».

37Les tanji coréens se situent donc hors du territoire utopique de la Cité radieuse qui, dévoyé, a accueilli en France les grands ensembles. En Corée, cette forme de densification des espaces habités renvoie à un défi majeur – la croissance – dans un pays qui se conçoit comme mal doté par la nature. Elle renvoie à une affaire qui a dû se régler, au cours d’une période de changements socio-économiques particulièrement profonds et rapides, entre les Coréens, leur propre territoire et l’idée qu’ils s’en font.

Conclusion : coréanité et occidentalité des formes urbaines

38Est-il alors possible (ou même pertinent) d’essayer de repérer, dans l’organisation spatiale des tanji, la permanence des principes qui régissaient l’organisation traditionnelle de l’espace ?

  • 55 Le fenshui chinois. Voir Ho Mungang, 1980 et S. Clément, P. Clément, Shin Younghak, 1982.
  • 56 Lee Joonsun montre par exemple comment le village coréen type, localisé sur les premières pentes m (...)
  • 57 V Gelézeau, 1997, p. 72-73.

39La géomancie (p’ungsu55) – sa persistance, ses éventuelles reformulations modernes – étant l’un des nombreux topoi des développements sur l’organisation de l’espace habité en Corée, cette question est l’une de celles qui peuvent susciter la réflexion. L’importance en Corée de l’orientation vers le sud des espaces habités, inscrite dans les principes du p’ungsu, est abondamment développée à propos de l’habitat rural56. Enfin, on connaît pour Séoul le rôle qu’a joué la géomancie dans la structure spatiale de la cité d’origine57.

40Le fait que certains tanji reprennent cette orientation vers le sud peut ainsi être interprété comme une persistance de cet archétype traditionnel. Dans le cas type, comme à Panp’o par exemple, l’immeuble barre avec appartements traversant s’allonge d’est en ouest : la salle de séjour flanquée du balcon se trouve du côté sud, tandis que la cuisine qui ne dispose souvent que d’une ouverture plus réduite se trouve du côté nord. Les entrées des immeubles donnent au sud. La plupart des immeubles d’Apkujŏng, qui reprennent cette orientation, tournent le dos au Han, alors que le tanji jouit sur ses rives d’une situation exceptionnelle. Mais on sait aussi ce que doit le principe des appartements traversant aux préoccupations hygiénistes des modernistes. Quant à l’orientation des barres dans le même sens, on la retrouve dans la Siedlung allemande des années 1920, qui a fourni le modèle des Han ‘gang Menshyŏn. Alors, p’ungsu ou héliotropisme ?

41Sur ce sujet, les entretiens auprès des architectes et des constructeurs n’ont pas été très concluants. Aucun des interlocuteurs d’un bureau de conception de tanji n’a évoqué spontanément la question du p’ungsu quand l’entretien s’orientait sur le thème de l’organisation du plan masse des tanji. Le discours spontané portait toujours sur les contraintes issues de la loi d’encouragement à la construction du logement (emprise au sol, distance entre les immeubles, largeur des rues, COS, etc.). En revanche, à chaque fois que j’ai posé la question : « Pourquoi les immeubles sont-ils orientés au sud ? », l’interviewé a parfois évoqué, outre l’ensoleillement, le p’ungsu, mais de manière si évasive que je me suis demandé plusieurs fois si cette référence au p’ungsu ne m’était pas donnée en partie parce que j’étais une Occidentale – c’est-à-dire l’Autre, à qui l’on aime à faire remarquer les spécificités de sa culture... Plusieurs techniciens sur les chantiers ont, quant à eux, affirmé de manière très claire : « Nous ne croyons pas à la théorie du p’ungsu. » Par ailleurs, sur les sept cas d’étude (voir plans), seuls deux d’entre eux (le tanji de Hyundai à Apkujŏng et le tanji de l’ONCL à Panp’o) répondent à peu près au principe soit-disant systématique de l’orientation vers le sud. Les autres tanji, dont les bâtiments ne sont pas alignés, ne se conforment pas du tout à ce principe. Quant aux bâtiments du tanji de Samik, ils sont même plutôt orientés vers le nord.

  • 58 Voir l’article de L. Altman, 2000.

42Certes, l’orientation vers le sud constitue un « archétype » d’organisation spatiale dont les Coréens se réclament encore dans le discours et, à ce titre, le p’ungsu reste sans conteste une référence culturelle forte. Que la géomancie soit encore une norme effective dans la production de l’habitat urbain contemporain et des tanji est en revanche loin d’être vérifié. La question de savoir si, comme c’est le cas à Hong-Kong58, le p’ungsu trouve encore à s’exprimer dans l’organisation de l’espace des villes coréennes contemporaines – et sous quelle(s) formes – pourrait susciter de plus amples recherches. En tout cas, la ville coréenne n’a pas encore donné en pâture aux chercheurs Longs-Nez l’équivalent de l’immeuble fengshui de Repuise Bay.

43Si la coréanité (ou du moins certaine image que l’on s’en forge) paraît absente des tanji et de la ville contemporaine, l’« américanisation » dont ont fait l’objet les paysages (et les modes de vie) séouliens est au contraire aisément admise. Celle-ci, dont l’urbanisme de la partie sud-est de la ville (Kangnam) apparaît comme l’aboutissement, mérite aussi d’être discutée.

44L’importance de la référence américaine peut en effet se lire à l’échelle de la ville : le carroyage de Kangnam par de larges avenues réservées à la circulation automobile reprend le dessin du grid d’une grande majorité de banlieues américaines. Dans les rues, la colonisation des espaces commerciaux par des entreprises de consommation venues directement des États-Unis (Mc Donald’s, Kentucky Fried Chicken et autre TGI Fridays) accentue cette impression d’un paysage urbain « américanisé ». Mais si l’on considère les espaces résidentiels en eux-mêmes, il en va tout autrement. Les maisons individuelles avec pelouse ouvertes en façade qui constituent les résidences de plus de 80 % des Américains sont à Séoul totalement absentes du paysage. Et en ce qui concerne les grands ensembles, leur absence presque totale des espaces résidentiels anglo-saxons montre au contraire que les tanji sont dans un sens anti-américains. Comment interpréter ce paradoxe ?

  • 59 Un ouvrage collectif, publié en 1993 à la suite d’un colloque de l’EHESS, fait le point sur le rôl (...)

45Il convient d’abord de rappeler que la grille qui structure Kangnam est, avant même d’être « américaine », caractéristique d’une création ex nihilo et organisée par la communauté – et non par les initiatives individuelles, ce qui est le cas de cette partie de Séoul. Quant au choix du collectif et de la grande hauteur, on a vu dans le chapitre 4 ce qu’il doit à la formation d’un secteur du logement animé par des promoteurs puissants, en relation étroite avec les pouvoirs publics. L’« américanisation » des paysages de Séoul correspond ainsi à plusieurs niveaux de la réalité. Si l’influence réelle et directe, ainsi que la domination de cette voie dans la pénétration des modèles occidentaux, sont à considérer, la dimension symbolique de l’association américanisme/modernité, particulièrement efficiente dans le champ de l’architecture et de l’urbanisme, est également à prendre en compte59.

46L’exemple de Kangnam illustre comment la « modernité » urbaine autoproduit l’« américanisation » alors même que l’organisation de l’espace urbain suit certaines structures des villes américaines (la grille orthogonale) pour des raisons qui tiennent à la nature et aux processus du développement et qu’elle contredit certains principes fondateurs de l’urbanité anglo-saxonne (Each family its own house). Mais les tanji coréens, bien qu’assimilés à une production américaine/occidentale parce qu’ils sont l’un des constituants de la ville coréenne moderne, ont produit dans ces villes des espaces résidentiels à l’organisation et au fonctionnement très particulier, qu’on ne retrouve nulle part ailleurs dans le monde occidental, et surtout pas en Amérique du Nord.

Notes

1 Voir en particulier Ο Tôksông et Moon Hongkil, 2000 ; Architectural Guide of Séoul, 1995.

2 Dans le langage courant, hyŏndae se rapporte à une actualité en train de se passer, un moment qu’on est en train de vivre, alors que kŭndae rend l’idée plus générale du « présent ».

3 A. Delissen, 1994, p. 608.

4 Ibid., 1994, p. 601.

5 Kim Chungŏp a travaillé avec Le Corbusier entre 1952 et 1956.

6 Le bâtiment est aujourd’hui utilisé comme galerie d’art (Architectural Guide of Seoul, 1995, p. 143).

7 Ibid., p. 222.

8 Yim Changbok, 1996, p. 206.

9 Zchang Sungsoo, 1994.

10 Lee Eun, 1994, p. 107.

11 Kim Jinai, 1990, p. 121-130.

12 Ibid., p. 141-143.

13 Kang Pusŏng et al., 1993,p. 19 et p. 151.

14 J. Castex, J.-C Depaule et P. Panerai, 1997.

15 Cahiers du CREPIF, n° 17, décembre 1986, p. 22-23 et p. 49.

16 Ibid., p. 23.

17 J.-P. Flamand, 1989.

18 Lee Eun, p. 75.

19 Kim Joochul et Choe Sangchuel, 1997, p. 155.

20 Lee Eun, 1997, p. 54.

21 M.-H. Fabre, 1993, p. 28. De fait, l’architecte John Ford a conçu en 1955, un grand ensemble de presque mille logements à Sheffield (l’ensemble de Park Hill). Cet ensemble était toutefois très différent dans sa forme de celui de Map’o, dont les immeubles en Y sont tout à fait caractéristiques. Précisons que ni Zchang Sungsoo, ni Yim Changbok n’évoquent cette filiation britannique. Sur Park Hill, voir E. R. Scoffham, 1984, p. 87-90.

22 Cahiers du CREPIF, n° 17, décembre 1986, p. 69.

23 Kang Surim, 1991, p. 19. L’auteur précise p. 20-21 que l’unité de voisinage type comprend entre 500 et 000 logements.

24 Kang Pusŏng ét al., 1993, p. 151.

25 Yun Changsŏp, le professeur d’urbanisme en question, était à l’époque conseiller auprès de l’ONCL (Lee Eun, 1997, p. 73).

26 Yi Taejin, 1995, p. 15.

27 Lee Eun, p. 50-51.

28 A. Delissen, 1994, p. 527.

29 Le konglish (contraction de korean et english) désigne les néologismes créés par transcription en han ‘gŭl de termes anglais, voire de mots-valises forgés sur des combinaisons de termes.

30 L’ouvrage Toshi chiphap chut’aek-ŭi kyehoek est truffé de ces termes (Kang Pusŏng at al., 1993, p. 18 et passim).

31 Voir Kim Joochul et Choe Sangchuel, 1997, p. 122-123 : la procédure, d’origine européenne et ayant transité par l’Allemagne, a été appliquée par les Japonais à partir de 1909.

32 Lee Eun, 1997, p. 32-33. Très peu de ces logements furent effectivement construits dans Séoul en raison des difficultés financières liées à l’effort de guerre.

33 M. Bourdier, 1989.

34 Zchang Sungsoo, 1994, p. 91 et M.-H. Favre, 1993, p. 69.

35 Yim Changbok, 1996, p. 202.

36 Lee Eun, 1997, p. 74

37 A. Delissen, 1994, p. 222-225.

38 F. Choay, 1965, p. 39-41.

39 L’adaptation des modèles étrangers doublée d’un transfert de sens est évoquée par A. Berque, dans Du geste à la cité. Le chapitre 11 (« Adapter »), qui analyse les modalités des contacts entre la culture japonaise et la culture chinoise, montre comment des modèles de villes chinoises ont été adaptés au Japon, mais dans un contexte différent, et ont donc été décalés (A. Berque, 1993, p. 49-53).

40 C. Goldublum, 1987 et 2000, p. 312.

41 A. Berque, 1993, p. 149. La cité est entendue au sens de « la ville considérée dans sa dimension politique et sociale ».

42 Discours de Park Chunghee lors de l’inauguration des appartements Map’o, 1964 (cité par Kang Yŏnghwan, 1993, p. 190).

43 En France, le logement social s’est toujours voulu exemplaire de ce qui pouvait être le plus « moderne », au sens de « nouveau » (J.-P. Flamand, 1989, p. 13).

44 On rappelle qu’en France, c’est en 1931 que la part de la population urbaine a dépassé celle de la population rurale dans la population totale.

45 V Foucher et P. Merlin, 1994, p. 7-8.

46 Cl. Chaline, 1997, p. 69 et p. 74.

47 F. Moriconi-Ebrard, 1993, p. 138-139.

48 Cf. Lee Kisuk et NOH Heebang, 1994, p. 24.

49 Kim Joochul et Choe Sangchuel, 1997, p. 200.

50 Kang Hongbin, dans un chapitre consacré aux tanji d’Une ville à l’échelle humaine (Saram-ŭi toshi) est l’une des rares voix à s’élever contre ce fallacieux argumentaire en montrant que la densité des espaces résidentiels n’est pas seulement liée à la hauteur des bâtiments (Kang Hongbin, 1985, p. 191).

51 Lee Eun, 1997, p. 103. « L’exiguïté du pays et la rareté des ressources foncières constituent les bases d’un consensus général qui admet comme inévitable la nécessité de monter en hauteur. » Ph. Pelletier formule à propos du Japon une remarque similaire : « L’argumentaire de l’exiguïté tend à accréditer [au Japon] un certain fatalisme en matière d’aménagement » (Ph. Pelletier, 1994, p. 291).

52 C’est-à-dire au « milieu » coréen, tel qu’il est défini par A. Berque comme la relation d’une société à son environnement (A. Berque, 1995).

53 Un des plats nationaux coréens, qui consiste dans un mélange de riz et de légumes, surmonté d’un œuf au plat et de lamelles de bœuf, que l’on déguste avec de la sauce au piment.

54 A. Delissen, 1994, p. 242.

55 Le fenshui chinois. Voir Ho Mungang, 1980 et S. Clément, P. Clément, Shin Younghak, 1982.

56 Lee Joonsun montre par exemple comment le village coréen type, localisé sur les premières pentes montagneuses, est ouvert en direction du sud et fermé au nord (Lee Joonsun, 1992). K. Grijol, dans sa thèse sur la restructuration des campagnes coréennes, confirme également que les maisons rurales qu’il lui a été donné d’étudier ont été orientées et organisées avec l’aide d’un géomancien (K. Grijol, 1998). De son côté, Hong Sukki souligne l’importance du p’ungsu dans l’organisation de l’espace des morts en Corée (Hong Sukki, 1994, p. 20-34).

57 V Gelézeau, 1997, p. 72-73.

58 Voir l’article de L. Altman, 2000.

59 Un ouvrage collectif, publié en 1993 à la suite d’un colloque de l’EHESS, fait le point sur le rôle joué par le modèle américain dans la constitution de l’idéologie de la modernité. « Composante visible et symbolique, mais aussi bien matérielle et technique, du mythe de la modernité, l’architecture est l’un des champs dans lesquels le fonctionnement du “modèle américain” (de l’Amérique en tant qu’idéologie) se laisse le mieux repérer et analyser » (J.-L. Cohen et H. Damisch dir., 1993, p. 6).

Table des illustrations

Titre Figure 33. LA LOCALISATION DES APPARTEMENTS À SÉOUL EN 1994
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3782/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre Figure 34. LA DENSITÉ DE POPULATION À SÉOUL EN 1995 (densité moyenne de population pour Séoul, en 1995 : 165 hab/ha)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3782/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 242k

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540